Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

121 Joueurs sur Ideo (4364 inscrits) : 68 humains (2253), 26 elfes (1369), 27 orcs (742) | 5 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Chasse au bicéphale (et autres histoires)

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Lüdik 18 Joriamel du 1561ème cycle à 23h11

Il faut toujours se méfier de l'eau qui dort. Et de la plume d'Answald. Mais ce n'est pas ce qui nous intéresse ici.

Dans la campagne kohrienne, sur la grande route menant de la croisée kohrienne à la Confédération, un elfe blond au regard azur goûtait un peu de solitude et de liberté, déchargé pour quelques jours de ses obligations diplomatiques. Enola était partie vers le sud-est avec ses troupes, à la recherche de l'ancien capitaine de la Légion, accusé de meurtre sur un officier à la frontière. La nîs lui manquait un peu, mais les grands espaces le consolaient.

D'autant qu'à mesure de son voyage, il ressentait dans le vent balayant ses mèches de plus en plus de chaleur. Bientôt, il serait en vue du désert, son berceau. Il venait de le quitter, après son long voyage de dix cycles, mais le nêr savait qu'il serait heureux de le revoir, comme sa compagne des dernières lunes lorsqu'elle aurait fini sa mission.




Il avait quitté Dominia quelques jours auparavant, après la cérémonie donnée par l'Empereur. La raison ? Une pancarte, près de la mairie. Une récompense offerte pour abattre un géant à deux têtes qui aurait élu domicile au milieu de la route. Un défi, aussi : arriver avant les arténiens. Normalement, ce travail aurait dû revenir à la Légion, mais entre les incursions orques en territoire impérial et la trahison de l'ancien Capitaine, elle avait d'autres géants à fouetter.

Devant la perspective d'une parenthèse dans sa vie d'aspirant diplomate, loin de la Bibliothèque confinée où il avait cravaché des jours durant avec le mage Valnor, Alantas n'avait pas beaucoup gambergé. Une missive à sa supérieure, une réponse positive, et il était parti.

Après de brèves étapes de ravitaillement à Aubel puis Diéma, il allait vers les régions australes, guilleret et hâtif, son arbalète et un carquois bien chargé dans le dos, enthousiasmé par cette partie de chasse improvisée.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Mirion 20 Joriamel du 1561ème cycle à 11h43

Gurdil, après quelques coups à la taverne, un grosse sieste et après avoir entretenu son armure et sa hache, avait quitté Delnam.
L'entretien de la hache et de l'armure est bien entendu primordial pour tout guerrier qui se respecte. Il convient cependant de laisser quelques marques de combat, sans quoi on passe pour un planqué. Un équipement neuf, c'est beau dans le magasin, mais ailleurs, si ça brille trop on passe juste pour un kéké qui a fait du tuning.

Gurdil avait donc quitté Denalm pour rentrer chez lui. Ce coup-ci il avait décidé de passer par la route. Surtout qu'a priori la route menant à Emedesia n'est pas détruite pas une armée de mort-vivant.

Mais voilà, il y a un pont sur cette route. Et dernièrement Gurdil n'a pas de chance avec les ponts. Soit ils sont détruits, soit ils sont bloqués. En l’occurrence, celui là est bloqué. A c'est du lourd. Un bon gros géant à 2 têtes. Gurdil va donc devoir enfiler son costume de plombier de la route et déboucher le pont.


Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Mirion 20 Joriamel du 1561ème cycle à 13h08

A la sortie de Delnam, après un bref ravitaillement, Alantas prit la route en direction du sud, encore et toujours. Dès qu'il vit le second pont, il coupa à travers champs.

Effectivement, la créature était là. L'animal était de belle taille, on l'apercevait de loin. Un énorme gourdin en main, vêtu d'un pagne grotesque, ses deux têtes recouvertes d'un duvet crépu, le géant grognait des provocations au monde entier dans un langage incompréhensible. Il avait pris place au beau milieu du pont, empêchant toute traversée.

L'elfe approcha, accroupi au milieu des plants de blé. Que la bête soit énorme ne lui faisait pas peur. Plus ils sont gros, plus ils sont lents et idiots, en général. La perspective d'affronter la créature réveillait en lui des instincts de légionnaire longtemps enfouis, et cette excitation pétillante qui précédait d'habitude le combat. Une sensation transitoire et qu'il savait factice, mais grisante et irrépressible.

Ayant trouvé un angle dégagé, caché par la margelle du pont, l'elfe arma son arbalète et décocha un trait. Le carreau heurta la bête à l'épaule, se fichant dans le cuir avec un bruit sec. Touché ! Une tête du géant cria de douleur, l'autre pivota immédiatement dans la direction du chasseur. Les deux, soutenues par un corps musculeux, s'élancèrent dans un piétinement furieux, et abattirent le gourdin sur la margelle du pont, la détruisant du même coup.

Alantas avait déjà reculé dans le champ. Il constata l'état de la maçonnerie et s'enjoignit de faire preuve de vivacité. Un coup pourrait s'avérer dévastateur.


Salut les amis ! cria-t-il au géant. Je suis là ! C'est l'heure d'évacuer le pont ! Par ici !

Il ne savait pas si l'une ou l'autre des têtes comprendrait, mais il avait au moins attiré son attention. Il se mit à reculer à petits pas, concentré sur les mouvements de la créature, la main déjà en quête d'un second carreau.

Ainsi ne vit-il pas l'orc... Du moins pas avant que le géant ne change d'avis et se jette sur celui-ci.

