Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

110 Joueurs sur Ideo (4372 inscrits) : 56 humains (2256), 26 elfes (1372), 28 orcs (744) | 8 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

La mort des légionnaires

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des sujets
PJ 0
Information détaillées
7

le Lüdik 7 Filandor du 1554ème cycle à 22h38

*** Les légionnaires progressaient dans les marais maudits. Mal, mais ils progressaient.
Tuant quelques morts vivants trainant dans les parages, on pouvait bien se demander quelles étaient leurs intentions.

La Brume commençait à devenir de plus en plus épaisse, entourant les soldats de l'empire qui s'étaient aventuré trop loin.

Le silence se fit autour du groupe. Un silence de mort. Une étrange impression se fit sentir. Comme l'étrange sensation d'être espionné ou plutôt d'être chassé.

Au bout de quelques minutes de stress et d'angoisse des silhouettes firent leur apparition à travers la Brume.
Des silhouettes de mort venue chercher ces humains prétentieux. ***
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Lüdik 7 Filandor du 1554ème cycle à 23h06

*** Proede avançait seule. Une mission l'ayant retenue à Dominia, elle avait dû partir avec un retard plutôt conséquent... Elle s'acharnait depuis plusieurs jours à rattraper ses compagnons, suivant les indications données par son Capitaine.

Les marais n'étaient que peu différents des égouts de Dominia qu'elle avait récemment visité. De l'eau vaseuse, une odeur répugnante... et peu de visibilité. Mais cette fois, ce n'était pas par manque de lumière.
Ces lieux semblaient bien porter son nom... Depuis qu'elle y avait pénétré, des plaies avaient fait leur apparition sans raisons apparentes. Régulièrement, un son étrange se faisait entendre. La nis s'arrêtait alors net, se mettant aux aguets, avant de prendre sa marche.

Mais où était donc cette patrouille ?! ***
Information détaillées
Ändiôr
Kohrien
Empire de Kohr

le Lüdik 7 Filandor du 1554ème cycle à 23h19

*** La patrouille avançait, la plupart des légionnaires étant un peu trop gais par rapport aux circonstances. Certes, ils progressaient dans les Marais Maudits, mais ils devenaient un peu trop téméraires au goût du nêr, qui aurait bien voulu être plus prudent.

Il voyait Fenrir qui s'avançait de plus en plus profondément dans les marais, et cela paraissait réellement l'amuser. Neptune paraissait soucieux également de l'attitude des légionnaires. Etant le responsable du groupe, il ne voulait sans doute pas qu'il arrive malheur au cours de cette mission de "surveillance". C'est pourquoi il donna l'ordre de se replier vers les montagnes, partant à l'avant garde de cette procession. Ändiôr le suivit avec une bonne partie des légionnaires sans se poser de questions, pensant que tout le monde était là.

Alors qu'ils marchaient dans le calme, l'atmosphère se refroidit d'un coup. Alors qu'un épais brouillard se formait, le nêr crut voir un légionnaire seul dans les profondeurs des marais... Mais il n'aurait pu le jurer, peut-être était-ce seulement un squelette ou un zombie de plus. A vrai dire, cela ne l'inquiétait pas beaucoup. Peut-être parce qu'un silence de mort s'était abattu. Peut-être parce qu'ils ne voyaient plus que leurs compagnons les plus proches. Mais la véritable raison était sans doute les atroces hurlements qui, quelques secondes plus tard, furent poussés par l'arrière garde de la procession. Ne jamais pénétrer sur le territoire des nécromants sans s'attendre à une quelconque réaction.

Ändiôr vit Neptune, qu'il suivant, se retourner en fixant l'horizon avec appréhension. Mais ils ne pouvaient rien voir. Le mage murmura alors à celui qui était son chef de rang pour cette mission : ***


Nos vies reposent sur ta capacité à prendre la bonne décision. Si nous paniquons, jamais nous ne rentrerons sains et saufs en territoire Kohrien. J'ai donné l'alerte au reste de la légion, j'espère qu'ils viendront sans tarder.

*** Il ajouta, posant sa main sur l'épaule de l'humain : ***


Fais ce que tu dois faire, je compte sur toi.
En cliquant ici, vous découvrirez le passé d'Ändiôr... Que je met à jour régulièrement (MAJ le 03/07).
Information détaillées
Harken
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 00h06

Bordel, qu'est ce qu'ils avaient fait? En lisant le message d'alerte Harken s'attendait a voir le nom de legionnaire fraichement promu, mais non, des porteur de livre ancien et potentiels futures officiers de la Legion Imperial.

A cause de cette bande cretin, de nombreuses vie allait être en danger. Le lieutenant rêvait d'une seul chose, sauver les imbeciles pour comprendre ce qu'il c'était passé.

Frantz Harken

http://www.jeux-alternatifs.com/IDEO---Les-Domaines-Oublies-jeu122_hit-parade.html
Information détaillées
Neptune
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 04h20



Ces dernières semaines, le boulot abattu par le groupe était excellent, et l’atmosphère de fierté et d’efficacité allait bien au-delà de la modestie qui sied à tous légionnaires. Depuis le début Vincent avait annoncé qu’il ne serait que partiellement leader du groupe de patrouille, qu’il préférait laisser une marge d’initiative et de participation à chacun des membres du régiment. Et depuis la formation et la patrouille dans les marais, les soldats se laissaient envahir par un excès de dangereuse confiance. Les nombreuses légendes et histoires morbides qui pullulent dans tout ideo, et contant l’impénétrable domaine nécromant, ne suffisaient pas à mettre en garde le groupe expérimenté… mais néanmoins bien mortel. Cette liberté qui s’éloigne de la discipline exigée dans la légion devait tôt ou tard entraîner de graves erreurs. Elles ne se firent attendre…

Si les marais se résumaient simplement à une épaisse brume aveuglante, à un sol meuble et encombrant, à une atmosphère putride et nauséeuse, à une chaleur et humidité étouffantes, clairsemé d’une poignée de morts vivant… la patrouille aurait pu s’apparenter à de mauvaises vacances. Mais dans les marais maudit les lois naturelles et physiques n’étaient seules à régner en maître. Un maléfice sévissait dans les lieux, inondant le puant domaine d’obscurs et mystérieux sortilèges aux effets aussi variés que néfastes. Cette vile magie et perfide conjuration, handicapait plus qu’il ne l’était supportable pour le commun des mortels. Sans de solides préparatifs, l’usure est une arme redoutable à bien court terme entre les mains de la non-vie.

Le régiment se disloquait en groupuscules avides de sensations fortes, de combat, avec pour seule envie d’en découdre face aux inoffensifs squelettes animés. Accompagné d’un maigre contingent de légionnaires expert dans les déplacements en milieu aqueux, Neptune parcourait le domaine de la mort de long en large. Effectuant des allers et retours incessants pour couvrir la plus grande surface possible tout en gardant un œil sur le reste du régiment, le fidèle de Karkh ne pouvait que rester spectateur devant une telle folie et imprudence. Les prévenir du danger avait déjà été fait. Les mettre en garde une seconde fois était trop tard. Car de l’épais manteau nébuleux surgissait subitement une toute autre catégorie de seigneurs… Car des profondeurs de cette spongieuse terre s’exhumaient de terribles monstres… Car de nulle part, l’occulte diablerie qui embaume ce monde matériel fit naître des spectres de l’au-delà.

Comme si la situation n’était pas suffisamment catastrophique, il était en plus possible d’apercevoir des légionnaires au loin, quasiment seuls dans les entrailles du marécage maudit, sans la moindre pièce de protection sur les épaules. Il était temps d’appeler à la discipline qui s’impose en de telles circonstances. Il était l’heure de revenir à l’essence même du légionnaire et du travail d’équipe. Afin de quitter le ridicule costume que les acteurs endossaient dans cette pathétique scène qui s’offrait en spectacle sous les yeux prostrés du seul prêtre présent. De grotesques cris aveugles et égoïstes émanaient de légionnaires isolés, accompagnés d’assauts aussi désorganisés que futiles. Devant ce foutoir sans nom, où tout le monde semblait oublier les règles d’or qui composent le juste model du soldat impérial, un long et puissant hurlement surgit du Sud Ouest pour tenter de réorganiser et concentrer les forces armées.

