Fermer Boite à message : ombre du haut
 
Boite à message : ombre de droite
Boite à message : bas
Boite à message : vide Boite à message : image
Encore 0 msg
 
 
Confirmation : ombre droite
Confirmation : ombre de bas
     
136 Joueurs sur Ideo (4412 inscrits) : 74 humains (2280), 35 elfes (1384), 27 orcs (748) | 8 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Retour dans le siècle

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Flizia
Seigneur Nécromant,Acolyte Nécromant
Maîtres Nécromants

le Solior 20 Volganor du 1551ème cycle à 09h29

Dans une aile désertée de l'Antre, salles vides que personne, vivant ou mort, n'utilise plus depuis longtemps, une porte s'entrouvre en grinçant.
Dans une aile désertée de l'Antre, une porte s'entrouvre en grinçant, balayant la couche de poussière accumulée sur le seuil.

Un cycle.
Un cycle que la porte était close.
Un cycle que devant la porte close, la poussière s'ammoncelait à nouveau, comblant le vide laissé à l'ouverture de la porte.
Un cycle que, s'étaient presque comblées les traces de pas imrpimées dans l'épais tapis de poussière qui jonchait le sol depuis bien plus longtemps.
Un cycle que ces traces restaient à sens unique.
Un cycle que le gardien de la porte demeure comme figé, asbsorbé dans sa garde que rien n'est venu déranger.

Le grincement cesse, et une silouette apparaît dans l'embrasure de la lourde porte, éclairant de sa torche le couloir et le gardien. Ce dernier, comme si l'attente n'avait duré qu'une journée, s'incline, faisant choir la mince pellicule qui avait commencé à le recouvrir lui aussi, et d'une main squelettique prend la torche qui lui est tendue.

La nécromancienne contemple quelques instants le couloir. Il y a une beauté certaine dans ces lieux tout en nuances de gris, de l'obscurité dans laquelle se perd le couloir, des ombres portées par les pilastres et les arcs coupant la voûte, et par les deux silhouettes, d'un gris très sombre à la lueur de la torche, et plus sombre encore là où elles se mêlent, de la nuance plus claire des dalles de pierre, et du gris très pâle de la couche de poussière qui recouvre le sol et les rebord saillant des murs.

Les actions des vivants ont beau laisser des traces, l'ouvrage lent mais sûr du temps finit par tout applanir puis effacer.

Dans l'épais tapis de poussière qui jonche le sol, les traces laissées un cycle plus tôt sont encore visible. Deux files de pas, allant toutes deux dans le même sens.

La porte se referme dans un bruit sourd.
Le temps est venu de compléter les traces dans la poussières par deux autres dans le sens inverse.
Dans un cycle, ces dernières seront à moitié comblées, dans une dizane de cycles elles ne seront visibles que par la différence entre les niveaux de poussière, laquelle différence s'amenuisera au fil des ans, et après moins d'un demi siècle ce sera comme si personne n'était jamais passé.

Thème musical : Prélude, Allemande et Gigue.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page
Haut de bloc






Bas de bloc