Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

109 Joueurs sur Ideo (4358 inscrits) : 58 humains (2251), 24 elfes (1365), 27 orcs (742) | 4 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Un peu perdue, un peu seule

Promenons nous dans les marais tant que les hommes n'y sont pas...
Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Sibylle Styx
Arténienne
Confédération Arténienne

le Malina 1 Tilomias du 1552ème cycle à 16h06


L'enfant avait longuement marché dans les marais, au début cela avait été un jeu : elle s'amusait à compter chaque créatures qu'elle rencontrait, mais bien vite elle s'en était lassé, et pour tout dire, elle s'était même perdue.

Ce fut lorsqu'elle eu atteint un nombre comme 10seigneurs de la mort, 15 spectres de l'effroi, 8 terreurs des marais, et n'oublions pas une multitude de zombies et squelettes qu'elle avait arrêté de comptabilisé, car elle ne savait pas compter aussi loin, même avec l'aide de Desespoir.

Qu'elle s'écria :

Je suis perdue Foutoila ! (Foutoila était le nom du Zombie Serviteur que son Maître lui avait laissé.)

SuD - NoRd - EsT - OuEsT – Montra t'il de son moignon telle une girouette

J'ai faim !! renchérit elle toujours à l'intention de Foutoila.

SuD - ChAiRe FrAiChE – BoN mAnGeR – fErMe – PaS aVaRiE.

Des doigts !!! cria t'elle

Desespoir poussa un soupir.

Bravo Foutoila, comme si on avait besoin de cela.

Sans plus attendre, Sibylle couru dans la destination du Sud, si bien que ses pas foulèrent enfin du concret, du dur, de l'herbe.

Stop !!! cria Desespoir comme lorsque la colère montait en elle.

Mmmais pourquoi ? Interrogea Sibylle inquiète.

Rien ne te choque toi ? Gronda sa grande sœur.

Il...il faut que je me lave les mains ? Dit elle en regardant celle-ci même.

Oui, mais je ne parle pas de cela, mais plus tôt … elle montra Foutoila

Ah ouiii Foutoila ! s'illumina Siby
Non..non..non continua t'elle le doigt en signe de mécontentement.
Tu ne peux pas venir dans cet état, il faut te laver !

Mais c'est pas vrai Siby, tu le fais exprès, Foutoila ne peux pas venir les gens de la ville seront mécontent. Dit Desespoir.

Oh non ! c'est vrai, les gens de la ville ne sont pas gentils

Foutoila, tu nous attendra là ! ordonna Desespoir.

MaItRe DiT : GaRdEr pEtItE – PrOtEgEr – NoUrRiR – sInOn PlUs BaNdElEtTeS

J'ai une idée Foutoila !!! sourit Sibylle
elle continua

Tu te rappelle lorsque je t'avais demandé de l'eau au manoir, tu m'avais lassé ta main pour me surveiller pendant que tu allais chercher de l'eau. Elle rit se rappelant se moment plein de surprise lorsque le zombie le lui avait tendu.

PeRdUerenifla le Zombie serviteur.

Euh !!! Oui, je l'ai perdue, mais c'est parce qu'elle ne faisait que me chatouiller, donc je l'ai rangée dans un coffre.

SaLlE mIlLe CoFfRe dit le zombie.

Bah oui !!! c'est la la salle aux mille coffres, mais c'est le seul endroit où il y en avait des coffres aussi !!! s'excusa t'elle.

Bon j'aime pas rester là, on peut nous voir. Donc Foutoila, donne lui ton autre main, elle nous protégera, et je la surveillerais comme cela Siby ne pourra la perdre. Planifia Desespoir

C'est donc après que Zombie Serviteur dans une rapidité déconcertante eu détaché ses bandelettes, donné sa main, rangé celle-ci dans l'unique besace, que Sibylle et Desespoir dans un même pas ce dirigèrent enfin vers la ville la plus proche.

Foutoila les regarda s'éloigner inquiet et silencieux. Heureusement Sibylle lui avait promis un doigt si lui et sa main restait sage.


Information détaillées
Sibylle Styx
Arténienne
Confédération Arténienne

le Joriol 3 Tilomias du 1552ème cycle à 09h42


Sibylle Styx marchait imperturbable, plongé dans un concours de compositions florales avec la Chose, car dorénavant, c’est ainsi que nous nommerons la main de Foutoila lorsqu’elle est séparée de son corps.