L'elfe profita de la diversion pour décocher un second trait, qui se planta dans l'épaisse peau de la cuisse de la cible. Loin d'être suffisant, mais un mince filet de sang coulait désormais des deux points d'impact.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Joriol 21 Joriamel du 1561ème cycle à 09h46

Y en a marre. y a plus moyen de circuler en Ideo. Et voila que le géant à 2 têtes, mais sans cervelle, commence à s'en prendre au pont. Ou à Gurdil, qui se trouve sur ledit pont. Le géant ne visant que moyennement, on ne saura surement jamais sur quoi il frappe.
A moins que ça soit sur l'archer planqué dans les parages, mais si c'est le cas, il va falloir l'envoyer à Jolgar faire des lunettes.
Déjà un morceau de margelle a fini sa vie inerte dans le fleuve, assomant des poisson au passage. Toujours ça de gagner pour un pécheur téméraire qui s'aventurerait à pécher sous un combat comme ça.

Gurdil avait donc engagé le combat contre le gros balourd qui bloque le chemin. Grand prince, et adepte du challenge, il laisse à sa cible le soin de porter le premier. Si on peut qualifier ça d'un coup, avant de riposter d'un coup de hache.


tu fais pas le poids mon gros. Retourne dans tes montagnes et va chercher tes copains

Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Valkin 22 Joriamel du 1561ème cycle à 11h33

L'orc et le géant dansaient, hache et gourdin s'abattant en rythme sur le pont. Le combat était assez inégal... Le géant portait des coups terribles, qui cabossaient à peine l'épaisse armure de l'orc, tandis que celui-ci ouvrait de larges entailles dans la bête avec sa gigantesque hache, sans forcer son talent.

Alantas était accroupi dans le champ, un peu à l'ouest de la route. Il s'appliquait à lâcher ses carreaux le plus précisément possible, pour ne pas risquer de blesser l'orc aux cheveux décolorés. De ce fait, il ne touchait pas nécessairement les endroits cruciaux de l'anatomie du géant. Un carreau dans le mollet, un autre au flanc...

Une ouverture ! Avec un sifflement, le trait suivant de l'elfe se ficha sous la clavicule de la créature. Un ruisseau de sang sourdit.

Les mouvements du géant commencèrent à se faire plus lents, les blessures accumulées sapant sa vitalité. La fin approchait.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Valkin 22 Joriamel du 1561ème cycle à 19h15

Le combat entre l'orc et le géant. L'orc commence a observer l'apparition de carreaux sur le géant, mais n'a pas le temps de se soucier de leur origine après tout, pour le moment aucun carreau n'a atteint l'orc. On verra plus tard. Se déconcentrer c'est mourir.

https://youtu.be/88haV1v5Z841

Sans rire c'est tout ce que t'as ? Tu bloque le chemin et t'as qu'a ça dans le ventre ?

Un coup un peu plus fort du géant atteint l'orc, qui essuie une trace de sang, parceque ça fait bien.

Ça y est tu t'es décidé ? T'as cru à un combat à handicap ? Tu veux que j'utilise la main gauche pour équilibrer ?

Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Valkin 22 Joriamel du 1561ème cycle à 21h38

Il était difficile de viser avec tout ce remue ménage. Les deux colosses s'en donnaient à cœur joie, et les angles de tir se refermaient aussi vite qu'ils s'ouvraient.

Alantas se mit à courir vers la mêlée, un carreau encoché. Il passa derrière l'orc, très près, visa de son mieux dans un interstice. Il avait visé la jointure des cous, mais le géant avait chancelé, et le trait toucha entre deux côtes.

Les mouvements de la créature devenaient plus saccadés, presque erratiques, et l'elfe écopa d'un coup de gourdin dans le plastron alors qu'il s'éloignait. Son armure encaissa une bonne partie du choc, mais il fut déséquilibré et eut le souffle coupé et une cruelle douleur dans le flanc.

Le géant se courba, presque vaincu, sous l'effet des blessures. L'orc pourrait aisément l'achever.


N'amochez pas ses têtes ! cria l'aspirant diplomate à celui qui levait déjà sa hache.
Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Solior 23 Joriamel du 1561ème cycle à 10h37

Le combat est inégal. Pauvre géant. C'est inhumain de lui inflige ça. Que fait la SPG2T ? Appelez Brigitte Bardot. Achevez le. Il souffre trop.

De nouveaux carreaux se plantent sur le géant, et Gurdil entend une requête concernant les têtes. Drôle de fétichisme. Sûrement pour un faire des chope à bière.

Qu'a cela ne tienne , l'orc ajuste un coup de hache bien placé et les têtes roulent sur le pont. Enfin ce qu'il en reste. Le grave à probablement provoqué plus de dégâts au pont qu'à Gurdil



Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Solior 23 Joriamel du 1561ème cycle à 11h32

Le géant avait eu un dernier sursaut belliqueux. Il avait chargé vers l'elfe, pris deux carreaux supplémentaires dans l'épaule, asséné un grand coup de gourdin, puis fait demi-tour dans sa folie, pour être cueilli d'un revers de hache par l'orc. Ses têtes roulèrent sur le pont.

Alantas approcha de l'orc, un sourire aux lèvres et une main sur ses côtes endolories.


Salutations, messire. Alantas Ilverin, de l'ambassade kohrienne. J'ai cru vous entendre parler le runique. Dois-je en conclure que vous êtes arténien ?


L'orc était massif. Il le dominait de deux bonnes têtes. Alantas approcha du cadavre, observa un moment les têtes séparées du corps.


Un beau combat. Vous avez été impressionnant. Ma requête a pu vous paraître étrange... Un commanditaire m'a demandé de lui rapporter les têtes de cette créature à Dominia contre récompense. La sécurisation des routes est d'ordinaire une prérogative de la Légion Impériale, mais un riche marchand a pu préférer passer une annonce à titre privé...

Il fit une pause, puis reprit.


La coupure est nette. Merci. Je vais pouvoir lui rapporter ces têtes. M'aideriez-vous à pousser le corps de cette créature hors du chemin ?

