Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

115 Joueurs sur Ideo (4372 inscrits) : 61 humains (2256), 26 elfes (1372), 28 orcs (744) | 14 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

La mort des légionnaires

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Mirion 16 Filandor du 1554ème cycle à 19h39


Comme à leur habitude, Harken et Andiôr avaient fait montre de leur efficacité. Le spectre d'effroi, adversaire redouté par beaucoup était tombé, vaincu par plus forts que lui.
Dans la conclusion, Andiôr avait été tout simplement sublime !


Torval les avait bien un peu aidé, mais un mage de soutien n'a pas la capacité offensive de ceux qui manient la sphère de la destruction. Pour attaquer, il n'avait à sa disposition que la sphère de la négation nettement moins destructive.

De leur coté, les combattants qui utilisaient leur force et leurs armes pour attaquer l'ennemi faisaient du bon travail. Les rangs des deux fois nés s'éclaircissaient. Un autre seigneur de la mort était déjà pris à partie.

Depuis la jonction du groupe de Fenrir avec le reste de la Légion, l'armée des nécromants avaient été scindée en deux par le travail efficace et l'abnégation des légionnaires qui ne s'économisaient vraiment pas.

Une fois le spectre de l'effroi tombé, Torval s'était re-concentré sur les sorts de soins. Il commençait à fatiguer, sa mana baissait...

Mais, il y avait tant à faire qu'aucune pause n'était possible...
Il se joignit à Korah et à Idrasil pour rafistoler leurs compagnons d'arme.


Courage ! Leurs rangs s'éclaircissent ! La victoire est à la pointe de nos armes !


Information détaillées
Gorbak
Kohrien,Speculatore
Empire de Kohr

le Joriol 17 Filandor du 1554ème cycle à 10h17

*crac*

Aoutch!

La marche avait été longue, trop longue de l'avis de Gorbak. Son dos venait, sous la forme d'un effroyable craquement, d'émettre une nouvelle plainte. Le Kabbaliste semblait avoir enfin rejoint la Légion Impériale. Il en avait profité pour passer ses nerfs sur un légionnaire égaré et avait poursuivi le chemin en grommelant jusqu'aux marais maudits.
Le seigneur de la mort qui faisait face aux légionnaire avait un étrange air familier, il avait vu tellement de ces trucs auparavant que leur vue ne lui arrachait plus que des soupirs de mécontentement.


Grmbl .... saloperie.... grmmm... machin mort de merde..... grmlll.... pas idée... mrgnn... aussi loin....

Un carreau bien ajusté fila dans les airs pour venir se ficher dans la bestiole.

Gorbak n'en continua pas moins à râler, trop bas pour que l'on puisse y saisir quelque chose d'intelligible, si ce n'est qu'il semblait "trop vieux pour ces conneries".
Membre d'honneur du FCE (Fan Club d'Eölin)
Information détaillées
Ändiôr
Kohrien
Empire de Kohr

le Joriol 17 Filandor du 1554ème cycle à 18h39

*** Projeté en avant, le nêr eut à peine le temps d'amortir sa chute avec les mains. Se retrouvant à plat ventre sur le sol, il sentit une lame les frôler, lui et la légionnaire qui l'avait sauvé d'un bien vilain coup. Il bascula sur le dos, et vit au passage que ce n'était pas une simple humaine, mais une nis à qui il devait la vie, manifestement une jeune promue au vu de son arme. Il avait également remarqué que son épuisement mental s'était atténué à son simple contact, comme si elle était une source d'énergie. Plutôt étrange, à vrai dire, mais il n'avait pas le temps de méditer là dessus : elle s'était déjà relevé et lui tendait la main pour qu'il en fasse de même.

Saisissant sa main et remarquant que le phénomène s'intensifiait, il répondit à sa remarque d'un ton sarcastique, arborant un léger sourire : ***


Je vérifiais simplement l'état de mes bottes, elles n'ont pas trop apprécié les mar...

*** Il coupa sa phrase pour éviter l'attaque d'un champion squelette qui s'était approché d'eux, ayant sans doute remarqué que le nêr était le tombeur du Spectre de l'Effroi. Il lui jeta rapidement un sort de cécité et s'éloigna de façon à ce que le deux-fois né ne le voie plus. Le regard beaucoup plus sérieux, il ajouta en direction de Proede, tout en posant à son tour sa main sur l'épaule de la nis : ***


Merci.
***
Ce faisant, il lui jeta un sort de plénitude puis montra d'un coup de tête le Seigneur de la Mort avant de repartir à l'assaut, sans plus de manières. ***

En cliquant ici, vous découvrirez le passé d'Ändiôr... Que je met à jour régulièrement (MAJ le 03/07).
Information détaillées
Lelliane Rakarth
Kohrienne
Empire de Kohr

le Joriol 17 Filandor du 1554ème cycle à 20h15

*** Proede bascula légèrement en arrière et tira sur la main qu'elle tenait fermement pour aider la mage à se mettre debout. Si l'elfe avait suffisamment d'énergie pour lancer une phrase d'humour, il en avait assez pour se battre. Elle pu d'ailleurs rapidement de constater car un squelette avait décidé de partager un brin de causette avec eux. Malheureusement, la créature n'avait que peu de conversation. Le beuglement qui sortit de sa bouche ne plu visiblement pas au nêr qui lui lança un sort. Il repartit alors, désorienté.