TOUT LE MONDE SE REPLIE, C’EST UN ORDRE !

Court, clair et concis. La règle des trois « C » dans toute sa splendeur. Au pied de la chaine de montagnes, séparant les terres de la mort des terres de la vie, Vincent distribuait quelques consignes pour mettre en place hôpital de campagne improvisé comme ligne d’approvisionnement entre un lieu « sûr » et la position avancée où le replis avait été scandé. Quelques messagers avaient également été dépêchés afin d’avertir les rares populations outre sommets rocheux. N’ont pas une évacuation, mais bien une simple alerte afin d’anticiper les préparatifs si une évacuation s’avérait dans un très proche avenir nécessaire. Plusieurs missives étaient également expédiées massivement. Se faisant, les consignes se relayant de légionnaires à légionnaires, Neptune scrutait l’horizon de son perchoir semi rocailleux et marécageux, tout en se parant de sa lourde tenue de fer afin de se préparer à la prompte bataille qui s’annonçait d’ores et déjà… épique.

...


A ses côtés, Ändiôr lui rappelait des évidences et les responsabilités qui lui avaient été imputées. Auxquels il ne répondit qu'avec un regard sérieux, sans le moindre usage de mot, avant que l'elfe ne lui adresse quelques paroles alors dans sa langue maternelle.

Malgré qu'aucune bataille ne peut se défaire de son lot de morts, tu peux me faire confiance Ändiôr. Vos vies est ce qu'il y a de plus précieux pour moi.

...


En l’honneur des Dieux, face à la menace invective et blasphématoire, le fidèle des Cinq récita quelques prières…



***
Dallia, imprègne nous de ta Sévérité qui, inflexible, guidera nos bras et nos cœurs contre les ennemis de la Vie. Accompagné de cette Sévérité Karkh, insuffle nous la Force et la Volonté dans l’exécution de cette noble et divine cause. Effort nécessaire afin de préserver le respect des Morts et ainsi permettre le parfait Accomplissement de la Vie, c’est pourquoi Azolth, préserve-nous loin de ton Royaume le temps de cette bataille. En Mémoire de nos ancêtres et pour Transmettre un meilleur avenir à nos enfants, Aldménir je t’implore de maintenir nos Esprits Vif et Lucide dans le chaos qui nous attend là-bas. Intelligence et Cœur, indissociables, pour exulter notre condition mortelle, Délémia offre nous ta Flamme pour attiser nos Emotions, et décupler nos Ambitions de victoire.
***



***
Karkh, Mon âme se tourne vers ta voie
Car avant qu'elle ne rejoigne Son Royaume,
J'aurai aimé m'adresser à toi une dernière fois,
Puisses-tu écouter, en guise d'adieu, ce Psaume.

Tes Prêtres sont redoutés dans tout Ideo,
Car leur témérité est sans faille.
Et si jamais leur Volonté cause à l'ennemi bien des Maux
C'est qu’ils ont appris que le Fer vaut mieux qu'une paille.

Tes Fidèles te louent pour combler un fossé
Celui causé par le manque de l'Effort.
Ils puisent en eux la Force et la Volonté,
De combattre la douleur, l'adversité et la Mort.

Karkh, Mon âme se tourne vers ta voie,
Car avant qu'elle ne rejoigne Son Royaume,
J'aurai aimé te regarder une dernière fois,
Te louer et conter à jamais ce Psaume.

***



CV
Information détaillées
Ragnarök
Kohrien,Capitaine du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 05h53

Sérieusement, quelqu'un peut-il me dire ce qu'on est venu foutre au juste dans ce merdier?

***
Suivant les ordres données par ses supérieurs, Ragnarök avait rejoint son groupe de patrouille à la lisière des marais près du grand mur. Tout en pataugeant dans l'eau viciée et malodorante, l'orc renifla l'air avant de faire une moue de dégoût et de cracher par terre. ***


Ouais... un véritable merdier.

***
C'était la première fois que l'orc s'aventurait dans un environnement comme celui-ci et il constata assez rapidement que l'avancée sur ce type terrain était beaucoup hasardeuse que sur les routes impériales que le légionnaire était habitué d'emprunter. C'est pourquoi il écoutait attentivement les conseils que les vétérans avaient la bonté d'offrir aux jeunots dans le but de faciliter leurs déplacements.

Jusqu'à présent, leur groupe n'avait pas rencontré le moindre signe d'une menace ennemie, mais cette atmosphère de calme ne semblait pas être répandue au sein de toutes les patrouilles. Rapidement, l'ordre fut donnée de se repositionner plus à l'est afin de porter assistance à plusieurs légionnaires présentement en danger.

C'était les seules informations dont disposait l'orc, mais elles étaient suffisantes. Hache et bouclier en main, Ragnarök rejoignit la formation et se mit en route. ***


PJ 0
Information détaillées
ADMIN 7

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 09h13

*** Au fur et à mesure que les légionnaires tentaient de fuir, la Brume se fit plus dense, plus épaisse, si bien que leur vision ne dépassait guerre le bout de leur épée... Quand ils en avaient une.

Les morts vivants devenaient de plus en plus nombreux, entourant les Kohriens, se mettant entre eux et la liberté, la où ils auraient du rester.

Des hommes commencèrent à tomber. Des ordres de retraite furent crier. Seront-ils suffisant ?
Dans cet enfer tout est différent. La vie des légionnaires était à présent entre les mains des Marais Maudits et celui ci est sans merci. ***
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 13h00

*** Des hurlements. Proede s'arrêta nette et se retourna. Des combats faisaient rage à l'Ouest de sa position. Elle s'était trop avancée et avait dépassé ses compagnons sans pouvoir les voir.
La nis repartit donc en arrière, résolue à aller prêter main forte à ses camarades. Le chemin serait plus aisé cette fois, les cris lui indiquant le chemin.

Elle accéléra le pas, prenant la direction de l'Ouest tandis que son corps se couvrait à nouveau de ces maux étranges et inexplicables. ***
Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 18h42


Torval pataugeait dans les marais, scrutant les environs, toujours sur le qui-vive dans ces lieux nauséabonds et glauques.

Il se déplaça vers le sud-ouest cherchant à rallier le point de rendez-vous fixé par Neptune. Soudain une brume méphitique l'enveloppa, l'air devint glacial et la visibilité tomba très vite. Des relents de malédiction étaient presque palpables.
En tant que fidèle d'Azolth, le passeur qui détestait la non-vie, le légionnaire sentit un frisson d'alerte lui remonter le long de l'échine : des nécromants étaient tout près.

Peu à peu, il vit surgit de la brume maudite, toute une armée de nécromants.
Entouré de toute part, Torval lança l'alerte aux légionnaires embourbés dans les marécages putrides, puis il essaya de regagner les montagnes toutes proches.

Plusieurs morts-vivants cherchèrent alors, à lui couper toute retraite. Par un prompt réflexe, Torval évita les flèches tirées par un archer squelette.
Une Momie tenta de l'attraper, le légionnaire sentit son souffle fétide, mais il esquiva également son attaque.
Deux champions squelettes se dressèrent devant lui et tentèrent de le découper en pièces à grand coup de cimeterres rouillés, mais tranchants. Par d'adroites rotations du buste, des petits sauts et des pas chassés, Torval échappa à toutes leurs attaques. Par zigzags, il se rapprocha des montagnes.
Une ombre des marais, de sa haute taille, lui bloqua provisoirement la sortie des marais. Le légionnaire, par d'adroits réflexes dus à l'entrainement militaire et l'expérience des combats effaça une nouvelle fois l'assaut du nécromant.