Ce disant, le nêr avait soulevé les têtes des deux mains, pour laisser la gravité évacuer les dernières mesures de sang poisseux.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Solior 23 Joriamel du 1561ème cycle à 14h08

L'orc regarda le diplomate arriver

Faut pas s'attaquer à un géant comme ça. C'est dangereux. Z' avez de la chance que je sois passé par là.

Je suis pas Artenien, je suis Nihiliste.

Si ça amuse un marchand de boire son vin dans un crâne des géant, les têtes sont pour vous. J'ai arrêté de collectionner les trophées. Par contre, votre marchand, méfiez vous, il est glauque.

L'orc est surpris à la mention de déblayer la route de la carcasse encore chaude du géant. Il montre le ciel, où les vautours se sont mis en grève

Laissez faire la nature. Dans 3 jours y'aura juste un squelette

Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Solior 23 Joriamel du 1561ème cycle à 20h04

Vous avez raison, fit l'elfe en détournant le regard. Je suppose que cela fera une belle offrande aux charognards.

Il regarda en direction du sud, envahi par une envie soudaine de revoir sa ville natale.

Dites-moi, j'aimerais me rendre à Naldomia, la cité qui m'a vu naître. Sauriez-vous qui contacter pour ne pas être interdit d'accès par les gardes ?
Alantas Ilverin
Information détaillées
Gurdil
Maître Protecteur de la Négation
Confédération Arténienne

le Dolink 24 Joriamel du 1561ème cycle à 15h33

Encore un nostalgique...

Naldomia ? Sûrement le maire. Mais j'ai aucune idée de qui c'est

Membre fondateur du Kernn Fanclub
les petits vieux, c'est comme les poissons rouges. Aussitot qu'on s'attache ils meurent
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Lüdik 25 Joriamel du 1561ème cycle à 01h10

Eh bien, c'est dommage. Je me débrouillerai autrement. Merci, messire, pour votre assistance... Je vais m'arrêter à l'auberge pour la nuit et reprendre ma route demain. Je vous souhaite bon voyage.

L'elfe s'éloigna pour boire une potion et prendre un peu de repos à la frontière avant de continuer vers Naldomia.

Le soir, il consulta - mal et trop vite - les Chroniques kohriennes, envoya plusieurs missives, et s'endormit d'un sommeil de plomb.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Lüdik 25 Joriamel du 1561ème cycle à 19h30

L'Allutrus trépigna jusqu'à ce qu'il soit attablé dans la salle commune de l'auberge avec un peu de pain et de fromage devant lui. Ce ne fut qu'alors que son maître accepta de consulter la pile de missives.

Une bonne nouvelle venue de l'archimage de la vitalité... Et une réprimande, gentille mais sévère, de sa supérieure. Alantas se mordit la lèvre, vérifia les Chroniques. Effectivement, il aurait dû prévenir la Haute Consule arténienne en premier lieu... Première bourde, que dame Masgard acceptait de lui pardonner, non sans sous-entendre que la prochaine pourrait être la dernière.

Il termina son petit déjeuner en se promettant d'être plus attentif à l'avenir. Puis il rédigea une missive à l'attention d'Enola, et quitta l'établissement, restauré, sous le soleil cuisant.

Il tourna la tête vers sa piom.


Aën' ? Qu'en dis-tu ? Un dernier saut dans le passé ?


Aënteriel dit :
Wiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !


Un sourire naquit sur le visage d'Alantas.

La route poussiéreuse s'étalait vers le sud en long serpentin miroitant.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Mirion 27 Joriamel du 1561ème cycle à 20h06

Présenter sa dérogation aux gardes ne fut qu'une formalité, et Alantas put entrer dans Naldomia.

Ça n'a pas beaucoup changé, hein ? adressa-t-il à sa piom.

L'Allutrus s'envola haut dans le ciel et redescendit aussi vite.

Aënteriel dit :
Ça ressemble toujours à un poisson vu d'en haut... Ou à une graine...


Ou à l'extrémité d'un dessin d'Answald... murmura l'elfe, dubitatif.
Aënteriel dit :

Je me demande qui a décidé d'organiser la ville comme ça ?


Moi aussi... Alors... La banque était à côté de la mairie, c'est ça ?

Aënteriel dit :
Regarde ton plan !


Tu as raison...

Le nêr tira la vieille carte de la cité de son sac.

Regarde comme c'est idiot... La banque est éloignée de tous les commerces, et loin du centre-ville...

Aënteriel dit :
Pourtant...


Oui, ça reste une ville prospère, grâce au commerce, surtout.

Au loin, le grand bâtiment blanc de l'école de la vitalité, où Alantas avait suivi quelques cycles des études malheureuses, surplombait de ses murs envahis de plantes grimpantes la ville. Les habitations formaient un mélange architectural éclectique allant du plain-pied à toiture-terrasse à des modèles plus hardis, en forme de globes d'émeraudes ou cylindriques surmontés de sculptures. Certaines des plus grandes villas, dotées d'étages, ressemblaient à des fortins kohriens.

La chaleur cuisante fit rouler une goutte de sueur sur le front de l'elfe. Il eut un sourire nostalgique. L'atmosphère sèche et torride du pays désertique lui avait manqué. Il reprit son chemin en direction de la banque...

