Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

140 Joueurs sur Ideo (4396 inscrits) : 77 humains (2273), 34 elfes (1377), 29 orcs (746) | 10 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Deux keldariennes sur le chemin de Sainte-Aubemorte

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Aure
Keldarienne
Royaume de Keldar

le Solior 1 Rastel du 1560ème cycle à 15h10

[rp annexe à celui-ci, je le scinde pour plus de lisibilité]

Alors que les deux femmes poursuivent leur chemin, Aure semble pensive et ne réagit pas de suite aux paroles d’Elayne. Elle écoute et son regard songeur parcourt le champs de ruines de Kival pour revenir se poser sur son interlocutrice de temps à autre. Finalement, celle-ci s’adresse à l’ancienne Prieuse avec une question à laquelle suit d’abord nouveau temps de silence. Sans doute que la jeune fille se sent d’humeur moins loquace que son aînée.

*** Néanmoins, des mots prononcés doucement commencent à franchir ses lèvres… ***


Je comprends que tu recherches le contact de tes frères et soeurs, Elayne… que tu as besoin de ne pas être seule… ce soutien, je te l’offrirai toujours si tu le demandes, je te l’ai déjà dit.

Elle parle lentement, cherche à poser ses mots une délicatesse appropriée à leur portée. Bien que son regard doit régulièrement se détourner de l’ancienne Balance car leur chemin les mène à travers champs et qu’il faut éviter les obstacles et s’orienter, les yeux ambrés de Aure cherchent régulièrement à retrouver le regard d’Elayne.

Peut-être sens tu que tes actes, dont je ne sais rien… t’ont aliéné notre fraternité… que tu t’es mise au ban à travers tes choix… et qu’à présent tu souhaites te racheter à nos yeux… pour pouvoir tisser à nouveau des liens avec ceux dont tu penses t’être éloignée…

Il y a certainement une part de vérité à cela… mais n’oublie pas que ta pénitence concerne avant tout ton lien avec Dieu… et qu’il n’y a sans doute pas de chemin facile pour retrouver Sa Lumière. Ton empressement de démontrer ta dévotion en te soumettant à nouveau au rite de la foi… la volonté de faire preuve d’humilité en choisissant de marcher, ou de te vêtir en pénitente… tu es mieux placée que moi pour savoir si cela t’aide réellement dans ta quête et dans ta relation au Seigneur…

Par moments, elle hésite. À d’autres instants, le flot de ses paroles semble se suspendre pour lui offrir des moments de réflexion… seulement pour reprendre aussitôt, offrant au discours de la gamine l’aspect d’une mélodie calme avec ses pauses et son rythme tout en douceur malgré la gravité du propos.

Je peux simplement te dire que… pour moi, ces actes là, aussi importants soient-ils pour toi et tes besoins spirituels… Ils n’ont peut-être pas réellement d’importance… ou… en tous cas une portée si limitée… si ton but est réellement de te racheter en réparant ce qui peut l’être, en faisant du bien ailleurs là où il ne reste plus rien à réparer… en devenant quelqu’un de meilleur que tu l’étais hier.

Peut-être t’es tu déjà demandée quel est le lien réel entre les actes de ta « pénitence »…
un léger changement de ton trahit une réticence évidente à l’usage du mot… et la nature de tes fautes? En quoi montrent-ils que tu as réellement compris et appris de tes fautes? En quoi réparent-ils ce qui a été défait? En quoi cherchent-ils à redresser tes torts par d’autres moyens?

Elle pose alors un regard plein de compassion sur la femme plus âgée. Un sourire qui se veut encourageant l’accompagne et une petite main se tend vers Elayne.

Tu es seule à réellement pouvoir répondre à ces questions, car il n’y a personne qui connaît mieux tes fautes hormis Lui… Mais échanger avec tes frères et soeurs peut sans doute t’aider à trouver les réponses que tu cherches… et si je peux t’aider de cette manière j’en serais heureuse, soeur… J’essaye simplement de te dire – et peut-être qu’au fond de toi le sais-tu déjà – que ta réelle rédemption sera ailleurs que dans des gestes symboliques, aussi nobles soient-ils… et que même si cela sera douloureux, il te faudra sans doute regarder vers ton intérieur pour trouver ton chemin vers Sa lumière… que les réponses sont en toi. Qu’Il te faut retrouver la part de Lui qui est en toi…

Ce n’était absolument à cela qu’elle avait pensé en disant qu’elle voulait s’entretenir avec Elayne plus tard… simplement quelque chose dans les dernières paroles, dans ce qu’elle a ressenti comme un appel à l’aide de la part de sa Soeur, qui a appelé ces mots en elle.

*** Aure sourit… comme tout est imbriqué… Comme tout les relie, et les relie à Lui… ***
Information détaillées
Elayne Maëlrhya
Prieuse
Royaume de Keldar

le Solior 1 Rastel du 1560ème cycle à 21h51

Elayne écouta Aure tout en marchant, son regard passant de la jeune fille, au paysage et aux obstacles qui se dressaient sur leur chemin. Ayant été Balance, la veuve noire se devait de commencer par un avertissement, après les remerciements.


Je sais que je peux compter sur toi, la bonté émane de tout ton être. Cependant, prends garde à mesurer certaines de tes paroles. Avec moi, tu ne crains rien, mais... si j'avais encore été Balance de Son Royaume, ou même inquisitrice, tes paroles auraient pu être prises pour une remise en cause d'un jugement officiel voir même une remise en cause de l'ordre au sein même du Royaume de Keldar. Cela risque de t'attirer des ennuis, prends-y garde.


Elayne attendit un instant, elle ne savait pas exactement par où commencer pour que la jeune femme pût mieux comprendre sa démarche.


Je ne suis pas d'accord avec toi... du moins pas totalement. Mais... je pense qu'il faudrait que je commence par le début... à savoir mes péchés.



Elle soupira.


A Blancastel j'ai tout perdu. Mari, enfants, et la possession de mon corps.


Elle n'avait pas envie d'entrer dans le détail, la douleur était de nouveau trop grand lorsqu'elle pensait à eux, maintenant qu'elle faisait, réellement, son deuil.

Et j'ai cru que dieu m'avait abandonné... alors je L'ai abandonné. Je n'avais qu'une idée en tête, venger les miens, me venger des Kohriens, par tous les moyens. Et pour parvenir à mes fins j'ai conduit à la mort certains de Ses enfants. Je n'ai rien d'une sainte, et je mérite ce qui m'arrive. Je pense même que Son bouclier, qui m'a jugée, a été très miséricordieux.



Elle sembla un instant pensive.



Quand je suis devenue porteuse de Son livre j'ai pu rencontrer des personnes que je n'aurais jamais côtoyé avant. Je voulais obtenir une place importante pour pouvoir me venger des Kohriens. La haine entre nos peuples m'aurait permis de le faire facilement lorsque je suis devenue Balance après que Lamedor ait été accueilli par l'Empire.


Fort heureusement, je ne l'ai pas fait. J'avais déjà retrouvé Sa lumière. Grâce à Son Bouclier et à Mary Crescence et peut-être à la folie de certains de Ses enfants.



Elle se tut un instant, baissant machinalement les yeux.


J'ai tenté de faire le bien, j'ai tenté de représenter dignement Sa justice, même si je savais parfaitement que j'étais bien loin de juger comme Il l'aurait fait. J'ai pu constater la corruption qui avait régné au sein de Son Royaume, j'ai pu constater la division, la léthargie, et j'avais espéré que la réunion qui aurait dû avoir lieu à Montargent mettrai tout cela à plat. Elle n'a jamais eu lieu.


Elle sourit ironiquement.

