Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

120 Joueurs sur Ideo (4370 inscrits) : 62 humains (2256), 26 elfes (1371), 32 orcs (743) | 7 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

[Recherche] Brumes et Hautelames

Choisir, repenser ou faire évoluer notre Artisanat?
Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Joriol 16 Dilannel du 1562ème cycle à 09h32

*** Un matin de printemps, quartier de la grande Bibliothèque de Renawën.
La population n'est pas sereine, la chute de Camthalion est encore fraîche dans les esprits. ***


Revenir à la Sublime avait quelque chose de réconfortant.
Longtemps, j'avais vécu en ces lieux, abandonnant le cocon familial de Brumeciel pour autre chose de plus grand, plus prestigieux. Je n'étais à l'époque qu'une elfon, guidée par ses ambitions maladives à gravir les échelons de l'Hossë. Tout ça pour quoi?

Depuis plusieurs cycles déjà, j'étais convaincue que seul compterait l'ultime combat, la dernière bataille : celle qui déciderait de qui, entre les Vivants et les Morts pourrait continuer de se tenir sur ses deux membres en Ideo.
Camthalion ne représentait que les prémices de la Chute.

Tôt dans la matinée, j'avais pris la direction de la Grande Bibliothèque.
Mon équipement laissé à l'auberge que j'occupais temporairement, je m'étais contentée de mes deux dagues, discrètes et utiles en toutes circonstances, ainsi que de la précieuse lettre de la Mère de la Tempête.
Tout de noir vêtue, troquant mes étoffes habituellement sales pour un drapé plus adapté en ville, j'étais entrée dans le somptueux bâtiment où résidait le savoir écrit Elfique.
Arrivant à ce qui servait de borne d'accueil, je me présentais au nër qui y siégeait.


Aiya,
Altarielle
, fis-je d'un salut bref, je suis envoyée par la Mère de la Tempête pour effectuer des recherches pour le compte de la branche des Esthètes.
Nous nous intéressons à l'artisanat du clan des Hautelame et du clan des Brumes, avant et pendant le Fléau.


Pour économiser le temps d'une interminable négociation, je tirais d'une poche intérieur le pli remis par la Mère de la Tempête. J'en montrais ensuite le contenu au nër archiviste.

Tenez.

Lettre a dit :
Par la présente, j'autorise la Porteuse de Récit Heri Altarielle, Observatrice de la non-vie et Ordonnatrice de l'Orage, à accéder aux ouvrages qu'elle demande à étudier.

Ses recherches sont intimement liées à la survie d'Eldalië et à la sauvegarde de la Taurë et de tous nos Savoirs. Aidez-la si elle requiert une assistance, je me porte garante de sa personne.

Que les Six vous protègent.

Aerdrië Faenya
Chef du Clan de la Tempête
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 19 Dilannel du 1562ème cycle à 22h57

Le vieux moine, un peu chauve, un peu bedonnant, écouta avec un sourire bonhomme la mystérieuse elfe, qui avait fait presque peur au ner d'accueil non loin, et qui avait évité de se radiner pour ne pas l'approcher.

Aiya Heri !
Moi c'est Athulaë Siannodel


Il prit le billet, plissa les yeux et hocha la tête.

Alors comme ça, vous vous renseignez sur les vieilles techniques ?

Il y aurait plein de choses à dire sur tout cet artisanat, même si cela remonte vraiment à très très longtemps. Et puis, vous voulez des renseignements, c'est très bien, mais aussi, il faut me savoir pourquoi !
Je sais, cela doit certainement vous ennuyer, mais vraiment, après je risque des problèmes si on me pose des questions et que je ne sais pas répondre.

Vous savez à quel point les gens peuvent être tatillons des fois.

Bref !

Donc, c'est pourquoi faire, précisément ?
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Lüdik 20 Dilannel du 1562ème cycle à 09h27

Vieux moine archiviste, peut-être autant que l'Erudite, ou peut-être pas.
Bavard.
Avenant.
Ça changeait un peu.
Je lui adressais un sourire courtois, pointant du doigt l'un des phrases écrites par la Mère de la Tempête.


