Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

116 Joueurs sur Ideo (4357 inscrits) : 61 humains (2250), 28 elfes (1365), 27 orcs (742) | 6 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Vivant?

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Gunnarr Gahnar
Ancien du Cerkl'
Union de Hâvrebois

le Solior 14 Rastel du 1561ème cycle à 18h20

Dès les premiers instants, devant la muraille de la capitale, il s'était offert à elle. Leur danse avait duré des heures qui avaient paru une éternité. À plusieurs reprises, ses lèvres avaient effleuré les siennes pour s'y soustraire aussitôt. Mais il avait persisté, déterminé, lui avait à nouveau tendu la main pour une nouvelle danse. Finalement, ses mains glacées l'avaient caressé, elle l'avait enlacé et il s'était abandonné à son étreinte sans lendemain...

Les cadavres avaient été innombrables à l'issue de la bataille d'Algornar. Les vivants qui paraissaient à des fantômes dans les rues rouges de sang les avaient trainé vers les portes de la cité et les avaient empilé en des monticules immondes à l'extérieur des murailles. Il s'agissait de les offrir aux flammes, rapidement, après des rites plus que sommaires... Les rumeurs voulaient que les marais du Nord étendaient à nouveau leurs tentacules sur les terres idéanes et il fallait à tout prix éviter de leur offrir un festin.

C'est en sentant son visage racler le sol alors qu'il se faisait tirer par les pieds qu'il avait réalisé qu'elle l'avait à nouveau rejeté. Il était incapable de produire le moindre son, de mouvoir le moindre muscle. Il ne percevait qu'une faible lueur à travers des yeux tuméfiés et son corps meurtri semblait bien lointain. Pourtant, ses sensations lui revenaient, petit à petit, par vagues de douleur.

Impuissant, il s'était ainsi fait trainer avant d'être jeté sur un tas de carcasses vouées au bucher. Au fil des heures, le poids des morts était venu s'ajouter aux vagues de douleur lorsque d'autres corps le rejoignaient sur son lit morbide. Puis, alors qu'il allait finir écrasé et oublié, on avait entendu son gémissement et on l'avait à nouveau arraché à elle. Il avait alors rejoint d'autres corps. Ceux dans lesquels il restait un semblant de vie...

Information détaillées
Gunnarr Gahnar
Ancien du Cerkl'
Union de Hâvrebois

le Solior 14 Rastel du 1561ème cycle à 23h12

Pendant un temps indéfinissable, les morts et les mourants avaient été sa seule compagnie. Les morts, les mourants et les disparus qui venaient le visiter dans ses songes fiévreux sans jamais dire un mot.

Son père, impassible, au visage sculpté dans la roche. Gradulf à l'expression hargneuse de celui qui cherche à satisfaire des appétits insatiables. Erboliak, un sourire béat sur les lèvres et la malice au fond de ses yeux minuscules. Sa sœur, le regard moqueur et la démarche féline. Féléna, douce et inatteignable... L'attendaient ils pour l'accompagner sur son chemin à travers les brumes?

Ils venaient, et repartaient. Il voulait lever la main, leur faire signer de ne pas partir sans lui. Mais immanquablement, ils le quittaient et il était toujours là.

De temps à autre, un orckinot passait pour faire le tri et donner à boire à ceux qui en avaient encore besoin. Pas de soins ici. Ceux qui devaient rejoindre les Six trouvaient leur chemin tous seuls. Restaient ceux qui étaient assez forts pour survivre. Pour le moment...

Jusqu'au moment où le gamin s'accroupit auprès de l'orc gris et remarqua l'étrange petite créature qui se tenait à proximité. Ses yeux s'ouvrirent grand et il fit mine de se relever aussitôt, sans doute pour appeler quelqu'un... mais enfin son bras obéit à Gunnarr.


*** Dans un effort indescriptible, sa main se leva et il saisit le poignet de l'orckinot. Il fut tout juste capable de prononcer une seule parole. ***


Orum...

La mort n'avait pas voulu de lui. Les Six n'en avaient pas fini de lui. Le Drack était vaincu. Gor'Kaggar était toujours là. Le Peuple de la Force était toujours là... Non, il n'était pas mort, mais quelque chose était bien mort en lui.

Lorsque la douleur diminuait, il ne restait plus rien, elle ne faisait place qu'au vide. Plus de foi, plus de devoir, plus de volonté.