J'ai même subi une tentative d'assassinat pendant que j'étais Balance. Je porte désormais une énorme cicatrice dans le dos. Je ne crois pas avoir fait quoi que ce soit tandis que j'étais en poste pour le mériter... mais j'ai réalisé que j'étais devenu quelqu'un d'important. Assez pour qu'on tente de me supprimer en tout cas.


Et puis est venu le temps des slaads. J'aurai dû mourir dans les collines de Gardebois. Mais Il m'a laissé une chance, car je L'ai vu aussi clairement que je te vois. Mes enfants et mon époux était à Ses côtés. Les portes de Son paradis ne m'étaient pas ouvertes... alors il m'a renvoyé et j'ai survécu. Il a permis à Sir Deline de me secourir et m'a permis de m'enfuir.


J'ai continué à essayer de faire le bien, à jouer le jeu le temps de la bataille, mais ma résolution était prise. Je savais que la quête allait bientôt commencer, alors j'ai remis ma démission à Sa Sainteté. Keldar m'avait parlé. Je devais me rendre à la Justice de Ses enfants. Je devais montrer l'exemple.




Elle s'arrêta de parler un instant le temps de traverser un terrain un petit plus boueux.


C'est donc, mon retour vers Sa lumière qui m'a poussé à me rendre. Ma pénitence, pour Lui, je l'ai fais ma vie durant. Mais cela ne m'exempte pas de faire pénitence auprès de Ses enfants.


Je ne possèderai plus jamais rien, je ne serai plus jamais libre, je serai à Son service, en tant que prieuse, jusqu'à ce que je Le rejoigne. J'aurai donc l'occasion de faire le bien, humblement, et de méditer sur mes péchés, de raconter mon histoire même, tout au long de ma vie.




Elle sourit.


J'étais perdue, mais j'ai fini par Le retrouver. Mon cas prouve que la rédemption existe. Et en démissionnant, en me soumettant à la Justice de Ses enfants comme le ferait n'importe qui, j'ai prouvé qu'être membre de Son conclave ne signifiait pas avoir des passe droit, être au-dessus des lois. Et à mon sens, c'est quelque chose de très important, tant par le passé, et j'ai malheureusement pu le constater, certains était au-dessus des lois.



Elle scruta l'horizon.


Je pense sincèrement que Sa Justice doit être miséricordieuse, en plus d'être la même pour nous. De Lamedor s'est perdu, pour Son Royaume, et sans doute pour Lui, à cause de cette corruption. Malheureusement... ma miséricorde ne lui a pas permis de revenir vers nous. Mais... il sera père, et peut-être ses enfants reviendront vers leurs racines, une partie d'entre eux du moins. Et alors, mon jugement n'aura pas été si mauvais.



Keldar est dieu de vie. En plus de la Justice, et de l'égalité devant la justice, il a toujours favoriser la vie et j'estimais que la représentation de Sa justice en ce Royaume devait aller dans ce sens. Et je crois en Ses enfants, autant qu'en lui, c'est pourquoi j'ai placé ma vie entre les mains de Ses enfants, comme tout Keldarien.




Elle attendit un instant avant de reprendre, replaçant sa capuche sur sa tête.


Je suis une criminelle, une pénitente certes, mais ma pénitence s'achèvera avec ma mort, donc je serai une pénitente ma vie durant. Je dois l'accepter et pour cela je dois accepter ma place dans la société. Je n'étais pas obligée d'aller à pied, toi non plus d'ailleurs. Nous l'avons choisi. Le Père Angus et Son Bouclier Aegyll nous aurait volontiers, je pense, laisser monter sur leurs chevaux. Mais pas Dame de Morlak. Et dame de Morlak est chevalier et moi, une pénitente. Et je ne veux pas que ma condition soit une gêne à la réussite de cette quête. Alors pour le bien de cette expédition, j'ai estimé devoir faire un effort. Je devais rester à ma place.


Elle regarda Aure à son tour.



Il est stipulé dans son dogme que l'Ordre est important. Même si naître paysan ou noble est foncièrement injuste, puisque l'on ne choisit pas où l'on naît. Keldar nous enseigne à respecter cette ordre... et nous laisse même la possibilité de gravir les échelons par notre mérite. Après tout je n'étais qu'une humble roturière et je suis pourtant devenue Balance. Si nous ne respectons plus l'ordre, cela engendre le chaos, qui engendre des luttes, qui engendrent la souffrance, la douleur, qui en engendrent plus encore, le tout conduisant à la mort et ainsi, quelque part, à aider l'ennemi. L'important est que nous savons que lorsque nous serons devant Lui, il n'y aura plus de paysans ou de chevaliers, mais simplement Ses enfants, sans artifices, comme tu l'as dit.

Pour autant dans cette vie, nous devons respecter l'ordre... du moins tant qu'on ne nous demande pas d'agir à l'encontre de Ses préceptes, à l'encontre de Notre foi, bien sûr.


Elle vit ensuite la main de la jeune femme se tendre, elle la saisit alors.


Ta compassion pour moi est louable, et me touche beaucoup. Si cela peut te rassurer, si ce que je vois en moi est si laid, c'est justement parce que j'ai réalisé à quel point je m'étais éloignée de Lui, parce que j'ai fais mon introspection. J'ai réalisé que je L'avais abandonné, que j'avais trahi tous ces principes, et que je n'aurai jamais la possibilité de retrouver mes enfants et mon époux à cause de cela. Pire encore, j'ai gâché la fin de vie de certains de Ses enfants. J'ai été un monstre. Je pense ne plus l'être. Pour autant j'ai été ce monstre. Je ne pourrai jamais l'effacer. Il sera là au fond de moi. Maintenant je dois apprendre à le pardonner, comme je l'espère Il me pardonnera.


Elle soupira.


Ma plus grande peine au fond, ce n'est ni ma pénitence, ni ma place dans Son Royaume désormais, ni de voir le monstre que j'ai été, pas plus que d'avoir perdu tout bien matériel à tout jamais. Non... ma plus grand peine c'est que je ne verrai jamais mes enfants grandir, et que je n'en aurai jamais plus d'autres.


J'aurai tellement aimé voir ma fille grandir, douter, puis se révéler et qui sait devenir une jeune femme comme toi, forte, douce et pleine de convictions. J'aurai aimé guider mes enfants Vers sa lumière. Si je ne m'étais pas éloigné de Lui, j'aurai pu essayer de me reconstruire plus tôt, et j'aurai pu tenter de fonder une nouvelle famille.


Rien ne sera jamais une plus grande punition que cela pour mes péchés, à part bien sûr si Son paradis ne m'est jamais ouvert.



Elle sourit, tristement.


J'ai du chemin à faire, encore, pour devenir une meilleure Keldarienne, pour mériter ma place auprès de Lui, et toute ma vie ne suffira peut-être pas à effacer mes fautes. Mais je ferai du mieux que je pourrai pour n'être plus qu'un être de Lumière. Il m'a déjà permis d'accomplir un miracle, une fois, j'espère qu'Il me le permettra encore.


Et peut-être me permettra-t-il de t'aider, tout comme tu tentes de m'aider, et peut-être pourrais-je éviter que certains de Ses enfants fassent les mêmes fautes que moi. J'ai connu l'ombre, j'ai réussi à revenir vers Sa lumière... j'espère pouvoir éviter aux autres de connaître l'ombre ou les aider, à leur tout à revenir.


Et je suis persuadée que ma nouvelle existence, que ma pénitence, le permettra.