Aiya heru Siannodel.
Comme vous avez pu le lire, mes recherches la survie d'Eldalïe, de la Taurë et de nos Savoirs. Vous souhaitez naturellement en savoir plus? L'Erudite disait que parfois, mieux valait-il ignorer plutôt que de s'encombrer d'informations non désirées, mais soit.


Je tirais de l'intérieur de mes étoffes un liste inscrite sur un papier de bonne facture.

La Chute de Camthalion, Cité Hautelame, précipite nos recherches pour luttes contre la Non-Vie. Ce Fléau, jamais véritablement éradiqué, s'en prend aujourd'hui directement à la Taurë et aux créatures, Quendi inclus, qui y vivent. Nous avons constaté que notre équipement, armes comme armures, manquent cruellement d’efficacité lorsqu'il s'agit de lutter contre les Deux-Fois Nés.

Dans ce but, nous souhaitons réunir des informations concernant l'artisanat des lames et protections du Clan Hautelame avant et pendant le Fléau; l'artisanat des arcs et flèches du Clan des Brumes avant et pendant le Fléau.
Nos questions, vouées à évoluer et se spécifier au fil de nos recherches, sont pour l'heure les suivantes :
*Y-a-t-il eut des développements en matière d'artisanat, ouvragés ou non, spécifiques à la lutte contre la Non Vie?
*Y-a-t-il des artisans encore en activité pouvant témoigner de cette époque?
*Des écrits décrivant les prouesses martiales de l'époque peuvent-ils nous renseigner sur le type d'équipement ainsi que leur efficacité contre le Fléau?


Curiosité satisfaite?

Considérant l'ampleur de la tâche, votre aide pour aller droit au but serait fortement appréciée.
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Mirion 22 Dilannel du 1562ème cycle à 23h22

Le moine bibliothécaire, antédiluvien, écouta l'elfe qui lui exposait un peu mieux l'objet de sa venue. Toutefois, une fois qu'elle eut finie, il passa un temps certain à psalmodier à voix basse, tout en réflechissant ardemment, des "Oui bien sur"..."cela sera difficile à trouver"..."Hmmmmmm".

J'ignore si on va pouvoir répondre à toutes vos questions, même si les requêtes sur l'artisanat Hautelame sont assez fréquentes. Sans doute le prestige de la double-lame sur le quendê commun.

Le problème que rencontre votre requête est du caractère de transmission généralement oral qui caractérise l'artisanat, tant Hautelame que Chantelame.
Quand vous parlez d'artisanat ouvragé, qu'est ce que vous entendez exactement ?
Le caractère esthétique par exemple ?
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Joriol 23 Dilannel du 1562ème cycle à 10h38

Le moine sembla se focaliser sur les Hautelames.
Dommage.
Depuis quelques cycles, l'utilisation des autrefois prestigieuses doubles-lames était devenu bien plus complexe. Un phénomène difficilement explicable mais qui avait conduit à l'affaiblissement global des utilisateurs de ce type d'armes.
Un pan de notre Patrimoine qui s'effritait, lui aussi.


Je précise, heru, ne pas vouloir me focaliser sur les Hautelames.
A vrai dire, ce qui les concerne est presque secondaire dans ma démarche. Les double-lames telles que nous les connaissons ne sont plus un moyen viable de lutter contre la Non-Vie. Malheureusement.


Recentrer le sujet.
Se focaliser sur la compétition, sur les Brumes.


Mon postulat de base consiste à explorer les arcs et flèches du clan des Brumes, ceux ci ayant, de mon expérience personnelle, une bien meilleure efficacité dans les affrontements avec les abominations Deux-Fois-Nées.
Lorsque je parle d'artisanat ouvragé, je fais référence à des objets matériels, palpables.


