Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

115 Joueurs sur Ideo (4371 inscrits) : 58 humains (2256), 27 elfes (1371), 30 orcs (744) | 7 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Le long du fleuve

L'opium et l'eau, l'arbre, les souvenirs, un centimètre, et le devoir.
Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Zvezda
Quendë, Garde Royal de Shadaliel, Prêtre des Valar
Peuple Elfe

le Dolink 27 Volganor du 1558ème cycle à 12h09

Ce sont des volutes et des volutes de fumées qui s'émancipent, échappent à son souffle et se présentent, s'avancent, s'élancent sous les frondaisons. Elles planent juste devant lui, si bien qu'on ne saurait plus distinguer ce qui est de l'opium et ce qui est de la buée. L'eau et la drogue se confondent dans les airs.

Alors il se présente, s'avance, s'élance sur les pentes pentues de son propre souffle. Le voilà qui glisse sur ces pistes nébuleuses, parcourt l'arpent au défi de la gravité. Et ses yeux de se perdre, après la brume, dans les branches basses des palétuviers peuplant cette région d'Eldalië.

Le palétuvier est-il une rêverie d'opium ? Car ses racines, à lui aussi, se confondent avec l'eau. On ne distingue plus ce qui est l'eau frémissante, le reflet changeant du bois, et le bois sous l'eau. Mais ce sont des nouvelles sentes qui s'ouvrent à son regard, et il les parcourt aussi, dans tous les sens.


*** Il s'approche. ***


Le voilà qui souffle l'opium de sa pipe entre les racines, par jeu, pour courir autant sur la fumée que sur la branche. Le dur et l'évanescent se confrontent, se mêlent. Le monde n'est, un instant, plus qu'un grand fouillis de texture. Et l'eau, toujours, de clapoter là-dessous.

Sur les branches basses planant au dessus d'un marais, c'est un petit elfe qui joue avec ses rêves et la Taurë.
Entre le ciel et l'eau, entre deux vastes étendues, il semble comme sorti d'un sommeil pour plonger dans un autre.

Floodeur de Shabada.
Thème [calmes et délires]
Information détaillées
Zvezda
Quendë, Garde Royal de Shadaliel, Prêtre des Valar
Peuple Elfe

le Dolink 27 Volganor du 1558ème cycle à 12h40

*** Il descend de sa branche et s'approche de l'eau. ***


Les volutes, plein, beaucoup de volutes qui dansent à la surface. Une farandole de maelströms miniatures sur l'écran du fleuve.


*** Le petit elfe pose la joue contre la berge, et observe. ***


Le fleuve s'écoule lentement, le fleuve compte le temps qui passe. Mais ces absurdités du fluide sont comme des replis du temps. Le flux, un bref instant, semble s'y interrompre, revenir en arrière, puis repartir, formant ainsi une boucle, ou une volute, ou un tourbillon - laissons les poètes des temps modernes caractériser la chose.
Mais encore... on dit "le flux, un bref instant", mais est-ce seulement un instant ? N'est-ce pas plutôt un lieu ? Les raisons de la volute ne sont-elle pas physiques ? L'eau du fleuve semble être ce milieu étrange où le temps et l'espace ne font plus qu'un, et chaque onde, chaque pli et chaque repli sont autant d'affront à la logique la plus simple qui voudrait penser l'espace et le temps comme des ordres rectilignes et réguliers.
Ces volutes, dans l'eau, sont quelque chose comme les rêves du fleuve.


*** Il tire sur sa pipe, recrache la fumée. ***


Oui, les rêves du fleuve. De la même manière que ces arabesques intangibles, muables, que forment l'addition de mon souffle et de cette pipe sont les rêves même de l'air, de l'air d'hiver. La marque de ma présence dans l'air, comme les petits tourbillons de l'eau sont la marque de la présence de quelque roche, dissimulée sous une surface dont la planitude n'est qu'une illusion.


*** Il accroche un bras à la branche et se penche au-dessus du fleuve, presque parrallèle au cours d'eau. ***


Il attend le tourbillon propice, et voilà que s'en forme un, non loin de sa bouche. Il inspire et souffle son opium une nouvelle fois. La fumée tournoie et va se perdre dans l'eau qui tournoie.
Voilà, peut-être, la tâche du poète ? Créer des images, confondre les rêves, celui de l'air et celui de l'eau ? Confondre mes rêves et la substance même de ce qu'ils appellent la réalité ? Confondre le vœu des Six avec leur monde ? Je suis assurément un artisan des images. Celle-ci est absolument belle et absolument vaine, je crois, et cependant elle émeut, m'émeut. Qu'elle ne le fasse pas trop, ou je tomberai dans l'eau.