(hrp/ je me suis peut-être emballé sur la taille de la réponse ^^' /hrp )
Information détaillées
Aure
Keldarienne
Royaume de Keldar

le Mirion 17 Dilannel du 1560ème cycle à 15h26

La mise en garde de l'ancienne Balance du Royaume soutire un sourire à la jeune fille. Un sourire sincère mais sans joie, plein de mélancolie. Sa voix, tout en douceur, est empreinte du même sentiment...

Le seul jugement qui m'importe est le Sien, sœur... Et si je devais choisir entre le fait d'écouter ma conscience, de faire ce que je pense Juste... et le respect de l'ordre... Je choisirais ma conscience. Du moins j'espère que j'en aurais la force.

*** Ensuite, elle écoute. À la mention de la blanche cité, la jeune fille se fige pendant brièvement et est obligée de presser le pas pour rattraper Elayne.

Aure écoute avec attention le récit de sa sœur et ses yeux trahissent une émotion profonde. À plusieurs reprises, elle enserre tendrement la main d'Elayne, mais se garde de l'interrompre. ***


Finalement, lorsque l'autre femme termine, Aure se tourne vers elle. Des larmes lui ont envahi les yeux mais elle semble vouloir leur interdire de couler.

Oh Elayne... je... je suis désolée. Palhak d'avoir partagé cela avec moi... Palhak pour ta confiance.

Le récit de la femme plus âgée n'a pas manqué de renvoyer Aure face à son propre passé... Combien de vies déchirées, combien d'épreuves avaient été infligées à Ses enfants? Leurs parcours sont si différents et pourtant elle ne juge pas. Dieu jugerait... là n'est pas son rôle à elle...

Je comprends... Vraiment... Nous sommes Ses enfants et nous partageons notre temps sur Idéo avec nos frères et nos sœurs... Nous formons une communauté et nous avons des devoirs envers cette communauté... je ne te reprocherais jamais d'avoir voulu assumer tes responsabilités devant tes frères et sœurs... Là n'était pas le sens de mes paroles.

Sa voix est douce, commissionnée, mais il y a aussi une certaine fermeté derrière ses paroles.

Je comprends... mais comment... comment veux-tu avoir la force de faire le bien et de réparer tes fautes si tu vis à genoux?

Je prierai pour toi Elayne, je prierai pour que le chemin vertueux s'illumine devant toi, pour que tu aies la force de faire les choix Justes et que tu retrouves Sa grâce... Je prierais pour toi mais sache que je n’attendrais jamais d’une sœur de se soumettre ou de s’humilier devant moi. C’est à Dieu que nous devons rendre grâce, et uniquement à Lui...

Il te faudra force et courage pour pouvoir faire le bien autour de toi... je prierais afin que tu puisses les trouver en toi... Mais...


*** Elle relâche alors un peu la pression sur la main de l'autre femme et hésite pendant un instant. ***


Crois-tu donc réellement que le Seigneur attend de nous d'accepter une situation injuste? De nous soumettre à un ordre si... si froid... si pauvre... si injuste? N'as tu donc jamais rêvé... rêvé d'un royaume où on serait réellement frères et sœurs les uns pour les autres, d'un royaume qui soit réellement une communauté?

Ses yeux se sont illuminés de passion, les paroles sortent désormais en un flot à peine contenu...

Ne t'es tu donc jamais demandée ce que nous serions capables de bâtir, si nous essayions réellement, réellement de bâtir un royaume digne de Lui?

À nouveau, elle s'arrête, hésitant un bref instant. Se rendant peut-être compte de l'immensité de ce qu'elle avance. Pourtant, après s'être mordillé la lèvre pendant quelques instants, elle d'un ton un poil plus posé.

Le dogme parle d'un Ordre Juste, source d'évolution... Elayne, toi... toi qui as été à la tête d'un des Ordres... dis-moi... selon toi, quel est le rôle de l'Ordre ecclésiastique? Quel est le rôle de l'inquisition?
Information détaillées
Elayne Maëlrhya
Prieuse
Royaume de Keldar

le Joriol 18 Dilannel du 1560ème cycle à 15h58

A son tour Elayne écouta la jeune femme constatant qu'elle avait effectivement bien fait de partager son histoire, sa chute, et son retour vers la lumière avec elle. Aure était une jeune femme compréhensive, et aussi très intelligente, trop peut-être en regard de sa naissance. L'ancienne Balance avait longtemps partagé les pensées d'Aure à propos des injustices liées à la naissance. Tout comme elle, elle était née de parents très humbles. Elle-même avait connu la guerre... sans être combattante, avait connu la misère, la pauvreté qui avait entraîné la mort de sa fille. Si elle était née au sein d'une famille noble... les choses eussent été si différentes.


Pour autant... l'alternative proposée, suggérée plutôt par Aure était-elle réaliste, réalisable... ou viable ? L'idée était belle bien sûr... mais était-elle possible. Elayne en doutait désormais. Et puis même durant les temps anciens, les premiers temps de la communauté de Keldar la société Keldarienne avait toujours été divisée, entre ceux qui combattaient, ceux qui prêchaient, et ceux qui produisaient grosso-modo. Mais dans les premiers temps, la communauté de Keldar devait être, dans sa globalité plus pauvre. Les écarts de richesse eux étant venus avec le temps et ayant été accentué ces derniers cycles par les défaites successives.


Par où commencer pour répondre aux questions sans doute trop pertinentes de la jeune femme... tout en lui évitant des ennuis par la suite. Car il était évident que ses questionnements s'ils venaient à se traduire par des actions, plus tard, risquaient de lui attirer des ennuis si l'ordre de la Balance retrouvait des porteurs naturellement.


La réponse à la première question était plus simple, autant commencé par là.


J'ai mal agi, j'ai trahi la confiance de la société, je dois trouver la force en moi pour faire le bien et réparer mes fautes tout en vivant... non pas à genoux, mais plus humblement que ces derniers cycles. Plus tard peut-être obtiendrais-je le pardon de mes frères et sœurs... alors les choses seront différentes. Et si cela passe par des humiliations et bien soit... je suis prête à tout pour retrouver Sa grâce.


Puis vînt le temps de répondre aux questions plus difficiles. Elayne réfléchit un instant, cette fois-ci la conversation était, un peu, moins personnelle, les réponses étaient donc moins évidentes.


Je ne peux nier avoir rêvé d'un Royaume où la naissance avait une moins grande importance sur sa destinée... mais ce rêve m'est surtout venu lorsque j'étais au plus mal et éloigné de lui.



Elle corrigea de suite.


Je ne dis pas que c'est ton cas naturellement. Mais... ma vie, avant Blancastel, de fille de paysan, d'épouse de tisserand, de mère au foyer me plaisait. Je n'ai jamais été malheureuse, même si parfois la chaleur ou la nourriture manquait. Je vivais humblement, et j'étais heureuse de ma situation. Lorsque j'ai perdu tout cela, l'ambition d'avoir plus est née... la même ambition que partage sans doute certains nobles sans se l'avouer.


Pour autant... je n'ai jamais eu à gérer de terre, je n'ai jamais eu à entretenir une maisonnée, et à maintenir le prestige de ma maison. Qu'aurais-je fais si j'avais été à leur place... mieux ? Je n'en suis pas certaine. Aurais-je été plus heureuse ? Je ne le sais pas non plus.



Elle soupira tristement.


Naturellement ces derniers cycles nous ont privé de tout, nous les pauvres. Les hautes landes ont été appauvries, nous avons perdu nos familles, nous mourrons de faim et de froid. Mais le faisons-nous dans l'indifférence générale ? On pourrait le penser, pour autant ceux qui dirigent tentent de relancer l'économie des hautes landes, tentent de mettre en branle des projets de solidarité. J'ai pu constater au conclave qu'au moins ils essayaient.

