Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

124 Joueurs sur Ideo (4314 inscrits) : 62 humains (2223), 36 elfes (1355), 26 orcs (736) | 10 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.0.872

Au cœur de la tourmente. Chapitre trois : La Nymphe blessée.

Où une équipée de vaillants aventuriers vont braver mille et un dangers dans un esprit dérangé.
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1] [2] [3]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Elanor Cenedril
Guide de la Tempête, Nouvelle Aube, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Solior 30 Tilomias du 1560ème cycle à 15h05

-Mais il nous fait quoi cette humain? Il voie qui dans son fantasme?

-Un instrument, il entends quoi par un instrument il devais voir un être vivant pas un objet.

-L'instrument est peut être une femme qui fait crier et d'autre sonorité durant leur rapport. Cela me rappel mon dernier séjour ici ou le spectre avait appris a Nya a se libérer vocalement et physiquement avec son amant.

-Ah oui donc laissé moi faire j'ai une idée.

***
Les deux nissi se parlais dans leur tête commune et cela duras le temps d'une réflexion.

Nyalion murmura a l'humain pour que lui seul entende. ***


Bien sur que tu me possède mon chère musicien, je ne suis que ton instrument. Mais si tu échoue a me sauvé durant se rêve alors tu ne pourras plus jamais produire de son de moi.

Alors allons y avançons, allons voir les trois sœurs qui t'aiderons a me sauvé.



Avatar entier
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Dolink 1 Calinior du 1560ème cycle à 09h07

Accomplissements :
- "En bonne et due forme Jack !" +1 : Après la première fois, écrire un beau RP, avec une belle musique et de jolies images. +15 points pour Telmä.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Elanor.


ATTENTION PAVE ! CHAUD DEVANT ! C'est la cinématique d'intro XD

Musique d'ambiance : Thème de Selesnya.

Bon... Allons y, je suppose, il serait temps...

Le groupe se mit en route derrière le Thaumaturge qui flottait à quelques centimètres du sol.

C'est l'occasion d'enfin présenter l'endroit qui vous entoure n'est ce pas ? Vous êtes donc dans un petit campement elfique positionné en lisière d'une forêt. La forêt vous semble accueillante, vivante, lumineuse, alors que les plaines qui s’étendent devant le camp, sont abimées, rudes, mortes... D’après vos connaissances, Elanor et Telmä vous pouvez supposer assez facilement que la forêt est celle que vous avez pu voir au précédent rêve. Son point central était la cité elfique de Mélandru et l'arbre doyen. Vous supposez qu'en plusieurs siecles de guerre contre la grande ennemie, la forêt a du s’étendre avec les victoires des forces alliées et rogner de plus en plus sur les terres contrôlées par la Grande Ennemie, chassant donc la Peur petit à petit, la remplaçant par de l'espoir.
Vous supposez donc être, sans doute, relativement éloignées de Melandru. D’après le récit donné par le Thaumaturge et l'Arbre Auguste, vous pensez que la forêt de l'espoir couvre désormais la majorité de ce monde et qu'il reste quelques poches de plaines de désolations comme celle-ci. Peut être même est ce la dernière ?

Le camp est planté là comme une tête de pont pour un dernier assaut final contre la place forte de l'ennemi. C'est alors que vous réalisez que l'esprit de Selesnya ne fait plus que simplement se défendre, comme dans le second rêve, ou se reconstruire comme dans le premier rêve. Là il est clairement passé à l'offensive. Selesnya est en train d'essayer d'affronter ses peurs et vous êtes là pour l'y aider. Telle est désormais votre conviction à tous en voyant la situation. Il s'agit donc d'un petit camp elfique fait d'une vingtaine à une cinquantaine de tentes. Il y a là toutes les créatures que vous avez déjà rencontrées par le passé (elfes archers, mages et guerriers, licornes, treant, dragons prismatiques...) mais surtout des ombres bénéfiques qui saluent particulièrement la délimite, le chevalier et Elanor et des droïdes qui font le signe du parallélisme au passage du Thaumaturge à Telmä et à Aldarion. Ces troupes ont remplacé les créatures magiques dont la vie est trop précieuse pour être sacrifiée et leur nombre trop réduit. Il a fallut donner sa confiance au Thaumaturge... Ce qui ne fut pas évident.

Les troupes régulières, créatures magiques, dirigées par l'arbre Auguste se rapprochent et regardent passer les élus avec curiosité. Les licornes sont particulièrement intriquées par Isilwa. Peut être s’étaient elles attendues à revoir Ailinel. Mais une suivante de Lorikiel sera toujours honorée et respectée par les licornes de lumière. Les treant regardent avec amitié Elanor et son totem. Il y'a quelques dragons qui patrouillent dans les airs. Les elfes s'inclinent sur le passage des Elus.

Le Thaumaturge accompagne les elus un peu en dehors du camp, dans la forêt. Au détour de l'ombre d'un grand chêne, ils sont rejoints par le Spectre qui, ayant repris ses esprits, ferme la marche.
Après quelques minutes de crapahutage dans la forêt sous le regard inquisiteur des treants, les élus arrivent aux berges d'un petit lac, magnifique dont l'eau claire irradie d'une magie bénéfique et en même temps... un tantinet perverse. Il y a là une sorte de presqu'ile assez courte qui avance dans le lac et à sa fin, un magnifique et imposant cerisier jette ses racines dans l'eau et ses branches vers le ciel. Il est visiblement en fleur, la vision est sublime. Son reflet vient rosir l'eau. Cependant vous remarquez bien vite que l'arbre n'est pas au meilleurs de sa forme car des pétales de fleur emportés par la brise se détachent continuellement. Elanor particulièrement tu sent que cet arbre est mourant. Si Anwë avait été parmi vous, il aurait reconnu d'emblée le lieu ou il sentit la première fois l'odeur de Selesnya, dans le second rêve... Le refuge de la Nymphe. Il fallait d'ailleurs rappeler que, malgré son échec Anwë avait permit de garder la Nymphe en vie lors du second rêve en accomplissant un objectif caché bonus. On ne pouvait pas lui enlever cela et peut être que ce serait un bon point à utiliser si, d'aventure, sa version corrompue venait à se manifester...
Oh diantre... Suis je en train d'aider mes joueurs...? Zut, me taire, je vais...

En se rapprochant vous remarquez 3 silhouettes, non quatre, mais l'une d'elle est visiblement allongée sur la rive, le corps a moitié dans l'eau du lac.
Vous reconnaissez d'abord la haute stature de l'Arbre Auguste dont l'armure se repère de très loin. Ah mais.... Visiblement il à réussi à retirer son casque. Telmä et Elanor vous reconnaissez bien vite le visage magnifique et les cheveux blonds platines de Nathanaël, le tuteur de Selesnya. Il semble plonger son regard bleu azur, triste, vers le corps inanimé de la Nymphe qui git sur la berge. Il est visiblement troublé, gêné, par quelque chose en plus de l’immense chagrin que semble lui causer la vue de la Nymphe inanimée.


C'était un ner séduisant, de grands yeux bleus, des cheveux dorés, avec une coupe décontractée, un visage fin, une posture fière, il était comme un ange lumineux et magnifique. Il émanait de lui calme et sérénité, une force tranquille et dégageait une aura de charisme naturelle. Pourtant il restait discret, silencieux et énigmatique. Voir même très souvent froid et distant avec les autres.

Et il n'est pas le seul, deux autres silhouettes, bien connues des deux anciennes sont assises au cotés de la Nymphe et semblent prier ou méditer en se tenant la main. L'Arbre Auguste, Nathanaël, remarque la présence du groupe. Il tourne doucement la tête et constate que le groupe est au complet. Il gratifie l'assemblée d'un sourire triste.

Le Thaumaturge s'immobilise et dit.

Bien... Continuez a présent, je retourne à ma machine.

Le Thaumaturge s'en retourne donc, en marmonnant : Pffff... Des élus qui viennent du futur... Je crois que le Narrateur a quelques problèmes avec la concordance des temps... Et comme toujours, le Thaumaturge avait raison... Oui oui oui...*soupir* Quel enfoiré ce Thaumaturge, il en a pas assez d'embêter les joueurs, il se fout même de la gueule du Narrateur...

Le Spectre reprend donc le flambeau.

Soyez respectueux envers les sœurs ce sont des créatures sacrées.

Alors que le petit groupe approche du cerisier à la suite du Spectre, il est maintenant plus facile de distinguer les traits des trois créatures qui sont a coté de Nathanaël. La dryade et la fée se relèvent de leur méditation et alors que l'oracle dryade se retourne pour voir les héros venir, la mère des fées volette doucement à coté de sa sœur.

A l'ombre du cerisier, la vision est à la fois merveilleuse et triste. Il y avait d'abord cette splendide dryade à la silhouette sculpturale. Cette cariatide magnifique était d'une beauté saisissante et pure, lumineuse et impérieuse.

Elle était faite d'un solide bois d’ébène qui n’était pas sans rappeler la couleur de la peau de Selesnya. Sa « chevelure » était faite de fleurs aux pétales blancs comme la neige.
Son visage gracile était dépourvu de bouche mais l'on devinait facilement les traits de Selesnya. Ses yeux étaient d'un blanc éclatants et brillaient d'une lumière blanc verte douce et pure. La sublime créature végétale était parée de deux grandes cornes pareilles à des bois de cerf et vêtue d'habits végétaux qui mettaient en valeur sa silhouette. Elle brandissait un long bâton terminé par un gros éclat de cristal vert enchâssé entre des lianes.

La deuxième créature, la fée était très ressemblante à Selesnya aussi. En fait, elle était telle qu'elle fût enfant, mais possédait des ailes de libellules en plus, qui battait très vite. Elle aussi possédait un hallo lumineux blanc vert et il émanait d'elle à la fois pureté et une naïveté. Elle portait des vêtements très courts verts émeraude.


Enfin la troisième créature, au sol face contre terre était en partie dissimulée sous un voile émeraude. Si bien que l'on ne pouvait pas voir grand chose d'elle, mais le peu que l'on pouvait voir de ses courbes parfaites (bien connues d'au moins deux personnes dans cette assemblée) semblait indiquer que la Selesnya Nymphe était dotée d'une extrême beauté. Elle avait la peau plus claire que l'originale et certains de ses traits étaient clairement de nature magique, mais il s'agissait bien de la troisième facette de Selesnya. Mais autre chose de bien visible attira votre attention... Une horrible dague suintante de noirceur maléfique était fichée entre les omoplates de la Nymphe. Et sur son corps d’étranges noirceurs en provenance de la dague semblaient se propager.

L'Oracle dryade s’avança, suivie de la fée. A ce moment là pour Mary l'illusion d'Elanor se dissipe et il la perçoit de nouveau comme au départ car il sait, il sent, qu'il est en présence des vraies Selesnya. Le Spectre s'inclina et posa un genou a terre, elle convia les élus à faire de même et fut imitée par l'Arbre Auguste. L'oracle dryade fit un geste pour autoriser l'assemblée à se relever. Puis tous entendirent sa voix calme et impérieuse dans leur esprit. N'ayant pas de bouche, la créature communiquait par télépathie. Il y avait une pointe de fatigue dans sa voix.

Ah élus... Bienvenue... J'aurais préféré vous accueillir dans de meilleures circonstances... Elle désigna le voile d’émeraude qui dissimulait en partie la Nymphe. Elle vit... Mais pour combien de temps, nous l'ignorons... Nous avons pu maintenir son état stable pour l'instant... Notre sœur que nous croyions disparue a été découverte ainsi, agonisante il y a quelque jours alors que nos troupes ont redécouvert cet endroit... Ce fut une grande joie de la savoir vivante et de nouveau à nos cotés... Mais la joie a laissé place à l’inquiétude à cause du mal qui la ronge à cause de cette dague, plantée fourbement dans son dos, et que nous ne pouvons retirer... Votre venue nous redonne espoir, il y a peut être une chance de la sauver...

Elle fit une pause puis plissa ses yeux blancs monochromes. C'est... C'est curieux... Fit l'Oracle dryade et regardant Mary un instant. Les joues de la mère des fée rosirent ostensiblement alors qu'elle aussi contemplait le jeune humain dans son armure ténébreuse. J'ai l'impression... Elle ne finit pas sa phrase, visiblement très troublée et la mère des fée elle aussi était très troublée, elle s’était posée à coté de l'oracle dryade et lui tenait la main maintenant comme une petite fille donne la main à sa mère, les deux créatures Selesnyennes ne pouvaient détacher leur regard de l’humain.

Oracle dryade ? Mère des fées ? Est ce que ça va ? Demanda Nathanaël que la situation intriguait et inquiétait particulièrement.

A l'unisson les deux sublimes créatures reprirent leurs esprits et l'oracle fit de nouveau entendre sa voix mentale. Heu, je... Oui, c'est simplement... une... impression étrange... A vrais dire maintenant qu'elle voyait le groupe, le rapport de l'Arbre Auguste concernant la machine détraquée du Thaumaturge qui avait fait venir d'étranges élus parut encore plus convainquant.
Selesnya connaissait bien Telmä et Elanor. Elle connaissait assez bien Isilwa. L'Oracle dryade et la mère des fées ne furent donc pas surprise de voir ces trois là.
Pour Aldarion c’était déjà plus compliqué, mais visiblement au moins l'enfant fée se rappelait de lui car elle lui faisait de grand sourires enfantins, comme lors de cette danse.
Pour Mary c’était encore plus complexe car si lui savait qu'il se trouvait en face de son amante (du moins les trois facettes de son amante), elle, semblait ne pas encore le connaitre, cependant il était clair que l'oracle et sa sœur étaient étreinte d'une étrange impression. Un impression de passion puissante et déroutante... Extrêmement déroutante. Et déconcentrer l'Oracle pourtant aussi impassible que l'Arbre Auguste et aussi insensible que le Thaumaturge, était déjà un exploit en soit, si bien que Nathanaël regarda Mary d'un air fort suspicieux.
Et enfin pour Lizbeth c’était la grande énigme, pourtant une fois encore il était certain pour Lizbeth comme pour les deux Selesnyas, qu'elle n’était pas la par hasard.

Hum... Bien... Poursuivit l'Oracle dryade, un peu décontenancée par la composition du groupe et le regard de braise de Mary. Je suppose que les nouveaux venus doivent être un peu déboussolés...? Il fallait rester concentrées... Pourtant entre cet attani... Et la belle délémite... Sans oublier le charmant Aldarion... Et les pouvoirs d'Elanor, forts à propos pour ce troisième rêve, vu l’état de la Nymphe... C’était compliqué. L'Oracle dryade avait plus de contenance et de maitrise que la fée à qui Anwë et Elanor avait joué quelques... "tours"... dans le rêve précédent. La mère des fées était visiblement... Légèrement excitée... Et l'Oracle Dryade lui serrait la main pour insuffler en elle son calme et sa retenue.
Dans cet océan de débauche, qui aiderait sans doute la Nymphe tôt ou tard à recouvrer sa puissance (car bien sur rien n'est fait au hasard ^^), deux bouées semblaient flotter, Telmä et Isilwa. Aussi, la dryade concentra son esprit sur ces deux personnes en priorité pour éviter tout nouveau trouble et garder le cap de sa mission.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Dolink 1 Calinior du 1560ème cycle à 12h17

Quelle sensibilité, Thaumaturge...

*** La belle délémite leva un menton, puis, comme rythmée par le doux son d'un silence habité, elle éclipsa la suite des réponses pour se perdre en observation. Docile, ses cartes s'impatientaient dans ses mains pleines de cicatrices : vestiges de la réalité dans le rêve, sans doute !

Les réponses fusées de la nîs marionnettiste. Le vague songe qu'était l'illusion dans laquelle le groupe était plongée prenait du réalisme pour Lizbeth, qui d'un sourire narquois sautillait à la suite de ses compagnons. Lui venait à l'esprit que la normalité de cette situation anormale montrait tout doucement le bout de son nez. Les échanges s'achevèrent, et tous tombèrent dans cette étrange admonition.

Comme embrouillée auparavant, Lizbeth se laissa guidée par des sens que jusque là elle laissait clos, embrigadés dans la non-connaissance et peut-être même le désir de ne pas voir. Alors, elle vit.

Dans la tête de la charmante charmée ~

Sa première impression fut à la fois triste et joviale. Lizbeth, sans reconnaître l'endroit, s'identifia à une forêt qu'elle n'avait quitté il n'y avait pas si longtemps. Elle sentit l'odeur du bois, de la magie, et se laissa envelopper dans cette source grisante. Enivrée d'amour et de bonté, mais un peu de délice et d'impureté, les trois silhouettes éveillées et la dernière mal en point intriguèrent la délémite. D'un pas presque dansant, son sourire presque... amoureux, contemplait l'atroce et si belle scène. Comme dans son élément, de ses courbes et de ses cartes Lizbeth rendait les saluts. Réceptive, elle veilla à ne manquer aucun détail. Le respect des uns, l'étrange enthousiasme des autres comme d'elle-même, et l'ambiguïté du reste des aspects.

Pendant quelques instants, Lizbeth ne vit que des silhouettes dansantes autour d'elle. Les paupières closes, elle se perdit à sentir la fraîcheur de l'air sur sa peau à nue, la douceur des sentiments portés à l'égard de la nîs blessée, mais aussi la chaleur de l'ambiance que faisait régner le groupe.