La mage revint ensuite sur la nis, posant une main sur son épaule. Puis il prononça un mot... La seule réaction de la guerrière fut de hausser un sourcil.
Pourquoi tous les elfes partaient-ils du principe que les membre de leur communauté parlait leur langue ?
Mais l'heure n'était pas au débat. Le Seigneur de la mort était toujours debout. Un des Légionnaires qui s'en chargeaient avait dû renoncer au combat, trop faible pour continuer. Le groupe se trouvait à présent en difficulté.

Sans faire plus de cérémonie que son camarade, Proede releva sa lame et reprit sa position. Ces créatures étaient décidément infernales. Certaines étaient plus faciles à faire tomber que d'autres, mais toutes semblaient animées par des forces si étranges qu'un seul coup de lame, même en plein coeur, ne suffisait pas à les abattre.
Le combat contre le Seigneur de la mort dura bien longtemps... Les 6 Légionnaires qui l'entouraient avaient bien du mal à en venir à bout... Mais, progressivement, il sentait le nécromant s'affaiblir. Il ne manquait plus grand chose. Il fallait être patient, rester attentif et ne pas prendre de risques inutiles.

Soudain, la créature leva son arme au dessus de sa tête avant de l'abattre en direction de Proede. La nis roula sur le côté pour éviter le coup et la lame alla se loger dans le sol. Avant qu'il n'est le temps de la retirer, un Légionnaire donna un grand coup d'épée sur le manche. Cela ne suffit pas à le couper mais l'entaille altéra sérieusement sa solidité si bien que, lorsque le Seigneur tira de nouveau, il se brisa.
La nécromant examina son arme un instant... Puis il hurla, hors de lui. De fureur, il bailla l'espace autour de lui. Sans savoir pourquoi, il se concentra de nouveau sur la nis, essayant de la frapper par tous les moyens... Et il y réussit. Un violent coup dans le ventre la propulsa à plusieurs mètres de là. Proede frappa le sol une première fois, puis une seconde, puis roula encore sur quelques mètres, avant de finalement s'arrêter.

Sonnée, elle s'appuya sur ses coudes, faisant face au sol. Elle avait mal... Un peu partout à la fois. Elle se sentait comme un verre que l'on venait d'écraser sous son pied.
Elle releva la tête pour voir le nécromant à terre. Trop concentré sur sa victime, les Légionnaires avaient finit par l'achever.
Soulagée, Proede laissa sa tête se poser sur ses poings. Après quelques secondes, elle fouilla dans sa sacoche, cherchant une fiole... Il ne lui restait plus que quelques potions de soins... Il valait mieux pour elle qu'elle reparte dans la plaine pour se faire soigner et conserver ses fioles pour la suite de la bataille.

Serrant les dents, la nis chercha à se redresser. Très vite, elle pu identifier les zones qui lui faisait réellement mal. Ses côtes principalement... Le nécromant avait frappé si fort qu'il lui en avait brisé quelques unes et fêlé d'autres. Sa hanche et son épaule gauche étaient également très douloureuses... Cela était probablement dû à la réception du vol plané. L'épaule n'avait d'ailleurs plus tout à fait la même tête que d'habitude...
A côté de cela, les autres bleus ou foulures n'étaient rien. Mais ce n'était pas cela qui l'empêcherait de marcher. Se mettre debout était sans doute la partie la plus difficile. Après, il ne lui restait plus qu'à mettre un pied devant l'autre. ***
Information détaillées
Torval
Kohrien,Lieutenant du 1er Régiment
Empire de Kohr

le Solior 19 Filandor du 1554ème cycle à 18h56


Le début de la bataille avait été en très net désavantage pour la Légion. L'armée des nécromants était beaucoup plus nombreuse et elle avait attaqué par surprise, rapidement et très violemment.

Le choc avait été rude, la Légion avait plié, mais n'avait pas rompu. Elle avait fait face, même quand cela semblait perdu. Et petit à petit, sa situation s'était améliorée. Petit à petit, les nécromants perdaient pied. Ils étaient décimés les uns après les autres. Grâce à leurs valeurs guerrières et leur abnégation, les légionnaires avait rétabli l'équilibre des forces.

Torval s'employait sans relâche aux soins d'urgence. Surtout, perdre le moins possible d'hommes... Les plus durement touchés étaient soignés en premier, les blessés légers attendaient. Surtout, perdre le moins possible d'hommes.

Les morts-vivants avaient été petit à petit refoulés en direction de leurs marais fétides. Surtout de l'ordre, de la méthode...
Le mage soigneur se répétait en boucle dans sa tête : surtout, perdre le moins possible d'hommes...