Le barrage de l'ombre des marais passé, l'accès vers les montagnes était libre. Torval ne se fit pas prier et regagna rapidement un terrain plus dur, plus sûr.

Ce jour là, il avait été le roi de l'esquive...

Indemne lui-même, il commença à prodiguer des soins à des moins chanceux que lui.

L'armée des nécromants était vraiment importante. Les légionnaires avaient failli se faire prendre au piège. Ils étaient en infériorité numérique, la bataille s'annonçait difficile...


Information détaillées
Ändiôr
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 18h59

*** La légion subissait des pertes conséquentes, mais les ordres avaient été donnés. Les légionnaires fuyaient précipitamment, mais avec une certaine prudence leur permettant, aux plus expérimentés tout du moins, d'éviter la majorité des attaques des nécromants.
Le nombre de blessés était conséquent. Le nombre de légionnaires portés disparus, certains pataugeant encore dans les marais, était également conséquent, même si la majorité des porteurs de livre apercevaient enfin le bout du tunnel, ce qui fut le cas d'Ändiôr. Un camp de soin de fortune commençait à se monter un peu en retrait, et ce fut là bas que le nêr se précipita, pas pour se faire soigner, mais pour utiliser ses sorts de soutien envers les blessés légers et moyens. Les blessés graves se devaient d'être la priorité pour les soigneurs comme Torval qu'il aperçut à la tâche, et qui paraissait déjà débordé.

La fierté des légionnaires avait été ébranlée, et les nécromants finiraient par en sentir les conséquences. La plus grande armée de Kohr était en marche pour agir contre ces créatures malsaines. ***

En cliquant ici, vous découvrirez le passé d'Ändiôr... Que je met à jour régulièrement (MAJ le 03/07).
Information détaillées
Borkbog
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 8 Filandor du 1554ème cycle à 23h43

De la colère, voilà ce que ressentit l'orc lorsque le message d'alerte lui parvint. Il avait pourtant été clair, personne ne devait s'aventurer trop avant dans les Marais. Mais les ordres, on les écoute d'une oreille distraite et puis c'est bon quoi, on sait ce qu'on a à faire. Et voilà que ce qu'avait redouté Borkbog se produisait. En réponse à cette incursion sur leur territoire, les deux-fois-nés étaient sortis en force, prêts à faire payer aux kohriens leur folie.

Coupant par les montagnes, Borkbog rejoignit rapidement le point de repli qu'avait fixé Neptune et ce qu'il vit le consterna. Des légionnaires étaient éparpillés un peu partout, pataugeant dans la boue nauséabonde des Marais et tentant vainement de rejoindre la sécurité des montagnes après avoir pénétré trop profondément le territoire maudit. Une véritable armée de Nécromants se dressait à la lisière des montagne, semblant hésiter à poursuivre les légionnaires hors de leur Marais. Cette fois, il ne s'agissait pas d'une simple bande de zombies dont la Légion viendrait à bout en quelques minutes. Seigneurs de la mort, spectres de l'effroi, terreur des marais, champion squelettes, c'était toute une force de frappe que les impériaux allaient devoir affronter.

Le Capitaine observa la scène quelques instants du haut des montagnes afin d'avoir une vision claire de la situation puis descendit rejoindre les autres dans la plaine. Une fois sur place, les ordres fusèrent.


Non mais c'est quoi ce bordel!? Tout le monde se replie en quinconce par rapport à moi! Le premier qui traîne et qui fait joujou avec un squelette je lui abat mon maillet sur la tête!

Les troupes commencèrent à s'organiser. Neptune rassemblait des hommes autour de lui, Ändiôr et Torval soignaient les blessés graves tandis que le restes des légionnaires se positionnaient de part et d'autre de l'officier. Un combat féroce était sur le point de s'engager mais l'orc n'attaquerait pas avant que ses troupes soient prêtes.
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Mirion 9 Filandor du 1554ème cycle à 13h05

*** Proede avançait, ne se dirigeant plus qu'à l'ouïe. Elle devait sans cesse réajuster sa trajectoire... La troupe de Légionnaires semblaient être en mouvement vers le Sud.
Mais que se passait-il ?! La nis était incapable de voir à plus de vingt pas. Le brouhaha de ses frères et de leurs ennemis ne lui permettait pas d'entendre les ordres qui étaient donnés.

Et puis... La brume sembla comme disparaître devant la Légionnaire, lui permettant de voir le désastre. Proede découvrait les habitants des marais pour la première fois. Elle comprenait mieux pourquoi elle n'en avait pas croisé un seul, la plupart semblant s'être rassemblé ici.

Sur sa gauche, la nis vit des Légionnaires en train de fuir dans les montagnes.
Sans attendre, la guerrière suivit le mouvement au pas de course, essayant de contourner le flot de créatures qui la séparait de ses compagnons.

Un homme à terre, un squelette au dessus de lui. Proede sortit son arme et trancha dans le dos de la créature. Pas de quoi lui faire vraiment mal... mais au moins le distraire le temps qu'elle aide le Légionnaire à se relever. ***


Aller, on bouge de là !

*** L'homme la suivit quelques pas mais il était sévèrement blessé. Elle ralentit alors le pas pour se mettre à sa hauteur. D'un geste, elle lui indiqua de passer un bras derrière son cou. Elle plaça ensuite une main autour de la taille de l'homme pour l'aider à marcher.
Après quelques minutes, Proede arriva au point de ralliement, soutenant toujours l'homme d'une main et tenant son arme dans l'autre. Elle fit s'allonger le Légionnaire un peu en retrait avec les autres blessés, avant de rejoindre ceux qui se préparaient à se battre. Elle portait quelques blessures, mais rien qui ne l'empêcherait de se joindre aux combats.
La formation prenait forme. La nis ne tarda pas à la reconnaître et à prendre place dans les rangs, non loin de Borkbog. L'épée toujours sortie, elle attendait l'ordre. ***
Information détaillées
Harken
Kohrien
Empire de Kohr

le Mirion 9 Filandor du 1554ème cycle à 23h06

Le lieutenant venait juste de rejoindre les lieux. Misère et désolation, la tristesse d'une engeance néfaste. Les nécromants étaient en lisière des marais, comme pour protéger leur territoire. Une tel arme ferait a coup sur des ravages. Le Lieutenant était dans une rare fureur, il déambulait dans les rangs en hurlant.

Pauvres fous, avez vous la moindre idée de ce que vous venez de déclencher? Priez pour que je ne traite pas la survivant comme je m'apprête a traiter les morts, dit il avec fureur.

Il fallait surtout prier pour que les nécromant reste dans les marais, et qu'ils ne tentent rien a l'intérieur de l'Empire ou la légion serait responsable d'un massacre. Rapidement il rechercha son aide de camp.


Emrius! hurlait il en le cherchant du regard. L'homme courait pour ce retrouver a sa hauteur.

Mon Lieutenant, dit-il attentif.

Fait monter ma tente et fait appeler le Légionnaire Neptune pour qu'il me retrouve a la tente du Capitaine Borkbog, dit lui que je veux un point sur la situation immédiatement.

L'elfe acquiesça de la tête avant de grimper sur sa monture pour exécuter des ordres du Lieutenant. Harken se mit en route afin de rencontrer le Capitaine et établir une stratégie efficace. Il envoya un homme pour l'annoncer au Capitaine Borkbog.

Enfin arrive devant la tente de l'Officier supérieur le garde le regarda, esquissa un pas de coté en lui disant:
Le Capitaine vous attend mon Lieutenant.

Sans un regard l'humain entra dans la tente toujours en pleine installation.

Bonjour mon Capitaine, sublime journée pour mourir n'est-il pas? dit Harken avec un léger sourire.