Comme porteurs d'abominations sauveuses, Lizbeth fit danser entre ses doigts ses cartes chéries. Elle se baissa et posa un genoux à terre d'une belle agilité bien avant qu'on lui intime de le faire. Ses yeux brûlaient de détermination et d'un jeu sans faille, qui s'illumina un peu plus lorsqu'elle fixa tour à tour chacune des personnes face à elle. Une fois relevée, une nouvelle révérence fut exécutée, voire dansée. ***


Sœur de ce lieu, déboussolée en ce qui me concerne ne serait pas tout à fait approprié. Après tout, nos aînés et camarade ont été clair... nous savons qui nous devons sauver.

*** La délémite se redressa, non sans faire légèrement bouger sa poitrine généreuse et les pans de sa tenue bien légère. D'un geste vif, elle réunit les cartes dans sa paume et apposa le tout sur son coeur, à la place d'un tatouage devenu invisible. ***


Soeurs, Camarades, Selesnya... Je, Lizbeth fille de Masgard, ferait tout ce qui est en mon pouvoir pour emplir la mission attribuée ~ !
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Malina 3 Calinior du 1560ème cycle à 12h02

Note : Dsl... Mais j'ai grave envie de RP et j'ai du mal à me contenir, surtout quand je vois les excellents posts de Liz' XD

Accomplissements :
- "Kwaliti stwit" : Votre RP est comme un petit chocolat qui fond dans la bouche. Hmmmmm !!! Miam ! + 50 points pour Liz'
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Liz'.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Liz'.


Thème : La détermination de Selesnya.

Et en effet, avec le départ de l’extravagant Thaumaturge, les choses commençaient véritablement à recouvrer un semblant de normalité. Car même pour les êtres de ce monde, le maître scientifique était une étrangeté évidente.


Là, au pied du cerisier majestueux la délémite brisa la glace et fit montre de ses talents diplomatiques eux aussi sans doute hérités du monde réel. A l'unisson les deux créatures sacrées reportèrent leur attention sur Lizbeth. Il paraissait évident qu'un lien étroit les unissait et qu'elles étaient touts les deux la même personne. Et elles devaient aussi partager la souffrance de la troisième créature, blessée dans le dos.
Une légère brise souffla quelques pétales de fleur qui dansèrent autour des protagonistes.

L'oracle fit quelques pas vers lizbeth, accompagnée de l'enfant fée qui voleta gentiment autour de la délémite. La dryade inclina la tête pour observer l'ambassadrice.

Hihi elle est gentille la dame hein ? Fit la fée en souriant à la dryade. La dryade acquiesça et répondit.

Dame Masgard, votre nom ne sera pas oublié ni votre volonté de nous aider. Votre... Elle fit une pause. DETERMINATION. Elle fit une nouvelle pause théâtrale. Nous donne de l'espoir. D'un air entendu qui serait compris, sinon de Lizbeth, sans doute de quelqu'un d'autre, ailleurs, elle inclina légèrement la tête en signe de remerciement puis posa ses yeux sur le Spectre. L'oracle dryade fit un signe de la tête et le Spectre se volatilisa dans les ombres.

Les deux créature sacrées se rapprochèrent ensuite de leur sœur blessée et la voix mentale de l'Oracle dryade se répercuta de nouveau dans la têtes de l'assemblée.

Je pense qu'il est temps de vous expliquer en quoi consistera votre mission alors. Notre sœur est la partie la plus... "obscure" de notre personnalité, mais néanmoins essentielle. Comme l'ombre ne peut exister sans la lumière et inversement... Et encore si cette "obscurité" se résumait à être nymphomane, cela restait tout de même relativement acceptable. Et chez Selesnya c’était le cas. L'Oracle fit un geste désignant l'endroit qui les entourait.
Nous sommes ici dans son refuge et à l'instar de notre sœur, cet endroit se meurt. Mais ce n'est pas son lieu de résidence habituel...
Tout en contant l'histoire de la Nymphe, la magnifique Dryade semblait danser entre les pétales de cerisiers, accompagnée par la Fée qui lui voletait autour.

Il existe par delà les plaines dévastées, un endroit... Un temps d’hésitation... Un endroit vicié... Aux mains de la Grande Ennemie.
Le sanctuaire des 12...hum...
Elle hésita de nouveau, gênée... Et Nathanaël sembla un moment, lui même gêné, son regard se perdit vers ses pieds. Des 12 fantasmes... Le visage de l'oracle se mu en une expression indéchiffrable, visiblement la dryade était relativement différente des meurs de sa sœur.
Après un silence gênant, l'oracle poursuivit.

Ce sanctuaire est le premier lieu qui fut envahis et corrompu par la Grande Ennemie... La dryade baissa ses yeux au sol attristée par quelque chose. Les douzes fantasmes qui jurèrent de protéger notre sœur sont soit vaincus, soit détruits, soit en déroute voir pire... Corrompus...
Lors de sa fuite du sanctuaire pour se réfugier ici, notre sœur fut blessée...
Depuis le Sanctuaire des 12, l'influence de la Grande Ennemie s'est ensuite rependue jusqu'à tout engloutir. Ce n'est que grâce aux efforts répétés des élus que nous avons pu reconstruire, puis défendre notre monde.


L'oracle dryade serra le poing, elle aussi déterminée. Les fantasmes corrompus, les généraux de la Grande Ennemie et les élus corrompus se sont tous regroupés là bas et ont fortifié leurs défenses en prévision de notre assaut final. Ce lieu est une telle concentration de maléfices que nous pensons que la Grande Ennemie elle même pourrait s'y trouver... Nous savons aujourd’hui que le destin de notre sœur est sans doute lié au destin du Sanctuaire. Il faut, le purifier. Nous ne savons qui est a l'origine de cette dague plantée fourbement dans son dos, si c'est un fantasme traître... Ou autre chose... Mais il faut tous les purifier, jusqu'au dernier !

Il y avait dans son regard un brin de colère, d'extrémisme, voir de démence assez caractéristique de cette facette de la personnalité de Selesnya, qui ne faisait guerre les choses à moitié et qui n'aimait pas bien la souillure, la traîtrise, la fourberie, les couteaux et dagues et autres vilenies abjectes, ni non plus que l'on s'en prenne à des êtres chers. Il était clairement inadmissible, impensable et impardonnable de planter une horrible dague (aussi fourbement en plus) dans un être aussi pur et plein de bonté que Toriel.... Heu... Selesnya... Ahem... L’âme de celui qui faisait cela était déjà souillée...

L'oracle sembla se calmer lorsque la petite fée lui pris la main et se serra contre elle.

Les armées du Thaumaturge et du Spectre feront diversion pour attirer le gros de l'armée ennemie loin des remparts du sanctuaire. Nathanaël conduira une force d’élite d'intervention contre les portes de la forteresse. Vous l'accompagnerez.... Elle hésita de nouveau, leurs regard se croisèrent avec l'Arbre Auguste et celui-ci baissa les yeux. Il... Connaît bien cet endroit, il vous guidera jusqu'aux 12 maisons...

Bien, Oracle. Répondit Nathanaël en s'inclinant évitant ainsi de croiser d'autres regards.

Quand a la dryade et à la fée elles étaient dans l'expectative d'éventuelles questions/réactions de la part des élus.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Malina 3 Calinior du 1560ème cycle à 16h18

Ambiance : Tic, tac ! ~

*** Aux premiers mots, premières réponses. Une main sur le cœur la délémite au sentiment amplifié par les sœurs, pencha la tête de côté. ***


Tout cela emplit mon cœur... d'espoir et de détermination, mes fées.

*** Elle considéra quelques instants les douces boisures de l'Oracle, puis l'allure de la plus jeune qui voletait au milieu des pétales rosées. La chevelure de Lizbeth suivait de temps à autres les mouvements du vent, en même temps que son regard amusé voguait d'un point à un autre. Au milieu du discours, elle considéra à nouveau ses cinq autres compagnons. Des elfes, un humain... sans oublier l’œillade entendue d'un parti au Spectre. Ainsi donc celle-ci rejoignait les Ombres... chacun était affairé. Intrinsèquement et ce, sans couteau ni fleur doré, Lizbeth se sentait de plus en plus à sa place. Mais loin d'être esseulée, cette dernière avait visiblement des personnes sur qui compter.

Sa main se porta à ses lèvres pour faussement dissimuler un rire. Enivrée par cette ambiance particulière, elle n'attendit pas de réponses supplémentaires avant de s'adresser à l'arbre auguste. ***


Troublé à l'évocation d'une probable participation aux fantasmes, Nathanaël ?

*** Que cela soit vrai ou faux, la jeune femme n'attendait pas de réelles réponses... mais plutôt une réaction. Enthousiaste, Lizbeth ne cherchait pas à désordonner un peu plus les pensées de chacun, mais elle était inquiète sur quelques points. Mais peut-être que son statut d'humaine lui permettait de saisir des pétales aux arômes différents.

La délémite fit danser ses toiles aux teintes bleutés autour d'elle, laissant entrevoir une hanche et une cuisse : geste doux, maîtrisé, parsemé, et elle fit face à ses camarades. Une main en l'air, l'autre sous sa poitrine, l'air à la fois grave et rieur. ***


J'ai, une, question ! ~

*** Elle s'arrêta, ses bras bougèrent, se repositionnèrent. Une paupière se ferma et la paume de sa dextre présentait une oreille, comme intimant l'assemblée à tendre l'oreille. ***


Tic... tac... tic... un battement régulier... vous l'entendez, n'est-ce pas ?

*** A vrai dire, il était possible d'entendre un battement n'importe où : il suffisait de prendre le battement d'un coeur, une sensation collective,Lizbeth indiquait tout et rien à la fois. Elle tapota régulière ses deux indexes bagués sur son collier argenté, comme pour reproduire ce fameux battement. Sa démonstration n'avait pas l'air terminée. ***


Tic, tac, tic, tac, tant que je continue, il n'est pas impossible de deviner que je ne m'arrêterais pas, n'est-ce pas ? Réfléchissez, si je ne m'arrête pas, c'est que je continue !

*** Tic... tac... tic...

Elle s'arrêta. ***


Alors ? Pourquoi je m'arrête ?

*** Elle n'attendait pas vraiment de réponse. ***


Vous ne savez pas. Vous pourriez imaginer, théoriser sur pourquoi je me suis arrêtée. Mais si vous ne savez pas pourquoi j'ai commencé, cela devient compliqué, non ? Alors imaginons quelques secondes... que ce que je faisais était important pour vous, vital même ! Vous aimeriez que je recommence, n'est-ce pas ?

*** La délémite se mit à rire avec légèreté. Oh, elle ne se moquait pas de ses camarades, mais plutôt du chemin tortueux qu'elle avait spontanément pris pour poser une question plein simple. Quelle drôle de philosophie ! ***


Imaginons un instant que ce battement, cela soit nos esprits. Chers camarades, nous allons nous battre, pour purifier ce qui est corrompu afin de sauver Selesnya...

*** Une œillade sarcastique envers les fées et Nathanaël. Oh, rien de méchant. Juste l'annonce que Lizbeth savait que ses propos n'allaient pas forcément être bien reçus, ou avaient peut-être déjà été discutés. ***


Or, notre Grande Ennemie, c'est la Peur... et de ce que j'en sache, nous avons tous peur de quelque chose. Tant que notre tic tac mental nous est propre, tout va bien. Mais imaginons un instant que dans le Sanctuaire, quiconque arrive à utiliser nos peurs et à nous corrompre ?

*** Elle se remit doucement à tapoter un rythme sur son collier argenté, un léger sourire apposé aux lèvres. ***


J'aimerais que chacun dévoile peut-être les pires peurs, ou les meilleurs fantasmes. Nous n'en n'auront plus le temps une fois sur place... et...

*** D'un pas lancé autour d'elle, dansante, Lizbeth fit une nouvelle fois volte-face vers les fées et l'auguste : elle s'inclina dans une douce révérence, pour poser une ultime question. ***


J'aurais une dernière question, puis je laisserai libre de réponses chacun de mes partenaires... Ô Oracle, pardonnez si la question se trouve être déplacée, mais...

*** Elle se redressa, bougeant les nombreuses mèches brunes devant ses yeux. L'émeraude de ses yeux pétillaient d'une nouvelle vivacité. ***


La fourberie ne me plait pas plus qu'à vous... mais si l'occasion m'en vient, me permettriez-vous d'usiter d'une autre méthode que la force et la "purification ?"

*** Tic, tac, Lizbeth avait déjà beaucoup parlé ! Faussement gênée, elle conclut : ***


Quelque chose me souffle que nous devrons affronter autant de forces physiques que de métaphores personnifiées, mais aussi nos propres ombres et peut-être d'autres peurs... de ma faible expérience, une part... d'ombre, ne s'annihile pas, elle s'absorbe... sans ombre il n'y aurait pas de lumière, n'était-ce pas vos mots, Oracle ?

*** Car le risque de briser définitivement l'équilibre de Selesnya était bien là. ***
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Mirion 4 Calinior du 1560ème cycle à 01h11

Accomplissements :
- "Maline" : + 20 points pour Liz'
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Liz'.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Liz'.
- "Hé ! C'est MOI l'Oracle ! Bordel ! Rends moi mon pouvoir !" : Vous avez deviné ce qui vous attendais. Impressionnant. + 25 points pour Liz'.
- Véto du Narrateur "Nombre de points" (unique) : Vous gagnez trop de points ! Vous donnerez 10 de vos points à chacun de vos coéquipiers pour montrer que vous êtes une personne généreuse XD. Personnage concerné : Liz'. (Et la modification de la vétisphère s'applique ^^)

Thème de Nathanaël : Le lumineux


L’évocation par Lizbeth de son possible lien avec Selesnya et donc son appartenance à l'ordre des chevaliers du fantasme, eut effectivement l'effet escompté sur Nathanaël. D'abord rougissant et écarquillant les yeux, incrédule, il resta désarçonné par l’outrecuidance de cette jeune humaine qui se permettait de le mettre dans l'inconfort avec autant de légèreté et ce devant tout le monde. Il tacha de reprendre sa constance, fronçant légèrement les sourcils à Lizbeth ce qui, au passage, le rendait encore plus séduisant. Du reste, l'Arbre Auguste ignora la Délémite.
Le vent soufflerait les mèches blondes de l'Arbre Auguste et à ce moment précis, Lizbeth serait la seule à remarquer non pas un mais deux points rouges sombres de la taille d'une empreinte de doigt, peint sur le front de Nathanaël. Ces points étaient placés de manière symétriques un peu au dessus de la partie intérieure des sourcils.

La petite fée éclata de rire. Oui parce que rigoler sans bouche c'est un peu dur pour l'oracle, et même rigoler mentalement, c'est pas trop son truc, c'est pas la comique des trois.

Lizbeth venait de percer à jour la véritable identité de Nathanaël, l'Arbre Auguste ou aussi le tuteur de Selesnya. Ce séduisant ner n’était autre que le tout premier amour de la Nis, lorsqu'elle était encore... Relativement hum... Sage... ? Un amour d'enfance, pur et innocent. D'ailleurs cela datait de bien avant la naissance des deux humains ici présents... Et... Bien avent la naissance de leurs parents aussi... Et... Et sans doute... Aussi celle de leurs grands parents... C’était il y a un sacré bail en fait et depuis... le Sanctuaire avait connu beaucoup de résidents... Oui... Hum... Voila voilà... La Nymphe nymphomane... Tout ça, tout ça...
Bref, Nathanaël était donc le tout premier résident du Sanctuaire à avoir occupé la toute première maison, et il ne l'avait jamais vraiment quitté en vérité... Ou du moins, jamais complètement. Jusqu'au jour noir où la Grande Ennemie projeta son influence sur le sanctuaire... Il est intéressant de se demander quelle sera la réaction du torride et impétueux chevalier noir devant cela... Cela risquait peut être de faire des étincelles, cependant il semblait que pour l'instant l'Arbre Auguste ne soupçonne pas du tout le lien entre Selesnya et Mary.
Il faut dire que le futur arrivant avait aussi une très grande importance pour Selesnya. Le dernier arrivé certes, mais mais mais le tout premier humain goûté. Les toutes premières nouvelles sensations de délice... Une passion, un fantasme, qui demeurerait, impérissable, à l'instar du premier amour de la nis. A condition bien sur qu'il parvienne à imprimer durablement son empreinte dans l'esprit de sa nis en la sauvant.
Et Mary avait le net avantage de ne pas être un PNJ aussi... Heu pardon... De ne pas être un « non porteur de récit »... ça à tendance à aider... Plutôt...

Lorsque Liz' fit sa démonstration avec les battements de cœur le mime et le tic tac... Nathanaël et les deux sœurs paraissent troublés, ils échangent un regard intrigué et inquiet. Puis, plus tard lorsque Lizbeth termine sa démonstration, l'Arbre Auguste croisa les bras, soucieux. Toujours fronçant les sourcils d'un air séduisant il lâche quelques mots non sans un certain dédain dans son intonation si caractéristique de la plus part des elfes d'Eldalië.