En font-ils assez ? Probablement pas. Comprennent-ils réellement ce que leurs guerres ont engendré comme problèmes pour la population de non combattants ? Je n'en suis pas sûre non plus. Mais ils essaient... ils essaient de réduire l'injustice.



Elle sembla pensive quelques instants avant de reprendre.



Au fond je n'ai aucune idée de ce que veut réellement Dieu. Si... je sais une chose. Il me l'a fait comprendre lorsqu'il m'a permis alors que j'étais une toute jeune porteuse de Son livre d'empêcher nos frères de s'entretuer. Il veut la paix entre nous.


Mais... nous sommes divisés depuis des cycles. C'était pour cela que j'avais appelé de mes vœux lorsque j'étais au Conclave une grande réunion entre tous les porteurs pour nommer, affronter, puis régler les problèmes. Nous devions faire face à nos contradictions. Malheureusement l'intervention chez les slaads a empêché la tenue de cette réunion.


Nous nous sommes divisés lorsque certains ont choisi de ne pas partir en exil. Nous nous sommes divisés lorsque nous avons eu une nouvelle reine, certains n'acceptant pas le nouvel ordre. Nous nous sommes divisés quand il a fallu s'occuper du livre vide que Dieu nous a envoyé. Et qu'en avons-nous fait ? Rien ! Et aujourd'hui encore alors que nous progressons sur le chemin menant à Ses artefacts nous sommes divisés.


Et tout le monde campe sur ses positions, et personne ne fait d'efforts, et on s'éloigne les uns des autres, et on ne se considère plus vraiment comme frères et sœurs. On casse la communauté.


Cela fait des cycles que nous n'avançons plus tous ensemble. Pourtant nous avons la Non-vie à nos portes plus puissantes que jamais et nous avons cette quête. Mais rien n'y fait.


Personne ne fait de pas vers l'autre... c'est aussi le sens de ma démarche de jugement. Prouver que même lorsque l'on a été aux plus hautes fonctions de l'Etat on doit subir un procès, pas seulement lorsque l'on s'appelle Galiad de Lamedor à qui l'on a fait bien des reproches, certains mérités, d'autres non. Si une nouvelle élue est apparue c'est que les fautes étaient partagées. Mais ça... je n'aurai jamais pu le faire entendre je le crains. Et c'est le sens de mon choix d'aller à pied. Je fais un pas vers la Dame de Morlak, j'espère qu'elle en fera un vers moi par la suite.



Elayne se rendit alors compte qu'elle avait beaucoup dévié de la question d'origine... comme elle ne parlait plus très souvent, faute d'occasions, depuis sa pénitence, elle compensait sans doute avec la pauvre Aure.


Il est évident que nous pourrions faire mieux si nous étions plus unis, si l'humble enviait moins au riche et si le riche partageait plus au pauvre. A chacun son rôle, les nobles doivent combattre, les prêtres doivent sauver notre âme et les autres doivent produire pour les premiers cités. En ces temps difficiles il est évident que ceux qui sont privilégiés devraient faire plus d'efforts.


Quant à la dernière partie de la question, elle était encore plus difficile car elle doutait que la jeune femme ne se contenta d'une réponse banale mais pouvait-elle et surtout devait-elle lui en fournir une qui sorte de l'ordinaire, elle n'en était pas certaine.

L'Ordre Ecclésiastique est le moteur, ou devrait être le moteur de Notre Royaume. Car c'est à eux qu'incombent la tâche de nous permettre d'être plus proche de Dieu, de mieux le comprendre, de mieux le servir. Ils protègent nos âmes, ils éduquent aussi parfois... mais... tu sais tout cela je n'en doute pas. Sans doute manque-t-on de discussions théologiques qui ne virent pas au mélodrame en ce Royaume. Sans doute ne nous interrogeons-nous pas assez sur les signes qu'Il nous envoie.


Quant à l'ordre de la Balance, il est fait pour protéger les innocents, chasser l'hérésie, éviter qu'elle ne s'insinuent dans le Royaume... et éviter le chaos aussi. J'ai pu au cours de certaines enquêtes voir à quel point ce rôle si était important.


Pourtant... pourtant, et je suppose que c'était là le vrai sens de ta question, on peut voir, dans l'Ordre de la Balance notamment, parfois, à tort ou à raison, un moyen de maintenir l'ordre établi, un moyen de freiner la pensée, un moyen de freiner le changement... et je dois avouer que parfois, j'ai essayé de ne pas le faire pour ma part mais je n'ai pas eu à gérer trop de ce genre d'affaires alors que j'étais Balance, ce sentiment était justifié.


L'Ordre de la Balance fait tout aussi peur aux innocents qu'aux coupables... peut-être même plus aux innocents.


Si je n'avais pas été une criminelle, j'aurai continué à tenter de faire de notre Justice une Justice préférant la rédemption à la punition... mais... d'une part mes méthodes n'ont pas prouvé qu'elles étaient plus Justes ou plus efficaces... et... je suis une criminelle, peut-être ma vision de la justice des hommes en est affectée.
Information détaillées
Aure
Keldarienne
Royaume de Keldar

le Mirion 24 Dilannel du 1560ème cycle à 11h33

La jeune fille écoute la première réponse d'Elayne en l'encourageant à poursuivre d'un regard plein de sympathie et en acquiesçant de temps en temps d'un mouvement du chef.

Une fois qu'elle a fini, et avant de poursuivre sur les sujets plus vastes, l'ancienne Prieuse intervient d'un ton doux et compréhensif.


J'entends que tu aies besoin de te retrouver, vraiment... Que tu ressentes la nécessite de manifester ta soumission à Dieu... puisque tu sembles dire que te t'es placée au-dessus de Ses lois par tes actes... Je suppose que... tu as besoin de démontrer que tu acceptes à nouveau ta place dans l'Ordre Divin... Mais... corrige-moi si je me trompe... il s'agit de retrouver ta dignité, de laver la souillure de tes péchés, afin de peut-être pouvoir un jour reprendre ta place parmi tes frères et sœurs, n'est-ce pas?

Ses sourcils se froncent alors légèrement, mais le ton de sa voix ne change que peu. Elle n'accuse pas, elle regrette.

En quoi cela mérite-t-il mépris et humiliation? En quoi cela est Justice de te les faire subir?... Comme si souvent, hélas, nous ne faisons qu'ajouter un tord à un autre, ajouter le mal au mal qui a été causé... Hors, c'est par le Bien que s'équilibre la Balance... Non?

Aure secoue légèrement la tête, et à nouveau il n'y a plus que douceur dans son expression.

Quoi qu'il en soit, si à quelque moment que ce soit tu sens que tu vacilles... que ton chemin devient difficile, que tu doutes de ta capacité à poursuivre sur celui-ci... n'hésite jamais à m’appeler, Elayne. Je serais heureuse de la confiance que tu m'accordes et t'offrirais ce que je peux afin de te soutenir.

Calmement, elle écoute alors la réflexion de l'autre femme, hochant la tête parfois, esquissant un geste de la main ou levant un regard interpellé à d'autres moment. Elle se garde cependant de l'interrompre et écoute ce qu'elle a à dire jusqu'au bout avec une attention certaine, jusqu'au bout.

Puis, souriante et calme, mais quelque peu perplexe, elle entreprend de répondre...

Mais Elayne... Je ne te parle pas d'ambition... d'envie... Ce n'est pas ça... Du tout... Je ne désire pas posséder ou dominer... cela ne m'intéresse pas... Ce à quoi j'aspire, c'est de pouvoir avoir confiance en mes frères et sœurs, avoir confiance en eux et en leur foi, savoir que je peux compter sur eux et que l'inverse est vrai aussi... partager cette chose merveilleuse qu'est notre Foi, la vivre ensemble, pas comme un frein ou un carcan mais comme quelque chose de beau qui nous porte en avant, qui nous pousse à être meilleurs, à être forts et généreux... Ce que... Je... Je...