Peut-être m'étais-je trompée en allant à la Grande Bibliothèque.
Les archivistes n'étaient généralement pas d'une grande d'aide. Les artisans seraient peut-être plus pragmatiques, directs et efficaces dans l'aide qu'ils m'apporteraient...


Concernant cette tradition de transmission orale, peut-être pourriez vous, comme je l'évoquais justement, m'orienter vers des artisans encore en activité ayant vécu suffisamment longtemps pour témoigner de cette époque?
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 13h13

La nis réorienta alors sa recherche sur les Arcs des Brumes.

Et bien, je ne vous apprends probablement pas l'existence de l'Arc des Brumes, qui est connu pour sa bénédiction assez particulière.

Merci Captain Obvious.

Mais cela m'évoque une autre chose...

Il existe un arc particulièrement redoutable, que l'on appelle Aica Alaco. Plus prosaïquement "Furieuse Tempête". C'était un arc conçu par le frère du Quendëtar Fêanor. Il est actuellement au Palais Royal, mais cela est désormais bien plus une relique d'un temps ancien. Si ses traits sont mortels, il n'a jamais été pensé pour la lutte contre les morts-vivants, mais l'enchantement était tellement abouti qu'il est dit, selon la légende, qu'il tua 1 géant d'une seule flèche.

J'imagine que l'existence d'un tel enchantement, si il est unique, pourrait être approché par un artisan... Toutefois, je ne suis pas au fait d'un nom d'artisan qui pourrait vous aider.

Il vous faudrait aller dans la cité des Brumes directement.


Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 14h29

Vayv Vrvyb...murmurais-je pour moi même. Une piste intéressante...

J'écrivis le nom dans mes notes personnelles.
Ce moine était moins borné que ceux à qui j'avais eut affaire ces dix derniers cycles. Peut-être que les Valar n'étaient pas tous parti après tout.


Un arc qui serait capable de propulser des traits létaux. J'en ai déjà vu certains de ce type.
Autrefois, lorsque l’Archerie existait encore, nous étions principalement équipé d'arc dit "d'acuité", enchantés pour rendre nos traits extrêmement véloces au point de pouvoir terrasser un yrch d'un seul coup.
Lors de notre expédition dans les marais pour affaiblir Krarock, j'en possédais un. Son efficacité n'avait pas d'équivalent.
Même les horribles arbalètes kohriennes n'atteignaient pas une telle précision et létalité.


Interruption.

Puis tout changea.

Passé révolu.
Rupture des techniques anciennes.
Comment l'expliquer ?


Nos arcs ont perdu leur efficacité.
Malgré mes connaissances dans le sujet, la consultation d'artisans à Brumeciel, nous n'avons trouvé aucune réelle explication. Les enchantements des Valars avaient perdu de leur force, réduisant les archers d'Eldalïe, élite parmi les élites Idéannes, à de simples guetteurs dont les flèches ont perdu de leur superbe.


Soupir.
La tristesse était palpable dans mon regard.


Les artisans de Brumeciel mirent alors au point l'Arc des Brumes, jouant sur des enchantements capables d'altérer le mouvement de nos cibles.
Une maigre consolation nous laissant désarmés face aux terribles créatures Deux-Fois-Nées.


Lèvres pincées, mâchoire serrée, j'évacuais ces douloureux sentiments nostalgiques d'une époque où Eldalïe resplendissait encore.

Excusez cet écart.
Vous comprenez par ces mots combien cette recherche est importante à mes yeux.
Je n'accepterais plus que des Quendi soient envoyés à la Mort sans équipement digne de ce qui faisait autrefois la gloire de notre Hossë.


M'inclinant face au moine, je rangeais mes notes.

Hanta heru Siannodel.
Je vais me rendre à Brumeciel pour me renseigner sur la Furieuse Tempête.
Si vous apprenez quoi que ce soit d'ici là, n'hésitez pas à me contacter.

Duezztfw jtz Bojoq btejjtq zuq Mtus gue qtzwtfw mhvnowwqt.