Et bien... Vous êtes plutôt perspicace... Pour une... Humaine... Il appuya sur ce dernier mot avec le maximum de dédain. Nathanaël différait de Selesnya sur plusieurs points, mais par respect pour elle, il évitait d'être désobligeant (comme le Thaumaturge), à l'égard des inférieurs, qu'elle même respectait.
Il est clair que la Délémite était à l'aise avec les jeux de mots et d'esprit, elle aurait sans doute été utile au groupe dans les deux précédents songes.

L'Oracle acquiesça. Hmmm, en effet l'ombre n'est pas toujours le mal, le Spectre pourrait vous le dire de même que nôtre déesse, Shadaliel et la vôtre, Délémia. Notre sœur elle même, avec ses mœurs... A une part d'ombre. Il ne faut pas la détruire, mais déloger la peur qui s'y est installée. Et... Bien que cela me coûte de l'admettre... Renforcer... Hum...L'oracle chercha ses mots sans parvenir vraiment à les trouver, ne connaissant rien du Sanctuaire... Ce que vous y trouverez....

Pour ce qui est de votre façon d'agir... Je pense avent tout à la survie de ma sœur... Faite au mieux de vos capacités. Je vous fait confiance.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Mary Crescence
Acolyte
Royaume de Keldar

le Mirion 4 Calinior du 1560ème cycle à 12h02

Ma main se desserre assez pour que cela devienne une caresse. Une caresse qui ne vibre pas sous mes doigts de musicien. Ils glissent à peine avant de quitter le corps de celle sous mes yeux.
Mon regard est perplexe, mais je ne me dépare pas de mon sourire. Quelque chose ne va pas, je le sens, mais je ne peux que le sentir, pas le comprendre. Je soupire.

Vous êtes désaccordée. Dissonante...

Il n'y a pas de lien entre nous. Comment peut-elle être et ne pas être ? Je l'écarte, et passe un œil critique sur la peau nue offerte à mon regard. C'est pourtant bien son genre de se balader dans cette tenue absente.

Je me détourne, mais garde un œil sur elle tout de même. Il s'agit de mon instrument apres tout.


Mon nom est Crescence. Je réduirais à néant tout ceux qui oseront s'en prendre à ce royaume.

Cette annonce, je la lance en retournant prendre l'épée abandonnée plus tôt. Lorsque je la saisie, il est palpable que je suis prêt à briser le Despote. Sans autre mot, nous prenons la route.

Je suis toujours souriant. Nous sommes dans sa forêt, et rien que ceci me rend joyeux. Son air entre en moi, et en sort au rythme de ma respiration. Sa musique bercé mes sens et électrise mes doigts. Mes yeux détaillent son monde et je commence à m'inquiéter. À raison visiblement...

Je la retrouve.


Ouvre les yeux

Mon coeur se fige. Je découvre les traits de ma nis sur chacun des visages que je détaille. J'illumine le monde car sans aucun doute, aussi étrange que cela soit : c'est elle. C'est un fait. Même si elle a tout d'une fée. Ou d'une dryade. Mes yeux les couvre, et j'éprouve pour ces deux figures des sentiments complètement différents. Ma main se lève comme pour attirer la fée à moi, et la protéger d'une tendresse infinie. La blottir contre mon corps chaud.

Quand je capte le regard de l'oracle, c'est une déférence profonde qui émane de moi. Je respecte cette part végétale autant que j'adore mon Dieu. Mes lèvres prononcent une prière douce pour la forêt de Selesnya dans laquelle nous avons subit les atrocités de la non-vie. Mes yeux se ferment, et je m'incline devant elle. Ce que je n'ai pas fait auparavant.

À ces deux facettes, je souris avec un amour unique et pourtant différent.

Mais quand la scène est enfin complète, mon coeur se glace. La douleur est horrible. Mes sens s'aiguisent et je capte tout avec une acuité douloureuse. Mes membres semble se disloquer, et j'ai l'impression que tout mon être se tort. Quelqu'un s'en est pris à elle.

Je hais.

La lumière de mon visage s'éclipse. Je me raidis en m'approchant. J'ai presque l'impression de n'être que témoin de mes actes. Je m'approche un peu jusqu'à.a pouvoir m'effondrer prêt de son corps. J'aimerai la toucher. Tisser des liens. Les faire vibrer. Et prendre son mal.

Mais je ne peux que rester à genoux, incapable. Je ne peux qu'écouter les moyens que d'autres ont mis en place pour la sauver. Au passage, l'autre humain m'agace. Elle joue, alors que ma vie semble s'échapper. Au passage, il faudra que je puisse celle qui a usurpé les traits de ma précieuse pour se jouer de moi.

Les yeux tout au corps de la meurtrie, j'écoute. Il en va de la vie de mon instrument après tout. Que je n'ai su protéger. C'est cela, je me sens coupable, et je dois réparer ceci. Réparer et châtier.


Les fantasmes sont pour les gens frustrés. Pour ma part, j'ai tout tout ce qu'il me faut sous les doigts. Et je parcours le chemin jusqu'à mon aimee. Je la frôle, avec tendresse, respect, et possession. Unique et différent. Quant à mes peurs... Ils l'ont tous sous les yeux. Moi impuissant à sauver cet instrument immortel. Et je n'ai pas envie de m'ouvrir à eux. Je n'ai aucune confiance à cet instant. Soucieux, je questionne les fragments de Selesnya.

combien de temps avons-nous ?
Et ça aussi.
Information détaillées
Telmä
Garde Royal d'Ulmidiel, Soeur de la Tempête, Mère des Vents, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Mirion 4 Calinior du 1560ème cycle à 13h57

***
Telmä regarda le Thaumaturge s’en retourner à ses affaires. Même si elle n’osait l’admettre, elle avait été ravie de le revoir et appréciait le ton décalé de ses paroles dont elle arrivait étrangement à en saisir le sens. Ses sarcasmes allaient lui manquer. Mais à présent qu’ils étaient face aux Sœurs, elle comprenait qu’il ne se joigne pas à eux. Tout comme lui, elle semblait comme en décalage face à cet étalage de débauche. Presque à distance, elle ne s’inclina pas, si ce n’est pour mieux observer la Nymphe, pensive, écoutant ce qui se disant avec attention.

Délicatement et discrètement, elle manipula son doudou au toucher agréable. Il se mit à jouer une triste mélodie et pour une fois, tout le monde allait en profiter.

Pensive, elle murmura.
***

Le sanctuaire des 12 fantasmes…

***
Ou ... Les chevaliers du zodiaque, bien qu'il soit surtout question là de constellation, pas vraiment de quoi être consterné.
***

Certains ne sont pas corrompus, mais traverser leur maison ne se fera pas sans une épreuve pour mieux nous préparer à faire face à la Grande Ennemie.

D’autres ont été purement manipulés, voyant en la Nymphe une imposture et croyant la Grande Ennemie comme la véritable Nymphe. Il faudra leur ouvrir les yeux.

Au moins deux semblent irrémédiablement corrompu, conscient de leur situation.

Pour des raisons que j’ignore, au moins deux maisons sont vides.

Enfin, un partage un lien très fort avec la Grande Ennemie. Pourtant, il se peut qu’il ne soit pas irrémédiablement corrompu. Au sommet, son identité pourra surement être découverte. Il s’y trouve également ce qui pourrait sauver la Nymphe. Peut-être un artefact. Il ne serait pas étonnant que le Grande Ennemie soit là également.

Et … 12. Il ne nous reste que 12 heures, donc ? Il vaudrait mieux se mettre en route, toutefois, il serait utile d’avoir des informations sur ce que sont précisément ces 12 fantasmes. Cela nous aidera à mieux cerner quelles épreuves nous attendent. Même si votre vision, Dame Lizbeth, me semble effectivement pertinente.


***
La mélodie cessa.
Bien que prête à partir, elle resta à l'écoute des réactions et idées. Il ne fallait pas non plus foncer dans le tas bêtement.
***

Garde Royal d'Ulmidiel

IRL, ce sont les gens qui cherchent les infos dans les bouquins, dans Ideo, je suis sur que ce sont les bouquins qui cherchent des infos auprès de Telma oO (Layna)
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Joriol 5 Calinior du 1560ème cycle à 13h53

Accomplissements :
- "Symbiose totémique" : + 50 points pour Telmä (Je l'avais oubliée au premier post mais tes écrits en turquoise à mon égard pouvaient être considéré comme preuve d'une bonne symbiose. Dsl.)
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Telmä (du coup, à retardement)
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Telmä (idem)
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Mary
- "Effort louable" : + 15 points pour Telmä.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Mary.
- "Kwaliti stwit" : +50 points pour Mary.

Thème : La fureur du lumineux


Sous les yeux de l'assemblée, le chevalier noir que l'on aurait pu penser ténébreux dangereux et insensible se change en un être romantique et attendrissant prêt a tout pour sauver celle qu'il aime.
Les deux facettes bien portantes de Selesnya demeurent incapables d'agir, ressentant ce lien étrange et puissant avec Mary mais ne le comprenant pas encore tout à fait, les laissant extrêmement troublées par l'aura du chevalier noir.

Lorsque le chevalier s'approche et s'agenouille à coté de la Nymphe blessée la surprise et l'incrédulité se lisent sur le visage de Nathanaël. Les paroles de l’humain lui font froncer les sourcils, encore plus qu'avec Lizbeth et lorsque Mary effleure la Nymphe, tous les élus sentent comme un rapide courant d'air, qui fait voleter les pétales de fleurs de cerisier autour d'eux.
Nathanaël s'est téléporté à quelques centimètres de Mary et pointe son épée/bâton contre le cou du jeune humain. Cette attaque surprend tout le monde, d'autant plus vu l’extrême lenteur de l'armure. Une unique goûte de sang du chevalier perle jusqu'au sol. Lorsqu'elle touche le sol, une jolie petite fleur noire en éclos. Mary peu ressentir que sa Nis a... Comme un soupir de soulagement... Comme si elle allait un peu mieux, il peux sentir que les trois fragments de Selesnya ont reçut ses sentiments et ses prières et qu'il leur a donné du temps par ses attentions. Mais il est le seul, grâce a son lien avec la Nis à pouvoir sentir cela.


L'Arbre Auguste se rapproche alors du visage de Mary, contenant une fureur dissimulée, mais palpable.
Comment osez vous, inférieur... Si vous touchez ne serais-ce qu'un cheveu de l'une des trois sœurs, je vous égorge. Cela sonnait comme un ultimatum très sérieux... Et l'Arbre Auguste n'était pas quelqu'un à prendre à la légère. Nathanaël avait certes appris à respecter les humains et à modérer sa xénophobie par amour pour Selesnya mais la nature traditionaliste et assez radicale de cet elfe, qui s'entendrait sans doute très bien avec certaines personnes justement craintes par la nis, ressortait parfois... Pauvre Nathanaël, si il savait, qu'ailleurs, Mary ne s'était pas contenté de la toucher, mais l'avait aussi... délicieusement emplie de sa... semence « d’inférieur » et ce... plusieurs fois... et... d'affilée... même ce stoïque Ner pourrait voir rouge.

Nathanaël ! Il suffit ! La voix mentale de l'Oracle raisonne comme un avertissement aussi sérieux que l'ultimatum envoyé à Mary. L'arbre Auguste fronce les sourcils et Mary peu voir la mâchoire du ner se serrer. Nathanaël le foudroie du regard, mais dans un geste souple et maîtrisé, range son arme et se relève.

Pardonnez moi Oracle... Il s'incline avec déférence et d'un geste fait réapparaître son casque étrange pour que plus personne ne puisse voir ses émotions. Il se recule un peu mais reste tout de même aux aguets et semble surveiller Mary, sa main gantée particulièrement serrée sur le pommeau de son arme.

Voila, ça c'est pour Mary et maintenant Telmä qui me sort un truc... Bien rigolo XD
Par contre, Hé ! Ma grande, doucement avec les appels au plagiats ;). Car bien que cela soit très tentant de coller au mieux à l'histoire originale, pour le plaisir des fans, il s'agit surtout d'une grosse référence, d'un gros clin d’œil et cela ne se passera pas vraiment pareil.

Malheureusement Telmä risquait donc d'être un peu déçue. Il s'agissait de l'ordre des chevaliers du fantasme et non du zodiaque, il y aurait des différences majeures dans le scénario. Cependant Telmä avait des pouvoirs insoupçonnés et très puissants ici, et le Narrateur, conciliant, essayera de lui donner raison sur un maximum de points, même si cela reste métaphorique ou théorique (du coup pas d'accomplissement d'oracle, navré). Bref.

Et on va d'ailleurs reprendre avec son excellente musique :)

Donc, après la diatribe de Telmä, incertain de comprendre pourquoi elle annonce tout ceci avec tant de précisions, Nathanaêl commence serieusement à se poser des questions sur le groupe d'Elus.

Heu... Êtes vous certaine de ce que vous dites ? Dans mes souvenir c’était assez différent... Ce dont je suis certain c'est qu'il y a au moins un, voir deux traîtres parmi l'ordre, mais que ce n'est pas nécessairement le même traître qui poignarda la souveraine du sanctuaire. L'essentiel des membres ont fuit... Et il ajouta à voix très basse, honteusement. Comme moi... Les maisons désertées ont été investies par vos anciens camarades ou les généraux de la Grande Ennemie, ils ne peuvent pas être considérés comme des chevaliers déchus.

L'analogie avec des personnes « purement manipulés, voyant en la Nymphe une imposture et croyant la Grande Ennemie comme la véritable Nymphe. », pouvait être faite concernant les anciens élus déchus qui accompagnaient Telmä et Elanor.
Il y avait donc aussi des traîtres, des chevaliers déchus, dans l'ordre des chevaliers du fantasme en plus des élus déchus, cela semblait coller avec les « irrémédiablement corrompus ».
Mais certains comme Nathanaël étaient restés fidèles à la souveraine Nymphe comme annoncé. Effectivement.
Des maisons vides ? Probablement, vu les chevaliers en fuites ou détruits. Des maisons sans doute réquisitionnées ensuite pour les généraux de la Grande Ennemie ou pour les élus déchus. N'est ce pas plausible ?
Quand au chevalier lié a la Grande Ennemie et dont l'identité serait révélée... Hmmm, à voir...

12 heures ? Heu... C'était pas prévu pour être timé mais... Ok pourquoi pas... Mais alors en HRP ça fait quoi 12 semaines... ? /me se rappelle des autres RP Hmmm... Ouais non, 12 mois plutôt hein... Il vaut mieux... Va falloir vous sortir les doigts mes cocos ^^.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Mary Crescence
Acolyte
Royaume de Keldar

le Valkin 6 Calinior du 1560ème cycle à 10h12

Il me prend mon sang. Une seule goutte peut être, mais je sens la brûlure faite par la lame. Je sens aussi cette tentative enfantine de vouloir montrer qu'il est le plus fort. Ou plutôt qu'il a la plus grosse. Comment vais-je pouvoir lui faire comprendre ?

Et puis il me menace. Me traite d'inférieur. J'en frémis de colère. Je ne peux laisser passer ce terme. Je passe mes doigts sur ma plaie, et porte une perle rouge à mes lèvres. Je dépose dessus un baiser enflammé, et j'entends mon aura autour de moi. Tel des tentacules fantomatiques, mon humeur sombre fouette l'air autour de moi.


Je n'ai pas à recevoir de leçon d'un minable qui s'en prend aux "inférieurs" pour montrer qu'il est viril.

J'ai retiré mon gants tout en parlant. Mes doigts d'abord pressés contre mes lèvres, je les pose sur la joue de l'allongée. Je suis complètement provocateur envers l'agresseur. Et le contraste avec la douceur du touché, seule elle peut le sentir.

Je suis faible, c'est vrai. Et pour réussir, nous avons besoin de l'aide de chacun. Mais si vous pensez que nous vous sommes inférieurs, alors je préfère continuer sans vous.

Je me lève, et m'approche du fuyard. J'ai conscience qu'il peut me découper en petits morceaux assez rapidement. Et aussi de le chercher, le provoquer. Pourtant mon sourire est éclatant. Et la main que je lui rends ne tremble pas.

Pensez-vous pouvoir affronter le pire avec nous tous, et faire partie de ce groupe de part votre seule volonté ?

Après tout, il a déjà abandonné une fois. S'il a pu fuir un groupe de 12 puissants, ne serait-il pas enclin à faire de même avec notre petite équipée ? Cette réflexion me chagrine, et il faut pouvoir être certains de la confiance que nous pouvons nous porter.
Et ça aussi.
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Valkin 6 Calinior du 1560ème cycle à 12h30

Accomplissements :
- "Maitre diplomate" : Gérer une situation de crise avec une surprenante habileté. +25 points pour Mary.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Mary.
- "Ouuuuuh... Caliente..." + 1 : + 10 points pour Mary

- "Haaah ! Tentacle-sama ! Nyaah ! Kimuchi !!!" (unique) : Le narrateur ne fera aucun commentaire sur ses vices cachés... +100 points pour Mary

Thème : Apaisement (chant de l').


Tout d'abord pour l'Arbre Auguste c'est un sentiment de colère exacerbé par les provocations du jeune humain, ses doigts se serrent sur son arme, mais le regard inquisiteur de l'oracle annihile toute volonté de démonstration publique de violence.

Et puis, ensuite... Il y a cette main tendue... Surprenant... Malgré les menaces de l'Arbre Auguste, malgré le dédain manifeste qu'il a démontré à l’égard des deux humains... Mary lui tend la main, comme une seconde chance, un gage d'amitié... Un pardon...