*** Il se redresse et se perche à nouveau sur la branche. ***


Rêverie ridicule...
Il s'empare d'un carnet, sous l'habit noir qui le couvre, et se met à dessiner. De temps en temps, il tire toujours sur sa pipe. S'éveille-t-il, ou s'endort-il ?

Floodeur de Shabada.
Thème [calmes et délires]
Information détaillées
Zvezda
Quendë, Garde Royal de Shadaliel, Prêtre des Valar
Peuple Elfe

le Lüdik 28 Volganor du 1558ème cycle à 11h02

Le fleuve suit son cours, l'elfe court suit le cours du fleuve. Il tire sur le long petit objet et projette des fumées sous les branches et sur l'eau. Il fait de chacun de ses pas un point d'ancrage, tente de recréer la nature du fleuve par la marche : une matérialisation du temps. Mais l'entreprise est vaine, n'existe que par la mémoire, tandis que l'eau existe simultanément à tous les endroits et à tous les moments.

Alors il se souvient, de chacun de ses pas, et pas seulement.


*** ***


Profane. Il vécut une vie de débauche et de crimes dans presque toutes les nations de ce monde, et revint, profane toujours, sur les terres de ses parents.
Larme. Il combattit Inik et vit le rituel, puis le Sacrifice, les pleurs de Shadaliel, la ferveur de la Veille et du Sombre Culte, et il forgea un nouveau pleur.
Fidèle. Il reçut Shadaliel en son sein et en Son sein elle le reçut. Il reçut les Six et les Six l'accueillir, avec des sourires et des pleurs.
Psaumes. Il accomplit les Offices et fut châtié pour cela, les djinns firent leur première apparition, il passa un premier cycle de douleurs et de drogues. Il en sorti, et enfin, accomplit les Offices.
Marais. Au cœur d'une horrible ténèbre il se jeta pour Edalië, en Eldalië il revint, seul, nu, l'échine à nouveau battu par les djinns.
Larme, encore. Perdue dans les terres à la Foi abolie, il récupéra le Bras de Shadaliel auprès d'un elfe fou et de plusieurs imbéciles.

Et ces deux derniers cycles, qu'il ne pouvait encore formuler...


*** ***


Ses pas l'avaient mené jusqu'à un arbre particulier. Un arbre qu'au jour de sa conversion il avait particulièrement affectionné. Un arbre que sa lame avait effleuré, non par cruauté, non par vilenie, mais parce qu'il fallait marquer dans le réel la marque du Divin, sa petite taille, croissance interrompue le jour de son départ d'Eldalië, le jour où il avait refusé toutes les autorités qui sur lui ployaient.
A nouveau, il se positionna contre l'arbre, et apposa la marque. Maintes fois depuis, il avait répété l'exercice. Toujours la lame avait emprunté le sillon, toujours elle l'avait répété, et il était aujourd'hui bien plus profond qu'alors. Une fois l'exercice effectué, il se recula et admira son oeuvre.

*** Il a un regard d'effarement. ***


Il avait grandi d'un centimètre.
Floodeur de Shabada.
Thème [calmes et délires]
Information détaillées
Zvezda
Quendë, Garde Royal de Shadaliel, Garant des Esprits, Prêtre des Valar
Peuple Elfe

le Solior 15 Fagilias du 1560ème cycle à 02h39

Retour des brumes.
Sous les vapeurs insensées : un fleuve. Soit une réalité maintenue
à flots sous les revers de l'existence, et toute la farandole de ses belles images. Perclue de météores climatiques - cette pluie - qui la métamorphose, elle n'en demeure pas moins Une au fil inondé de ses troubles.

Sur son bord l'elfe ne nage point encore. Il le volute et le projète, il le pense, le couche et le peint, mais n'est pas venue l'heure de la réunion. Elle se fera, aussi surement que le sont les choses promises, mais qui de leur seule promesse ne cessent de surseoir.

Pour l'heure il souffle les zéphir insulfe leurs soupirs. Le fleuve respire, inspire il crée expire il noie. Qu'est ce que l'eau qui meut ?
Une casacade de quelques mots.

Et bouge la nuit.

Il faut prendre le langage et le tordre pour en extraire le jus.
[Floodeur de Shabada]
Thème

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page