Frantz Harken

http://www.jeux-alternatifs.com/IDEO---Les-Domaines-Oublies-jeu122_hit-parade.html
PJ 0
Information détaillées
ADMIN 7

le Joriol 10 Filandor du 1554ème cycle à 09h50

*** Tandis que les légionnaires tentaient tant bien que mal de fuir, les créatures les plus audacieuses et par conséquent, souvent les plus puissantes, les suivirent dans les plaines, quittant la protection des marais maudits. Si tant est que ces créatures ont besoin de protection... ***
Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Joriol 10 Filandor du 1554ème cycle à 19h37


Torval tout occupé à soigner ses compatriotes surveillait du coin de l’œil les nécromants au nord. Et ce qu'il vit, l'inquiéta fortement. Les spectres de l'effroi et les seigneurs de la mort quittaient les marécages au nord, franchissaient les montagnes et s’avançaient dans la plaine à la poursuite de la Légion.

Les plus dangereux des morts-vivants étaient décidés à en découdre !

Torval s'inquiéta tout particulièrement pour Fenrir, dont la position avancée au nord devait être très périlleuse...

Information détaillées
Borkbog
Kohrien
Empire de Kohr

le Joriol 10 Filandor du 1554ème cycle à 23h38

Après s'être assuré que ses légionnaires avaient retrouvés un semblant de discipline et d'ordre, Borkbog avait fait monté sa tente tout en réfléchissant à ce qu'il convenait de faire. La tentation était grande d'aller combattre l'engeance maudite mais d'un autre côté, le gradé ne savait toujours pas si les Nécromants surgit des Marais Maudits avaient l'intention de combattre les Kohriens ou avaient tout simplement voulu les chasser de leur territoire. De plus, un nombre nom négligeable de légionnaires était toujours coincé dans la brume des Marais et il n'était pas dans le caractère de l'orc d'abandonner ses hommes.

Le garde à l'extérieur de la tente vint alors lui annoncer que le Lieutenant Harken souhaitait le voir, ce à quoi l'officier répondit par un simple hochement de tête. Quelques secondes plus tard le mage pénétrait à l'intérieur de la tente, un léger sourire aux lèvres. Borkbog se passa un main au visage suite à la remarque de son Lieutenant, visiblement soucieux.


J'aurais préféré que ce soit une belle journée où rien n'est à déclarer dans les Marais mais il semble que ce soit chose impossible... C'est une véritable armée à laquelle nous avons à faire face, reste à savoir s'ils s'en iront maintenant que nous avons quitté leurs terres. Pour le moment, je veux que tout le monde...

Le garde à l'extérieur de la tente entra en trombe, interrompant la discussion.

Capitaine! Les Nécromants, ils sont sortis des Marais! Ils avancent vers nous dans la plaine!

Le colosse poussa un long soupir puis se tourna vers Harken.

Je pense que cela règle la question...


Borkbog remercia son aide de camp d'un signe de tête puis empoigna son maillet de puissance ainsi que son casque avant de sortir de la tente, Harken sur ses pas.

Ils n'ont plus l'avantage du terrain à présent. Nous allons pouvoir profiter de notre pleine mobilité, ce qui nous facilitera grandement la tâche. Prépare les hommes au combat Harken, le temps est venu pour nous de riposter. Les cibles prioritaires sont les Seigneurs de la mort ainsi que les spectres de l'effroi. Une fois que nous les aurons éliminés nous n'aurons aucun mal à en finir avec les zombies et autres squelettes qui forment leur rangs. Pour ma part je vais aller voir où en est la situation exactement.

Saluant son Lieutenant, Borkbog courut en direction du futur front, ordonnant à tout ceux qu'il croisait de se tenir prêt pour l'assaut. Arrivé à destination, le gros orc put voir les ennemis qu'il aurait à affronter. Seuls les monstres les plus puissant avaient osés sortir des Marais. Seigneurs de la morts et spectres de l'effroi avançaient lentement vers les légionnaires, accompagnés seulement de quelques squelettes et autres montres plus ou moins dangereux. Cela rassura le Capitaine. Il serait beaucoup plus aisé de combattre les Seigneurs de la mort s'ils n'avaient pas constamment à se soucier des autres morts-vivants.

La ligne de front se forma rapidement, les impériaux regardant les deux-fois-nés se rapprocher dangereusement. À l'avant de ses troupes, Borkbog se mit à crier d'une voix forte.


Légionnaires! Les Nécromants ont quittés leurs Marais Maudits et se sont aventurés sur nos terres. Il est de notre devoir de les renvoyer là d'où ils viennent! Beaucoup des nôtres sont encore coincés derrière les lignes ennemies. Nous ne pouvons pas les abandonner à leur sort! Alors préparez-vous à montrer à ces abominations pourquoi la Légion Impériale est l'armée la plus puissante d'Ideo. Réduisez-moi ces ordures en charpie! À l'attaque!!!


Le sol trembla lorsque l'armée impériale s'élança vers son éternel ennemi. Bientôt les Nécromants regretteraient d'avoir foulé le sol Kohrien.


Information détaillées
Harken
Kohrien
Empire de Kohr

le Valkin 11 Filandor du 1554ème cycle à 00h00

Lorsque les deux hommes apprirent la nouvelle, leurs sangs ne firent qu'un tour. Nous avions violé leurs territoires et maintenant ils entraient sur nos terres en signes de représailles.

Bien mon Capitaine, j'établis immédiatement une stratégie mais de mon expérience l'important est de nous regrouper et des les diviser. Loin des marais ils sont plus vulnérable, dit-il a l'orc en partant vers l'extérieur de la tente.

Immédiatement le Lieutenant alla à l'arrière pour faire avancer les légionnaires vers le front et les Seigneurs de la Mort.

Avancez Légionnaires de l'Empire! Protégez votre terre et ses Habitants, nous n'abandonnerons pas nos frères d'armes! Tuez ces créatures, tuez les nécromants!


Les lances frappées contre les boucliers, la Légion Imperial était en marche!

Frantz Harken

http://www.jeux-alternatifs.com/IDEO---Les-Domaines-Oublies-jeu122_hit-parade.html
Information détaillées
Ragnarök
Kohrien,Capitaine du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Valkin 11 Filandor du 1554ème cycle à 21h18

*** Véritable vision d'horreur qu'était la vue de ces engeances quittant la brume de leur marais douillet pour s'aventurer sur les plaines impériales. Un silence absolu s'y était rapidement répandu où seul le discours inspiré du Capitaine faisait écho.

Ragnarök, qui était parmi les premier à avoir rejoint la formation, était confortablement installé en première ligne et regardait l'ennemi qui se tenait en face. Jamais il n'avait vu pareil adversaire. À mesure que se rapprochait les morts-vivant, l'air autour des légionnaires devenait de plus en plus froide alors que des filets de fumé trahissaient la respiration des impériaux. ***


Vers la victoire!


*** L'ordre de charge fut enfin donnée et une marée rouge déferla sur l'engeance dans un brouhaha métallique. Devant eux se dressait comme première cible un seigneur de la mort, véritable créature de l'enfer. Ragnarök, à moitié caché derrière son pavois, risqua une où deux attaques qui n'eurent pas de réel succès si ce n'est que d'énerver le monstre qui riposta. Et quelle riposte! La contre-attaque de ce dernier heurta son bouclier et le fit reculer de quelques mètres en arrière.

Reprenant position, Ragnarök raffermit sa poigne sur le manche de sa hache et se reporta à l'attaque, faisant mouche à plusieurs reprises.
***

Allez les gars, si ça peut saigner, ça peut crever!

Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Solior 12 Filandor du 1554ème cycle à 09h50


Le combat était engagé. Les nécromants avaient envahi la terre de Khor et les légionnaires avaient immédiatement contre-attaqué.