… où il fut plutôt bien accueilli et eut la bonne surprise de voir qu'il avait encore un compte où dormaient depuis treize cycles une quantité raisonnable d'arténiums. Suffisamment pour s'autoriser quelques folies dans les boutiques de la ville... Et puis, il devrait aussi passer voir la maison... Non... La maison n'était plus là depuis longtemps. Il ne restait que les briques, et probablement quelques spectres de bonheur dans les interstices.
Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Valkin 29 Joriamel du 1561ème cycle à 14h35

Au marché, parmi les étals, Alantas avait trouvé une cape légère, ample et garnie de poches intérieures, beige sable. Il n’avait pas marchandé, comme à son habitude, mais le vendeur ayant paru intéressé par son carquois enchanté, ils avaient échangé de bons procédés. Le carquois contre une réduction sur la tenue. Le bonimenteur l’avait probablement entourloupé avec cette idée que le vêtement aurait été tissé par les shrinns. Mais peu importe, le nêr s’en était sorti à bon prix. Il s’en tirerait aussi bien avec un carquois plus classique. Après tout, n’avait-il pas bourlingué des cycles durant, équipé seulement du matériel de base de la piétaille kohrienne ? La cape, en revanche, serait parfaite pour tous les voyages diplomatiques qu’il aurait probablement à faire. Évidemment, il s'occupa bien vite de se procurer un nouveau carquois.

Plus loin, flânant, l’elfe était entré dans une boutique d’articles magiques, intéressé par la vitrine. Le seul domaine magique dans lequel il excellait, bien que la pratique l’épuise rapidement, était l’enchantement. Avant de se renseigner auprès du boutiquier sur un pendentif enchanté, il avait parcouru la boutique, et souri devant certains articles. Puis, il avait fait deux folies avant de partir vers le Nord-Ouest de la ville, pour revoir la maison de son enfance.

La bicoque était toujours là, avec ses murs blanchis à la chaux, son petit escalier maçonné jusqu’à la terrasse, de rares fenêtres. Elle était désormais habitée par une famille humaine. La petite fille et le petit garçon jouaient avec des bâtons dans la rue, devant la porte, sous le regard attendri de leur père. Alantas soupira, content de voir les murs de son berceau servir de réceptacle à d’autres enfances éphémères. Il s’éloigna sans mot dire, ni maudire.

Dans la plus sèche craquelure peut germer une graine et du plus aride désert naître une fleur. La promesse de Naldomia, son école et son Arbre.
Ramure majestueuse, houppier luxuriant, le tronc brave les assauts du vent, dompte fièrement le quartz volant. Le kohrien approcha de l’Arbre, mitigé. Il avait brûlé ses anciennes affaires, à Escania… Toutes sauf son arc. L’arc court amené de la Taurë par ses parents, qu’ils lui avaient offert lorsqu’ils avaient fini par accepter qu’il ne deviendrait jamais mage. Le dernier filament concret de mémoire qui le reliait à un passé tumultueux. Il sortit l'objet de son sac, s’agenouilla et le déposa au pied de l’Arbre. Il paraissait plus lourd que d’habitude, comme enduit d’une pellicule visqueuse. Et pourtant, il fallait le faire, pour terminer le pèlerinage entamé à Escania. S’arracher aux ombres de jadis et éclaircir l’horizon. Laisser derrière la tombe de ses parents, les querelles arténiennes, les guerres de Kohr, les blessures, les morts et les disparitions… Aller de l’avant, œuvrer utile, construire…


Il se força à détacher les doigts de l'artefact, et les occupa à écrire quelques mots sur un morceau de parchemin.


Citation :
Je laisse entre ces racines mon passé, devenu trop lourd à porter,
Puisse ce fardeau s’avérer pour Naldomia une opportunité.


Il laissa là son arc, le mot anonyme, et se dirigea vers l'auberge, afin d'être frais et dispos pour reprendre la route le lendemain.
Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Solior 30 Joriamel du 1561ème cycle à 23h02

Alantas termina la rédaction des quatre missives et les tendit à sa piom.

Celle-ci est pour Enola, celle-ci pour l'aspirante Erhis, celle-la pour la Haute Consule Masgard, et la dernière pour Mara-Haji Farnel. Bon voyage !

L'Allutrus disparut en un éclair, les rouleaux de vélin dans les bras. Le diplomate prit son sac, s'enveloppa dans sa nouvelle cape, et se dirigea vers la sortie de la ville. Pour gagner du temps, il décida de couper à travers le désert vers la frontière. Ancien Arténien, il était conscient des dangers. Il s'assura d'avoir assez d'eau et de provisions, puis s'engagea dans le sable, attentif.

Il fallait rester alerte, garder les yeux ouverts malgré le bout d'étoffe enroulé autour de la tête pour se protéger du quartz volatile. Écouter les tremblements du sol, les murmures dans le vent, les reflets de l'horizon... Rester à distance des amas rocheux ou des lieux où poussaient quelque végétation, signes de présence d'eau, donc de vie potentielle.

Il repéra assez vite les premiers dangers... Un méandre, deux lueurs, une spirale. Les créatures de magie pure ne l’aperçurent pas, mais il préféra les contourner.


Au détour d'une dune, Alantas ressentit une vibration anormale dans le sol. A quelques lieues, la surface de la dune devint meuble et une drôle de bestiole apparut. Elle possédait approximativement la taille d'un grand loup, un peu plus en comptant la queue. Huit pattes mouvantes autour d'un corps allongé, deux grosses pinces menaçantes au bout de membres articulés, une tête non protubérante, difficile à distinguer entre les appendices antérieurs, une longue queue recourbée au-dessus du corps, munie d'un dard. L'arachnoïde était recouvert d'une carapace noire luisant au soleil. C'était un scorpion, semblable à ceux qui s'introduisaient parfois dans les maisons arténiennes... En beaucoup plus gros, et probablement beaucoup plus dangereux. Jamais l'elfe n'avait rencontré ni entendu parler d'un tel spécimen. Même le bestiaire de Tensadum, consulté récemment à la Bibliothèque de Dominia, pendant ses recherches avec Valnor, n'en faisait pas mention. S'il pouvait en ramener un morceau à la faculté... Ce pourrait être un bon apport au savoir kohrien.