Embarrassée, elle secoue la tête puis lève les yeux vers Elayne.

Je ne sais pas par où commencer... Je... Hmm...

Dirigeant son regard à nouveau vers l'avant, le front de la jeune fille se plisse alors qu'elle observe les environs. Pensive, elle garde le silence pendant quelques minutes, avant d'inspirer profondément

Peut-être... Peut-être que cette division que tu regrettes tant n'est que naturelle tant que les choses seront celles qu'elles sont... peut-être n'y a-t'il pas qu'un seul chemin vers Dieu... Alors, plutôt que de chercher à purger et à dresser, à soumettre et à punir... peut-être devrions nous commencer par accepter le doute et le questionnement... accepter la différence et chercher à comprendre, à échanger et à éduquer plutôt que de fermer les yeux et de baisser la tête... Peut-être, plutôt que de chercher à sans cesse juger la foi de l'autre, devrions-nous encourager l'échange, le partage et ainsi enrichir notre vie et notre foi commune... Peut-être ainsi, notre royaume deviendrait capable de réunir, d’accueillir... de devenir une communauté?

À nouveau, elle secoue brièvement la tête, un peu embêtée. Elle sourit et leve la main afin de signaler à Elayne que son raisonnement est incomplet.

Je ne doute pas que la Vérité existe et qu'elle est baignée de Sa Lumière Divine... Mais le Divin Père a choisi de nous en montrer que des bribes, que les fondements de l'édifice... Tout ce qui a été bâti par dessus, l'a été par des hommes et des femmes, faillibles, comme nous... Alors, peut-être que ce qui importe n'est pas tant de graver des supposées vérités dans la pierre plutôt que de ne jamais cesser de chercher... Peut-être que ce qui importe réellement, c'est la quête. Cette quête que nous menons tous afin de distinguer le vrai du faux, afin de choisir ce qui est Juste et de rejeter ce qui est Mauvais... Oui, je pense que nous devons questionner nos certitudes, car hormis le Saint Dogme et les autres rares fois où le Seigneur nous a fait grâce de Son Verbe et de Sa Volonté, il ne peut y avoir de certitude... Je pense... je pense qu'il nous faut admettre que nous sommes faillibles... qu'il faut que nous devenons capables de questionner nos choix, nos lois, nos ordres.

Et si nos efforts restent vains... et que le résultat de nos efforts ne parvient pas à nous rapprocher davantage de Lui... éh bien soit... seul Lui est infaillible après tout. Au moins aurons fait de notre mieux...


Le flot de paroles s'arrête et les fins doigts de sa main droite se posent sur sa bouche avant d'aller caresser les cheveux dans le creux de sa nuque.

Oh, je m'égare, j'en suis désolée, je... tu dois penser que je suis folle... que je veux tout détruire et nous plonger dans l'abîme alors que...

Elle secoue à nouveau la tête, plus vigoureusement cette fois-ci.

Non, non, je ne souhaite pas le chaos... Si tu savais Elayne, si tu savais tout ce dont je nous pense capables, tout ce que je souhaiterais bâtir avec mes frères et mes sœurs... Mais... Je ne sais pas, parfois tout semble si sombre... si froid... si... si fermé... Comme si rien n'était possible. Comme si rien ne pouvait changer... Alors parfois je me demande... Qu'est-ce pire? Accepter un ordre injuste qui pervertit notre foi ou bien refuser cet ordre et risquer de provoquer le chaos... Est-ce que l'ordre est plus important que la Justice? Je... je ne sais pas. J'espère tant que nous serons capables de changer... ensemble...

Elle marque à nouveau un arrêt, mais s'empresse aussitôt de poursuivre...

Et je vois aussi que les choses changent, que petit à petit nous cherchons à ouvrir les yeux... je le vois... mais si peu, et si lentement... Tu parlais des nobles. La nouvelle Reyne, bénie soit-elle, a fait un grand pas en avant en abolissant l'hérédité des titres... mais qu'en est-il de tout le reste?

Qu'en est-il...


Aure s'interrompt, inspire profondément, cherchant visiblement à retrouver son calme. Après quelques instants, elle reprend de manière plus sereine.

C'est la Foi qui est au centre de notre vie, c'est la Foi le fondement de notre communauté... Je pense... Je pense que c'est par la manière d'aborder notre Foi, d'appréhender notre relation à Lui, à nos frères et sœurs, à la vie que nous pouvons... grandir.

Le regard pensif et à nouveau un peu mélancolique, elle parcourt le paysage de désolation qui les entoure pour s'arrêter sur Elayne et lui adresser un sourire plein d'espoir et de détermination.

Oui, je pense que la Foi est la clé... comment pourrait-il en être autrement? Si... si le Temple pouvait changer, tout le reste suivrait...

L'ancienne Prieuse baisse alors légèrement la tête et se mordille la lèvre.

Je... je m'excuse, sœur... je me laisse emporter parfois, je le sais... Mais... Je pense... Je pense qu'il n'y a rien de plus important pour moi... Rien de plus important que cette quête...

...Comment pourrait-il en être autrement?
Information détaillées
Elayne Maëlrhya
Prieuse
Royaume de Keldar

le Mirion 24 Dilannel du 1560ème cycle à 12h51

Elayne répondit à la première question de la jeune femme en la regardant, d'un air ni triste, ni heureux, celui de quelqu'un qui avait accepté ses erreurs.

La sentence était très claire. Je n'aurai plus jamais vraiment ma place avec mes frères et sœurs... enfin pas sans contrôle, et pas autrement qu'à Son service en tant que prieuse. Mais c'est déjà un grand honneur et une grande chance. Je n'ai et n'aurai plus droit à la liberté, j'ai le droit de vivre, la possibilité de me racheter ainsi... pas de retourner librement auprès des autres. Mes actes ne méritaient sans doute pas déjà d'être aussi miséricordieux à mon égard.



Elle écouta ensuite la jeune femme.


Si cela peut te rassurer, je ne vis pas cela comme une humiliation mais bien comme une chance. Une chance de sauver mon âme, une chance de faire le bien et d'éviter d'être de nouveau rongée par l'ambition.



Puis cette fois-ci elle l'écouta sans intervenir au milieu, puisque la conversation repartait sur le sujet plus général qui avait été lancé un peu plus tôt. A la conclusion de la jeune femme, Elayne hocha la tête de haut en bas. Même si elle n'était pas d'accord avec tout ce qu'elle avait dit, elle allait le lui expliquer, elle était entièrement d'accord avec la fin.

Oui, tout passe par la Foi, et donc par l'Ordre du Bouclier. Quand j'ambitionnais de me venger de Kohr, je comptais utiliser le Temple pour parvenir à mes fins. Je comptais devenir théologienne et théoriser sur l'hérésie de Kohr. Cela aurait été plus facile pensais-je alors, de manipuler les foules pour parvenir à mes fins.


Donc... si le mal est faisable via cette ordre, il me paraît évident que le bien, la recherche du plus Juste, passe par là aussi. En ces temps troublés nous n'avons malheureusement que peu le loisir d'explorer Ses voies, d'écouter Sa voix, de réfléchir autour de Sa parole, d'interpréter Ses signes. Alors que pourtant tout ceci est primordial. Indispensable même. Si changement il doit y avoir cela passera nécessairement par cet Ordre... du moins si le changement est, à peu près, pacifique.