Information détaillées
Borkbog
Kohrien
Empire de Kohr

le Dolink 20 Filandor du 1554ème cycle à 03h05

Le champion squelette s'écrasa aux pieds de Borkbog, grossissant par le fait même l'amoncellement de ''cadavres'' qui entourait le gros orc. L'officier regarda autour de lui et vit avec satisfaction que son armée dominait largement les forces de la non-vie. Dès qu'un semblant d'organisation avait été mis en place les troupes impériales avaient commencé lentement mais surement à prendre le dessus, abattant un puis deux Seigneurs de la mort, sinistres créatures faisant office de généraux parmi les morts. Ces deux puissants ennemis vaincus, la Légion n'avait fait qu'une bouchée des squelettes et autres spectres ayant osé poser pied en sol kohrien.

Les pertes avaient été minimes. Bien sûr de nombreux légionnaires étaient tombés au combat mais le carnage qui un instant avait semblé inévitable s'était transformé en véritable raclée pour les engeances des Marais Maudits. Du côté des Porteurs de Livres, tous avaient survécus en plus de terrasser nombre d'ennemis. L'heure était maintenant venue de terminer le travail.


Allez tout le monde! On me nettoie la plaine et plus vite que ça!

Les soldats s'exécutèrent, massacrant les quelques poches de résistance qui refusaient de céder. Un squelette s'avança en direction du Capitaine qui le regarda approcher en poussant un soupir d'exaspération. Comme s'il avait une chance...

Le squelette leva sa hache au-dessus de sa tête puis abaissa son bras en ce qui se voulait une tentative de blesser le gradé. Le mouvement était bien trop prévisible, l'arme effectuant une trajectoire verticale en direction de l'épaule de l'orc avec la lenteur caractéristique des pantins d'Het Masteen. Le colosse se contenta de se pencher légèrement sur sa droite tout en envoyant son épaule gauche vers l'arrière afin d'éviter la hache qui fendit le vide. L'orc jeta un regard désespéré à son adversaire.


Vraiment, c'est tout ce que tu peux faire?

Le visage aussi expressif qu'un caillou et ne semblant aucunement piqué par la remarque du Capitaine, le squelette brandit à nouveau sa hache dans les airs, visiblement dans l'intention de répéter exactement le même geste. Borkbog ne lui en laissa cependant pas le temps. Son gigantesque maillet s'abattit en plein sur le thorax du squelette qui vola en éclats tandis que la hache alla se planter dans le sol.

Saletés de morts-vivants, maugréa l'officier. Toujours aussi stupide...

Les combats se poursuivirent ainsi une quinzaine de minutes jusqu'à ce que la plaine kohrienne soit complètement exempte de Nécromants, ceux encore en vie, ou plutôt encore en état de bouger, s'étant regroupés dans les Marais. Borkbog beugla ses ordres.

Bon travail tout le monde! Maintenant on se regroupe en bordure des Marais et on les garde à l'oeil. Je ne veux voir PERSONNE s'aventurer dans les Marais. On reste dans la plaine et on attend. Que ceux qui sont blessés en profitent pour se soigner.

Les ordres circulèrent rapidement et les troupes se réorganisèrent, formant une gigantesque barrière le long des terres nécromantes. Ce répit fut chaleureusement accueillit par les hommes, fatigués après tant d'heures de combat acharné. Le moment était venu de souffler un peu et de panser les plaies.

Une question demeurait cependant. Qu'allaient faire les Nécromants à présent?

Information détaillées
Borkbog
Kohrien
Empire de Kohr

le Mirion 23 Filandor du 1554ème cycle à 23h04

Le temps avait passé et les Nécromants restants semblaient n'avoir aucunement l'intention de quitter leurs marais putrides. Borkbog avait arpenté de long en large le campement rudimentaire dressé par la Légion, s'assurant que ses hommes demeuraient prêts au combat si jamais le Seigneur de la Mort restant décidait d'entraîner ses sbires à sa suite dans une contre-attaque mais ce fut en vain.

Les heures passèrent sans que rien ne vienne troubler la relative paix qui s'était installée aux abords des Marais Maudits. Les tours de garde s'organisèrent lorsque la nuit tomba et bien que la plupart des hommes ne dormirent que d'une oreille, craignant une attaque surprise des Nécromants, aucun incident ne fut signalé. Au matin lorsque Borkbog sortit de sa tente, il constata avec satisfaction que les morts-vivants n'avaient pas bougés, même qu'ils avaient légèrement reculés. Ils donnaient l'impression de simplement monter la garde afin de s'assurer que leurs frontières ne seraient plus violées.

Le Capitaine décida alors qu'il était temps pour les troupes de se retirer. Ordre fut donné de lever le camp et tous s'affairèrent à démonter tentes et abris tout en jetant de temps à autre un regard en direction des marais. Quelques heures plus tard les légionnaires étaient fin prêts au départ et les troupes se mirent en route, direction Escania. Borkbog laissa quelques sentinelles derrière afin d'être averti s'il prenait l'envie aux morts-vivants de profiter du départ de l'armée afin d'aller terroriser la campagne environnante. L'officier jeta un dernier regard en arrière puis talonna sa monture afin de rattraper l'avant du convoi. Le travail de la Légion en ces lieux était terminé.

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page