L'elfe s'accroupit, encocha un carreau, visa soigneusement, puis tira. Le sifflement, ou quelque chose, dut alerter la créature, qui s'effaça d'un mouvement vif devant le trait, puis détala en arrière pour s'enfoncer sous le sable, fouissant rapidement de ses huit membres. L'arbalétrier grogna, regarda à gauche, puis à droite. Rien.

Il fit un pas en avant, attentif, puis un autre, pour gravir la dune au sommet de laquelle avait disparu l'étrange spécimen. Un souffle d'air anormal dans sa nuque suffit à activer son instinct. Il roula sur le côté, évitant de peu un coup de pince. La bête avait surgi derrière lui, en contrebas. Le nêr courut quelques mètres sur le flanc de la dune, pour reprendre un peu de distance, armant un carreau. Il se retourna. Le scorpion chargeait, cliquetant, manifestement importuné par l'elfe présent sur son terrain de chasse.

Le dard et le carreau se croisèrent à une vitesse fulgurante. L'armure de l'elfe dévia le coup, mais il écopa d'une éraflure au bras. Le projectile se ficha dans la cuirasse chitineuse, et ne parut pas importuner la bête outre mesure. Alantas recula doucement, un pied après l'autre, bouillant d'adrénaline, évaluant son adversaire. L'arachnide était vif et lourdement cuirassé. Il allait devoir adapter son style de combat : trouver le point faible de l'armure, ou profiter de la formidable puissance de son arme à bout-portant. Cela s'annonçait intéressant. Le nêr eut un sourire et porta la main à son carquois.

Alors, on veut danser ?
Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Lüdik 2 Fagilias du 1561ème cycle à 00h01

Oui, le scorpion voulait faire quelques pas. Mais l'elfe connaissait depuis peu des rudiments de valse.

L'arachnide chargea une nouvelle fois. Le nêr accepta le choc des pinces dans son plastron et braqua le fût de son arme sur la tête du scorpion, leva la gâchette, libérant la noix métallique retenant le carreau. Le projectile ne pouvait manquer sa cible.

La bête eut un sursaut de recul lorsque l'un de ses yeux éclata, éclaboussant l'armure de chitine et d'hémolymphe. Sa deuxième pince vint frapper l'elfe au côté, le déséquilibrant alors qu'il encochait le trait décisif. Celui-ci recula de deux pas, reprenant une position vigilante. La bête aveuglée se tordait de douleur, affligée de blessures critiques, battant l'air de sa queue, dardant au hasard et claquant des pinces dans l'air. Il était temps d'en finir.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Joriol 5 Fagilias du 1561ème cycle à 09h22

Dommage qu'il n'ait pas eu une corde à sa disposition, ou un moyen de récupérer un peu de venin. Il prit quelques minutes pour rédiger dans son grimoire les quelques observations faites lors du combat, puis s'éloigna, laissant la carcasse derrière lui au bon vouloir du soleil et des charognards.

Le reste du trajet se déroula sans encombre, et Alantas fût bientôt de retour sur la grande route menant aux terres rouges du septentrion. Prochaine étape : Delnam. A moins que quelque chose ne se produise pendant les quelques jours de trajet restant.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Mirion 29 Solianas du 1561ème cycle à 21h37

*** Après Delnam ***


Alantas ouvrit un œil, puis le second, parce qu'il n'y en a pas de troisième. Il remua les membres pour repousser le drap, puis resta un moment les yeux braqués sur le plafond immaculé, sauf dans le coin nord-ouest où des serpentins grisâtres trahissaient quelque infiltration aqueuse. Il se sentait reposé malgré les courbatures résiduelles dues à l'entraînement de la veille, comme s'il avait dormi cent nuits en une. Tant mieux. C'était aujourd'hui qu'il quittait Delnam pour la capitale.

Après un petit déjeuner copieux, il sortit de la ville par l'est. Inutile de prendre des risques inconsidérés en traversant le bois des bandits, encombré comme il l'était.

A quelques lieues des murs, son Allutrus débarqua, zinzinulant, le visage épanoui, et lui déposa dans la paume un parchemin. Le nêr reconnut immédiatement l'écriture, et un frisson d'angoisse caressante descendit son échine. Cela faisait longtemps. Où était-elle ? Que faisait-elle ? Qu'était-il advenu des Keldariens ? L'ancien capitaine s'était-il bien rendu ? Comment allait-elle ?

L'aspirant contempla un moment le vélin roulé, les mains agitées d'appréhension nerveuse, tandis qu'affluaient les questions. Il prit une grande inspiration, puis décacheta le pli. A mesure qu'il découvrait les lignes déliées, son palpitant accélérait délicieusement. Il s'assit au pied d'un arbre, au bord de la route, et rédigea une réponse qu'il confia sans attendre à la piom, outrée qu'il ne lui laisse pas de repos, mais désormais habituée à ces échanges épistolaires, et de toutes façons asservie par une cruelle magie, donc bon.

L'elfe se remit en marche d'un pas léger. Elle allait bien. Elle était quelque part là-bas, au bout du chemin, au lointain septentrion où s'endort de soleil. Chaque pas le rapprochait. Sur les berges du fleuve pavé s'étendaient de grandes prairies sauvages couvertes encore d'herbes folles jaunies par le cuisant solior, des champs ternis par le piétinement des bovins qui y paissaient. Plus loin, à l'horizon, la lisière d'une forêt, entre les arbres de laquelle on pouvait distinguer deux brocards engagés dans une joute amicale.

Quelques heures plus tard, le messager revint, chargé d'une nouvelle missive. Alantas la lut, fronça les sourcils, rit, griffonna une réponse, et renvoya la piom au charbon.