Car le changement que tu proposes passe, à priori, par la révolte. Hors la révolte ne fera qu'engendrer des morts, ne fera qu'engendrer une guerre qui verra s'opposer le frère au frère, le père au fils, la mère à la fille... et ainsi de suite. Et je crois que notre peuple a assez versé de sang ces dernier cycles. D'autant plus qu'il s'apprête à en reverser pour lutter contre la Non-vie. Car la finalité de la quête que nous sommes en train de mener n'est autre que celle-ci... exterminer la Non-vie. Ceux qui seront élus auront plus de chances de survivre... mais ils n'y parviendront pas tous. Et d'ici là d'autres encore mourront.


Notre peuple est plus mal en point qu'on ne veut bien l'admettre. Notre pays est dans le même état que notre Foi. Une grande part du pays est en proie à l'abandon, à la famine, à la friche, au vide, les porteurs qui en sont le reflet sont dans le même état. Le résultat étant que si nous venions à subir une attaque à grande échelle, sans le secours de Dieu nous ne survivrions possiblement pas.


Lors de l'attaque à Montargent ce ne sont pas les Keldariens qui ont remporté la bataille... pas seuls en tout cas.


Elayne regarda Aura dans les yeux.


Ce que tu proposes ma sœur, est peut-être Juste, à tes yeux, mais cela ne sera pas le cas aux yeux de moult individus. Ce que tu proposes, si tu agis en dehors de Ses ordres, en dehors de la discussion n'aboutira qu'à la violence. Et même en agissant en son sein, cela soulèvera des oppositions, voire pire... mais je ne t'empêche pas d'essayer, car tu as peut-être raison, car ta vision est peut-être plus Juste.

Pour autant pose-toi cette question... peut-il y avoir Justice sans Ordre ?


Pour moi, la réponse est non. Si tous les gens étaient par nature bons, peut-être et encore... parfois les meilleures intentions ne font que nous éloigner de Sa lumière. S'il n'y a pas d'ordre, les plus forts domineront les plus faibles... et un nouvel ordre viendra alors. Sera-t-il plus Juste que celui-ci ? Rien ne le garantit.


Pendant tant d'années, certains d'entre nous ont appelé le Juste, le Sévère... et pourquoi pas le vengeur ? Voire pire...



Elle soupira.


Je pense que nous nous sommes éloignés de Ses lumières et que nous nous en rapprochons doucement. Trop lentement peut-être, mais plus rapidement signifierait dans la violence.


Si tu veux changer les choses, commence par t'impliquer dans la vie du Royaume, et continue à essayer de faire le bien autour de toi. Étudie les textes, propose des interprétations. Échange avec tes frères et sœurs. Si tu veux changer le Royaume, réellement, cela ne passera pas tant par une révolution que par un changement profond, et lent, des mentalités. Les révolutions, au final, ne font que remplacer des puissants par des autres... je le crains.
Information détaillées
Aure
Keldarienne
Royaume de Keldar

le Valkin 26 Dilannel du 1560ème cycle à 17h25

Aure acquiesce, en silence cette fois-ci, aux premières paroles d'Elayne. En fin de compte elle seule est capable de reconnaître son chemin vers la Lumière. Si Aure est prête à l'aider comme elle le peut, sa relation à Dieu lui appartient et personne n'est mieux placé qu'elle-même pour savoir ce qu'Il attend désormais d'elle... Alors elle se contente de lui offrir un sourire qui se veut encourageant...

À nouveau, elle accorde alors toute son attention aux réflexions d'Elayne. Elle écoute et les mots semblent trouver écho chez la jeune fille. Suivant ce qu'elle entend, son expression change de manière fréquente, allant du sourire pensif au front plissé puis au regard tourné vers le sol.

Lorsque finalement l'ancienne Balance se tait, la première réaction est à nouveau immédiate. Spontanée. La voix de la jeune fille est chargée d'émotion et Elayne peut deviner que certaines chose qu'elle a dit ont du l'émouvoir profondément.


Oh Elayne... Tu dois me croire que je ne souhaite pas nous voir sombrer... Elle secoue la tête, vigoureusement à nouveau... Tu le dois... je t'en supplie... Je... je... je ne sais pas... ... Les mots me manquent pour te dire ce que je ressens lorsque je vois nos frères s'entredéchirer... quand des pénitences inhumaines brisent une sœur ou lorsqu'un frère sombre dans le vice et se perd dans les ténèbres... Mais... Mais...

Pendant quelques instants, elle se tait. Elle a cessé d'avancer également, interrompant leur marche à travers les Landes parsemées de décombres. Péniblement, Aure parvient à se maîtriser. À se calmer. Son visage est figé lorsqu'elle regarde à nouveau Elayne, mais il s'agit d'une composition qu'elle ne maintient qu'avec difficulté...

Montargent... J'y étais, il y a trois cycles... lorsque la ville a été... prise. Je venais de recevoir le livre... Le Roy a donné l'ordre de prendre la ville par la force... et le Seigneur a abattu Sa Lumière céleste sur lui. Mordrak Daskan a été jugé par Dieu, devant les yeux de tous... et pourtant... pourtant le sang a coulé ce jour-là. Pourtant, l'ordre du Roy a été exécuté et la cité a été prise par la force... Et nos frères se sont entretués, car l'ordre l'exigeait.

Lorsque j'ai vu... lorsque j'ai vu l'assaut être donné... au mépris du signe Divin... j'étais comme pétrifiée... je ne pouvais y croire. Je ne pouvais croire que mes frères pouvaient agir ainsi... Lorsque j'étais à nouveau capable de bouger mes membres... J'ai fui... Personne ne prêtait attention à moi et j'ai fui... lâchement.

À nouveau pétrifiée, comme lors de ce jour funeste, Aure regarde Elayne. Honteuse. Elle détourne le regard. Comme lors de ce jour funeste où elle n'était guère plus qu'une enfant... mais elle n'est plus une enfant à présent. En réalité elle ne l'est plus depuis bien longtemps. Si longtemps qu'elle n'en a presque pas de souvenirs... Les poings serrés, elle se force à regarder l'autre femme. Petit à petit, ses poings se desserrent, tout comme sa mâchoire.

Excuse-moi... je ne voulais pas te faire le récit de la prise de Montargent... Ce jour est passé et... il pèsera lourdement dans la Balance pour nous tous qui étions présents... mais il est trop tard pour y changer quoi que ce soit désormais... Si j'en parle, c'est car ce sont ces événements qui m'ont fait réaliser que l'ordre, lorsqu'il se détourne de la Justice pour ne plus servir que lui-même... ses propres ambitions... Que cet ordre ne mérite plus notre obéissance.

Aure lève alors ses mains, paumes ouvertes, comme pour anticiper une réaction de la part d'Elayne.

Ne me comprends pas mal je t'en prie. Tu as raison, l'ordre est nécessaire, prétendre le contraire serait hérésie... Mais il n'est qu'un moyen. La Justice est la fin. L'ordre n'est là que pour elle... et je pense que nous avons oublié. Que le royaume a oublié ce qui justifie son existence... Et j'espère, réellement, j'espère qu'Il peut retrouver Sa lumière. Que nous pouvons faire évoluer le royaume comme tu le dis... j'espère qu'il est capable d'évoluer...

Cette fois-ci, les mains de la jeune fille se lèvent vers son propre visage. Elle ferme les yeux et inspire profondément. Lorsqu'elle retire les paumes de ses mains, un léger sourire est réapparu sur ses lèvres, timide et un peu triste mais bien présent.

Et tu as raison à nouveau... je ne peux plus rester à l'écart. Ce n'est qu'une autre fuite... Peut-être qu'au fond c'est pour cela que j'ai quitté Bo...

Elle pense au hameau où elle a passé plus d'un cycle après sa longue pénitence. À ce qu'elle y a appris, à la force que cela lui a donné... Mais oui, elle a eu raison de partir.