Sans avoir eut à m'aventurer dans les méandres de la Grande Bibliothèque, je tournais les talons.
Brumeciel, cité chère à mon cœur... Peut-être y trouverais-je plus de réponses?
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 15h40

Si vous souhaitez aboutir à des résultats probants, cela sera une longue quête. On ne peut aboutir à la Beauté et la Perfection sans s'y investir pleinement. L'art des enchantements est complexe, et nécessite, en plus de la volonté, une Foi inaltérable, en soi et en sa cause.

L'archiviste inclina la tête à son tour, alors que la nis décidait de prendre congé.

Wnyjjklg bkj Hdnakj oxnj qnyckd.
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Lüdik 27 Dilannel du 1562ème cycle à 14h50

*** Une journée passa à Ranewën. Malgré l'urgence qu'elle ne cessait d'exprimer ici et là, l’Arpenteuse resta une journée de plus à voguer dans la Sublime.
Fallait-il y voir du vague à l’âme ?
La disparition de Camthalion, où elle avait pu servir comme garde à la disparition du corps des Archers d’Eldalïe, était une meurtris sûre de plus. Qu’adviendrait-il de Renawën dans les cycles à venir ?
La prestigieuse cité elfique résisterait-elle au Fléau ou finirait-elle, elle aussi, pas s’écrouler sous le poids des abominations ?
Peut-être était-ce là pour l'ombre l'occasion de profiter d'instants précieux, de vivre chaque secondes pour les ancrer dans sa mémoire et permettre, quoiqu'il se passe, à la Sublime de subsister tant que la Vie lui serait accordée par les Valar. ***


Ruelles de Ranewën.
Pouvait-on vraiment parler de ruelles ? La Cité Sublime se développait comme les racine d’un arbre plusieurs fois millénaire, tressant ses avenues et passages dans un mélange de végétation luxuriante, de cabanes et d’édifices en pierre taillées par les meilleurs artisans qu’Eldalïe eut connu.
A la différence des villes humaines, ronflantes et ostentatoires par leur taille et leur rugosité, tout ici n’était que douceur et harmonie. Chaque construction avait fait l'objet d’une attention toute particulière : qu'il s'agisse des motifs ornementaux ou des fondations des bâtiments : invisibles, comme si la construction avait émergé naturellement du sol sacré de la Taurë.

Flâner dans le quartier des artisans m’évoquais ces cycles passés à l’Hossë. Retours de patrouilles, de missions. Autrefois, abandonnant le domicile familial de Brumeciel, j'avais pensé y investir une cabane. Les multiples déplacements liés à mon rang m’en avaient dissuadé. La vie sauvage était donc devenue mon quotidien, participant à la rupture avec une société que je peinais désormais à comprendre.
Trop sereins, pas assez alertes.
Ces Quendi pensaient que nos Cités sur vivraient à tout, même au Fléau. Ils avaient tord.
Nous n’étions plus en sécurité.

C'est en soupirant que je quittais les derniers étals de forgerons, me dirigeant vers les Temples.
Ah… Les Temples.
Il y eut d'abord celui de la Sentinelle, la Rouge. Longtemps vénérée, idéalisée. J’en avais pourtant perçu les failles. Suivre Ses codes ne m'avait pas permis de lutter contre la Non-Vie. Passivité. Nous avions failli.
Je m’étais détournée de son culte en voyant ce qu'il advint lors des réformes. Un fanatisme latent s’était développé. Une menace de scission qui aurait pu déstabiliser Eldalïe. Les Nécromants s’en chargèrent avant, presque fort heureusement. En guise de symbole, j'avais alors abandonné cette double lame léguée par Heri Nastarva pour embrasser l'héritage familial : les Brumes.
L’Ombre m'avait tendu les bras, symbolisée par l’Erudite dont la posture vint combler le vide laissé par le Commandant Feänor.