Les adversaires étaient redoutables avec plusieurs seigneurs de la mort et des spectres d'effroi dans leurs rangs. Jamais Torval, malgré ses nombreuses campagnes militaires, n'avait vu d'ennemi aussi redoutable. Il en vint à craindre pour la réussite de la Légion.

Déjà les blessés étaient nombreux et les blessures graves. Le capitaine et le légionnaire Neptune en prise avec un seigneur de la mort et un spectre d'effroi se battaient vaillamment en première ligne. Leur situation devenait de plus en plus dangereuse avec au nord un autre spectre d'effroi qui se rapprochait.

Le capitaine était sérieusement blessé. N'écoutant que son devoir, Torval se rapprocha des premières lignes. Il se fit immédiatement prendre à partie par les deux seigneurs de la mort. Le premier le blessa très sérieusement. Ce n'est pas pour rien qu'ils étaient classifiés dans la nomenclature militaire comme extrêmement dangereux. Le légionnaire réussit in extremis, à éviter l'attaque du second.

Faisant appel à la puissance d'Azolth, Torval lança un sort de soins en direction de Borkbog. Ce dernier était provisoirement tiré d'affaire, provisoirement !
L'urgence était de gagner du temps, de survivre encore un petit peu, afin d'avoir une chance de poursuivre le combat.

Blessé, le mage soigneur quitta les premières lignes. Mais ses blessures attendront, ses soins étaient trop nécessaires aux combattants au corps à corps pour qu'il puisse les dépenser pour lui-même.


Information détaillées
Neptune
Kohrien
Empire de Kohr

le Solior 12 Filandor du 1554ème cycle à 21h19

En face, une armée d’êtres à peine animés, sans le moindre sentiment, sans la moindre peur, vide de tout ressentis. En face se tenait la seule armée idéanne exempte de peur, composée d’unités faites de lambeaux organiques sans âme. Difficile de partir à la guerre dans de telles conditions pour un mortel doué de sentiments, donc de craintes. C’est la boule aux ventres que les légionnaires doivent faire front. Ce fardeau qui paralyse, limite et assujetti. L’appel du devoir pour seul motivation dans ces moments où face au danger il est possible de sombrer dans l’égoïsme pour sauver sa propre vie. Il fallait pourtant tenir. Tenir déjà face à la peur. Il le faut.

C’est lorsque l’armée Kohrienne se mit en marche en formation de combat, lorsque les quelques lieux qui séparent à peine les deux adversaires, que le temps se suspend pour paraitre éternel et permettre aux différents protagonistes de se laisser emparer par la peur et se remémorer tout ce qu’ils ont à perdre. Le moment où les épaules sont lourdes et les jambes tremblotantes et maladroites. Vincent n’était pas ce genre de héro légendaire que les récits embellissent, loin de là. Aucune bataille n’eut lieu sans qu’il ait eut à lutter contre ses démons, la crainte de quitter ce monde trop cher à ses yeux, cette vie unique et si jalousement protégée. Mais il fallait montrer l’exemple, ne jamais être le premier à faiblir, une forte éducation qui prenait le pas sur les désirs personnels. Et comme à son accoutumée, tout était enfouis en lui, ses craintes jamais ne transparaissais, bien que toujours existantes. Il fallait occuper l’esprit des légionnaires pendant la marge, tenter de les exalter, d’annihiler les effets finalement inévitables de la frayeur et de la mort.

Légionnaires, tenez-vous debout avec dignité. Montrons que nous sommes prêt à combattre jusqu’à la mort. Car nous ne la craignons pas !
Saisissez vos armes, la pointe projetée vers l’avant. Délimitez un territoire dont nous serons seuls maîtres. Exprimez toute votre puissance, toute notre fureur, car nous sommes sur le pied de guerre !
Légionnaires, puissent-ils sentir que tout l’univers leur fait face ! Hurlez si c’est nécessaire. Rugissez tels des lions. Que la peau de l’ennemi s’hérisse de peur, ou que leur être tremble de terreur ! Car c’est la prestigieuse Légion Impériale qui se dresse devant eux !
Que les ténèbres meurent, votre regard est aveuglant, car vous êtes lumière et le resterez à tout jamais !


Et tôt ou tard, les deux armées, paradoxalement opposées en tout point, entrèrent en contact inéluctablement. Les choses alors se précipitèrent inexorablement. La formation, si belle et si chère à l’armée rouge, commençait à se dérober pour se laisser inévitablement emporter dans la spirale de la mêlée. Et déjà l’impression que la bataille durait depuis une éternité s’empara de l’esprit d’un grand nombre de soldats. Alors qu’un Seigneur de la mort posait enfin genou à terre, sous les nombreux assaut conjoint d’une légion enfin retrouvée, soudée et coordonnée, l’idée de conquérir une parcelle de victoire pénétra l'âme du Templier. Mais tout autour de lui la réalité lui revint à la vue… un très long et mortel chemin leur restait encore à arpenter douloureusement.

Malgré tout, il pouvait déjà être fier de ses camarades. Un travail chaleureux était abattu par les précieux mages guérisseurs. Un courage exemplaire émanait des nombreux soldats se sacrifiant face à cet être révoltant et aussi puissant que tenace.

CV
Information détaillées
Harken
Kohrien
Empire de Kohr

le Dolink 13 Filandor du 1554ème cycle à 04h06

Cette fois ce serait son dernier souffle. La fin d'un long trajet. Devant lui ce trouvais les plus fideles défenseur de l'empire. Trop d'entre eux venaient tout juste de sortir de l'académie. La majorité d'entre eux ne faisaient que risquer leurs vie, trop faible pour causer le moindre dommage. Mais pourtant ils étaient la, combattant la plus grande menace d'Ideo.

Quelques heures avant le Lieutenant était encore en train de combattre, organiser les troupes, motiver les légionnaires devant tant d'horreur. Un ravissant spectacle, un ballet ce déroulait devant lui, et le Seigneur de la Mort subissait chaque coup. Ce dernier semblait sur le point de retourner a la terre pour la dernière fois lorsque le Lieutenant lança une nouvelle fois les flammes de la destruction contre le puissant nécromant. Cette immonde créature payerai pour chaque être vivant mort pour cette cause. Un simple filin, tel un fouet, alla d'arrière en avant, puis ce fut les éclairs qui ce heurtèrent a la carapace de la créature.

Quelques instants plus tard... le chaos, la mort, la situation changeait. Le nécromant sentit la fin venir et dans un dernier élan, son dernier souffle il attaqua avec frénésie. Tous autour de lui étaient a terres et le l'humain sentit son tour venir. Le nécromant ne tomberait pas seul.

Frantz Harken

http://www.jeux-alternatifs.com/IDEO---Les-Domaines-Oublies-jeu122_hit-parade.html
Information détaillées
Idrasil
Kohrien
Empire de Kohr

le Dolink 13 Filandor du 1554ème cycle à 12h06

***
Comme toujours, le prêtre de la force se tenait à l’écart, discret. Il suivait les pérégrinations des troupes en soutien. Car tôt ou tard, la parole du Champion s’avérerait nécessaire. Et quel autre groupe de fidèles, qu’un régiment de légionnaires, y aurait-il de mieux à protéger et guider ? Tout simplement aucun. Un énorme réservoir de foi et de droiture. Chaque vie était importante, pas l’une n’avait le dessus sur une autre. Aux yeux des Divins, le cadet avait tout autant d’importance que le maréchal.

Pour preuve, beaucoup de légionnaires combattaient vaillamment au péril de leur vie sans rechigner ou quémander la moindre aide ou le moindre soin, quelle bravoure et sans de l’honneur. Contrairement à de rares officiers sans cesse faisant signe pour qu’on leur porte assistance, ou même se permettant le loisir d’écrire des missives pour solliciter les mages guérisseurs. En plus de cela, alors que les blessés se comptent par dizaines, ils osaient encore demander des sortilèges de soutien alors que les services médicaux étaient dépassés. Un fardeau et un poids plus qu’autre chose. Idrasil n’avait rencontré de personne plus fragile et égoïste qu’elle. Pas même la moindre potion de vie pour avoir la décence d’être autonome et surtout un exemple pour tous ces braves légionnaires.