Oui, peut-être notre Sainte Quête n'est pas l'unique raison pour laquelle je suis venue à Gardebois... peut-être qu'au fond de moi, je savais que je devais cesser de fuir...

Pensive, elle soupire et l'incertitude envahit ses traits.

Mais je ne sais pas s'il y a une place pour moi dans les ordres... Je... Servir le Seigneur... Servir mes frères et sœurs... je ne désire rien d'autre... Mais... je ne me suis jamais sentie aussi... inutile que lorsque j'étais au Temple...

Elle se mord la lèvre inférieur, secoue légèrement la tête et se reprend...

Non... J'y ai appris tant de choses... avoir accès aux manuscrits... à tout ce savoir... c'était merveilleux... apprendre la langue des Premiers... réellement merveilleux... Mais... il n'y avait pas d'échanges, pas de discussions... pas vraiment... et je ne pouvais pas Le servir... ni Lui, ni nos frères et sœurs... pas vraiment...

Désemparée, elle adresse un nouveau sourire incertain à Elayne et finit par hausser les épaules.

Reprenons la route... ce n'est pas en restant plantée ici que je trouverais mon chemin... Je nous fais perdre du temps alors que nos compagnons nous attendent sans doute déjà...

Sur ce, elle hoche timidement la tête et reprend la marche. Mais non sans se retourner encore une fois vers l'autre femme pour lui adresser un sourire amical.

Et... Palhak, Elayne...
Information détaillées
Elayne Maëlrhya
Prieuse
Royaume de Keldar

le Lüdik 29 Dilannel du 1560ème cycle à 14h25

Elayne écouta toujours aussi attentivement la jeune Aure, s'arrêtant lorsqu'elle s'arrêta, son visage, ses yeux, marquant ses réactions, différentes, en fonction de ce que lui disait sa sœur.


Lorsque la jeune femme se retourna, elle lui rendit son sourire.



Palhak à toi


Cette passion elle l'avait retrouvée chez une autre personne avant Aure, le jeune Mary Crescence, qui lui aussi c'était détourné du Royaume... puis d'elle après qu'elle lui ait révélée ses fautes passées. Si ces jeunes gens s'impliquaient plus dans le Royaume, si on les laissait essayer, peut-être les choses changeraient alors... mais ils devaient apprendre à faire quelques concessions sans doute.


Elle la rassura d'abord.



Ne t'inquiète pas, je n'ai jamais douté de tes intentions. Je voulais juste te mettre en garde sur ce qu'elle pouvait entraîner.


Quant à Montargent... enfin cet épisode là de Montargent...

Je n'étais pas encore porteuse de Son Livre quand c'est arrivé, et je n'en ai eu que des échos. Beaucoup de personnes alors en place ont été remplacées. Je pense, comme toi, que les signes ce jour là, du moins d'après ce que j'ai pu lire ou entendre, ont été mal interprétés... et qu'effectivement parfois, et c'est déjà arrivé par le passé, l'Ordre n'est plus Juste. Alors oui, il faut se détourner, et Dieu sera toujours aux côtés de ceux qui sont Justes, d'une façon ou d'une autre.


L'Ordre a changé, Notre Altesse Royale Clothide est devenue reine et les choses changent... lentement. Le Royaume a plus que jamais besoin de nouveaux visages, de nouvelles idées.



Elle soupira.


J'étais moi-même un nouveau visage, j'ai gravi rapidement les échelons... mais comme certains, j'étais encore souillée par les erreurs du passé, lointaine ou plus proche. C'est pourquoi Il m'a envoyé une vision surl e champ de bataille, c'est pourquoi j'ai entamé ma démarche.


Elle sembla un instant, dans sa voix, dans son attitude, songeuse, triste même, ses épaules, se rentrèrent, elle ralentit l'allure non volontairement.


Le procès Lamedor... tu aurais dû voir ça.



Elle laissa un long silence, sans s'en rendre compte.



Quelque part si on avait été complètement Juste... on aurait dû faire le procès de tout un Royaume. Mais... cela aurait entraîné le chaos... encore et toujours plus de chaos... et je ne suis pas sûre que cela aurait entraîné que du bien.


Elle sourit de nouveau, ironiquement.



Je comprends pourquoi beaucoup d'anciens membres importants de Son Royaume se sont défiés de notre nouvelle prêtresse reine. Non seulement ils perdaient leur pouvoir avec elle, mais en plus elle symbolisait leur échec, leur éloignement de Sa voie, de Son chemin. Voilà pourquoi tant l'ont rejeté... pourquoi le Livre est désormais si vide.


Elle sourit plus franchement cette fois.


Tu vois c'est avec ce genre de phrase là que j'aurai été inquiétée par l'inquisition moi aussi.



Elle ajouta toujours sur le même ton plus badin.



Et si jamais tu croises Lamedor un jour, je n'ai jamais dit ça... ça lui ferait trop plaisir que j'admette qu'il avait raison. Surtout qu'il croirait que ça rachèterait ses fautes... ce qui n'est pas le cas.


Elle reprit une allure plus normale, plaisanter sur le sujet l'avait détendu, et puis il était tant d'évoquer l'avenir dont Aure avait elle-même parlé.


Je suis sûre que tu ferais une prêtresse du tonnerre. Tu as déjà été formée, je l'Ordre du Bouclier serait ravie de t'avoir. Et avec ces responsabilités là tu pourrais faire le bien, étudier des textes, écrire des thèses à propos du sens des paroles de Dieu, et prêcher pour la paix entre nos frères et sœurs.


Enfin... tu as raison, il faut déjà se concentrer sur notre quête... après tout une partie de l'avenir du Royaume dépend de nous...


Elle sourit franchement.



Le Royaume n'a quand même pas de chance.
Information détaillées
Aure
Keldarienne
Royaume de Keldar

le Solior 3 Joriamel du 1560ème cycle à 00h17

Aure poursuit la route, semblant désormais davantage tournée vers ses propres pensées que vers son environnement. Néanmoins, les regards qu'elle dirige de temps à autre vers l'autre femme témoignent de son attention continue.

Les lèvres pincées et le front plissé, elle acquiesce parfois et finit par rendre son sourire à Elayne. Malgré cela, de longs instants passent avant qu'elle ne prenne la parole à son tour, d'un ton plutôt grave et contrastant avec le semblant de légèreté qui s'était installé dans l'attitude de son aînée...


Je ne pense pas que nous sommes ici pour le royaume... pas vraiment. Cette quête le dépasse... Et pas seulement parce que notre foi le dépasse... La dernière fois que le Seigneur a désigné Ses champions, l'humanité était sur le point de succomber à jamais...

Elle ne termine pas sa phrase, mais en a-t-elle besoin? Personne n'ignore l'évènement auquel elle fait référence, ni le fait que l'heure est grave.

C'est dans la Lumière Divine que réside le Salut de l'humanité... C'est pour appeler cette Lumière... afin que les Justes puissent la porter et frapper au cœur du Mal que nous sommes ici... Nous ne pouvons faillir... Notre foi sera notre force.

À nouveau, un silence s'installe. L'ancienne Prieuse finit par secouer la tête en souriant de manière incertaine avant de le rompre.

J'espère que tu as raison, Elayne... j'espère que le royaume peut réellement devenir ce qu'il prétend être, qu'il est capable de se transformer sans se briser... Cela fait si longtemps... si longtemps que nous suivons ce chemin... que nous descendons cette pente... Si longtemps que nombreux de nos frères et sœurs pensent qu'il n'y en a point d'autre... que la seule voie vers le Juste mène à travers le supplice et l'obéissance aveugle...