Le Temple de l’Ombre Nocturne s’éleva alors que le crépuscule commençait à envelopper la Capitale.
Le mystère des Esprits.
Après ce que nous avions vécu, Shadaliel avait été un réconfort, un échappatoire. La Lunaire s’était imposée comme un moyen de lutter face aux abominations. Sauver les Esprits corrompus, se préserver des folies pouvant nous atteindre.
Était-ce grâce à elle que l'intrusion du Seigneur de la Mort avait pu être contenue ?
Le doute était permis.
Le mutisme des Valar à mon égard était-il un signe de leur départ, un simple jeu ou un véritable test ?

Certains disaient que chaque action avait une raison, influencée par les Valar ou des forces nous dépassant. J’en avais toujours douté. Pourtant, comment pouvais-je expliquer cette lueur dans les ténèbres ? Comment expliquer cette chaleur alors que l’Abomination m'avait plongée dans un océan glacial de désespoir ?
Était-ce le fait de mon propre subconscient luttant pour la survie de mon être?
Où bien autre chose ?
Zvezda saurait peut-être.

La soirée s'acheva par un repas simple à l’auberge, profitant de cette Vie pour laquelle nous luttons tous, irrémédiablement.
Quelle ironie.


*** Le lendemain, l’Arpenteuse se mit en route vers Orodreth.
L’invitation du Garde Royal de Shadaliel tombait à point nommé. Les recherches à Brumeciel iraient de concert avec cette entrevue plus que nécessaire.

Deux jours passèrent.
La marche vers celle qui fut autrefois à l’ouest se déroula sans encombre. Aucune rencontre ne vint la perturber, aucune trace de corruption non plus. Calanor, le faucon de l’Arpenteuse, profita de ce retour en forêt dense comme un épisode revitalisant avant la reprise des investigations à l’étranger de sa maîtresse.

C’est en milieu de journée, peu après le déjeuner, qu’Altarielle aperçu les tours de garde d’Orodreth.
Son premier réflexe fut de demander une natte à l’auberge, y déposant une partie de son équipement.
Ensuite, elle fila tout de noir vêtu vers la Bibliothèque de Brumeciel. ***


Parcourir les sentiers de la Taurë était un plaisir toujours agréable à retrouver.
Orodreth n’avait que peu changé depuis mon dernier passage. Certes elle n’avait plus grand chose à voir avec celle de mes souvenirs d’elfon, lorsque Père et Mère y vivaient encore, mais la Nature évoluer : nos Cités aussi.
Brumeciel avait toujours été pour moi un lieu de recueil. S’y retrouver me plongeait dans un plaisir certain. Les caractéristiques des Quendi y vivant depuis des cycles variaient légèrement de ceux que l’on pouvait croiser à Camthalion voir, plus faiblement, à Renawën. Des traits hérités du clan des Brumes malgré une mixité plus marquée et acceptée.

Arrivée face au bâtiment, moins imposant mais tout aussi somptueux, de la bibliothèque, j’y entrais en me remémorant une époque lointaine où j’avais pu y étudier. Les prêtres nous y faisaient la lecture, sous ses grandes voûtes de bois qui s’enlacer pour former une structure parfaite.
Je me présentais à l’accueil, sortant d’ors et déjà la note que m’avait remise la Mère de la Tempête.


Aiya, Altarielle, je suis envoyée par la Mère de la Tempête pour effectuer des recherches pour le compte de la branche des Esthètes.

Comme précédemment, je montrais le pli prouvant mon identité et la raison de ma venue.

Heru Athulaë Siannodel, moine archiviste de la Grande Bibliothèque de Ranewên m’a conseillé de venir vous voir.
Je suis en effet à la recherche de schémas, récits ou noms d’artisans en lien avec les arcs et flèches réalisés par le clan des Brumes avant et pendant la terrible guerre contre le Fléau.


Pause.
Ouvrant mon carnet, je repris les informations récoltées à Ranewën.