D'un geste à nouveau le casque de l'arbre Auguste se retire, mais ce n'est plus de la fureur qui se lis sur son visage, mais de l'incompréhension et une grande surprise. Il se sent juste complètement idiot d'avoir réagit ainsi alors que Mary est visiblement quelqu’un d’extrêmement intègre. Il tourne son regard vers l'Oracle... Il venait de comprendre pourquoi la nis respectait les sois disant "inférieurs".

Je me rend compte, une fois de plus que Selesnya avait raison... Puis vers Mary et le musicien pu sentir dans son regard que l'Arbre Auguste était sincère. Vous valez mieux que beaucoup des nôtres.

Il n'avait pas échappé à l'Arbre Auguste que pour l'instant les seuls à avoir fait montre de la déférence requise aux sœurs étaient... les humains... Selesnya n’était elle point respectée par ses propres pairs ?
Question rhétorique, évidement...

Et que Telmä ne vienne pas me dire que c'est parce qu'elle est transformée en droïde bouboule et qu'elle n'a pas de genoux cette fois... Hein...

Le gros point fort de Nathanaël, contrairement aux autres personnes craintes par la nis et avec qui le tuteur aurait pu s'entendre, c'est d'être capable de mettre sa fierté mal placée d'elfe de coté pour arriver à reconnaitre que Selesnya avait bel et bien raison et prendre des décision intelligentes dans l’intérêt commun. Nathanaël est certes comme il est, mais il n'en reste pas moins un ner extrêmement censé, lui, au moins.

L'Arbre Auguste porta son regard sur les trois sœurs et particulièrement la nymphe, avec tristesse. Nous avons... les mêmes désirs et... les mèmes craintes... Il retira son gant et pris la main de Mary avec franchise et la serra, se rendant compte qu'au delà de leur différence raciales, ils étaient pareils, liés par un but commun concernant la nis qu'ils aimaient. Ils n'avaient donc pas de raison de se battre l'un contre l'autre, au contraire.

Vous avez votre place... Dans le sanctuaire des 12... Je serais heureux de me battre à vos cotés pour le reprendre. Il lui fit une accolade et lui tapa dans le dos.

Il ajouta en baissant la tête. Pardonnez moi... Pour cet incident, c’était déplacé...

La fée avait un sourire jusqu'aux oreilles visiblement très heureuse et l'Oracle s'approcha pour prendre les mains des deux chevaliers entre les siennes comme pour officialiser ce nouveau pacte. Elle murmura doucement aux deux chevaliers.

C'est très bien.


NOTE : L'attitude de Nathanaël envers Lizbeth et Mary a désormais évoluée.

(Note bis : J'ai rajouté un accomplissement que j'avais oublié)
Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Valkin 6 Calinior du 1560ème cycle à 18h18

NOTE : Je ne suis personnellement pas fan des timers IRL, certainement à cause de mes études et d'une grosse charge de travaille, mais comme je m'y attendais je ne m'y oppose aucunement.
Par contre, et c'est un avis tout personnel, je m'oppose à la surabondance de ficelles scénaristiques ou de personnages/thématiques/clins d'oeils tirées d'autres oeuvres fictives. Enfin... les clins d'oeils et autres références m'amusent. Mais si je vois de trop fortes ressemblances avec, au hasard, les chevaliers du zodiaques (déjà que le poignard et les sanctuaires... bon), je risque de décrocher.
Vous voilà prévenez.

Pour une note plus positive : en effet, chacun d'entre vous gagne 20 points que je vous offre gracieusement ! Dommage que cela ne rende pas mon personnage plus sympathique en rp... ;)

De la réfléxion ...

*** Lizbeth sembla écarter la remarque raciste de l'Auguste d'un geste désintéressé de la main. A vrai dire, les réactions autour d'elle étaient bien plus importantes. Son émeraude rencontra tour à tour la douceur des traits des Selesnya, la beauté inégalable du ner, mais aussi les singularités de chacun de ses camarades. Lizbeth resta... impassible. Ou plutôt, son visage se referma légèrement alors que des paroles étaient lancées. Dans un coin, une remarque sur la frustration et les fantasmes. La brune se mit à sourire. En voilà donc une drôle de réflexion.

Son visage se tourna un instant vers le ciel. Soudainement... attristé ? Etait-ce comme un lointain écho du comportement du dénommé Crescence ? Elle n'en n'était pas sûre. Mais quelque chose plus profondément que dans son cœur venait de se faire un peu bousculer.

L'humaine respira les odeurs, toucha de ses lèvres ces embrunts particuliers. Elle vint acueillir un pétale au creux de sa main, alors que ce dernier désirait s'échouer plus loin dans le ruisseau : elle lui coupa la route. L'Oracle... l'enfant... le nêr, ils avaient compris. Mais la réponse de Crescence et de Telmä... les deux étaient à côtés de ce qu'elle demandait. L'espace d'un instant, l'envie de leur rire au nez et de tourner les talons pour continuer son chemin manqua de faire faillir la délémite. Puis elle sembla se souvenir d'une lointaine promesse, faite à un lointain partenaire, dont le jeu n'avait d'égal que l'invisibilité de ses actions.

Sa main se referma doucement sur le pétale rosé. Ses doigts enlacèrent la fraîcheur végétale, ses mèches au plumage bleuté s'agitant au gré du vent. Avait-elle dit quelque chose de trop ? Ou manquait-elle d'explication ? Un doigt sur la lèvre, elle se mordit l'intérieur des joues. Des histoires d'heures... bon certes, le sanctuaire. Mais personne ici ne ressentait vraiment la peur ? Elle tourna un regard, puis un deuxième vers Crescence : sa faiblesse était déjà en bien mauvais état... mais pourquoi refuser l'échange ? Peut-être qu'il n'appréciait que trop peu ses semblables, vu la tendresse dont il était capable avec une nîs. Pourquoi pas... ***


J'espère pour nous tous que la Grande Ennemie n'est autre que la dernière réelle facette de Selesnya... voire pire, que Selesnya soit la seule et unique personne a s'être infligée une telle souffrance...

*** Les murmures manquèrent de filtre, alors qu'attentive, l'humaine contemplait les scènes qui s'entrecroisaient. Quand finalement... ***


... jusqu'à l'ébauche d'un combat...

*** Le mouvement trop vif de Nathanaël n'empêcha pas Lizbeth de réagir. Avec un certain train de retard, mais cette dernière avait fait quelques vifs pas en avant pour se placer à moins d'un mètre de l'Auguste lui-même trop proche de l'humain. Visuellement, la délémite ne menaçait pas vraiment le nêr... mais les cartes de sa main gauche étaient légèrement relevées. A vrai dire, si cela ne se voyait pas, Lizbeth était bel et bien en position de combat. Elle n'irait pas jusqu'à être confiante de ses capacités contre celles de l'ancien Fantasme... mais en tout cas, elle réagirait à la seconde où elle discernerait un mouvement d'attaque.

C'était plutôt... inconfortable comme situation. Si le sourire apparant de la jeune femme pouvait démentir ce point, l'interaction entre l'amant et le fantasme ne lui plaisait guère. Surtout qu'elle sentit que la discussion n'irait pas dans un sens où elle pourrait intervenir afin de calmer le jeu. Et la fille Masgard ne faisait pas assez confiance à l'Auguste pour être persuadée qu'il n'osasse souiller le sanctuaire de celle qu'ils protégeaient.

Inférieur...

Inférieur... ***


Ah... on ne chasse pas si facilement une nature maintenue durant des millénaires, hein...

*** Le ton sarcastique étant plus pour elle-même que pour d'autres, la phrase ne fut même pas prononcée d'une voix claire et élevée. Non... peut-être que les autres spectateurs auraient le plaisir d'entendre une nouvelle punchline de la demoiselle. Mais pour l'heure, celle-ci ne s'en occupait que peu.

Elle pria mentalement pour qu'elle n'ait pas à égorger elle-même l'Auguste ou même le Crescence s'il continuait ainsi à énerver le prude. ***


Et jusqu'à une étrange, bien étrange complicité...

*** Cette fois-ci, ce fut Lizbeth dont les pupilles s'éloignèrent l'une de l'autre. Elle désarma ses cartes, et redressa ses épaules pour avoir une posture bien moins agressive. Elle toisa ainsi, incrédule, les deux comparses se serrer la main...

Manque de chance pour la situation ou au contraire, témoins d'une étrange habileté... ah oui, c'est ça : l'humaine manqua presque de pleurer. Différent d'un mécanisme de sécurité, l'image des deux hommes rappela une affaire datant d'il y avait quelques cycles. Des confrontations perpétuelles, une âme égarée, une main tendue vers la peine, une main tendue avec amour et sincérité... hélas l'histoire précédente ne s'était pas bien terminée.

Mais la bizarre satisfaction de voir cette séquence s'achever d'une autre manière raviva un profond sentiment de patriotisme de Lizbeth à ses camarades. Sa nature paranoïaque l'empêcha de se sentir aussi à l'aise qu'elle le voudrait avec chacun mais, au moins, faisait-elle désormais un peu plus confiance à l'Auguste comme à Crescence.

Lizbeth secoua la tête de gauche à droite bien avant qu'un goutte à goutte salé ne vienne entacher la blancheur de ses joues. C'est qu'elle avait un rôle à jouer ! Et pas des moindre... mais, l'espace d'une minuscule petite seconde, le sourire de Crescence trouva un écho étrangement enfantin chez la brune : chose qu'il verra, ou non.

Remise de ces émotions ou plutôt... de leurs émotions, Lizbeth fit craquer l'une de ses épaules. Trois personnes ne s'étaient pas encore prononcées sur la situation, et cela restait un problème. ***


J'imagine que mes mots et mes images étaient trop compliquées...

*** Elle ouvrit la bouche pour compléter par "et les fantasmes ne sont pas réservés qu'aux gens frustrés" à l'intention de Crescence, mais la délémite s'en garda. Ce n'était pas le moment de relever un débat qui pourrait être bien houleux... non, l'espace y étant réservé était manquant. ***


Et puis de toute façon, qui pourrait bien s'en soucier...

*** Elle reprit, d'une voix bien plus assurée que les derniers propos tenus : ***


Eh bien, s'il nous faut à tous un conflit pour parvenir à créer un lien... si je suis diplomate c'est aussi car je sais créer des problèmes !

*** Joyeuse, son sourire se perdit de lui-même. Ce n'était pas drôle, elle le savait, tout le monde le savait, et son visage fut surplombé d'un masque quelque peu amère. Si la vanne était nulle, le propos en lui-même n'était pas si effacé et dénué de sens. Elle-même ne ressentait qu'une vague sympathie et empathie vis à vis de ses semblables... enfin, co-élus pour être plus exactes. Et il n'y avait aucun moyen de s'assurer de la loyauté, ou même de la volonté de chacune des personnes ici. Telma et la femme-mirage étaient très puissantes, trop peut-être. Mais pour l'elfe en tenue rose ou l'autre participante, l'énigme était toute aussi présente. ***


Personnellement, on pourrait dire que j'ai peur de revoir des êtres disparus, de tomber amoureuse.

*** Elle réfléchit un instant. Au final, Lizbeth n'avait pas peur d'être blessée ou tuée, au vu de ses nombreuses cicatrices. Elle ne craignait pas la mort, la torture, ni le fait de se battre ou de voir du sang couler. ***


Mais je suis assez sensible au raisonnement logique, comme spirituel. Je risque de mal réagir aux contacts physiques... mais si vous me sentez disons... défaillir et Dieux que je n'aime pas ce mot... perdre pieds, la parole est une garantie non négligeable.
Information détaillées
Mary Crescence
Acolyte
Royaume de Keldar

le Valkin 6 Calinior du 1560ème cycle à 19h22

{Désolé, depuis le portable, pas toujours assez de débit pour mettre des chansons...}

Nos mains se serrent avec fermeté. Signe que nous avons désormais l'un pour l'autre un respect solide. J'en suis soulagé, et me sens plus serein. Il ne reste plus en moi que le bouillonnent de rage envers ceux qui sont à l'origine de tout ceci. Et je ne doute pas que mon vis-à-vis partage ce sentiment profond.

Mais quand vient l'accolade, je suis encore plus surpris que ne le fut l'Arbre Auguste un peu plus tôt. Je finis par rendre le geste, et nos corps s'étreignent devant notre joyeuse troupe. Une proximité qui, je n'en doute pas, aurait ravi Selesnya. Et je réponds à l'oreille de mon nouvel ami, dans un souffle rauque.

Je vous comprends. Je ferai des erreurs moi aussi, j'espère qu'alors vous serez là pour m'ouvrir les yeux de votre sagesse mon ami.

Et comme pour le chevalier blanc, ces quelques mots sont sincères. Être capable de remettre en question son jugement, c'est admirable.

Nos corps se détachent et un lien fragile nous attachent.


J'imagine qu'il est temps d'aller visiter ce sanctuaire.je lance à l'Auguste. Mais l'autre humaine prend la parole. Et un mot fait écho dans mon crâne. Élu. Si elle est ici, aussi agassante que cela puisse me paraître, c'est pour une raison. Je porte mon attention sur elle. Et rien que sur elle. Je la détaille sans m'en cacher, un sourire léger sur les lèvres.

Vous avez raison. Sans confiance, nous n'iront nul part. Je ne vous apprécie pas beaucoup à cet instant, mais je vous reconnais ceci : vous essayez. Et parfois vos propos sont déroutant. Si vous avez raison et que la Grande Ennemis est bien une part de Selesnya, alors la combattre va demander beaucoup d'ingéniosité.

Je m'approche, encore, encore d'elle, et finis par rendre un doigt à hauteur de son visage. Pour qu'elle le presse visiblement. Du moins, j'attends.

Je ne sais si j'en serai capable, mais si je vous sens vous égarer, ou même si vous vous sentez perdu, et bien, j'essayerai d'etre un soutien pour vous.

Mon sourire grandit un peu, et mes yeux se ferment. Tout ceci ressemble grandement à une promesse.

Et ça aussi.
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Solior 7 Calinior du 1560ème cycle à 00h10

Note : Entendu Liz', je vais essayer de faire de mon mieux pour vous faire un truc qui plaise à tout le monde ;)

Accomplissements :
- "Triangle vert" (unique) : C'est le plus gouleyant des Kwaliti Stwit, pas vrais ? +100 points pour Liz'
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Lyz'.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Liz'.


Nathanaël hocherai la tête en signe d'acceptation aux propos de Mary puis attendrai patiemment que Liz' réponde à la sollicitation du chevalier noir. Une fois leur échange fait, il s'adresserait a elle.

Dame Masgard, pardon pour ma rudesse de tout à l'heure... Je puis vous dire, et vous avez du le deviner, que Sieur Cressence et moi partageons la même Peur. La Grande Ennemie nous met d'ores et déjà au défit. Il ajoutât hésitant... Ne voulant pas froisser Lizbeth, mais pourtant voulant être honnête avec elle.
Et heu... Je n'ai pas très bien compris votre blague... heu... Navré... Est-ce de l'humour attani ? Une question toute à fait naïve et innocente cette fois-ci, sans dédain ou xénophobie.

Thème musical : Solitude.


L'oracle intervint alors, visiblement émue... Sa voix mentale légèrement chancelante. Moi ce que je ne comprend pas très bien c'est que vous supposiez que notre sœur soit la Grande Ennemie ou qu'elle se soit elle même infligée ceci... Visiblement ce que venait de dire Lizbeth l'avait vraiment peinée, étais ce une bourde diplomatique volontaire ? Étais ce cela qu'elle souhaitait dire lorsqu'elle avait sortit sa blague sur les diplomates ? Les yeux blanc nacrés de l'oracle étaient plongés dans les émeraudes de Lizbeth, cherchant une explication à ces propos blessants. Lizbeth pouvait sentir l'incompréhension de l'Oracle et sa déception, sa tristesse aussi, malgré son absence de bouche. La dryade n'était pas agressive dans ses paroles pensées, mais visiblement émue...

*Non non... Pas encore...* Encore une fois, on prenait Selesnya pour une folle, une idiote, une affabulatrice, une auto-mutilatrice... Encore une fois on allait se moquer d'elle, ne pas la croire... La conspuer... Alors tous entendirent la voix mentale de l'Oracle en souffrance, mais sans que cette pensée leur soit initialement destinée *Les Lathvin' n'ont qu'une parole. Non... Non pitié... Je ne ment pas... Pourquoi ne me faites vous pas confiance...? Je suis votre sœur ! J'ai toujours tout fait pour Eldalïé. NE ME REJETEZ PAS ! NON ! POURQUOI !? *
Cette maladresse de Lizbeth, avait éveillé en Selesnya de tristes et... effrayants souvenirs et le ciel s'obscurcit alors.

Vous pensez que tout ceci n'est qu'une farce, que nous vous manipulons...? L'enfant fée arborait un visage triste... Notre sœur est mourante... Étendue là devant vous et pas ailleurs... Une dague plantée entre les omoplates... Deux perles de sève, larmes de tristesse, perlèrent de ses yeux et coulèrent sur ses joues de bois.