Epuisé, éreinté et blessé, Idrasil ne pouvait pourtant se permettre le luxe de se reposer ou se retirer. Si des hommes se battent en première ligne et meurent, il se devait de se surmener encore plus si nécessaire… même si il devait en mourir.
***
Information détaillées
Fenrir
Kohrien
Empire de Kohr

le Dolink 13 Filandor du 1554ème cycle à 17h44

Fenrir avec une poignée de non porteur de livre était bloqué en bordure des marais depuis quelques jours...

La vie la dedans était malsaine, une étrange magie tentait de les bloquer la, à l'écart des autres membres de la Légion...


Mes amis, on c'est fait surprendre mais on ne se fera pas prendre même si nous sommes encerclé dans les marais !

On va s'organiser à notre tour. Nous allons nous accès sur ma façon de vivre, telle une tortue dans sa carapace. Tout sur la défense et de temps en temps un coup rapide pour faire une percée dans leur rang sans négliger la défense de notre groupe minuscule.

Nous devons craindre notre ennemi, être trop sur de soit n'est pas toujours une bonne chose, focalisons nous sur les zombies lors de nos phases d'attaques, se sont les plus faibles d'entre eux.
Une fois un trou chez eux, on s'infiltre sans négliger notre défense, sa risque de prendre du temps mais on ne se laissera prendre.

Ensuite nous pourrons aller aider nos amis dans les pleines et la on se retiendra plus, on pulvérise le tout !


Fenrir commençait donc à donner des ordres au non porteur, ces derniers prenaient le bois qu'ils trouvaient et en faisait de petites murailles, le surplus de bois coupé était mis au sol pour que le terrain soit plus en leur faveur, un sol moins mou permettait de mieux bouger pour se défendre.

les vivres, le surplus d'armes et tout se qui ne servait pas à se défendre étaient mis au centre de la "tortue" pour ainsi être allégée et mieux se mouvoir.
Cela sera difficile de combattre sans les autres mais ils pouvaient au moins tenir à se défendre, la spécialité de Fenrir...
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Lüdik 14 Filandor du 1554ème cycle à 14h15

*** Proede joignit son cri à ceux de ses camarades. L'épée toujours sortie, elle avança avec ses camarades vers les ennemis qui s'étaient risqués hors des marais.
Elle ne connaissait pas ces créatures et n'en avait que peu entendu parler, mais vu les têtes que faisaient les autres Légionnaires, elle savait que le combat qui s'engageait n'allait pas être de tout repos.

Après les discours des officiers, voilà que Neptune ajouta sa touche personnelle. La nis ne put s'empêcher de arquer un sourcil. Voilà qu'il se prenait pour un poète...
Peu importait. Les lignes kohriennes avançaient et étaient à présent toutes proches de leurs ennemis. Cette vision était impressionnante, tant d'un point de vue extérieur qu'intérieur, mais en aucun cas la nis ne flancha. Elle était concentrée et prête à affronter les deux-fois-nés.
Proede attendait un nouveau combat depuis des mois. Elle avait des choses à prouver... à se prouver à elle-même.

La bataille s'engagea enfin. Après quelques coups de lames, Proede se trouva face à une créature gigantesque maniant la faux. Elle entendit quelqu'un l'appeler "Seigneur des morts". Le combat s'annonçait réjouissant. La nis n'était pas seule... Nombre de Légionnaires de battaient à ses côtés. Plusieurs furent envoyés à plusieurs mètres de distance d'un simple coup. Même des géants tels que Ragnarök ne pouvaient résister.
Proede esquiva plusieurs attaques avant de porter son premier coup. La créature se retourna alors sur elle et, en un instant, planta sa lame dans son ventre avant de faire tournoyer son arme pour faire passer la nis par dessus sa tête, la faisant ainsi atterrir violemment sur le dos. La bête changea ensuite de cible...

Proede n'avait poussé aucun cri. Un peu sonnée par sa mauvaise chute, elle mit quelques secondes avant de réaliser tout ce qu'il s'était passé. Secouant la tête, elle essaya de se relever. Elle parvint à s'asseoir avec difficultés. Le sang coulait à flot, la blessure n'était pas belle. Heureusement, son armure avait empêché que la lame de la créature ne la transperce de part en part. Elle savait pertinemment qu'elle n'était pas en état de reprendre les combats dans cet état... Mais pourtant il le fallait.
Les soigneurs étaient trop loin, alors la nis fouilla dans une petite sacoche, cherchant une fiole de vie, et l'avala d'un trait. Il lui fallait ensuite attendre quelques minutes pour qu'elle fasse effet.

Proede releva alors la tête.
Le groupe de Légionnaires qui se trouvait près d'elle était en train de mettre à bas le Seigneur des morts.
Tant d'hommes et de temps pour une seule créature... Il fallait concentrer la force de frappe sur l'un de ces monstres, pour les faire tomber les uns après les autres.

L'épée de Proede était à portée de main. Elle n'eut qu'à tendre le bras pour la récupérer.
Dans quelques instants, elle allait repartir au combat. Ce n'était pas encore cette blessure qui allait la mettre définitivement à terre. ***
Information détaillées
Harken
Kohrien
Empire de Kohr

le Lüdik 14 Filandor du 1554ème cycle à 14h54

Alors que le seigneur de la mort continuait de faire des ravages dans les lignes Kohriennes, le jeune homme continuait de combattre aux cotes des braves légionnaires de la légion. Soudain le monstre ce lança sur le mage de guerre de la légion. Bruler, de nombreux os briser, transpercé, les blessures de l'homme était trop grave.

Inconscient, il entendait le combat qui continuait autour de lui. La nuit allait être longue. Plusieurs heures après, l'homme ce réveilla sur un lit, de nombreuses blessures pansées, plusieurs fioles utilisées pour le guérir étaient vide sur la table devant son lit.

Malheureusement il n'avait pas vraiment le temps de reprendre des forces. Quelques heures avant il était mourant, ce matin il remettait les pieds sur le champ de bataille. Des qu'il sortit de sa tente son aide de camps vint lui faire son rapport. Pertes limites, et surtout le Seigneur de la Mort avait été mit a terre par le Capitaine. Les légionnaires produisaient un effort remarquable dans une situation plus que critique mais tous ne verraient pas le soleil se lever dans les jours à venir.


Frantz Harken

http://www.jeux-alternatifs.com/IDEO---Les-Domaines-Oublies-jeu122_hit-parade.html
Information détaillées
Ändiôr
Kohrien
Empire de Kohr

le Lüdik 14 Filandor du 1554ème cycle à 19h08

*** Ce combat apparaissait, à peu de choses près, comme le bonheur absolu pour Ändiôr. L'elfe avait soif de sang, et n'avait pas eu de noble combat à mener depuis de nombreux cycles. Tout d'abord agacé par ses camarades lors du "piège" nécromant, il se battait désormais sans relâche auprès d'eux.

Sa méthode était simple mais efficace lors du combat contre le Seigneur de la Mort : il se chargeait principalement des squelettes et autres zombies qui accompagnaient la créature la plus terrifiante de toute Ideo à n'en pas douter. Lançant des sorts de brasier dès qu'un squelette tentait d'attaquer un des fidèles guerriers Kohriens, il lui arrivait également de lancer des sorts de plénitude lorsqu'il sentait qu'un légionnaire était en train de lâcher prise.