Heru Athulaë Siannodel m’a notamment parlé d’un arc conçu par le frère du Quendëtar Fêanor, l’Aica Alaco, dont les enchantements s’approchaient de nos arcs d’acuité avant la perte de leur redoutables propriétés.
MJ 47
Information détaillées
MJ 47
Généraliste

le Valkin 20 Tilomias du 1562ème cycle à 23h39

La personne qui accueillit Altarielle était une petite elfe au teint coutumier des elfes d'Elrohir. D'une voix chantante, elle la salua.

Aiya Heri, je suis Lilindë.

Elle prit le pli et sourit telle une groupie à la mention du moine de la bibliothèque de Ranewen.

Heru Siannodel se porte-t-il bien d'ailleurs ? Il y a longtemps que je n'ai pas échangé avec lui.

Elle écouta la requête de l'elfe, et Altarielle pouvait sentir qu'elle se faisait hésitante.

Vous savez, il y a ici effectivement d'excellents artisans, mais peu peuvent aboutir à la perfection de l'Aica Alaco.
Je ne devrais pas vous en parler, mais puisque c'est heru Siannodel qui vous envoie...
Je sais qu'il y a quelqu'un... Mais c'est difficile de l'approcher, car le temple de Shadaliel veille sur cette personne avec grand soin.

Enfin si cette quête vous est vraiment importante, vous pourrez sans doute parvenir à vos fins, avec l'aide des Vala. Il faut que vous vous rendiez au temple de Shadaliel, et que vous tentiez de voir Caladhiel.


Elle lui rendit le pli du moine de Ranewën.

Conservez ça, vous en aurez peut-être besoin par la suite.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Dolink 22 Tilomias du 1562ème cycle à 12h03

*** Bibliothèque d'Orodreth, après-midi ***


Suite à la présentation de la petite elfe, je lui adressais un salut respectueux. Bien qu'elle parue jeune à mes yeux, j'avais appris que l'apparence était un voile sur lequel il était naïf de se baser pour estimer son vis à vis. Certains quendë pouvaient même, si l'on en croyait les contes d'enfants, altérer leurs traits au fil des âges.
Il n'en demeurait pas moins que la nis éprouvait un profond respect pour le moine de la Sublime.


Heru Athulaë Siannodel était fidèle à lui même : serviable et de bonne compagnie, fis-je en me fendant d'un sourire, Même si nous portons tous en ce moment le deuil de Camthalion, il fit parti de ces piliers qui guideront Eldalïe face aux épreuves.

La mention de Aica Alaco perturba la nis. Elle ne connaissait l’existence elle aussi ce qui, d'une certaine manière, validait la piste que m'avait fournie le moine. Une forme de secret semblait entourer ce précieux Savoir, comme si quelque chose ou quelqu'un avait cherché à le camoufler, le faire oublier.
Les fidèles de Shadaliel y veillaient.
L’Écorché en était-il ?
Serait-il une aide ou un rempart ?

A peine Lilindë m'eut-elle remis le pli attestant du bien fondé de ma recherche que j'inclinais à nouveau la tête. Il fallait faire bonne figure.


Hanta heri.
Puissent-ils me permettre de rencontrer cet artisan dont le savoir ne devrait, en ces heures sombres, demeurer enfermé.


Sans un mot de plus, je quittais la bibliothèque en direction du Temple de Shadaliel.

*** Temple de Shadaliel, Orodreth, fin d'après-midi ***


Les rues de Brumeciel ne m'avaient jamais semblé aussi familière. La chute de la Perle de l'Est avait provoqué en moi comme un déchirement. Un flot de tristesse qui m'avait fait prendre conscience de cet attachement pour mes racines. Cette cité d'Orodreth constituait mon enfance. De mes premiers pas à ma première flèches, mes prières auxquelles je trouvais en ce temps des réponses. Zvezda avait su, par ses drogues shadalielith, réveiller en moins cette nostalgie et cette proximité avec le Culte de l'Ombre Nocturne. Il m'avait guidé vers un aperçu d'un ailleurs, d'une autre version de notre avenir.
Restait à savoir si nous aurions un jour le choix d'en décider par nous même.