Bref la Chose et Sibylle s’amusait à créer les plus beaux bouquets de fleurs que Desespoir entre deux lignes de son livre départageait arbitrairement, bien que ce ne fut pas difficile, étant donné que les créations de la Chose était à peu de différences : des fleurs sans pétales avec comme accompagnement végétal de vieilles brindilles bien sèche plus utile à un barbecue. Sachez simplement que cela est en rapport direct avec l’histoire de Foutoila, mais nous y reviendrons un autre jour.
Vous comprendrez l’excitation de Sibylle devant ses nombreuses victoires successives, mais comme tout jeu, il arrive un moment où l’on se lasse et ce fut le cas au bout des 47ièmes bouquets :

Pffff, c’est vraiment trop nul à la fin … souffla Sibylle
J’en ai marre de marcher moi continua t’elle dans un autre soupir
Je veux m’arrêter !!! dit-elle en tapant du pied. La Chose s’arrêta à coté d’elle, elle aussi commençait à avoir mal aux … doigts.

Tu veux que je prenne le contrôle? Gronda Desespoir, sachant très bien ce que cela sous entendait.

Euh !!! non, non je vais mieux rectifia bien vite Sibylle, qui se rememora la dernière fois où Desespoir exaspérée par Sibylle l’avait repoussée dans un coin de leur esprit « commun », pour se placer en premier plan.

Bien ! Conclu a-t-elle.

Vous vous douterez que Sibylle Styx trouva bien vite un nouveau jeu pour passer le temps, tout en marchant ne l’oublions pas, elle s’amusait à lancer son couteau le plus loin possible pour que la Chose le ramène à ses pieds, et ne reparte le chercher de nouveau qu’après une caresse.

Ce fut à cet instant, enfin après une cinquantaine de lancé, que des bruits se firent entendre :
Tchoc…Tchoc…Tchoc le tout par intervalle régulé telle un mécanisme.
Curieuse, et profitant que Desespoir soit plongée dans une lecture passionnante, elle alla voir ce que c’était.
Plus elle approchait, plus le bruit était fort, bien entendu.
Soudain un cri : TIMBER !!! Et un Arbre non loin d’elle s’écrasa dans un fracas assourdissant.

Tom et Billy étant père et fils, le père âgé de la 60 et son fils devait lui par contre en avoir 18 ou 19.
Bonjour comment te nomme tu ? lui demanda Billy
Ce fut à cet instant que Desespoir entendant cette voix « sexy » pris le contrôle.
Je me nomme Sibylle Styx dit elle timidement en finissant par un gloussement.


HRP[Ici cher lecteur, je m’arrête pour signaler quelque chose que vous n’aurez peut être pas compris.
Sibylle et Desespoir cohabite dans un même corps et son en fait la même personne. Sibylle l’enfant que nous connaissons fut toujours très renfermée sur elle-même de par les sévisses qu’elle a subit, mais c’est son elle fort : Desespoir qu’elle c’est créé pratiquement après que les gens de son village se moquait d’elle et la repoussait l’appelant D’Espoir, d’où le nom.
Sibylle Styx le corps à 13 cycles, mais Sibylle l’esprit en a 6 ou 7 maximum, alors que Desespoir à l’inverse en à 16 voir un peu plus, elle est une bonne élève et aime que tout soit claire, en fait elle compense la régression mentale de Sibylle, bien que ce soit le même personnage, une simple histoire de double personnalité.
Donc pour en revenir à notre jeune bucheron, n’oublions pas que Desespoir est une fille avant tout et que malgré les subissent que Sibylle à supporté (imaginez pour faire simple que Sibylle est le pilote et Desespoir le copilote) elle est attiré par les jeunes hommes et rêvera devant un baisé pendant que Sibylle fera Beurk.
Bref nous sauterons les détails de je te fais du charme et vis versa pour en venir à ma partie préférée, la vengeance.]/HRP


Eh oui Sibylle se retrouva coincé en arrière plan et malgré ses protestations Desespoir l’avait shuntée pour de plus beau yeux.

Ce fut donc à la nuit tombé après que Tom le charmant bucheron et son fils les ai invitées à manger et à se reposer, que Desespoir s’endormit dans les bras de son prince charmant, quoi que plutôt bucheron charmant.
Sibylle avait veillé au grain, attendant que les barrières psychiques de Desespoir tombent. Doucement elle se détacha du corps chaud qui l’écœurait.

Et tout commença de manière très propre trop propre d’ailleurs pour elle, mais elle voulait savourer sa vengeance, savourer ce jeune homme qui lui avait piqué l’attention de sa grande sœur, l’attention de Desespoir.
Pour être tranquille, elle se dirigea d’abord vers Tom le père, qu’elle tua comme je vous les dis : proprement. Un coup de couteau rapide et bien placé dans le cœur, il n’eut même pas le temps d’ouvrir les yeux.