Puis a nouveau la voix en détresse... *Ils... ils ne me croient pas... Ils ne veulent pas m'aider... Ils me tournent le dos.... Me traitent d'hérétique... Je les vois... Ils se rient de moi...* L'Oracle écarquilla les yeux pétrifiée... Elle revivait sa souffrance. L'Oracle et la fée se recroquevillèrent l'une sur l'autre. *Je suis seule... Je veux mourir...* La Grande Ennemi gagna de l'influence. Lizbeth venait de se faire, involontairement, espérons le, l'arme de la Grande Ennemie en blessant les sœurs par ses propos maladroits. La pluie tomba et le tonnerre gronda. Le vent souffla emportant toujours plus de pétales dans les airs.

Ah oui et c'est sur ça fait aussi vachement du bien de se planter soi-même des dagues dans le dos et c'est surtout très facile. A peine Mary avait il apaisé une situation, que les propos maladroits de Lizbeth étaient sur le point de provoquer un incident majeur. Nathanaël, lui était littéralement horrifié par ce qu'il voyait ne savant quoi faire devant cette situation. Et sur le corps de la Nymphe, la tache obscure s’amplifia.


Acomplissement : (mis à la fin pour éviter le spoil)
- Grosse boulette... : Ah mince... Vous venez d'augmenter l’influence de la Grande Ennemie dans ce rêve... Faites plus attention. - 150 points pour Liz'.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Solior 7 Calinior du 1560ème cycle à 13h40

Comme un goût de promesse

*** De toute façon, il n'était pas obligé de l'apprécier. La sincérité de l'humain toucha profondément Lizbeth, qui au lieu de simplement presser le doigt tendu vers elle, vint enlacer la paume de l'élu avec sa propre dextre. Les doigts s'emmêlèrent dans un élan de douceur, tout de même assez franc pour confirmer ce qu'ils pensaient déjà : chacun veillerait sur les autres.

Les larmes de la Masgard finirent par stopper les tentatives de la faire céder. Ses yeux reprirent ce même éclat de volonté embrasée qui la caractérisait si... fortement. Son visage se tourna vers son interlocuteur suivant, sans pourtant se détacher du Crescence. Elle eut un sourire sympathique : une blague... le pauvre. Il n'y avait aucune raison d'être froissée, Lizbeth le santé. La bonne volonté du nêr était trop forte, et leur relation semblait avoir évolué sans qu'elle y ait fait quoique ce soit. C'était surprenant... et assez exaltant. ***


Ne vous inquiétez pas pour un quelconque humour, ma phrase était plus pour moi-même que pour d'autres !

Et un autre plus embrumé...


*** Mais le sentiment fort d'incompréhension et de tristesse troubla quelque peu la délémite, qui ne s'y attendait pas. Elle se détacha de Crescence pour faire face à une Oracle visiblement perdue, très mal... était-ce les paroles de l'humaine qui avaient eu cet effet ?

Elle attendit que les voix cessent. Le spectacle était absolument abominable... encore plus pour quelqu'un de finalement très étranger aux problèmes de la belle Selesnya. Lizbeth se rendit bien compte qu'elle était la source de ces réminiscences : mais elle ne s'en vexa pas. La jeune femme contempla les deux pauvres fées se lamenter et souffrir, patiente, dans l'attente de trouver le bon moment pour tenter de répondre, d'apaiser, ou peut-être simplement d'expliquer.

Sans s'approcher, Lizbeth mit un genoux à terre, afin de ne pas brusquer les deux nymphes blessées. L'humaine se positionna ainsi à leur hauteur, pour leur montrer que c'était bien à elle de s'abaisser pour leur répondre, et pas à elle de tenter de comprendre ce qui passait par la tête de la délémite. ***


Mes douces...

*** Encore une fois, l'histoire de Selesnya résonnait dans le cœur de Lizbeth, qui répondit tout d'abord avec un sourire emprunt d'une infinie mélancolie. Elle caressa du doigt l'herbe à ses pieds, alors que le vent soufflait de nombreux pétales autour des protagonistes de cette histoire. Les doigts passagers s'écartèrent pour laisser la paume de la brune toucher le sol. Comme si ce geste lui permettrait d'apaiser la terre... le sol... et ainsi l'itnégralité du rêve : du moins, l'intention inconsciente était là.

Elle se revit, petite, à la place de la plus jeune fée recroquevillée. Jamais aucune larme n'avait roulé sur ses joues... mais les moqueries, les affronts, les insultes... la jeune femme les avait subis. Pour des dissonnances sur un portrait familial, pour le choix de différentes luttes, de différentes armes... ce que dégageait Lizbeth, à cet instant, n'était qu'une simple compréhension de l'état des nymphes. ***


Mes très belles soeurs, ce que vous ressentez est normal... le temps presse, mais s'il faut que nous attendions que vous vous sentiez rassurées, nous resterons le temps qu'il faudra pour toutes vous sauver.

*** Elle prit une légère inspiration, calmant sa respiration. ***


Le rejet, l'incompréhension autour de soi. Cette douleur au creux de la poitrine rendant la respiration difficile... ce brouillard indissociable de notre état alors que tout vrille, et l'intime sensation de se sentir trahis pour des personnes à qui l'on a tout donné...

*** Lizbeth porta son autre main au niveau de son tatouage, entre ses seins. Ses paupières étaient clauses, comme si l'oraison n'était pas qu'une prière, comme si les mots venaient plus instinctivement que le reste. Puis, elle rouvrit les yeux, et tenta de capter le regard des fées. ***


Mais je ne suis pas vous, comme vous n'êtes pas moi. Cela ne nous empêche pas, ne m'empêche pas de vous croire, de vous soutenir. Le fait que nous soyons tous peut-être la Grande Ennemie n'y change rien : c'est notre combat, à nous tous. Mais... vous avez le droit de me haïr pour ce que je viens de dire, je ne vous en veux pas.

*** La brune dessina des cercles devant elle avec son doigt. De jolis anneaux qui s'entrecroisaient, pouvant signifier beaucoup de choses à l'assemblée. Un dessin enfantin, insufflé par le désir de veiller sur chacun. ***


Ce que je dis fait mal, très mal... là ne sera jamais le but. Mais sans cette souffrance, sans la compréhension de cette souffrance, peut-être ne serions-nous pas capable de combattre ce qui nous influence tous...

*** C'était peut-être un peu osé comme raisonnement... et Lizbeth se garda bien de dire que sa vision des choses avait beau ne pas être la même que tout le monde, il fallait tenter d'entrevoir chaque possibilité afin de vaincre et de parvenir à son but. Les blessures ainsi rouvertes pouvaient coûter tellement de choses... mais la jeune femme était prête à en assumer l'entière responsabilité. Ainsi, si soudainement, l'Auguste ou Crescence estimait que la vie de la délémite devait s'arrêter à ces dernières paroles, elle embrasserait l'épée comme un dernier amant.
***
Information détaillées
Telmä
Garde Royal d'Ulmidiel, Soeur de la Tempête, Mère des Vents, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Dolink 8 Calinior du 1560ème cycle à 15h27

***
Telmä vit soudainement des étincelles entre Nathanaël et Mary. Déja ... et la diplomatie n'était pas son domaine. Par chance, l'humain à l'armure sombre se sortis de cette situation délicate avec brio. En ce qui la concerne, elle répondit, un brin embarrassée, à Nathanaël.
***

En effet, je ne suis pas vraiment Oracle, c'est juste que tout ceci m'a fait penser à une histoire dans un autre univers...

***
Après tout, Selesnya n'était pas l'Oracle, la vrais, pour rien.

Elle évita d'en rajouter au sujet des 12 heures, il serait impossible d'expliquer que le temps sur Ideo n'a pas la même signification que l'IRL. Qu'une semaine Ideo peut parfois même durer un an IRL. Et si en plus elle se met à parler du projet V5 et de ses répercutions, elle risque surtout de paumer du monde au passage, ce qui ne sera pas très bon pour le rêve...

***

Par contre, concernant les généraux, maintenant que j'y pense, on les avaient identifiés avec le Thaumaturge lors du rêve précédent.
- Levanti
- Weylin
- Shilsyff
- L'ancien Ambassadeur Suprème
- Le grand Intendant
- Le commanditaire de l'assassinat par la Compagnie Noire
- Le feu
- La non-vie
Le tout, mené par la Peur.


***
Et soudain, elle ne dit rien, se figea. Des humains, Lizbeth démontrait qu s'ils étaient capable d'aller loin dans leur résonnement, cela n'était hélas pas sans conséquences dangereuse. Elle se mordit la lèvre. La vision de l'humaine demeurait sa propre vision des choses, au même titre que les humains ont une vision particulière des divinités. Et comme la diplomatie n'était pas son point fort, elle se sentit impuissante et laissa Lizbeth tenter d'arranger les choses.
***


Garde Royal d'Ulmidiel

IRL, ce sont les gens qui cherchent les infos dans les bouquins, dans Ideo, je suis sur que ce sont les bouquins qui cherchent des infos auprès de Telma oO (Layna)
Information détaillées
Elanor Cenedril
Guide de la Tempête, Nouvelle Aube, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Dolink 8 Calinior du 1560ème cycle à 20h47

*** Le pouvoir se dissipa quand ils arrivèrent dans le camps et tout le monde pu voir Elanor a nouveau si il y faisait attention.
Elle écouta tout le monde tout en restant a distance pour écouter et observer les comportement de tout se petit monde, elle montra quand même son respect aux fées en baissant la tête. ***


-Oh oh oh, alors comme ça nous avons devant nous le passé et le future amant de Selesnya, elle a bon gout quand même.

-Oui elle devrais faire une soirée pour réunir son passé derrière elle et son future face a elle elle devrais aimé cette soirée.

-Mmhhhh bien vue elle devrais aimé, enfin si ils ne s'entretue pas avant.

-A votre avis je devrais proposez mon pouvoir pour aidez l'idée de cette humaine? Je peut les plonger dans leur cauchemar et pourquoi pas faire un cauchemar en commun pour que tout le monde soit informer.

-Non les paroles suffiront au pire ont le proposeras si certain n'ose pas parler.

-Mais qu'a fait cette humaine, elle a blesser les soeurs par ses paroles, que devons nous faire Elanor?


*** Elanor bougea pour la première fois depuis son arrivé et se plaça derrière la petite fée et la dryade et elle les serra contre elle comme le ferais une mère qui veut réconforter ses filles. ***


Allons je sais que vous n'êtes pas folle, je serais toujours la pour toi Selesnya.
Comme tout le monde ici présent, nous somme la pour vous, pour vous aidez.
Cette humaine ne voulais pas vous blessez elle ne connais pas se qui vous êtes arrivé comme moi ou Telmä.
Regarder la elle est sincère, elle est la pour vous sauvé comme nous tous.


*** Elanor fit une bise sur les cheveux de la petite fée et une autre bise aimante sur le front en bois de la dryades. ***


Avatar entier
Information détaillées
Isilwa
Soeur de la Tempête, Voix de Lorikiel
Peuple Elfe

le Lüdik 9 Calinior du 1560ème cycle à 02h30

*** L'attitude de certains membres du groupe vis-à-vis d'Elanor me semblait étrange, comme si cette dernière exerçait sur eux un charme auquel il était difficile de résister.

En tant que Grande Prêtresse de Lorikiel, je ne m'agenouille que devant les Valar ou le Quendëtar et Selesnya n'était ni l'un ni l'autre. Au final, je prie exemple sur mes congénères.

Au fil des échanges, des informations données, les choses me semblaient claires concernant la suite. Mais entre-temps, l'ambiance était en train de devenir électrique, comme si la Grande Ennemie venait d'y semer sournoisement la discorde. Alors, pour tenter de calmer les choses, je pris mon Shamisen et entrepris de jouer un air apaisant et redonnant confiance. ***



Un peu de musique | Mes Chroniques
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Lüdik 9 Calinior du 1560ème cycle à 19h43

Accomplissements :
- "Ouuuuuh... Caliente..." + 1 : + 10 points pour Mary (oubli du post d'avent ^^ oui j'avais pas réagit a l’étreinte Mary/Nath', honte sur moi XD)
- "Corruption du Narrateur" : La flatterie pourrait vous coûter, très cher... Mais bon comme ça fait partie des pouvoirs de votre totem... Vous avez le droit... Continuez un peu pour voir je pourrais m'y habituer :) + 50 points pour Telmä.
- "Stagiaire du Narrateur" +1 : +10 points pour Telmä
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Elanor.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Telmä.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Telmä.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Liz'.
- "Effort louable" : + 15 points pour Isilwa.
- "J'ai bien rigolé !" : Un élément de votre RP ma bien fait rire, merci :) + 50 points pour Isilwa. "Gangnamstyle au Shamisen".


Il semblait que les humains sachent s'adapter bien mieux que les elfes au monde qui les entourent... Et le comprennent plus vite aussi. Il le prenaient peut être aussi, plus au sérieux... Sans doute une capacité hérité de leur vie plus courte mais plus intense. Ce monde n’était pas IDEO, mais bien l'esprit de Selesnya, nulle question de Vala ou de Quendëtar ici. Du moins pour l'instant en tout cas. Et le samouraï, plus que quiconque, devrait savoir faire preuve de déférence lorsqu'il se retrouvait en face de son seigneur. Isilwa enfreignait sciemment le code d'honneur strict du bushido et ce ne serait malheureusement pas sans conséquences... Pire que cela, par un orgueil mal placé, Isilwa semblait s'accrocher désespérément à un titre qui n'avait aucune importance ici. Cependant, avec son Shamizen elle entonna une étrange musique et il faut dire que même si la musique fut inattendue ici... Elle fit bien rigoler le Narrateur. Pas sur cependant que cela aide d'une quelconque manière, mais au moins cela ne ferait pas de mal non plus.

La tentative de Lizbeth pour calmer Selesnya était intéressante et louable. Lizbeth avait visiblement réussit à attirer l'attention de la nis, elle sembla se calmer un petit peu, mais pas suffisamment, la Grande Ennemie resserra son étreinte sur la Nis en grande partie, nous le verrons plus tard par la faute de Telmä.
(Note : Premier jet de dés Liz', la Peur a surpassé ton test)

Aldarion avait eu bien raison lorsqu'il évoqua plus tôt le fait qu'il faudrait être très prudent avec les mots choisis ici, et l'Arbre Auguste le lui avait bien dit lors de son avertissement. Il semblait que la belle Délimite, à laquelle il est vrais, on ne pouvait reprocher d'essayer, n'avait pas fait attention à cet avertissement. Et justement l'Arbre Auguste reprenait ses esprit et réalisa que l’humaine était responsable de ce désastre. Il laissa éclater sa fureur.

Je devrais vous couper la langue ! Fit il en remettant son casque et en se positionnant en garde prêt à embrocher Lizbeth'.

Alors il y eut un déclic et un vortex magique non loin de l'oracle et de la fée recroquevillées s'ouvrit. De ce vortex, émergea le Despote, dans toute sa splendeur.

Theme du Despote :Radiance.

Le ner avait de longs cheveux blonds dorés et le teint pale. Il ressemblait un peu à Lessien d'ailleurs mais en était tout de même assez différent. Il émanait de lui une aura de charisme et de prestance, captivante et puissante.
Son visage était fin et gracieux à la limite de l’androgynie. Beau, presque trop, cette beauté délicate avait quelque chose de dérangeant... Surnaturelle et ténébreuse, mais terriblement séduisante. Il avait de fines lèvres et des yeux bleus azur qui semblaient happer la volonté de ceux qui tombaient dans son regard en amande, comme dans une mer où l'on se noie. Il affichait un air suffisant et impassible. Un de ces airs qui le rendait encore plus séduisant.



Le ner portait une étrange armure dorée à collerette violette et blanche. Cette armure légère était plus utile pour contrer d’éventuels coups directs, même si il s'agissait plus d'une armure d'apparat que de combat. En effet, son aspect raffiné et richement décoré était certes incroyablement magnifique et indéniablement d'envergure impériale, mais ne devait pas être très utile en terme de défense. Il avait une longue cape violette qui pendait du haut de l'armure dorée, un ceinturon à tête de serpent doré et des braies moulantes violettes renforcées par des protections dorées. Ses bottes, toujours dorées, faisaient du bruit lorsqu'il marchait. Ses poignets d'armure étaient violets et les extension vers les avants bras, dorés, imitaient des manches d'amples toges.Une sorte de voile transparent était attaché à son ceinturon. Sur le haut de sa cape cette étrange collerette en forme de papillon doublée de pointes encadrait le visage du despote, surmonté d'une couronne à six cornes. Les cornes les plus basses étaient les plus longues puis celles du dessus semblaient remonter et se raccourcir. Enfin au sommet de cette couronne il y avait une tête de cobra violette. Chose intéressante, on ne distinguait pas les montants de la couronne sous les cheveux blonds du despote, si bien qu'on eu cru que les cornes étaient vraiment siennes de même que la tête de cobra. Mais peut être étais-ce le cas ? Le despote était peut être un puissant démon majestueux.
Pour finir sur la description de son ensemble d’apparat, ses cheveux étaient constellés de bijoux et colifichets violets ou dorés accrochés et son regard déjà très intense était souligné d’élégants traits violets.
Pour finir il possédait un bâton effrayant, doré et noir, agrémenté de diverses lames. Au sommet de ce bâton trônait une orbe incandescente, dorée et hérissée d'écailles noires qui formaient une sorte de dragon, lové tout contre l'orbe.