Depuis que le pont avait été libéré, le commerce avait repris. Il n'était pas rare de croiser des charrettes chargées de denrées ou des cavaliers fous sur de puissantes montures, poursuivis par le temps restant avant leur mort. L'immortel esseulé les regardait passer, lent et indifférent. Qu'ils s'empressent... Ils seraient rattrapés un jour ou l'autre. Enfin, il les comprenait. S'il avait été dans leur situation, il aurait probablement filé plus vite encore. Plus vite... Oui, plus vite il serait débarrassé de ce fardeau, plus vite il pourrait la rejoindre. Alors il allongea le pas.

Enfin arriva la dernière missive, lue d'une traite. Il sourit, la tête emplie de souvenirs virevoltant, fétus au vent. Il tapota légèrement la tête de l'Allutrus posée sur son épaule.


C'est bon, tu peux te reposer maintenant. Merci.

Puis il ferma les yeux un instant, le cœur léger, pour en profiter. Escania. Une semaine. En route !

Alantas Ilverin
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Joriol 30 Solianas du 1561ème cycle à 14h49

Enola et Poulos avaient facilement retrouvé l'ex capitaine qui les attendait près du mur.

Il surveillait l'avancée d'une troupe de Keldariens qui avaient'pris en chasse Chaca.

Le capitaine fit se déployer ses légionnaires, se méfiant dès réactions possibles des intrus.

Rapidement, elle se rendit compte qu'ils étaient dans une impasse, les Keldariens refusant obstinément de lui parler, sans doute parce qu'elle était mage profane, et ne prêtant guère crédit à ce que pouvait rapporter Chaca.

Leur seul avantage, c'est que le rapport de force leur était favorable.

Les intrus rebroussèrent chemin, etant arrivés aux mêmes conclusions qu'Enola.

Ils prirent alors le chemin de Blancastel, où Chaca fut remis aux autorités de la ville, en attendant de pouvoir s' expliquer avec le Maréchal.

Quand à l'elfe, elle envoya immédiatement une missive à son ner si lointain pour savoir comment il allait et où ils pourraient se retrouver.

La réponse ne se fit attendre, Peste jurant contre ces allers retours incessants.

Rendez vous était donc pris dans une semaine à Escania.

Aussitôt, elle prit la diligence vers la ville de garnison, confiant la troupe à ses lieutenants.

Deux jours lui suffirent pour gagner l'auberge de la ville où elle prit ses quartiers.

Ne restait plus qu'a attendre son correspondant.

Mais qu'est ce que l'attente pour une nis ?


Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Joriol 30 Solianas du 1561ème cycle à 23h05

Arrivé à la croisée, Alantas marqua une pause devant le panneau directionnel. Dominia... Il devait y passer avant de la rejoindre à Escania. Quelques courses à faire...

Il se remit en route, laissant dans son dos les arbres entre la cime desquels pointait le toit d'une petite chapelle.

Chemin faisant, il se prit à chanter.


Et si j'étais né en 17, au Castel Blanc,
Près du Mur de feu et de sang,
Pourrais-je réellement chez moi me sentir bien,
Si j'étais iiiithorien.

Bercé d'adoration, de foi et d'arrogance,
Trahi par un Keldar absent,
Aurais-je pu être de ceux qui acceptaient,
Ma cité oooccupée.


Aënteriel dit :
Qu'est-ce que tu racontes ?


Un air qui m'est revenu, comme ça.

Aënteriel dit :
Oui, mais les paroles ?


Je ne sais pas, j'improvise. Tiens, écoute.


Il reprit sur le même air.

Et si j'étais resté caché dans le désert,
M'échappant du ciel, de la terre,
Je n'aurais jamais pu un jour imaginer,
Faire naître un nouuuveau-né,

Aveuglé par la peine, la douleur et la rage,
Elfe perdu sans un présage,
Je n'aurais peut-être alors jamais eu l'aubaine,
De voir ma caaaaapitaine


Le nêr s'interrompit en constatant la moue de la piom.

Qu'est-ce qu'il y a ?

Aënteriel dit :
C'est... niais... et un peu faux. Et puis... faire naître un nouveau-né ? Vraiment ?


Bon, d'accord, j'arrête...

L'aspirant se renfrogna et continua à marcher en fredonnant.
Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Dolink 2 Tilomias du 1561ème cycle à 02h45

Une courte éternité plus tard, Alantas distinguait enfin les augustes murailles, celles-là même qui, quelques quinze siècles plus tôt, avaient constitué le dernier rempart des vivants contre le Fléau des non-morts, qui séparaient Dominia la grande, la belle, l'orgueilleuse, la capitale, du reste de l'Empire.

L'elfe approcha des portes. Cette fois, il n'aurait pas le loisir de séjourner bien longtemps dans la cité. Ce qui n'était pas pour lui déplaire. Il avait toujours préféré les grands espaces. Et de toutes les villes du territoire impérial, Escania avait sa préférence depuis bien longtemps. De ravissantes circonstances allaient bientôt y mener ses pas, mais son affection pour la ville garnison remontait à une dizaine de cycles.

Ce fût donc un peu à regret et guidé par le devoir qu'il passa les portes de la ville où, quelques jours plus tôt, ou bien était-ce hier ?, il dégustait moult amuse-gueules raffinés au Palais impérial, se réjouissait de l'insigne honneur d'échanger quelques mots avec le bras-droit du souverain et s'inquiétait – a posteriori vainement – de l'impromptue disparition de sa cavalière.

Passant les monumentaux vantaux, l'aspirant jeta un regard stupide à son poignet gauche, comme si celui-ci allait répondre à sa question muette. Il lui restait quatre jours. Suffisamment pour un passage à la mairie et à l'ambassade et une bonne nuit de repos à la maison avant de se ruer vers le relais de diligence. Avec un peu de chance, peut-être arriverait-il en avance.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Lüdik 3 Tilomias du 1561ème cycle à 14h46

L'elfe s' était reposée.
Elle avait presque dormi deux jours d'affilée.