Arrivée devant le Temple, je me dirigeais non pas vers le Jardin ou l’Écorché m'avait accueilli quelques semaines plutôt mais vers une sorte de sentier où vielles pierres et arbres millénaires se côtoyaient avec harmonie. Je connaissais certains passages de ce Temple. Ceux connus de tous. J'avais aussi conscience de pouvoir être observée.
Je croisais le regard de quelques prêtres isolés. Sans ignorer ma présence, ils ne semblaient pas en faire cas. Comme si tout était contrôlé, su, connu.

Avançant dans ce sentier, la lumière du soleil se fit plus rare. Les branchages et arches minérales s'épaissirent. J'arrivais alors dans un cloître d'une quarantaine de mètres de diamètres. Une silhouette se trouvait en son centre, veillant sur les idoles et les Esprits des ancêtres ayant rejoint l'Esprit de la Taurë.

Posant les genoux à terre, comme l'on me l'avait appris avant que le Culte de la Sentinelle ne prenne à son compte ma formation militaire, je m'inclinais ensuite jusqu'à ce que m'on front effleure l'herbe humide qui jonchait le sol.


Aiya. Altarielle, Esthète de la Tempête.
Vous connaissez probablement déjà la raison de ma venue.


Ma voix s'adaptait à l'ambiance paisible et irréelle qui régnait en ce lieu.

Jk rtar tp vp gkqokgqok wk Qpvpwoakv.

Les mots sonnèrent différemment.
Les sonorités de l'antique firent frémir les feuillages.
Impassible, mon regard était fixé vers la silhouette.
MJ 47
Information détaillées
MJ 47
Généraliste

le Malina 24 Tilomias du 1562ème cycle à 22h10

Le prêtre auquel Altarielle s'adressait l'observa, alors qu'elle le saluait. Il s'inclina à son tour, un peu, car son statut le signifiait ainsi. Ses cheveux argentés témoignaient de son âge, et la lenteur calculée de sa diction, et de ses gestes, invitait au calme.

Le vent a soufflé votre nom, et celui-ci agite les Brumes.

Il n'ajouta rien, n'en ayant pas besoin.
Altarielle comprit toutefois que ce n'était pas une invitation à se justifier ou défendre son cas, mais l'énonciation d'un fait, avec sérénité. Le prêtre releva les yeux, contemplant les frondaisons.

Une cloche sonna, plus loin. La réverbération de ses sons avait quelque chose d'éthéré, s'adressant à d'autres niveaux que celui purement physique.
Il reprit, quand le son se fut véritablement éteint.


Tby lb ebin tzpipihbiq hb ipj. Py nxmbiq hb ay'ov zbtzyonbiqb myozoqxuvbjbiq.
Tpyzaypo npydxoqbc-mpyn hbvx ? Ayb noeiowob mpqzb ayyPqb ?
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Mirion 25 Tilomias du 1562ème cycle à 10h32

Un silence plana quelques secondes.
En ces lieux, le Temps se tordait, se compactait et s'étendait sans logique aucune.
Ainsi était le Temple de l'Ombre Nocturne. Ainsi était Brumeciel.


Co Yfrrvkmefx g'vemlxq.
Lccl xfvg o qvetvo krem Yonmjocefx. Qfem-fx ommlxqrl, gmfvhvlg, hvl q'ovmrlg mfnulxm tvghv'vo yl hvl c'Lgkrem cve-nvFnl xl gfem kcvg ?


Ma voix ne souffrait d'aucune crainte.
Apaisée, sincère, transparente.


Qbce ebrrse pchrcqhe gixs ci xse xkchilckse Psca Gbhe Qchse. Dse iqlhvcse esxksle ps qblks iklheiqil jbckkihsql qbce bggkhk cqs xniqxs ps eckwhs.
Us rs jbcees sqxbks ci ds xkbhks.
Selnchls sl bfeskwilkhxs ps di Qbq-Whs, rbq pswbhk sl ps lbcl rsllks sq œcwks jbck bggkhk ica vcsqph dse ikrse jskrslliql ps dse xbrfillks. Elbjjsk dscke xbkje ps xnihk, dhfchksk dse crse lbckrsqlche, iqqhnhdsk dse Sejkhle qbhke sl xbkkbrjce.


