Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

124 Joueurs sur Ideo (4352 inscrits) : 61 humains (2245), 33 elfes (1365), 30 orcs (742) | 7 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Quatre cycles après... nouvelle vie

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Ogham
Keldarien
Royaume de Keldar

le Valkin 11 Goliarmos du 1554ème cycle à 20h55

*** Voici presque quatre cycles que la guerre contre Khor a pris fin et que les accords d’Orodreth ont été signés. Il semble que cela fait une éternité, une vie… La frénésie qui animait alors l’Ordre des Douze Apôtres est bien loin, perdue dans la mémoire d’Ogham, comme un profond sillon que chaque saison vient combler un peu plus et dont le seul indice n’est plus qu’une trace estompée, presque disparue.

Oui le temps a passé. Qu’était venu chercher Ogham parmi l’Ordre ? Pourquoi toutes ces luttes ? Pourquoi tous ces sacrifices ? Pourquoi n’avait-il pas suivi le reste du groupe lors du retour du royaume de Keldar ? Autant de questions qui l’avaient assailli au désert.

Aujourd’hui, après avoir passé près de quatre cycles dans le désert, reclus, Ogham décide enfin de rejoindre la communauté des vivants. Son ancienne vie est très loin, un horizon nouveau s’offre à lui. Il fait un beau soleil, comme presque tous les jours au désert, Ogham regarde droit devant lui, empreint d’une assurance que seuls ceux qui survivent assez longtemps dans le désert peuvent posséder. Un premier pas, puis un deuxième, puis un troisième… Lentement, mais sûrement, il s’éloigne, et derrière lui disparaît peu à peu le portail de la solitude… ***
Information détaillées
Elenaher
Quendë
Peuple Elfe

le Mirion 23 Goliarmos du 1554ème cycle à 22h43

***
Dans la douce brise de la Taurë, les souvenirs d'antant semblent parfois reprendre vie.
Pures chimères d'un passé à présent révolu ?

Un quendë se tient à l'écart, fixant de son regard la canopée nébuleuse aux premières lueurs de l'aube. Il prie pour l'harmonie et la justice que la Magie apportera un jour en ce monde troublé. Par le passé il s'était battu pour maintenir et apporter l'Equilibre. Il avait marché au coté de ses anciens compagnons keldarites et au coté de son Culte.
A présent, que lui restait-il ?
De son passé sur les terres septentrionales, une simple médaille aux armes de Montargent.
De sa charge de Nauthargûl, il ne lui restait que sa toge rituelle ornée du croissant de lune étoilé.
Un gris-gris usé en souvenir d'une cité défunte et une toge trouée, voilà ce qu'il lui restait après plus de 1000 cycles à fouler ces terres, quelle dérision !

Soudain, son piom s'approcha sans un bruit.
***


Ixor dit :
Une missive à votre intention, maître


***
Elenaher fronça les sourcils, visiblement irrité d'avoir été interrompu au milieu de sa méditation matinale. Sans même se retourner, il jeta avec aigreur :
***



Je t'ai dit mille et mille fois de ne plus m'importuner avec ces écrits ! Le temps du Monde est passé en ce qui me concerne. Et il en faudrait beaucoup pour me faire changer d'avis.


***
Le piom visiblement hésitant ajouta à demi-voix :
***


Ixor dit :
C'est que ... maître, il porte le sceau du seigneur Ogham ... Ogham le fils de Baistan de la lignée de Cardagon


***
Les précisions étaient inutiles. Elenaher se retourna sans mot dire et tendit la main en direction du piom.
Ixor lui remit le parchemin et s'éloigna. Le quendë étudia le sceau avec attention. Il n'y avait pas d'erreur possible. La missive émanait bel et bien d'Ogham. Cela faisait de nombreuses lunes qu'il n'avait plus eu de nouvelles de ses amis de jadis. La missive elle-même semblait surgir des ombres du passé. Elenaher brisa le sceau avec précaution et déroula le parchemin.

Les caractères étaient soigneusement alignés et semblaient vouloir chanter l'histoire du temps perdu. Le quendë posa son bâton à terre et s'assit sur une souche proche. Il dévora la lettre avec avidité avant de replonger dans ses pensées. Le quendë continua à méditer jusqu'à la tombée de la nuit sans lâcher le parchemin. Finalement, il se leva et saisit son bâton tout en s'adressant à son piom
***


Ixor, mon ami, que dirais-tu de voir du pays à nouveau après tout ?