Puis elle se tourna vers Billy. Il dormait, un rayon de lune tombé sur son visage calme et serein. Il était fort, en pleine croissance, entrainé par son métier.
Elle l’appela, doucement pour l’inviter à se réveiller, il la regarda là debout devant lui avec la lune en contre jour. Et elle lui assena un coup à la tête.
Aidée de la Chose, qui comme Sibylle ne manquait jamais un moment de bien s’amuser, elle attacha le bougre dans un carré fictif de quatre arbres. Chaque pied et main rattaché à un arbre différent.

Elle attendit donc assis sur son ventre, que son hôte veuille bien se réveiller ce qu’il fit vers deux heures du matin.
Mais que fais-tu ? Pourquoi ? demanda-t-il.
Tu me la volée rugit elle.
Tu n’avais pas le droit Hurla t’elle
Et tu vas le payer rigola t’elle.

Mais je ne veux pas être dérangée, et Desespoir dort elle est fatiguée il ne faut pas la réveiller, donc la Chose que voici montra t’elle.
Va te couvrir la bouche.

Le bucheron regarda la main remonter le long de sa jambe, de son torse accompagné en chanson par Sibylle qui marmonnait :
La petite bête qui monte qui monte qui monte… jusqu'à ce que la chose couvre la bouche de jeune homme tellement terrorisé qu’il ne pouvait plus rien dire.
Mais par la suite il criera donc autant commencer par le bâillonner plus tôt. Une fois le bâillon installé elle commença.

Dépliant avec soin ses outils, cadeaux de son Maître, elle les regarda chacun avec amour.
La Chose, tu seras mon aide. Commençons !

Scalpel !! dit-elle
Et la Chose lui tendit.
Je vais commencer par t’enlever les paupières, car je ne veux pas que tu loupe le spectacle et c’est ce qu’elle fit.

Compresses !!
Et la Chose lui tendit
Nous allons attendre que le sang cesse, il t'aveugle.

Ciseaux !!
Dit-elle
Et la Chose lui tendit
Je vais maintenant te couper un doigt, car j’arrive mieux à me concentrer lorsque je mâche, et j’en ai envie.
Elle sourit lorsqu'elle mit ce premier doigt depuis longtemps dans sa bouche, sentant la chaire et le sang contre sa langue, réveillant en elle de bon moment.

Couteau !! Dit-elle
Et la Chose lui tendit
Doucement elle s’appliqua a lui ouvrir le torse, pour voir l’intérieur de son corps, ce fut la première fois qu’il tomba dans les pommes, mais Sibylle avait eu l’occasion de s’entrainer, elle se leva pour prendre l’une des bouteilles d’alcool destinée au repas, elle en appliqua légèrement sur la blessure, ce qui ramena miraculeusement l’hôte au devant de la scène.

Alors voyons voir ce dont tu n’a pas besoin, Sibylle Styx passa donc les dernières heures qu’il lui restait à enlever les organes "inutiles" dans le corps de Billy, il eut droit d’ailleurs à la première opération de l’appendicite. Puis il mourut. Certainement d’eu à un manque d’hygiène

Ce fut peu après que Desespoir se réveilla et qu’elle fut horrifiée.
Non !!! Sibylle qu’à tu fais ?!? Gémit-elle.

Tu es à moi Desespoir et non à lui s’emporta l’enfant tout en repoussant l’esprit de Desespoir.
Il n’avait pas le droit,
Tu es moi,
Il ne faut pas,
Je ne veux pas.
Et à chaque nouvelle affirmation, la prison dans laquelle Desespoir était enfermé rétrécissait, menaçant de l’engloutir et de la faire sombrer dans l’inconscient, pour ne devenir rien.

Excuse moi Sibylle, Excusa moi ! Implora-t-elle, et Sibylle se calma, pour ne redevenir qu’une enfant et se glisser dans les bras de sa sœur qui la consola, tout en s’excusant.
Je ne voulais pas Siby, je m’en excuse, je ne serais rien sans toi, et toi tu serais encore là bas, dans cette chambre froide, avec ces hommes puants.
Je ne recommencerais plus.


Promis supplia Sibylle.

Promis confirma Dsespoir.

Au petit matin les loups se régalèrent, pendant que Sibylle et Desespoir reprenait la route accompagnée de la Chose.


Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page