La jeune femme inspire profondément.

Je... Ce livre que je porte... Je ne sais pas quoi en penser... Aussitôt les paroles prononcées, elle secoue la tête. Non, ce n'est pas vrai... La vérité est que je ne l'aime pas. Il nous divise, encore plus que nous le sommes déjà. Il représente un pouvoir sur mes frères, là ou je ne recherche que la fraternité...

Un regard empli de ressentiment glisse sur sa besace avant de disparaître.

Mais peu importe ce que j'en pense... il me donne un pouvoir... une capacité d'agir dont d'autres ne peuvent que rêver.

Déterminée à présent, elle hoche la tête.

Ce pouvoir, je n'en veux pas, je ne l'ai jamais demandé... mais je vois maintenant que je ne peux le nier. Qu'il vient avec la responsabilité de l'utiliser au mieux... J'ai essayé de m'en débarrasser. J'ai essayé de l'ignorer... mais... lorsque nous n'avons pas le choix, je suppose que le seul choix qui nous est de décider que faire avec ce qui nous est imposé.

Elle inspire une nouvelle fois avant de prononcer la phrase suivante qui ne lui procure clairement aucune joie. Néanmoins, la gravité affichée par la jeune femme ne laisse pas de doute quant à sa détermination...

Je... ferais donc la demande d'être à nouveau intégrée à l'Ordre.

Une fois le choix prononcé, elle se tait mais avec le silence ses traits commencent finalement à s'apaiser. Au bout de plusieurs minutes de marche silencieuse, elle finit par reprendre le fil de la conversation.

Palhak... Palhak encore une fois de m'écouter si patiemment, Elayne. J'en avais besoin... et j'avais besoin d'entendre certaines des choses que tu as dites... de pouvoir parler à quelqu'un... de pouvoir dire certaines choses à voix haute. Palhak, vraiment...

Une fois ceci dit, une sourire plus franc, plus généreux s'installe sur son visage. Elle inspire profondément et laisse son regard se promener. Les deux femmes ont désormais dépassé les ruines de l'ancienne capitale ithorienne et avancent à travers champs, des champs fleuris dont les couleurs défient la désolation des Landes.

Après avoir avancé pendant un bon moment, c'est finalement un autre fil que Aure cherche à reprendre.

Je n’ai jamais rencontré l’ancien Primo-Légat… Lamedor. Je... De ce que j'ai pu lire, je crains que... notre frère s'est égaré... Je... je ne nie pas que j'ai pu me reconnaître dans certaines de ces paroles... mais... Lorsque je le lisais, je ne pouvais m'empêcher de penser que sa propre personne avait pour lui plus d'importance que ce qu'il disait, que la cause qu'il voulait défendre...

Un peu dépitée, elle secoue la tête. De toute évidence ce n'est pas la première fois qu'elle entend parler de cette affaire et visiblement cela l'avait touché, de près ou de loin.

Je crains que sa vanité l'aie privé de la possibilité de réellement se faire entendre. Peut-être que je me trompe sur sa personne... mais... Le destin de Son peuple n'est pas une pièce de théâtre. Il n'avait pas le droit de le traiter comme tel pour se mettre en scène.

L'air incertaine, elle regarde Elayne.

Mais tu sais certainement mieux que moi ce qui s'est réellement déroulé... En revanche... Ne penses tu pas que... qu'il aurait fallu chercher la vérité malgré tout?

Dès que la question est posée, Aure secoue la tête.

Ne te sens pas obligée de répondre... aussi je n'ai certainement pas toutes les pièces en main pour saisir les enjeux de cette affaire... C'est simplement que... le fait de placer la stabilité du royaume au-dessus de la justice et de la vérité me semble terriblement éloigné de Ses préceptes.
Information détaillées
Elayne Maëlrhya
Prieuse
Royaume de Keldar

le Lüdik 5 Joriamel du 1560ème cycle à 21h20

Elayne reprit son sérieux, elle aussi, après avoir tenter de détendre un peu l'atmosphère, lorsqu'Aure évoqua leur quête avec plus de sérieux que le ton badin qu'avait employé la déviante. Elle hocha la tête.

Oui nous n'avons d'autre choix que réussir cette quête car l'avenir d'Idéo est en jeu.


Elle sourit ensuite franchement en entendant que la jeune femme comptait rentrer de nouveau dans les Ordres. Elle avait également approuvé les propos de la jeune femme autour du livre. Elle revînt d'abord sur celui-ci, afin de préciser tout de même une chose qu'elle estimait important de préciser.

Notre livre n'est ni une bénédiction, ni une malédiction, en soi. Il n'est qu'un outil, un outil qui donne accès à plein de pouvoir, à plein de savoir, et qui permet de communiquer. Ce que l'on en fait ne dépend que de ceux qui le possède.



Elle sourit de nouveau franchement.


Je suis heureuse que tu acceptes de nouveau de laisser leur chance aux Ordres. Si tu prends le temps de gravir les échelons, quand nous aurons triomphé, nous aurons peut-être à la tête de l'Ordre quelqu'un qui n'a jamais voulu devenir un leader. Et j'imagine que cela fait parti des qualités nécessaires à un bon chef pour qu'il ne se laisse pas griser par le pouvoir.


Elle précisa tout de même.

Cela ne veut pas dire que je pense que Notre Bouclier veut à tout prix le pouvoir. Si c'est le cas, il cache bien son jeu. Mais... j'ai pu voir à quel point il était seul au sein du Conclave et certains en viennent à penser ainsi parce qu'ils ne savent rien du silence des autres.


Après les remerciements de la jeune femme, elle sourit de nouveau.


Si je suis encore en vie malgré mes fautes, par Sa volonté, c'était peut-être aussi pour que nous puissions avoir cette discussion. Je suis honorée que tu aies accepté de te confier, et de m'écouter aussi... et que tu ne me considères pas avec plus de défiance malgré tous mes péchés.


Concernant Lamedor.


Oh alors là, tu as parfaitement cerné le personnage. Et c'est malheureux, car c'est une mine de savoir et quelqu'un de très, trop peut-être, intelligent. J'espère qu'il se retrouve et inculquera à ses enfants quelques valeurs Keldarienne et qu'eux permettront de faire un premier entre nos deux peuples afin que nous puissions les guider vers Sa lumière, et non pas qu'ils nous entraînent encore vers la haine, ou ne pervertissent notre foi. Malheureusement je ne verrai probablement pas de mon vivant les conséquences de ce que j'estime pour l'instant être un échec que fut mon jugement à son procès.


Néanmoins malgré ses défauts, j'estime qu'une part de lui, croît au moins, toujours agir pour le Bien, au nom du Juste... j'espère simplement qu'il s'en rappellera avant qu'il ne soit trop tard, pour le bien de son âme.



Concernant ce que pouvait impliquer le reste de l'affaire.

On m'a clairement dit de tourner la page.

Elle n'avait plus aucune raison de mentir maintenant. Elle attendit un petit moment avant de reprendre.

Pour le bien du Royaume. J'ai accepté. Trop de personnes impliquées avaient disparu, et à dire vrai, je ne crois pas que j'aurai pu démêler le vrai du faux avec des informations parcellaires.


Keldar les jugera ou les a déjà jugé... et peut-être que certains auront ou ont eu la mauvaise surprise de ne pas rejoindre Son paradis.


Elle soupira.

Il m'a été très difficile d'admettre complètement mes fautes, d'admettre que mes actes seuls, aussi Justes pourraient-ils être ne me rachèteraient pas. Qu'il me fallait me soumettre à la Justice de Ses enfants, et donc à Sa Justice... je ne vais pas reprocher aux autres de ne pas le faire.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page