***
Sans laisser le temps à son serviteur de répondre, il se mis en route vers le ponant.
***
Information détaillées
Firkraag

neutre

le Joriol 31 Goliarmos du 1554ème cycle à 17h43

*** Firkraag était désormais un fidèle de dieu à part entière et ce long chemin vers la foi il l'avait accompli grâce à l'Ordre des 12 Apôtres, un groupe d'hommes et de femmes au service de Keldar qui n'avaient pas suivi la majorité des Keldariens suite à l'appel de l'Oracle.
Avec ses compagnons il avait vécu tant de choses qui auraient dû les rendre inséparables, pourtant au lieu de rejoindre ses frères au sein du Royaume de Keldar suite à la réapparition des keldariens sur les terres connues, il avait décidé de suivre son propre chemin, seul.
C'est dans les montagnes enneigées du Nord qu'il avait passé ces dernières années à méditer sur sa condition et sa place dans ce monde. Etait-il si différent des autres pour ne pouvoir partager une vie simple avec eux ?

Un jour, alors qu'il était parti chasser de quoi se nourrir sur ces terres hostiles, son piom lui apporta une missive portant le sceau d'un de ses plus vieux compagnons qui l'invitait à le rejoindre prestement. Ce n'était pas la première qu'il recevait durant son exil mais celle-ci semblait marquer le début d'une nouvelle ère.
Il était peut-être temps de revenir vers les siens. ***
Information détaillées
Ogham
Keldarien
Royaume de Keldar

le Dolink 3 Rastel du 1554ème cycle à 14h04

***

Le feu crépitait, les flammes montaient, tourbillonnaient, disparaissaient comme autant de créatures nocturnes, éphémères, en un balai chaleureux et lumineux.
Ombres et lumières s'alternaient sur le visage d'Ogham, le regard perdu, plongé dans ses pensées.

Ogham était habitué au désert, il était devenu sa vie depuis déjà fort longtemps. Le traverser pourrait s'avérer fatale pour qui ne le connaît pas. Les journées y sont éprouvantes... Le soleil est omniprésent, accablant, l'air est sec, presque irrespirable, chaque expiration tend à vider le corps de tout ce qui fait sa vie, l'eau, cette eau qui fait tant défaut. Inlassablement, tout l'être est en quête de la plus petite trace humide. Pas d'ombre non plus en ce lieu inhospitalier. Et quand une anfractuosité offrirait quelque répit, ce sont les créatures rampantes qu'il faudrait affronter, elles qui possèdent les poisons les plus puissants d'Ideo, capables de mettre fin à vos jours en l'espace de quelques instants. Il y a encore ces tempêtes de sable et de poussière qui durent parfois plusieurs jours, pendant lesquelles il est impossible de progresser, la visibilité étant alors nulle, le manque de point de repère rendrait l'aventure périlleuse. Reste les habitants du désert... Rien que cette semaine, Ogham a rencontré une dizaine de dévoreur des sables, ou comme on les appelle : les Sarlacs, et quelques basilics ; mieux vaut être préparé à la faune du désert...
Mais les journées ne sont rien en comparaison des nuits... Non seulement la température chute, mais aussi un silence profond s'établit et règne en ce lieu vide. Alors, il nous semble que se réveillent des créatures sans forme, des créatures qui ne sont qu'ombres, et en cette solitude, le silence mourant avec le feu laisse progressivement place à un chaos de hurlements.

Mais, malgré tout, c'est ma maison se dit Ogham...


***



Surgit alors Barbe Piom, le piom d'Ogham.


***

Barbe Piom dit :
- Ah ce feu... ça me rappelle quand nous mouillions au large de l'île des sirènes... Elles avaient allumé des feux un peu partout pour nous attirer dans leurs filets et nous enivrer de leurs voix mélodieuse dans le seul but de nous manger, et alors...


- Barbe Piom...

Barbe Piom dit :
- Arrête de m'interrompre... Oui, je disais... Toi, de toute façon, tu ne connais rien... C'est pas les deux ou trois basilics qui traînent dans les parages qui vont me faire peur ! Moussaillon ! Marin d'eau douce ! J'en ai affrontées des bêtes ! Tu n'oserais même pas t'imaginer ! Je me souviens de ces dragons des mers... ils avaient trois têtes, douze paires de pattes, une queue qui pouvait abattre d'un seul coup la plus grosse embarcation que nous avions !...


- Barbe Piom...

Barbe Piom dit :
- Quoi encore !?


- Tu n'as jamais navigué ! Tu prends tes rêves pour la réalité... Alors arrête un peu de raconter n'importe quoi...


Barbe Piom dit :
- Pfff. j'en ai marre de tout ce sable... de ce désert... toujours ce désert... toujours et encore...


- T'inquiète pas, bientôt nous en serons sortis.


Barbe Piom dit :
- Ah oui, au fait tu as deux missives...


- Et c'est maintenant que tu me le dis ! Donne !


***

Il s'agissait de Firkraag et d'Elenaher. Ils n'étaient plus très loin du point de rendez-vous : la cité de Patanjali.
Ogham se demandait bien à quoi elle pouvait bien ressembler, était-elle comme l'ancienne Yésod ? Comment y vivait-on ?
En tout cas, bientôt, peu importe où, ils seraient réunis à nouveau.


***

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page