Il apparut très vite à Elanor et Telmä, que le Despote qui était en face d'elles était d'apparence bien différent de celui qu'elles avaient croisé précédemment. Mais après tout le Despote n'est pas le seul Totem Majeur a avoir été changé à cause d'un lien avec une entité extérieure. Le Spectre et le Thaumaturge, les propres totems de Telmâ et Elanor, apparaissaient différemment (enfin surtout pour le Spectre, vu ce qui était arrivé au Thaumaturge dans le second rêve), maintenant que les élues n'y étaient plus intimement liées. La véritable forme des totems, leur véritable personnalité aussi, apparaissait. Et c'est là que le Narrateur se rend compte qu'il aurait du mettre une autre couleur que le jaune pour le Thaumaturge et garder la couleur dorée pour le Despote... Bon tant pis, ils auront la même...

Allons allons, du calme, Arbre Auguste... Quelle voix... On sentait déjà toute la majesté et la magnificence dans ses intonations altières et supérieures. Il s’approcha de Selesnya en soupirant. Je ne pensais pas que j'aurais à intervenir aussi tôt... Vous vous êtes vraiment entouré d’inconscients j'ai l'impression, Arbre Auguste... Ou bien... De traîtres... Il toisa Lizbeth d'un regard suspicieux puis reporta son attention sur les deux créatures recroquevillée.

Hmmm... Je vais prendre le relai Elanor. Je suis un maître de l'esprit, je peu l'aider. Fit il a Elanor qui s’était elle aussi présenté au chevet des deux sœurs. Écartez vous.

Une fois l'espace nécessaire fait autour de lui et des sœurs le Despote s'approcha de la dryade et de la fée, s'agenouilla à leur hauteur et plaça ses doigts contre chacune de leurs tempes. Il ferma les yeux et se concentra. Il entonna d’étranges psalmodiations.

Ooooooohhhhmmmm...

Alors, petit a petit, le ciel sombre se dissipa et le vent se calma. A la fin du mantra, les deux créatures s'écroulèrent inconscientes mais vivantes. Le Despote se releva et regarda la Nymphe. La tache n'avait pas régressée... Il avait sauvé les deux autres pour le moment mais la dernière facette restait toujours extrêmement vulnérable.

Et bien... On a frôlé la catastrophe...

Il se retourna vers Lizbeth. Le Despote tenait fermement son bâton il semblait prêt à toute éventualité. Il toisa derechef Lizbeth du regard, toujours de son air impassible extrêmement séduisant. Il était impossible de savoir ce qu'il pensait vraiment.

Quelle est la réelle raison de votre présence ici... Lizbeth Masgard ? La Délémite sentit alors le regard envoûtant du Despote, et son esprit inquisiteur, violer son propre esprit, comme une lance, et curer, labourer, farfouiller dans sa tête, y cherchant des informations... Des vérités... La douleur spirituelle, psychique était insoutenable. Insoutenable, mais en rien comparable à l'atroce douleur ressentie par Herinaisil lorsqu'elle même fut victime des talents de l’entité qui avait fusionnée avec le Despote pendant le premier et le second rêve. Visiblement ils avaient tout deux de très puissant pouvoirs mentaux et une personnalité assez semblable. Les élus et les totems s'influencent mutuellement, mais, nous l'aurons vus, les uns ne sont pas les autres et inversement.
(Note : Second jet de dé Liz', le Despote parvient à briser ta résistance psychique. Sans concentration pour élever un mur mental... Difficile de lui résister :p)

Le Despote maintenait Lizbeth dans un étau mental douloureux. Vous voyez... L'Arbre Auguste lui n'aurait sans doute pas osé vous faire du mal, il est trop... lumineux... et respectueux des sœurs pour cela... Moi en revanche... Je fait ce qui est nécessaire, lorsque cela s'impose... Et l’étau mental se resserra. Répondez... L'aura inquisitrice du Despote exerçait une pression croissante sur l'esprit de Lizbeth qui était maintenant soulevée dans les airs par télékinésie sans que le psion eu besoin de lever le petit doigt.

L'Oracle dit faiblement en se réveillant : De... De grâce, Empereur, elle ne savait pas, épargnez là... Elle ne voulait pas, j'en suis sure... La fée aussi reprenait conscience. Sans nul doute l'action d'Elanor avait convaincu la dryade de l'innocence de Lizbeth.

Bien, comme il vous sierra... D'un geste de la main il relâcha la Délémite de son emprise psychique oppressante. Elle écoperait d'un sérieux mal de crane pour un moment. C’était moindre mal finalement... Puis il tourna la tête vers l'Oracle et la Mère des fées.

Vous êtes bien trop crédule... Bien trop naïve et gentille... Selesnya. Il désigna la Nymphe poignardée. Et c'est ce qui arrive alors, lorsque l'on fait confiance sans prudence... La dryade et la fée baissèrent la tête... Vous comprendrez donc qu'il est préférable de prendre toutes les précautions nécessaires si nous souhaitons triompher de la Grande Ennemie.

Il est hors de question que je laisse la PEUR faire sombrer mon tout nouvel empire dans le chaos, la destruction et la folie... Marmonna t'il entre ses dents serrées. Telmä et Elanor se souvinrent alors qu'elles avaient réussi à éviter un conflit majeur avec le Despote au dernier rêve. Tout le monde avait cru qu'il s'agissait d'un ennemi mais... Ce n’était pas vraiment le cas... Du moins, poursuivait il en réalité, son propre but. Ne leur avait il pas dit deux vérités cruciales ? Tout d'abord, il leur avait dit qu'il est inutile de vouloir régner sur un empire de ruines. Le despote aimait certes dominer ses sujets... Il aimait l'ordre, la discipline et parfois même un peu être sadique avec les faibles et les simples d'esprits. Mais... La Peur... La Grande Ennemie, plongerait son rêve d'empire puissant en un cauchemar d'anarchie, de mort et de destruction... Alors à quoi bon régner sur un empire sans sujets... ? A quoi bon régner sur un empire de ruines... ? Les objectifs des trois sœurs et du Despote étaient en réalité convergents : Protéger ce monde, contre sa destruction. Et la seconde chose qu'il eu dit, c'est qu'il reviendrait régner en ces lieux, ce qui est visiblement le cas. On peu penser cependant que c'est avec l'accord des trois sœur, vu l'influence qu'elles conservent sur lui. Finalement, le Despote avait accueillit positivement, les idées d'Elanor dans le second rêve. Mais, si lui avait rejoint le camp des sœurs... Qu'en était il... De celui qui lui était lié... dans le second rêve ? En tout cas les apparences sont parfois trompeuses et l'on peu se fourvoyer sur les réelles intentions des gens.

Puis il se tourna vers Telma que l'entrecroisement de posts... avait épargnée... Et oui... Mais qui aurait très certainement amené la même situation avec son énumération implacablement atroce des peurs de la nis... Il y avait des tabous à respecter en présence des sœurs sacrées ! Enfin !
Du coup Telmä, tu as rajouté de la difficulté au test de Lizbeth... Et oui... Et tu vas donc aussi écoper d'une punition, sinon ça ne serait pas juste ^^.

Le Despote se retint difficilement de faire subir le même traitement à Telmä... Telmä n’était pas une espionne ou une ennemie, (Enfin... Normalement...) elle était juste... Comment l'avait appelée le Thaumaturge déjà lors de leur conversation... Ah oui... « Bookah »... ? Oui, c'est ça. Quelque chose de gentil mais pas très finaud sans doute. Le mécanicien lui avait raconté les nombreuses boulettes de la nis lors du précédent rêve. Il n'y avait pas que les humains qui faisaient des boulettes... Sa majesté s'adressa à tout le monde.

Il est formellement interdit d’évoquer ses peur en présence de Selesnya, bande d'imbéciles ignorants !!! Vous voulez tout faire capoter ou quoi ? Vous ferez cela après si vous voulez, mais pas maintenant... Les élus semblaient ne pas comprendre que l'esprit de Selesnya était dominé par la Peur, ses peurs, et qu'il n’était pas du tout recommandé de remémorer ses peurs à celles qui représentaient Selesnya dans ce monde, tant que les élus ne les auraient pas aidées à les vaincre... A moins de vouloir aider justement la Grande Ennemie à triompher.

Encore un avertissement, après l'Arbre Auguste, le Despote, il serait temps qu'ils ne soient plus pris à la légère. Mais celui là avait le mérite d'être plus clair que le précédent. L'Empereur soupira. Il se demandait vraiment comment une équipe à l'intelligence aussi limitée allait bien pouvoir vaincre la Grande Ennemie. Mais de toute façon pour lui, presque tout le monde était simple d 'esprit, comparé à lui, il n'y avait guerre que sa femme, son fils et son garde du corps qui trouvaient grâce à ses yeux.


Accomplissement : (mis à la fin pour éviter le spoil)
- "Grosse boulette..." : - 150 points pour Telmä.
- "Dissonance totémique" : Vous avez agit de manière complètement opposée à votre totem -25 points pour Isilwa.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Aldaríon Nimmacyé
Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Lüdik 9 Calinior du 1560ème cycle à 20h39

Musique d'ambiance (parce que je veux des points :D) : Mélancolie et trouble

Cela faisait un petit moment qu'Aldaríon s'était fait discret. Depuis le moment où Mary s'était rapproché de la fille du boulanger et lui avait pris le menton. Au fond de lui, il brûlait de rage et se retenait depuis ce moment là de carboniser le visage de l'humain avec son pouikpouik.

Mais de la rage était sorti de léger souvenirs de son propre passé qui n'était pas totalement réel et se mélangeait avec l'étrangeté de ce rêve. Lorsqu'il aperçu la Selesnya enfant le saluer, il se remémora une danse. Mais avec qui dansait-il ?
Il se remémora aussi les enfants de la boulangère qu'il avait pris sous son aile.
Et il se remémora la haine qu'il éprouvait envers les atans.

Ne voulant pas brusquer plus l'environnement et laisser cette colère envahir à son tour l'esprit de Selesnya, il se contenta de se taire et de suivre.
Il n'écoutait plus par contre, l'accent particulièrement affreuse de l'humaine Masgard ou plutôt Massacre vu que c'était ce qu'elle faisait à ses oreilles, lui avait fait décrocher le fil de la conversation.
Il avait reconnu l'Arbre Auguste, Nathanaël et avait saisi le lien entre lui et la Nymphe ce qui le dégouta légèrement. Après tout, il n'avait connu qu'une Selesnya faible mentalement et voyait en ce blond un profiteur de la faiblesse ne se doutant pas qu'il s'agissait en fait d'un amour de jeunesse.

Décidément les personnes présentes n'étaient visiblement pas dans ses bonnes grâces, sauf bien entendu, sa tante et l'ancienne novice Isilwa.
Même la vue de Telmä l'exaspérait, il ne savait pas pourquoi mais la nis lui rappela un art qu'il ne pût exercé et une longue tige de bois. Peut-être une lance...Il n'en savait pas plus.

Pour se changer l'esprit, profitant surtout que les autres protagonistes se crèpent le chignon, il se contenta de ramasser ce que la nature lui offrait. Ne manquant d'ailleurs pas de cueillir la fleur qui surgit de la goutte de sang. Nul doute qu'un bazar pareil ça risquait d'être utile.

Il s'approcha aussi de la troisième soeur, celle qui gisait à terre. Intrigué par cette matière sombre qui suintait hors d'elle. Pouvait-il en prendre un flacon ?

Information détaillées
Mary Crescence
Acolyte
Royaume de Keldar

le Malina 10 Calinior du 1560ème cycle à 10h59

Mon Royaume très cher...

Soyez prêts toi aussi tu as pensé au Roi Lion ?

Parce que oui, je me permets de corriger une personne capable de prodiges magiques, d'une puissance déroutante, et que sais-je encore. D'affronter une nouvelle fois un être bien plus puissant que je ne le suis. Qui vient de s'en prendre à Lizbeth. N'avais-je pas promis d'être un soutien dans son égarement ? Elle venait de commettre une erreur en affolant ma mis, mais ce n'est pas de cette manière qu'elle pourra réparer son acte maladroit.

Tout le monde fait des erreurs. Moi le premier. En ce moment, j'en fais peut-être une. Telmä n'avait pas aidé non plus. Mais ensemble, nous pouvons faire mieux.


Mon Royaume... Mais je dois vous remercier. et je tire la lame de son fourreau dans un bruit métallique sifflant. J'offre un sourire radieux à l'usurpateur, plein de gratitude. Il est sincère.

Vous avez rapporté la paix en ce lieu, et je vous en remercie.

Mon épée décrit un cercle devant moi, passant devant mon épaule gauche, mon visage, mon épaule droite. En fin de mouvement, je suis légèrement courbé en signe de respect. Je relève le visage pour fixer le Despote dans son regard captivant. Puis d'un fouetté de poignet, j'envoie la lame arrêter le geste d'Aldarion en le frappant sèchement du plat de l'arme.


Je doute jeune ner que ce présent vous soit destiné.

Et ça aussi.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Malina 10 Calinior du 1560ème cycle à 16h11

Une volonté au delà des principes :

*** Lizbeth se tut, dans un sourire bien bavard. Un dernier regard fut adressé aux nis épleurées, emprunt de cette même tendresse dont elle avait fait preuve en amont. C'était pour ainsi dire une sorte d'échec... mais la délémite ne le voyait pas de cette façon. Elle n'accorda aucune forme d'attention au changement de ton de l'arbre auguste, encore une fois. Non, la jeune femme se contenta de penser que les elfes, malgré leur immortalité, étaient bien versatiles et changeaient d'humeur comme de point de vue bien vite. Ainsi sa remise en question n'avait duré qu'un court instant... c'était à s'en demander si les humains n'étaient pas plus loyaux et plus stables. Mais il ne s'agissait que d'une vision... et de la même manière qu'il est possible de la caresser, Lizbeth frôla d'une main l'herbe à ses pieds avant de doucement se redresser.

La délémite plongea son regard verdoyant dans le casque fendu de celui qui la menaçait. Elle se contenta de lui sourire, comme on sourirait à la mort. Une forme de sa conscience lui soufflait que son décès dans ce rêve n'aurait rien de définitif... et pourtant, elle le vécut comme la chose la plus sérieuse du monde. Car s'il y avait une chose sur laquelle la délémite était certaine de ne pas se tromper, c'était sa détermination en l'instant présent. Et puis, il fallait parfois savoir faire du mal pour le trouver et l'éradiquer. Même si les blessures de Selesnya semblaient trop grandes sur l'instant pour que Lizbeth n'y soit à portée. L'humaine se dit alors que ses compagnons seraient là pour la guider... mais il n'en fut rien.

La déception vint légèrement empiéter la détéermination.

Face à la fougue de l'Auguste comme face à une tempête, Lizbeth tourna vivement la tête devant le nouvel arrivant. Elle resta là, les lèvres légèrement entrouvertes, devant une prestance et un pouvoir qu'elle était loin d'imaginer. Son sentiment fut en effet renforcé par la gestuelle... mais vint la façon de parler. C'était assez typique de la plupart des personnes se pensant au dessus des autres... et à juste titre, bien souvent.

On l'accusait donc de traîtrise. Lizbeth se contenta une nouvelle fois de sourire. Contrairement à ses compagnons, visiblement, elle savait pourquoi elle était là et en quoi sa présence était à la même place que celle des autres; du moins en théorie. Elle ne se pensait pas à l'origine d'une quelconque catastrophe... ou plutôt, Lizbeth trouvait que cette catastrophe était peut-être inévitable. Si Crescence semblait être le plus apte à tenir ses promesses, la délémite avait de sérieux doutes quant au sujet de Nathanaël ou des autres elfes qui l'entouraient.

Les nuages finirent par se dissiper pour redorer le ciel d'un bleu d'orange. Même Lizbeth se sentit plus soulagée en cet instant, comme en harmonie avec les sentiments de la nîs tourmentée. Mais elle se douta bien vite qu'au vu du comportement du nouveau venu, cela n'allait pas tarder à se retourner contre elle.

Lorsqu'elle commença à sentir l'étreinte désagréable se former au sein même de son esprit, la délémite serra la mâchoire : elle connaissait ses limites, et le conrôle mental était un domaine qu'en plus de ne pas maîtriser, elle n'avait pas la force requise pour se révolter. Et quand bien même... le Despote pourra sentir qu'elle n'en n'aurait même pas eu l'intention.

Lizbeth ne résista aucunement à l'étreinte, même si un réflexe de survie normal aurait présidé le contraire. Mais, heureusement ou malheureusement pour elle, la délémite n'était pas doté de tels instincts. Si le Despote cherchait des réponses, il les aurait...

Elle grogna, surtout lorsqu'elle sentit son corps se mouvoir malgré elle. Lizbeth ne résista pas, mais orienta les premières pensées que put lire le Despote ; il put y voir un certain dédain envers les elfes qui l'entouraient, qu'elle jugea faible d'esprit et de coutume. La pensée se dirigea vers Nathanaël, qu'elle ne voyait que comme une bruime changeante et incapable de se stabiliser. Puis vers Telma, étrange créature qui n'avait d'intérêt pour la délémite que parce qu'elle lui avait été utile. Le nêr aux cheveux d'or pourrait aussi déceler un profond respect pour ce que représentait Selesnya dans le cœur de la délémite.