Evidemment, certains légionnaires qu'il soutenait étaient tombés, ne pouvant résister à la puissance du Seigneur de la Mort. Seigneur de la Mort qui, sans doute agacé par le nêr, lui envoya à plusieurs reprises de puissants éclairs à l'aide de sa gigantesque faux. Il en esquiva quelques uns, mais en reçut d'autres de plein fouet. Il ne devait sa survie qu'à ses potions de soins et à quelques rares sorts lancés sur lui pour le soutenir, mais il n'en avait que faire. Même si la fatigue mentale commençait à se faire ressentir, il ressentait une motivation sans égale, et n'hésita pas à viser directement le Seigneur de la Mort lorsque ce dernier commençait à faiblir.

Le nécromant fut touché de plein fouet, alors que les guerriers et les archers s'acharnaient sur lui au même moment. Dans un dernier acte de fureur monumentale, il planta sa faux dans le sol avec une puissance inouie, ce qui eut pour effet la propagation d'une onde de choc impressionnante qui projeta le mage à terre. Le temps que celui-ci se relève, le guerrier néfaste était tombé, marquant la première victoire des légionnaires.

Cependant, les pertes étaient lourdes, et un groupe conséquent de légionnaires accompagnés par Fenrir était toujours piégé à la lisière des marais. Le prochain ennemi qui s'annonçait plaisait particulièrement à Ändiôr : un Spectre de l'Effroi, uniquement sensible aux sorts, et tout de même assez résistant. Une bonne partie des guerriers de combat au corps à corps reçurent l'ordre d'aller libérer le passage pour le groupe de Fenrir que l'on pouvait voir progresser depuis le champ de bataille. Ces renforts ne seraient pas de manque.

Le nêr s'avança sur la même ligne qu'une dizaine de mages. Concentrant leur énergie au même moment, ils lancèrent tous le même sort : Immolation, sur le Spectre qui ne put qu'encaisser le coup. Cependant, la riposte vint rapidement, et le mage situé à la droite d'Ändiôr périt en un seul coup, emporté par les ténèbres environnantes. Le mage, empli de fureur, s'avança rapidement vers le spectre en le harcelant de sorts aussi puissants les uns que les autres, et n'ayant rien à envier aux plus grands mages Kohriens, tout en évitant les attaques ennemies...

Ce Spectre ne tiendrait pas longtemps. Et l'ancien lieutenant tenait à le faire tomber sous ses sorts. ***

En cliquant ici, vous découvrirez le passé d'Ändiôr... Que je met à jour régulièrement (MAJ le 03/07).
Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Lüdik 14 Filandor du 1554ème cycle à 19h30


La bataille qui s'était engagée sans merci, était indécise. Au début, l'armée des morts-vivants sembla l'emporter tant le nombre était en leur faveur.
Ils étaient en outre, dirigés par des adversaires redoutables : les seigneurs de la mort.

Rapidement ce fût un carnage. Les blessés et les morts jonchaient déjà le sol.
En fait, beaucoup plus de blessés que de morts car les mages guérisseurs étaient sur tous les fronts et évitaient que le pire n'arrive, ... enfin la plupart du temps. Car eux aussi étaient débordés, comme les légionnaires en première ligne qui combattaient avec un courage admirable, faisant fi de leur propre vie.

Torval, en tant que fidèle d'Azolth haïssait ces deux fois nés, et faisait tout son possible pour arracher ses compagnons d'armes aux griffes de la mort.

Soudain, un espoir jaillit en bordure de ces marécages putrides, un seigneur de la mort, celui le plus avancé au sud venait de succomber sous l'assaut conjoint de plusieurs légionnaires, le capitaine en tête.

Il restait donc de l'espoir !

L'espoir devint encore plus grand lorsque le groupe encerclé dans les marais se rapprocha du reste de la Légion pour faire jonction. Ils étaient encore vivants, du moins un certain nombre. Torval aperçût Fenrir qui se battait comme un beau diable.

On disait que la Légion n'abandonnait jamais ses hommes sur le champ de bataille. C'était vrai !

Après les soins, les mages furent sollicités pour combattre un spectre de l'effroi, adversaire insensible à toute arme physique. Torval lui lança le seul vrai sort d'attaque qu'il connaissait. Pas un sort très puissant, mais qui fit mouche néanmoins.

Le Passeur serait fier de lui !


Information détaillées
Borkbog
Kohrien
Empire de Kohr

le Lüdik 14 Filandor du 1554ème cycle à 22h08

La bataille s'était engagée comme n'importe quelle autre, les forces armées en présence s'écrasant l'une contre l'autre dans le fracas assourdissant des armes et des boucliers qui se heurtaient. Rapidement les légionnaires avaient éliminés quelques squelettes et s'étaient dirigés vers la cible prioritaire désignée par Borkbog: le Seigneur de la Mort le plus à l'Est.

Les impériaux se massèrent près de lui et l'assaillirent de coups. En première ligne se trouvaient la plupart des Porteurs de Livre et bien que les répliques de la créature maudite étaient dévastatrices, aucune perte ne fut à déplorer parmi eux. Comme à son habitude, Borkbog faisait tournoyer son gigantesque maillet de puissance autour de lui comme s'il était aussi léger qu'une plume, envoyant valser dans le décor tout ce qui se trouvait près de lui. Il attaqua à de nombreuses reprises le Seigneur de la mort et le sentait fléchir un peu plus à chacun de ses coups. Les répliques du monstre ne perdaient cependant pas en force et le Capitaine, malgré son robuste harnois, se retrouva en piteux état à de nombreuses reprises. C'était sans compter le formidable travail des mages soigneurs qui abattaient un travail colossal, multipliant les sorts de soins afin de s'assurer de garder tout le monde en vie.

À chaque fois que le colosse était sur le point de prendre une potion de vie, un sort régénérateur l'atteignait et lui donnait la force de poursuivre les combats. Remerciant tantôt Torval, tantôt Korah, l'officier avait continué de s'acharner sur le gigantesque manieur de faux jusqu'à ce que, croulant sous les sorts et les coups d'épée, le monstre mette un genoux à terre. Voyant la faiblesse de son adversaire, Borkbog n'avait pas hésité. La tête du maillet vint s'écraser avec force sur la tête hideuse de la créature maléfique et celle-ci s'écroula au sol, vaincue.

Tous poussèrent des cris victorieux mais les réjouissances furent de courte durée. Seul un Seigneur de la mort avait été tué alors que tant d'autres monstres restaient à abattre. Mais un premier pas important avait été fait vers la victoire et la vue du cadavre du squelette géant gisant dans la plaine avait remonté quelque peu le moral des troupes. Ils pouvaient y arriver. Ils étaient la Légion Impériale, la plus puissante armée d'Ideo et s'ils restaient organisés et continuaient à minimiser les pertes, ce n'était qu'une question de temps avant que la totalité des Nécromants ne soit éliminée.

La cible suivante désignée par le gros orc était le spectre de l'effroi non loin du Seigneur de la mort vaincu. Entraînant ses hommes à sa suite, le Capitaine s'était rué sur lui. Une mauvaise surprise l'attendait cependant. Les armes des légionnaires passaient au travers de la créature sans lui causer le moindre dommage. Le spectre n'apprécia évidemment pas d'être ainsi chatouillé et riposta durement, tuant plusieurs soldats du même coup. Partiellement touché, le gradé avait reculé de quelques pas et réfléchissait à toute vitesse. Un changement de stratégie s'imposait devant cet adversaire insensible aux attaques physiques. Il pensa également à Fenrir et aux autres légionnaires restés coincés dans les Marais. Il ne pouvait pas les laisser à leur sort, ils devaient les aider. La décision fut prise rapidement et Borkbog cria les nouveaux ordres.


N'attaquez pas les spectres de l'effroi, ils sont insensibles aux armes!

Borkbog avisa un petit groupe de mage au sein duquel se trouvait plusieurs porteurs et les interpella.


Idrasil, Harken, Torval et Ändiôr, vous prenez la tête des mages offensifs et vous vous occupez des spectres de l'effroi.