Elle avait passé la journée suivante à faire quelques emplettes, histoire de renouveler sa garde robe.

Ele avait trouvé une petite robe qui, l'espérait elle, allait séduire Alantas.
Dos nu jusqu'au creux des reins, echancrée jusqu'au nombril, ele était faite dans un tissu qui collait à la peau pour la partie bustier.

Elle souriait d'avance de la tête qu'il allait faire en la voyant.

Elle envoya quelques missives à ses officiers, et calmement prit un livre en attendant sa venue.

Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Malina 4 Tilomias du 1561ème cycle à 00h07

Les poches remplies d'ékus clinquants, une petite médaille dans la poche, Alantas quitta son commanditaire satisfait. Un bref passage à l'ambassade pour saluer les collègues, puis il se rendit dans le quartier elfique, l'après-midi bien avancé.

La maison était trop spacieuse pour y vivre solitaire. Il dîna sur le pouce, puis profita, cette fois seul, d'un bon bain chaud sous la voûte de pierres. Il en sortit lorsqu'il sentit qu'il allait s'assoupir, rejoignit sa chambre et se glissa entre les draps. Il ne tarda pas à plonger dans un profond sommeil.

Le lendemain, il fut levé de bonne heure par la lumière filtrant à travers les rideaux. Il avait oublié de clore les volets. Qu'à cela ne tienne... Il partit faire un peu d'exercice et, de retour, prit un nouveau bain. La matinée avançait à peine.

Le nêr quitta la demeure au moment où arrivait la dame en charge de l'entretien. Il la salua, l'informa de sa destination, sac sur l'épaule, et laissa la demeure à ses bons soins. D'un pas leste, il traversa la ville déjà très agitée, passa les grandes portes, et parvint au relais de diligence avant le zénith.

L'aspirant eut tôt fait de réserver un moyen de transport. Il s'offrit une diligence pour lui tout seul. Une fois n'est pas coutume... La récompense lui paierait le trajet, et son dernier voyage dans l'une de ces casseroles, bien que siège d'agréables conversations, avait été plutôt... exigu. Forcément, avec une montagne comme le commandant Baraek dans un véhicule prévu pour quatre humains.

Bientôt, les chants d'oiseaux disparurent derrière le cahot grinçant des pavés. De temps à autre, une interjection du cocher. Le claquement des sabots se mêla bientôt au roulement entêtant des essieux en une petite mélodie lancinante.
L'elfe se sentit piquer du nez. Il griffonna quelques mots sur un parchemin.


Pour Enola, dit-il en remettant le pli à sa piom.

La créature envolée, il s'installa aussi confortablement que possible, presque allongé sur une banquette.

Quand le sommeil le prit, il se félicitait d'avoir été aussi rapide. Même en comptant le voyage, il aurait quelques heures d'avance. Largement le temps d'arriver, de prendre une chambre à l'auberge, de se promener en ville, de... zzz

Alantas Ilverin
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Malina 2 Calinior du 1561ème cycle à 15h15

*** Après une journée et une nuit à Escania ***


Une fois les murailles occidentales franchies, la grande route pavée menant à la Croisée s’enfonçait dans la large forêt qu’on appelait le Bois des Brumes. Les frondaisons teintées de mordoré laissaient parfois échapper des feuilles virevoltant dans les soupirs du vent.

Les cumulus anthracite responsables d’une fameuse averse la veille, avaient filé à tire d’aile. Solior embaumait pour l’instant cette journée du Crépuscule d’une tiédeur suave. Les deux elfes franchirent le seuil du relais ouest d’Escania au milieu de la matinée. Le blond, la brune et le beau temps. On les attendait, évidemment. Lorsqu’un client réserve des chevaux, on évite de le décevoir. D’autant plus lorsqu’il s’agit de la Capitaine de la Légion Impériale.

On les mena près des boxes, dans une écurie plutôt bien tenue où flottait une forte odeur de paille et de crottin. Tandis qu’un employé du relais s’occupait de conseiller sa cliente, un garçon d’écurie d’une quinzaine de cycles était affecté à l’accompagnateur.


Alantas préféra une monture docile plutôt que rapide. Il ne voulait pas avoir besoin de batailler pour se faire respecter et entendre par l’animal. On lui confia donc la bride d’une jument grise pommelée à l’allure placide et la silhouette athlétique malgré tout.

Comment s’appelle-t-elle ?
Freyja, lui répondit le gamin. Vous verrez m’ssire, elle est plutôt sage. Un peu paresseuse, aussi, mais si vous la poussez, elle se défend pas mal à la course.

Eh bien, bonjour Freyja.

Le nêr flatta le chanfrein de la bête puis son encolure, en guise de salut. Il tourna ensuite la tête vers sa compagne, et son obséquieux « serviteur », pour voir si elle avait fait son choix.

Alantas Ilverin
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Mirion 3 Calinior du 1561ème cycle à 08h34

La plupart des chevaux proposés étaient des juments placées, à la croupe bien large.

Enola s' était équipée en prévision d'une chevauchée un peu plus nerveuse qu'une simple ballade.

Elle passa les box en revue, et finalement s' arrêta devant un petit étalon noir, qui piaffait dans un enclos.

Elle saisit un mors posé sur la barrière avec une longe, puis entra dans l'enclos et se dirigea vers le cheval.

Ce dernier commença a renacler, tapant le sol de son sabot droit.

La nis resta face à lui, le mors au bout du bras, tout en chantonnant une vieille chanson elfique.

Le son de sa voix parut apaiser le cheval.

Elle put s' en approcher, lui passer le filet sans que le cheval proteste.

Elle prit la longe, et emmena le cheval vers la barrière, a laquelle elle l'attacha.


Pourriez vous me passer le tapis et la selle s' il vous plait.
Je prendrai ce cheval. Comment se nomme t il ?