Des pensées, encore et encore :

Si les pensées se retranscriraient en termes d'images, lorsque le Despote perçut les intentions de Lizbeth vis à vis de Selesnya, il pourrait voir des lettres, de l'encre, un doigt habile touchant avec délicatesse le papier froissé, tout cela au milieu d'une foret gigantesque et abîmée. De ces lettres dégageraient un lien, unique, à la fois fin et puissant. Un respect mutuel que les deux ambassadrices avaient partagé durant seulement quelques petites missives... mais c'était assez pour conforter Lizbeth dans sa vision du monde ; particulière et unique.

Lizbeth tenta volontairement de montrer ce qui lui était le plus préjudiciable. Car après tout, c'était ce qu'il voulait voir, non ? Un moyen, une excuse pour exercer son... despotisme, pour raffermir sa croyance de la traitrise chez les élus, pour ne surtout pas remettre en question sa propre perception, ou celle de l'Auguste... il était si simple de tout mettre sur le dos des autres. Etrange... ne s'agissait-il pas là d'une des peurs de la douce embrumée ?

Dans sa souffrance, Lizbeth éclata de rire. Un éclat saccadé, mal orchestré, qui lui arracha un autre grognement suite aux blessures mentales que cela provoquait. Mais même cette joueuse fantasque et parfois fantasmée ne put s'empêcher de libérer sa pensée... à la merci de celui en train de la contrôler. Des instants plus faibles pourraient lui parvenir, des instants plus fragiles de la jeune humaine. L'écho précédemment énoncé lorsqu'elle s'adressait aux jeunes nis, à sa propre vie, un peu à sa personnalité, exacerbée sous cette forme. Le Despote trouverait ainsi peut-être toute la justification des mots utilisés plus tôt. Mais les comprendraient-ils ? Lizbeth l'en pensa incapable. Elle était persuadée que Selesnya avait raison, avait eu raison de réunir les personnes qu'elle avait réunit. Elle faisait confiance en l'être de la Taurë qu'elle se devait de sauver. Peu importerait le désaccord engendré par ses mots... ils étaient nécessaires. Ils jouaient déjà avec des morceaux de verres, le risque de se couper étant grand. Mais on ne pouvait épargner chaque enfant de chaque maux, encore moins avec des mots.

Une fois relâchée, Lizbeth se laissa tomber à genoux, se massant les tempes. Son coeur battait vite et la souffrance était d'autant plus insupportable que le fantôme de la pression mentale persistait. ***


Vous êtes faibles...

*** C'était sans équivoque. Lizbeth s'adressait à l'Auguste autant qu'au Despote, chose qu'elle appuya par un regard rieur, quoique essoufflé. Mais elle ne détaillerait pas sa pensée, pas ici : ils n'avaient plus le temps. Car malgré ce qu'elle venait de subir, la délémite n'avait aucun doute quant à la réussite de sa mission. Elle ne se releva pas à l'intervention de Crescence, trop faible. Mais elle parvint à souffler d'un murmure tranchant, à l'intention générale : ***


Si nous n'avons...plus rien à faire ici... partons.

*** Ce n'est pas comme s'ils avaient un monde à sauver. ***

Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Malina 10 Calinior du 1560ème cycle à 22h32

Accomplissements :
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Aldarion.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Mary.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Liz.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Aldarion.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Mary.
- "Effort louable" +1 : + 5 points pour Liz'.
- "J'ai bien rigolé !" : + 50 points pour Aldarion "cramer la tronche de Mary au Pouikpouik".
- "Plic plac plic plac" : Vous entendez ça ? C'est les goûtes de pluies, jolies jolies, qui tombent comme des diamants. Régulièrement, comme vos posts d'ailleurs. + 50 points pour la régularité de Liz'.
- "Plic plac plic plac" : + 50 points pour Mary.

Thème : Un pacte avec le diable ?


En s'approchant de la Selesnya Nymphe sous voile Aldarion constaterai que la tâche qui courait sur ça peau était d'origine magique et, à première vu en tout cas, non prélevable. Pour ce qui est du lotus je vous laisse regler ça entre vous ^^

Nathanaël, maître de l'orage... et des éclairs. Aussi impétueux qu'une tempête par un chaud soir d'été et qui frapperait soudainement et pourtant aussi doux qu'une légère brise. Aussi brillant, lumineux et intense qu'un éclair jeté de la voute céleste, mais aussi imprévisible. Le ner pouvait avoir l'air calme et altier, il était en fait de nature très orageuse surtout quand il s'agissait de Selesnya...
D'ailleurs c’était en vérité presque uniquement le seul et unique sujet qui le changeait en orage... Il devait y avoir une explication sans doute... Oui... Il y en avait une... Qui prenait sa racine dans le passé commun du ner et de Selesnya... Il n'en restait pas moins un ner au bon cœur, malgré tout. La colère qu'il avait déployée contre Lizbeth, comme l'avait dit le Despote, n’avait été qu'une menace en l'air.

En vérité la Grande Ennemie, la Peur, se servait de tout ce qu'elle trouvait. Nathanaël et Mary avaient la même peur et cette peur servait la Grande Ennemie, faisant naitre la colère dans le cœur de l'Auguste, faisant naitre, des dissensions. Les élus et les les défenseurs de Selesnya jouaient le jeu de leur Ennemie, sans même en avoir conscience... L'Arbre Auguste, lui aussi faisait partie de ce monde et restait, vulnérable à l'obscurité qui tentait de s'en emparer, il n’était pas tout puissant. Lizbeth avait raison, il avait été faible. Sa faiblesse était d'avoir succombé à sa peur. Les élus et Selesnya n'étaient pas les seules cibles de la Grande Ennemie, loin de là.
Si Lizbeth avait du affronter ses peurs, comme Nathanaël ici devant ce qui venait de se produire, aurait elle pu rester stoïque ? Peut être, peut être, mais l'étreinte de la Grande Ennemie est forte, attention à ne pas la sous-estimer, surtout si même Nathanaël peu lui succomber (notamment, comme les autres joueurs, en ratant ses jets par exemple. Le cas échéant. Et oui ^^).

Le Despote, lui, par contre se délecta de la souffrance qu'il infligea à la Délémite. Oui parce que c'est quand même un peu un gros sadique, il faut l'avouer... Il fut légèrement déçu de ne pas trouver de traitrise dans l'esprit de Lizbeth. Toute cette mièvrerie et ce respect envers Selesnya... Simplement après quelques missive, c’était insensé... Le Despote était en train de réfléchir a ce qu'il avait vu dans l'esprit de la Délémite lorsqu'il fut abordé par Mary qui faisait tournoyer sa grosse... épée devant lui. Le Despote était un stratège et Mary venait de commettre une erreur en affichant ses ambition devant l'être qui était sans doute le plus ambitieux de ce monde. Cependant il faisait preuve d'une étrange déférence et confiance en lui pour son age et... Sa race...
L'empereur porta son attention sur l’humain et fit un sourire divin en le regardant faire joujou avec son épée et s'incliner.

Oh... Charmant... Sans qu'il puisse se l'expliquer, le Despote eut soudainement des bribes de désir. Il avait envie d'attraper le jeune et faible humain dans un de ses pièges magique et d'en abuser. *Quoi !... Mais qu'est ce que c'est que ça... Qu'est ce que ça vient faire dans ma tête* Pensa t'il en clignant des yeux, troublé. *Sans doute les restes de ma fusion avec mon alter-ego... Ou alors c'est à cause de Selesnya...* Il fronça les sourcils en regardant vers les trois sœurs, chassant ces étranges pensées de sa tête et ce fut la première fois qu'un léger trouble pu ce lire sur son visage. Il repris cependant vite sa constance et élargit son sourire, ferment les yeux et prenant a nouveau ses intonations altières et méprisantes.

Ah ces humains... Ils sont plein de...Hmmm comment dire... Oh oui... De Surprise... Pas vrais Arbre Auguste ? Le ner en armure ne broncha pas. Visiblement, avoir remit son casque l'avait replongé dans la léthargie caractéristique du totem de l'Arbre Auguste.

Le Despote rentrouvrit les yeux et porta son regard sur le jeune chevalier noir.

Vous me remerciez en plus... Il eut un rire. Il me serait si facile de vous briser, mais, pour... d'étranges raisons, vous êtes sous la bienveillance des sœurs. Il fit un geste théâtral comme si il allait toucher Mary puis se retenir. Je suppose que je n'aurais qu'a attendre que vous échouiez ou soyez tué. Vous passeriez aux mains de l'ennemi. Il posa sa main sur son menton, faisant mine de réfléchir. Alors vous ne seriez plus protégé par les trois sœurs. Je vous attraperais et je profiterai de vous longtemps avent de vous détruire. Et je garderai mon trône, ça m'a l'air d'un plan parfait.

Empereur ! Fit l'Oracle qui en avait assez entendu, mais elle était encore trop faible pour ajouter autre chose.

Le Despote leva les bras et les épaules en un geste clairement faussement désolé, dans un sourire divin. Impossible de savoir si cette plaisanterie comportait une partie de vérité ou non. Ou même si c’était complètement vrai. En tout cas, mème dans cette posture irrévérencieuse, il était clairement séduisant.


Le Despote ne prêta pas trop attention au jeu entre Aldarion et Mary concernant le Lotus Noir, par contre lorsque Lizbeth se releva pour s'adresser à lui et a Nathanaël, il sourit.

Vous avez tout a fait raison ma chère. Nathanaël vous avez été négligeant... Je pensait que vous seriez plus solide que cela. L'Arbre auguste baissa la tête et tourna le dos aux autres protagonistes, visiblement affligé par sa propre faiblesse. Le Despote semblait se délecter de l'inconfort de l'Arbre Auguste et il semblait assez clair que pour lui, le seul des deux qui avait été faible ici était l'Arbre Auguste qui avait lui même échoué face à sa peur.

La Délémite voulu ensuite partir.

Oh pas tout de suite, très chère, pas tout de suite... Il se trouve que vous m'êtes, désormais redevables, comme l'a souligné le chevalier noir. Le ner ne se défaisait jamais de son sourire diabolique, à la fois extrêmement séduisant et extrêmement irritant d’orgueil. Il ménageait des pauses théâtrales des gestes d'acteurs et tout semblait pour lui, un jeu. Comme... et oui, un peu finalement comme Lizbeth et son totem si particulier.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Mary Crescence
Acolyte
Royaume de Keldar

le Mirion 11 Calinior du 1560ème cycle à 12h42

Plus je joue, et plus j'en tire de l'assurance. Je me sens invincible. Capable de faire plier le monde par mes simples désirs. L'Arbre Auguste, et maintenant le Despote. Tous peuvent voir qu'ils ne peuvent rien contre moi.

Je m'exalte. Me sens presque divin.

Je pose ma main sur ma joue, dans une position délectable. Car je songe à cette sorte de pari : si c'est nous qui gagnons, alors le Despote sera mon jouet. Un jouet qu'il sera fort agréable d'user et d'abuser. Réduit à l'accomplissement de désirs viles sans rien obtenir en retour.

C'est à ce moment que je songe que je m'égare. Que je comprends que je dois rester prudent. Ma vie ne tient qu'à un fil minuscule. Déjà bien plus court que celui de la majorité ici. Et qu'à me complaire dans ma position de privilégier, je ne vais pas sauver mon précieux instrument.

Je laisse de côté ma querelle avec Aldarion, non sans lui lancer un regard du coin de l'oeil qui signifie sans équivoque : juste essaye, et je te fais un sourire tellement grand que tu pourras sucer tes lobes d'oreilles sans tirer dessus...Namé ! Et m'adresse au Despote.


Humpf... Vous êtes beau à vous damner, mais vous ne cessez de vous tromper en propos... Vous n'avez pas agi pour nous aider, mais parce que cela vous est nécessaire.Si vous le pouviez, vous chercheriez à profiter de nous c'est celà ? Ou de moi en particulier peut-être... Coquin...

Vous avez toute notre gratitude pour cette aide, mais ne songez pas que nous ayons une dette envers vous. Oh, et je dis nous, car nous sommes tous unis dans cette quête. Une faute de n'importe qui est celle de nous tous. Ne cherchez pas à nous séparer d'une quelconque manière.

De même que la réussite d'un seul est une victoire de nous tous.


Nathanaël et Lizbeth ne s'entendent pas vraiment. Mais je ferai mon possible pour les réunir. Ainsi que les autres. Et ces autres regroupe un grand nombre de personnes. Ce que je tente de faire, c'est diluer la responsabilité face aux échecs, en créant un groupe. Un grand groupe de gens qui ne s'aiment pas, mais tout va bien se passer.
Et ça aussi.
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Mirion 11 Calinior du 1560ème cycle à 14h06

Accomplissements :
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Mary.
- "Ouuuuuh... Caliente..." + 1 : + 10 points pour Mary.
- "Bonne volonté" : Ayant compris les enjeux vous déployez toute votre ingéniosité a la résolution du problème +25 points pour Mary.

Thème : Un pacte avec le diable ?


"La Grande Ennemie nous met d'ores et déjà au défit." Tels avaient été les mots de Nathanaël et il semblait que le jeune humain aie parfaitement compris la situation, lui qui essayait, depuis le tout début, de réunir plutôt que de désunir. D'ailleurs c’était assez étrange que cela vienne de celui qui portait un tel totem, on aurait pu croire qu'au contraire il se comporterait en semeur de troubles avec son armure sombre. Cependant, de tous, Mary devait être celui dont la volonté de sauver sa nis était la plus forte. Sa propre volonté alimentée sans doutes par l'amour qu'il portait a Selesnya combattait donc ardemment les élancement d'inimitié contenus dans l'armure sombre, les mettant de cotés pour atteindre un objectif plus noble. Le chevalier noir était un paladin à l’intérieur... Tout comme Cécil.

Le Despote fut impressionné par l’éloquence du jeune humain, décidément ces attanis étaient bien surprenants. Il prit un air sérieux.

Faites attention, je pourrais vous faire subir le même traitement qu'a votre compatriote avant que l'oracle et la fée aient suffisamment recouvré leur force pour m'en empêcher.

Reprenant son sourire.

Mais je dois avouer que vous avez tout à fait raison. Je n'ai sauvé Selesnya, ni pour elle, ni pour vous. Mais simplement parce qu'elle m'est plus utile saine d'esprit que folle ou morte. Nos objectifs sont convergents.

Par contre vous vous trompez, je ne cherche pas a vous séparer. Vous le faites déjà très bien vous même.
Son sourire, moqueur a présent, s’élargit. Il savait. Il lisait dans les pensées superficielles, non dissimulées, de chacun. Et il était clair que tous ici n'étaient pas aussi conciliants que l’humain. Vous vous méprenez aussi sur mes intentions. Nous ne convoitons pas le même trône. Je ne suis pas un fantasme de la nis, ne souhaite aucunement le devenir et j'ai déjà une épouse et un fils.

Il ajouta.

Et vous seriez mal avisés de ne pas m'écouter. J'ai été au service de la Grande Ennemie, avant de la trahir. Si nous en sommes là actuellement aujourd’hui c'est en grande partie grâce au savoir que j'ai pu rassembler sur notre ennemi.

A nouveau il eut un sourire divin.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Telmä
Garde Royal d'Ulmidiel, Soeur de la Tempête, Mère des Vents, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Malina 17 Calinior du 1560ème cycle à 22h49

***
Flute …
L’air que joua Isilwa fit sourire Telmä mais pas pour bien longtemps quand elle constata que cette musique avait surtout pour don de rester dans la tête. Voyant des nouvelles querelles entre l’Arbre Auguste et la Délémite, elle se demanda si au final, il ne vaudrait pas mieux balancer un bug sur l’ensemble, cela règlera peut-être la situation qui semblait si désespérée. Ou pas, quand on est à des années-lumière d’imaginer le pire.

Et soudain, débarqua de nulle part le Despote, ou sexy boy.

Whaouuu …
Telmä lança un regard carrément subjugué vers l’être charismatique. Encore capable de bienséance, elle se retint de laisser perler un filet de bave.
Sexy, oui, et elle le laisserait bien faire mumuse avec elle. Plus tard bien entendu. Bien qu’elle se demande d’où peut venir une idée aussi tordue, étant donné qu’il ne s’agit pas de Lessien au final. D’ailleurs, c’est qui et quoi ce Despote au final ? D’où il sort ?
Elle n’osa lui demander pourquoi ne se joindrait il pas à eux pour vaincre cet ennemi commun ? Après tout, les ennemis des ennemis pouvaient être des allier.
Mais, il semblait surtout dangereux.
Aussi fascinant que la mort.
Le grand frisson ?
Et puis, elle se rappela d’un détail. Et flute, il était déjà pris. Tant pis, cela rafraîchit l’esprit de Telmä. Et puisqu’il fallait surveiller ses mots face à Selesnya, elle n’avait plus rien à faire ici.
***

D’accord.

***
Ni rien à rajouter.
Et en espérant qu’il n’arriverait rien d’autre entre temps, elle suivrait ses camarades vers le sanctuaire.
***


Garde Royal d'Ulmidiel

IRL, ce sont les gens qui cherchent les infos dans les bouquins, dans Ideo, je suis sur que ce sont les bouquins qui cherchent des infos auprès de Telma oO (Layna)
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Mirion 18 Calinior du 1560ème cycle à 10h05

Accomplissements :
- "Effort louable" +1 : +5 points pour Telmä.