Tous les autres avec moi! Des légionnaires sont restés en arrière, nous ne pouvons pas les abandonner. Attaquez les squelettes et les zombies en priorité, il faut rapidement créer une brèche dans leur rangs.

Les troupes se séparèrent et les combattants au corps-à-corps pénétrèrent quelque peu dans les Marais à la suite de leur Capitaine. Une large bande de terrain n'était défendue que par des squelettes et les guerriers enfoncèrent leurs rangs aisément. Borkbog vit apparaître Neptune ainsi que son frère à ses côtés et un fin sourire étira ses lèvres. Rien de mieux que de livrer combat dans des marais puants en excellente compagnie!

Progressant graduellement en terre marécageuse, Borkbog finit par percevoir des bruits de combats devant lui. Il comprit que les légionnaires coincés n'étaient plus très loin devant lui. Comme de fait, la brume s'écarta quelques instants et laissa entrevoir le groupe de soldats résistants tant bien que mal aux assauts de la Non-Vie. Ils y étaient presque, plus qu'un petit effort à donner et la voie serait libérée pour eux.


Ne vous arrêtez pas! Nos frères sont juste devant nous! Plus que quelques uns de ces immondes zombies à tuer et nous pourrons leur venir en aide!

Cette nouvelle sembla regaillardir les hommes qui foncèrent de plus belle sur les pantins des Nécromants. Après quelques minutes de combat, Neptune abattit finalement le dernier squelette leur barrant la route. Les légionnaires se mirent aussitôt à appeler leur camarades, les enjoignant à rejoindre leurs rangs.

Courages légionnaires! Il faut tenir cette position le plus longtemps possible! Reformez les rangs et gardez dégagé le couloir d'évacuation!

Ne restait maintenant plus qu'à espérer tenir assez longtemps pour permettre à tout le monde de regagner la plaine...

Information détaillées
Ändiôr
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 15 Filandor du 1554ème cycle à 21h04

*** Ändiôr virevoltait parmi les nécromants, couvert par de nombreux sorts alliés, et n'ayant qu'un but : faire tomber ce Spectre de l'Effroi qui n'aurait jamais dû être. Le nêr le bombardait littéralement de sorts, alternant des sorts de feu et des sorts électriques qui semblaient fonctionner aussi bien les uns que les autres. Il était évidemment très soutenu par ses alliés et n'avançait pas seul dans les rangs ennemis, ou plutôt ce qu'il en restait. Les forces des nécromants présentes dans les plaines diminuaient considérablement de minutes en minutes.

Aux prises avec une horde de zombie qui paraissaient ne vouloir qu'une chose : l'abattre, Ändiôr ne vit pas que les guerriers revenaient déjà de la lisière des Marais, fort heureusement accompagnés par le groupe de l'incroyable Fenrir.
A vrai dire, il ne put s'en rendre compte que lorsqu'une épée déchira les rangs des zombies qui se faisaient de plus en plus pressants autour de lui. Remerciant son "sauveur", il s'engouffra dans la brèche créée par ce dernier, et fonça droit sur le Spectre de l'Effroi qui paraissait déjà bien mal en point.

Il commença par lui lancer plusieurs sorts d'immolation qui firent mouche, puis le Spectre, poussant un râle de souffrance, se tourna vers lui en tentant vainement d'atteindre le nêr avec sa longue chevelure qu'elle balançait comme un fouet (plutôt dévastateur, comme fouet) mais ce dernier l'esquiva.

Il riposta immédiatement, lui lançant un sort remanié d'Eclair en plein dans le visage. Il utilisa toute sa force mentale pour maintenir le lien entre le Spectre et lui-même, créant ainsi un rai éblouissant, brisant même la noirceur créée par la simple présence des Nécromants. Le Spectra poussa un hurlement rauque, et tenta de s'éloigner du nêr afin de briser ce lien, sans succès.

Ändiôr balança son bâton d'un coup sec vers la gauche, ce qui eut l'effet escompté : le lien suivit le mouvement, et le "visage" (si l'on pouvait l'appeler ainsi) du Spectre heurta violemment le sol à une, deux, et trois reprises. Le nêr, à bout de forces, tomba à genoux, et fut contraint de briser le lien. Il réussit à voir que le Spectre n'était définitivement plus de ce monde avant de sentir une main agripper son épaule sans qu'il puisse lui résister... ***

En cliquant ici, vous découvrirez le passé d'Ändiôr... Que je met à jour régulièrement (MAJ le 03/07).
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Mirion 16 Filandor du 1554ème cycle à 11h54

*** Le sang ne coulait presque plus. La potion avait fait son office. Il était temps pour la nis de repartir au combat.
Proede se trouvait en plein milieu du champ de bataille mais les Légionnaires occupaient l’attention de tous les ennemis situés dans les alentours si bien qu’elle était passée totalement inaperçue.
Plantant son épée dans le sol, elle prit appui sur la poignée pour se relever. Une fois debout, elle retira la lame d’un coup sec et se dirigea vers la cible désignée par ses supérieurs. Marchant tout d’abord, elle prit rapidement un petit pas de course pour se remettre dans le rythme du combat, ignorant la douleur de sa blessure.

Une sorte de gigantesque fantôme noire aux cheveux tentaculaires étaient encerclée par plusieurs Légionnaires. Proede se joignit à eux. Ensemble, ils portèrent plusieurs coups à la créature sans que cela ait d’effets. La lame de la nis semblait ne traverser que de l’air. En revanche, les attaques des mages avaient beaucoup plus d’impact et le spectre hurlait à chaque frappe.
On ordonna aux Légionnaires en arme d’abandonner les combats contre les êtres immatériels pour les laisser aux mages. Proede obéit et se dirigea vers une nouvelle cible.

Le combat continua ainsi. Les kohriens abattaient les créatures une par une. Les blessés étaient nombreux mais la Légion gagnait lentement du terrain ce qui entretenait la motivation des troupes.
Retirant sa lame d’une ennemi qu’elle venait d’achever, Proede releva la tête, cherchant où l’on pourrait avoir besoin d’elle, quel serait son prochain adversaire.
Son regard fut attiré par éclair porté sur un spectre de l’effroi. La nis ne pouvait venir à aide à l’elfe qui lui faisait face… Derrière le mage, plusieurs Légionnaires affrontaient un nouveau Seigneur de la mort, évitant les coups du mieux qu’ils pouvaient, profitant de chaque occasion que leur donnait la créature pour frapper.
Proede avança pour se joindre à ses compagnons d’arme. Après quelques minutes, un bruit sourd raisonna derrière elle. Le spectre de l’effroi était tombé. Le mage chancela et mis genou à terre, épuisé par son combat. Pendant ce temps, le seigneur de la mort commençait à s’agiter, énervé par toutes ses blessures. Il voulait mettre un terme à ce combat. Il commença à balancer son arme, fendant l’air dans tous les sens. La nis s’élança et couru à toute vitesse vers le mage. Elle l’agrippa comme elle put et le força à se pencher en avant en appuyant sur l’arrière de son épaule. Elle suivit le mouvement qu’elle lui imposait et tous deux se retrouvèrent coucher sur le sol.
La lame de la faux passa à une vingtaine de centimètres au dessus d’eux…

Proede se retourna, restant au sol. Elle attendit d’être sûre que la créature ne reviendrait pas essayer de frapper de leur côté avant de se relever et de tendre son bras vers le mage, lui proposant son poignet. ***


Nous aurons tout le temps de nous reposer lorsque nous serons morts.

*** Nul reproche dans la voix de la guerrière, c’était pour elle une phrase comme une autre… Un champ de bataille, ce n’était pas le lieu rêvé pour les longs discours. Il fallait se faire comprendre rapidement. La nis ignorait encore si le nêr était encore en état de combattre. Au besoin elle l’emmènerait en sûreté, mais pour le moment, il valait mieux de pas rester là. ***

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page