Azur.....y s'appelle Azur....Mais m'dame, il est beaucoup trop nerveux, devriez prendre une jument.

Non, je prends celui ci. Passez moi la selle !!

Comme vous v'lez m'dame, j'vous aurez prévenue !!


La nis harnacha l'étalon sans aucune difficulté, continuant de lui parler à voix basse, puis le tenant par les rênes, regarde Alantas.

Prêt pour le départ Je suppose...
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Mirion 3 Calinior du 1561ème cycle à 12h32

Oui, je crois, répondit l'aspirant en menant la jument grise sellée vers la sortie de l'écurie par le licol.

Ils partirent ainsi, suivirent la route sur quelques lieues jusqu'à un carrefour. Au nord comme au sud s'enfonçaient sous le couvert deux sentiers de terre.

Alantas tira sur les rênes. Après une brève conversation, ils choisirent de prendre le sentier austral.

Avançant d'un pas paisible, une fois l'orée franchie, ils furent frappés au nez et à la gorge par l'odeur caractéristique de l'humus. La fraîcheur du matin, la pénombre, la quiétude des fougères qui poussaient sans leur prêter la moindre attention, surplombées par les imposants chênes feuillus, et même les bruissements des animaux sauvages calfeutrés dans leur terrier... Tranquillité régnait ici en maître, troublée seulement par les sons feutrés des sabots ferrés sur la sente recouverte de feuilles. La rosée matinale brillait encore sur quelques nervures et tiges suffisamment chanceuses pour recevoir un peu d'élixir soliaire de généreux rayons perçant la canopée, dévoilés par les particules de poussières et de pollen virevoltant dans l'air.

Ils arrivèrent à quelques lieues du Demi Pourpre et bifurquèrent au sud-ouest, laissant le lit du fleuve sur leur gauche. Le chemin restait pour l'instant largement praticable pour deux montures de front. On croisait parfois des bucherons et des traces de roues de charrettes dans la boue. Ils venaient là couper le bois qu'ils vendraient sur les marchés d'Escania le lendemain. L'air était empli de gazouillements joyeux.


Ton cheval a l'air nerveux, remarqua le nêr, constatant les mouvements de tête saccadés et les reniflements de l'animal.

Il lança un regard en coin à la nîs, essayant de lire son expression.

Tu l'as choisi exprès, n'est-ce pas ? Que mijotes-tu ? demanda-t-il avec un sourire joueur.
Alantas Ilverin
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Mirion 3 Calinior du 1561ème cycle à 14h37

Elle rit en réponse, lui lançant un regard provocateur

L'eau de la rivière est encore bonne en cette saison.

Le premier arrivé au ponton aura gagné. ....prix à déterminer. ..


Aussitôt, d'un'petit claquement de langue elle lance sa monture au galop sur le chemin.
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Alantas
Aspirant diplomate
Empire de Kohr

le Mirion 3 Calinior du 1561ème cycle à 15h46

Le nêr eut un soubresaut surpris. Une phrase venue d’un lointain souvenir résonna dans sa tête.

Manifestement, il s’était laissé avoir par un subterfuge bien grossier… et bizarrement n’en éprouvait aucun regret. Il eut un sourire en pressant des bottes les flancs de sa monture pour la lancer à la poursuite de sa compagne.

Elle avait déjà pris une avance conséquente, et il ne la battrait jamais en vitesse pure.


Tout en galopant, voyant la croupe du cheval noir s’éloigner petit à petit, l’aspirant cherchait une astuce.
Un ponton ? Donc au bord du fleuve. Utilisé pour amarrer les barques des pêcheurs, ou autre embarcation descendant vers Escania... Mais ils n’avaient pas vu de chemin de traverse révélateur d'un passage humain régulier venant du fleuve jusqu'ici. Le ponton se trouvait donc en amont sur le Demi-Pourpre.


Il poussa un peu plus la jument, l’encourageant de interjections, réussit à maintenir l’écart sans reprendre de terrain.

Enfin, conscient qu’il allait nécessairement perdre à cette allure, il obliqua franchement sur la gauche. Sa monture hennit de surprise, renâcla un peu, puis s’enfonça dans les taillis à une allure réduite. S’il parvenait à couper à travers la forêt, peut-être Alantas avait-il une chance…

Il dut plusieurs fois changer de trajectoire pour éviter troncs abattus, talus escarpés ou bosquets de ronces, puis passer au trot, parfois au pas, maudissant son idée stupide.

Il poursuivit à travers bois un long moment, ne croisa aucun sentier, dans un silence presque complet, brisé seulement par les feuilles sous les sabots. En réalité, il se perdit, si bien qu’il arrêta la jument, la laissant grignoter un peu d’herbe. Il se tracta sur les basses branches d’un vieux chêne noueux, puis poursuivit l’ascension jusqu’à la cime. Au travers du feuillage, il parvint à distinguer le miroitement de l’eau du fleuve, à quelques lieues… derrière lui, et sur la droite. Il entreprit de redescendre de son perchoir.


Aënteriel dit :
Eh bien, félicitations Al’, t’as fait demi-tour.

Shhhh, répondit l’elfe à sa piom, un peu vexé.

Aënteriel dit :
Tu aurais peut-être dû acheter une ca…

Attends... Silence !

Il eut l’air d’un coup si sérieux que la petite créature se tut, effrayée. Il y avait eu un son incongru dans la mélopée forestière. Une percussion sèche et légère. L’elfe tendit l’oreille, aux aguets. Cela venait… du sud-ouest, oui. Il plissa les yeux… Là-bas, loin dans le sous-bois, cette couleur, cette forme, cette manière de bouger… Aucun doute…

C'est étrange... Je dois prévenir Enola…


Il enfourcha prestement la jument et partit au petit trot en direction du fleuve.
Alantas Ilverin

Page [1] [2]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page