Thème : Un pacte avec le diable ?


Le Despote, un brin courroucé fit apparaitre une glyphe électrique clairement visible au sol, à l'entrée de la presqu’ile pour empêcher les élus de se barrer en plein milieu de sa scène ! Alors qu'il allait leur donner une information CAPITALE ! Les élus enchainaient les faux pas visiblement... Et les totems libres ne seraient pas toujours là pour les rattraper...
Au moins il ne les prenait pas au dépourvu avec un piège invisible.

J'ai dit, on attend.

Qui est le Despote ? Et bien si vous le laissiez terminer vous auriez la réponse. Il semblait que les élus lui donne beaucoup d'importance, mais il était simplement un totem majeur, au même titre que le Thaumaturge ou le Spectre par exemple. Les deux totems de Telmä et Elanor dans le second rêve et libérés de leur influence, dans ce troisième rêve. Et ceci avait déjà été dit plus haut.

Le Despote fit un nouveau sourire divin.

Que vous le vouliez ou non, je suis la bande tampon indispensable qu'il est nécessaire de placer entre la Grande Ennemie et Selesnya. L'Arbre Auguste, protège Selesnya des agressions physiques, quand à moi, je protège son esprit tout aussi vulnérable, des intrusions de la Grande Ennemie, pour éviter que ce monde sombre dans le chaos le plus total.
A cette fin, certains savoirs qui pourraient lui être dangereux tant que la Grande Ennemie a sur elle autant d'influence, lui sont interdits.


En somme il faisait un peu le taff d'Ulmidiel pour le peuple elfe, oui. Après avoir ménagé une pause théâtrale pour que les élus comprennent bien ce qu'il voulait dire il poursuivit.

A présent écoutez moi attentivement élus, car je ne répèterai pas. Dans ce sanctuaire, vous trouverez donc les suppôts de la Grande Ennemie, vous devrez vous en charger. Certains pourront peut être être purifiés comme le souhaite l'Oracle, mais la plus part sont trop retors ou trop corrompus pour cela et il devront être simplement éliminés de ce monde. A chaque fois que vous vaincrez l'un d'eux, l'emprise de la Grande Ennemie, ici, faiblira.
Vous finirez par pouvoir l'atteindre... Vous pourrez, l'affronter, la vaincre... Mais... gardez vous bien de la détruire totalement.
Car qui saurait survivre, sans un peu de peur ?


Il retrouva son étrange sourire. En effet, la Peur pouvait être néfaste dans un esprit si elle avait trop d'influence, mais elle avait aussi une utilité non négligeable. Celle d'activer l'instinct de survie dans une situation dangereuse. Et ceci est une information essentielle qui avait été donnée lors du second rêve, déjà. Bien sur, ici personne ne voudrais que Selesnya ne se transforme en Rambo, (sans les muscles bien sur) et ne se jette la tête la première vers une mort certaine que la peur aurait pu lui éviter...

Chacun de nous et vous l'aurez vu avec l'exemple de l'Arbre Auguste est vulnérable à sa propre peur ici. Selesnya est la plus vulnérable d'entre nous car ceci est son monde et c'est pour cette raison que je fais écran à tout ce qui pourrait atteindre sa psychée. Mais, tout comme l'Arbre Auguste, je ne suis point infaillible...

Son visage se crispa alors qu'il aborda la suite. Quelque chose de plus... Personnel.

Ainsi, pour punir ma trahison, la Grande Ennemie a réalisé ma propre peur... Retourner mon épouse, contre moi...

Le sourire avait quitté son visage magnifique.

Je pensai avoir brisé et détruit l'intruse qui s'était glissée dans son esprit lors de votre dernière visite, mais il devait en rester un peu... Et ce fragment d'esprit meurtris a été corrompu par la Grande Ennemie. La sorcière se trouve maintenant, entre ses mains...

Il secoua la tête.

Je ne peu me battre contre l'être aimé... Car c'est là, ma vulnérabilité...

Il fit une nouvelle pause. Cette fois hésitant. Visiblement cela lui faisait trés mal d'avoir a admettre qu'il avait besoin de l'aide des élus... Et c'est pour cette raison qu'il avait essayé de faire passer cela, plus tôt, comme une forme de redevance pour avoir sauvé Selesnya.

Elus... Je... Voudrais que vous.... Sauviez.... Mon épouse. Si vous ne le faites pour moi... Faites le au moins pour notre fils... Et son regard se posa un bref instant sur Elanor, qui avait déja croisé son fils, ou du moins l'être qui avait fusionné avec son fils, dans le second rêve.

Et pour la première fois, le Despote apparut vrai, et vulnérable.

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Kohrienne, Ambassadrice Impériale, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Valkin 20 Calinior du 1560ème cycle à 11h20

*** Epuisée mais loin d'être égarée, l'humaine s'était relevée. Non sans difficultés, elle était venue se placer près du Crescence lorsque celui-ci reprenait la parole, répondant au Despote, là où la belle délémite n'avait que trop peu eut le temps de le faire. Elle apposa une main compatriote sur l'armure noire, et leva un regard appuyé vers l'être qui venait de fouiller dans sa tête. Sans animosité pourtant, après tout... à quoi bon ?

Les mots de l'être immortel rebondirent d'abord sur la brune comme des flèches sur un bouclier de métal. Des menaces, un comportement un peu plus agressif, une rune comme s'il avait peur que l'on s'échappe... pour l'instant Lizbeth restait en retrait. ***


Un par-terre électrique semblable à des fleurs... :

*** Lizbeth s'était redressée. Empathique ? Perspicace ? Dans tous les cas elle pressentait que quelque chose clochait dans le comportement du Despote. Peut-être avait-elle juste deviné qu'il ne pouvait pas n'être que l'image du conquérant malin et sadique qu'il, et que les autres lui donnait. Peut-être une idée différente germa dans l'esprit de l'humaine à la première évocation de femme et fils. Elle-même n'ayant jamais connu autre amour que celui porté à un frère disparu, cela lui paraissait à la fois légitime et irréel. La crainte non plus de perdre mais de ne jamais retrouver, jusqu'à en adopter un comportement détourné, la délémite ne connaissait pas ce sentiment, mais pouvait le concevoir.

L'art et la manière de manipuler les autres n'en n'étaient qu'un parfait découlement.

L'aveu d'une trahison passa comme une missive à un piom, mais Lizbeth garderait en mémoire cette information dont elle n'avait pas connaissance jusque là. Elle sentit son cœur ralentir et sa tête se stabiliser, même si ses tympans vibraient toujours d'une sensation de fourmillement désagréable. Elle fit un tour d'horizon, passant par l'Oracle, les deux nîs, ses camarades élus, et revint vers le Despote. La brune n'était capable que de rares sentiments inégaux, mais à croire que son lien soudain avec sa déesse dans ce rêve la rendait plus... sentimentale. Fleur-bleue ? Non, fallait pas abuser non plus, ça restait une bonne manipulatrice et surtout une bonne ambassadrice. Mais dans l'état, la femme s'avança plus que la délémite pour s'approcher du Despote.

Elle n'oubliait pas ce qu'il venait de lui faire subir. Un traître cherchant un traître... pourquoi pas. Cela l'aurait-il peut-être dédouané de n'être que le seul dans ce sens : beaucoup avaient trahis Selesnya, peu la Grande ennemie. ***


Ne demandant simplement qu'à être compris :

*** Titubante et volontaire, Lizbeth était légèrement devant Crescence, sans pourtant lui tourner le dos. Puis, une main sur le coeur et un léger sourire derrière ses mèches brunes, elle s'inclina devant le Despote, dans une révérence aussi solennel... qu'amicale.

Peu importe les mots ou les discordes, ici et maintenant, nous sommes tous alliés.

Elle se redressa dans une position semblable : ses cartes épousaient ses plumes, ses yeux languissaient ses bons sentiments, la délémite rayonnait malgré la faiblesse apparente.

Qu'il s'agisse de redevance, de menace... ou de simple demande, nous n'avons aucune raison de vous le refuser. Nous sommes tous essentiels ici, même si certains pensent vouloir s'entre-déchirer, il ne s'agit probablement que d'une influence néfaste qu'il nous suffit de vaincre. Vous palliez nos, ou plutôt mes faiblesses, nous pallierons les vôtres.

Lizbeth se remit une mèche en place d'une main abîmée. Elle eut un léger soupir, sous l'effort de rester debout, probablement. Ou de réfléchir, tout simplement.

Sans peur il n'y aurait ni courage ni volonté. Ce sentiment peut paraître bien néfaste mais pour l'heure, c'est celui contre lequel nous devons oeuvrer pour en parti le préserver. Vos intentions me paraissent encore floues, Despote, je ne mentirais pas à ce sujet. Et malgré ce que d'autres pourraient trouver d'une violence pénible quant à ce que vous m'avez fais subir, je n'oublierai pas que vous nous avez sauvé, et que vous vous placé en garde-fou efficace au même titre que notre cher Auguste vindicatif.

Elle se tourna vers Crescence, puis vers le reste des élus présents. Lizbeth eut un nouveau mouvement de tête.

Nous sommes encore un peu éparpillés et disparates, mais nous y arriveront, je m'y engagerai. A vous tous, faisons en sorte de ressortir de cette épreuve victorieux, camarades. ***
Information détaillées
Selesnya Lathvin'
Quendë, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Valkin 20 Calinior du 1560ème cycle à 15h43

Accomplissements :
- "Musique aux petits oignons": Hummm savoureux pour les yeux, autant que pour les oreilles +50 points Lizbeth. (Tellement savoureux qu'on va rester dans le thème XD)
- "J'ai bien rigolé !" : + 50 points pour Telmä "le filet de bave indécent provoqué par le Despote". (oubli)
- "Effort louable" +1 : +5 points pour Lizbeth.
- "Symbiose totémique" +1 : +10 points pour Lizbeth.
- "Bonne volonté" : Ayant compris les enjeux vous déployez toute votre ingéniosité a la résolution du problème +25 points pour Lizbeth.
- "Stagiaire du Narrateur" +1 : +10 points pour Elanor (pour l'image, cf plus loin).

Thème : L’Empereur brisé.


Un souffle d'air fit voleter les pétales de cerisiers entre les protagonistes, donnant à la scène une atmosphère surréaliste. Le despote écarquilla légèrement les yeux surpris, puis repris sa constance et son dédain de façade. Mais Lizbeth pouvait clairement sentir de la reconnaissance dans son regard, malgré le masque de rudesse et de mépris qu'il se donnait pour garder bonne figure.

Bien. C'est ce que je voulais entendre.

Cela voulait dire merci, en quelque sortes... En tout cas Lizbeth en eu l'intime conviction. Le Despote ne devait pas perdre la face et paraître trop sentimental ou faible. Il avait des responsabilités et un fardeau à porter, comme l'Arbre Auguste, il n'avait pas le temps de ramollir. La délimite pu cependant sentir le Despote émettre un léger soupir de soulagement, rassuré.

Il ferma la yeux et secoua la tête, relevant de nouveau les bras dans cette attitude si désinvolte et séduisante qu'il avait pris tout à l'heure.

Et bien je dois reconnaître que je suis surpris, je ne m'attendait pas à ce que les humains malgré leurs erreurs, déjouent le premier obstacle de la Grande Ennemie aussi vite.

D'un geste il retira la glyphe de foudre, puis il créa un vortex.

Je rentre à la capitale, Melandru pour la protéger d'éventuels raids pendant que nos troupes assiègent la place forte de l'ennemi. Bonne chance élus. Veillez sur eux Arbre Auguste.

Nathanaël acquiesça silencieusement. Le Despote posa ses yeux sur Mary et Lysbeth en particulier. J'essayerai de vous envoyer de l'aide si je sent que vous en avez besoin.

Il tourna le dos aux différents protagonistes et allait traverser le portail, il n'avait malheureusement guerre le temps de s'éterniser. Il s'immobilisa soudainement à quelques centimètres, baissant légèrement la tête, comme si il s’apprêtait à annoncer une... Prophétie ?

Une petite mise en garde à cette histoire... Contre mon alter-ego, pas d'espoir... D'emporter la victoire... Il se garda bien, cependant, de rire comme les moires.
Évitez le à tout prix...

Puis sans autres explications il passa le vortex et disparut, laissant les élus devant cette mystérieuse mise en garde sur l'entité qui avait partagé son corps lors du second rêve. Expérience qui restait encore confuse et brumeuse même pour le Despote. Si bien que... Même lui, n'avait pas les réponses aux possibles questions qu'auraient pu poser les élus... Le portail se referma et ainsi disparut l'Empereur énigmatique.

L'Oracle Dryade et la Mère des Fées avaient recouvrées leur force. Elle purent se redresser.

Thème (new) : La détermination de Selesnya.

La Fée Selesnya se remit à voleter gaiement autour de la dryade Selesnya alors que celle-ci s'approchait de Lysbeth.

Et d'ailleurs voici une MAJ de l'image de la fée Selesnya faite par Elanor. Merci


L’Oracle prit la délémite par les épaule et plongea son regard immaculé dans celui de Lizbeth. La dryade n'avait pas de bouche mais il était clairement visible que si elle en avait une, elle aurait sourit. En tout cas la fée elle, souriait de nouveau. L'incident était oublié, Lyzbeth avait la confiance de Selesnya. Il n'y avait pas besoin de mots. Nathanaël était un peu mal à l'aise d'avoir fait preuve de faiblesse. Se retournant vers les autres, il voulu ajouter quelque chose, mais il se retint et baissa la tête. L'Oracle et la Fée lui adressèrent un regard bienveillant. Il avait succombé a sa peur en voyant Selesnya dépérir, elles n'avaient pas de raison de lui en vouloir. Quand à Lizbeth, Selesnya était persuadée qu'elle serait aussi compréhensive. Elle avait fait preuve, comme Mary, de beaucoup de bienveillance et de compréhension depuis le début de cette aventure. Ces deux humains se mettaient visiblement à la portée de l'esprit dans lequel ils avaient été envoyés.

Hanta. Par vos actions, vous, simples attanis, et pourtant, grands par l'âme et le cœur, me confortez dans mes idéaux et mes choix. Votre bonté est aussi grande que l'est votre humilité. Vous m'avez redonné espoir. Le rêve triomphera du cauchemar.

Puis elle se tourna vers Nathanaël.

Je pense que vous pouvez y aller, je vous laisse le reste, Arbre Auguste. Nous veillerons sur notre sœur en votre absence.

Le ner en armure turquoise acquiesça. Cette fois, s'adressant à tous l'Oracle écarta les bras et une légère brise soulevant de nouveaux pétales du cerisier souffla sur la scène.

Nous vous souhaitons bonne chance recevez notre bénédiction dans votre quête.

Les élus sentirent alors la douce aura de Selesnya venir les étreindre. Ils se sentirent remplis d'Espoir et de Détermination. Nathanaël fit une révérence aux sœurs puis invita les élus à le suivre, cependant il leur laissa le temps, si ils le souhaitaient, de saluer les sœurs ou de leur poser les dernières questions.


Effets :
- Bénédiction de Selesnya : +1 à tous vos jets, +5 points de rêve/post, bouclier de foi qui absorbe les 50 premiers dégâts. Vous vous sentez remplis de Détermination. (Reconductible jusqu'à contre indication (sauf le bouclier qui disparait une fois épuisé), tous les personnages sont concernés)

Toute démonstration de violence, qu'elle soit de nature verbale ou simplement physique est la preuve d'un esprit faible et d'une âme tourmentée, prisonnière de ses pulsions.
Information détaillées
Elanor Cenedril
Guide de la Tempête, Nouvelle Aube, Prêtresse des Valar
Peuple Elfe

le Solior 28 Calinior du 1560ème cycle à 15h25

*** A l'arrivé du despote Elanor mis ses bras pour protéger les deux sœurs et s'était placer devant la 3eme a terre, elle lui laissa quand même la place mais resta derrière elle prête a intervenir si il tentais de leur faire du mal.

Une fois qu'il en eut finie avec les sœurs elle les repris contre elle pour qu'elles se reposent contre elle.

Elle resta entre les trois sœurs comme une mère pendant que le despote s'amusais de tout ses compagnons et qu'il attaquait Lizbeth mentalement.

Quand il parla de sa femme et de son fils Elanor sentie dans sa voix de la sincérité et de la vrai inquiétude.
Elanor fie un signe de tête pour lui signifier qu'elle l'aiderais sa femme.

Une fois le despote partie et que les deux sœurs se dégagèrent des bras protecteur d'Elanor, cette dernière se leva et se remis au coter de ses compagnons pour recevoir la bénédiction de la fée. ***


Avant de partir je voulais vous demandez oracle, a la fin de notre première mission dans sa monde le grand chêne nous a transmis a tout les survivant ceci un gland en or.

***
Elle s'accroupie et fit apparaitre au creux de sa main une image du gland en or qu'il lui avait été transmis. ***


Ont nous a juste dit qu'il était puissant et qu'il fallait en usé avec sagesse. Avez vous plus d'information a son sujet?

*** Elle garda bien pour elle pour l'instant que le gland en or d'Herinäisil devais surement être corrompue et donc dans les mains de la grande ennemis a présent. ***

Avatar entier

Page [1] [2] [3]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page