Ici, au moins il n'était pas seul... Il resterait en leur compagnie, encore un peu. Peut-être qu'ils finiraient par l'emporter avec eux.

Information détaillées
Gunnarr Gahnar
Ancien du Cerkl'
Union de Hâvrebois

le Dolink 15 Rastel du 1561ème cycle à 00h28

Ils étaient partis. Lui était resté.

Un shaman avait fini par les rejoindre, pour s'occuper de ceux qui avaient eu la force de survivre jusque là. Lorsqu'il avait fini de lui ôter les lambeaux qui subsistaient de ses vêtements, il avait longuement ausculté l'orc gris.

Finalement, il s'était tourné vers lui, l'air grave, et avait secoué la tête.

Tu n'devrais plus être parmi nous gnutag.

Gunnarr ne le voyait pas bien à travers les fentes qui perçaient son visage boursouflé.

Je sais.

Quelle était sa place désormais? Il n'en savait rien. Lui qui avait toujours su qui il était, quel était son chemin. Lui qui n'avait jamais hésité à payer le prix pour poursuivre ce chemin, peu en importe le coût. Il savait simplement qu'elle n'était plus ici. Que s'il restait, ce ne serait qu'une mascarade.

Le shaman aussi avait voulu avertir les chefs de Klan lorsqu'il se rendit compte qu'il avait à faire à un porteur de livre. À nouveau, Gunnarr avait refusé et le vieil orc avait respecté son souhait.

La convalescence avait duré longtemps et l'orc gris avait subi les interventions du soigneur impassible ou en serrant les dents, mais sans jamais s'exclamer. En un sens la douleur lui convenait. Elle comblait le vide. Mais il avait fini par reprendre ses forces et au bout de longues semaines, il avait quitté sa couche crasseuse.

Une ou deux lunes avaient du passer depuis la fin des combats, mais le paysage autour d'Algornar portait toujours des blessures fraîches bien que les orcs s'appliquaient à les panser avec leur obstination caractéristique. Il y avait beaucoup à faire. Mais pas pour lui.

Dès qu'il s'en sentit capable, il s'équipa sommairement et prit la route des plaines. Plein nord.

Information détaillées
Gunnarr Gahnar
Ancien du Cerkl'
Union de Hâvrebois

le Dolink 15 Rastel du 1561ème cycle à 19h52

Son chemin l'avait d'abord mené vers Karmir, puis il était remonté le Gai'arb vers les ruines de Thararn et de Gorn et jusqu'au pied des montagnes. De là, il avait a nouveau bifurqué vers le nord, s'approchant du désert avant de retourner vers l'intérieur des terres de Gor'Kaggar pour se diriger vers Kro'Dared et Drogmar.

Partout, il avait vu les orcs reprendre possession de leurs terres. Ils marquaient le sol des empreintes de leurs bottes, plantaient leurs tentes et dépeçaient leurs proies. Le peuple de la force avait prévalu et pansait ses blessures. Ils se relevaient, lentement mais surement.

Grand et droit sous sa cape de voyage en cuir, malgré une démarche toujours boiteuse, il se déplaçait parmi les siens sans jamais s'attarder. Il profitait des feux des tribus en échange du gibier du jour, troquait des fourrures pour des nouvelles flèches ou autres fournitures et écoutait les histoires qui circulaient au sujet de la bataille d'Algornar, de Tharakthar, mais aussi d'autres orcs et de leurs faits d'armes héroïques... Il écoutait mais n'en disait jamais plus qu'absolument nécessaire. Il était une ombre. Un étranger.

Au bout de plusieurs lunes, il arriva finalement en vue de la forêt qu'il connaissait si bien. Il ne tarda pas de repérer les offrandes au Sauvage et son autel au loin Il ne s'arrêta pas. Bientôt, à travers les feuillages des arbres, il devina les murailles de la forteresse du Cerkl'.

Gunnarr ne savait pas quelle serait sa destination, mais il savait que ce n'était pas celle-ci. Pourtant, peu importe où ses jambes le mèneraient par la suite, il avait toujours su qu'il lui fallait retourner ici. Qu'il ne pouvait pas partir comme un voleur.

Alors, d'une démarche assurée, il poursuivit son chemin jusqu'à arriver à proximité des nouvelles fortifications orientales. Celles qu'il avait fait bâtir. Il allait se diriger vers la porte de la cité
lorsqu'une tignasse rousse attira son regard...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page