Pause.
Je fixais le prêtre sans ciller.


Fcwwc cdf gx vrrUfc.
Cf xmndm dc ardfmlmc gx icvrrUfc.
MJ 47
Information détaillées
MJ 47
Généraliste

le Joriol 26 Tilomias du 1562ème cycle à 23h05

Murmures des frondaisons.
La brise soufflait doucement, faisant voler les volutes de brume qui paressaient toujours dans la cité.

Le prêtre observait à peine Altarielle, même si il n'ignorait pas son regard posé sur elle. Il écoutait véritablement.
Une inspiration.


V dv dewejeyh uj Ohfxdh wh oycjqhno uhw kvieovoecnw. Ihvjpcjx uvnw dhw vyiyhw, u'vjoyhw wjy dh wcd. V oycew dehjhw u'epe, qcjw oycjqhyhg jnh xhoeoh uhfhjyh, ho wjy dv xcyoh hwo uhwwenje jn œed.

Il la regarda, la détaillant.

C'nxs kan skncvn hokx pidkn gkn tlkx an o'repuranz, gkr tlkx pssnad.
Gkn onx Wikenx tlkx ukrdnas xki cnssn tlrn.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Valkin 27 Tilomias du 1562ème cycle à 12h06

La voix du prêtre me transperça, comme si au-delà des sons elle était chargée d’un antique pouvoir transcendant la physique de notre monde. Peut-être était-ce tout simplement là l’usage de notre langue d’autrefois. Ou autre chose.
Je restais assise à genoux quelques secondes, le laissant m’ausculter de son regard pénétrant et analytique.
Au moment où ça voit s’éteignit, la brume qui nous entourait dévoila un passage en direction d’un nouveau cheminement à travaux le lierre et la pierre. Silencieuse, je me relevais.


Nduyd.

Je savais que mon entreprise ne serait pas un long fleuve tranquille.
Cette époque était révolue. Nous étions en guerre contre ceux qui maniaient la Vie et la Mort, contre ceux qui osaient lacérer les âmes des disparus pour assouvir leur soif de pouvoir et de domination.
Il n’y avait pas là de défi plus important et de plus délicats à relever.
Prenant la direction qu’indiquait la Brume, je m’enfonçais dans la forêt.


*** Alentours du Temple de Shadaliel, Brumeciel ***

La Brume me guidait, entourant mes membres comme pour m’entrainer avec elle. J’avançais sans crainte sur près de trois lieux, laissant les quelques cabanes se succéder. Calanor volait au-dessus de moi, profitant d’une vue royale sur la splendide Orodreth.
Au bout d’une bonne demi-heure, là où les habitations se faisaient plus rares, mon regard se posa sur une bicoque sur pilotis surélevée d’un petit mètre. Sur la porte d’entrée, un œil avait été peint.
C’était ici.

Je m’approchais lentement, les sens en alerte. Mes dagues étaient à portée de main, prêtes à trancher si un danger se présentait.
Auscultant le sol, je vérifiais que la zone n’ait pas été piégée. Une fois assurée de pouvoir progresser jusqu’à la porte sans risques, j’élevais doucement la voix.


Pfgfznbug ?
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Valkin 27 Tilomias du 1562ème cycle à 15h47

Altarielle pourrait constater que les lieux étaient calmes. Elle avait croisé durant sa route des servants de Shadaliel, affairés à différentes tâches et qui l'avaient salué avec respect, tout en poursuivant leurs affaires. Le silence était toutefois la chose la plus palpable, dans ces lieux paisibles. Celui semblait posséder une substance, à l'image de la brume.

L'elfe ne remarqua aucun piège visible. Les lieux semblaient encore faire partie du temple, destinés à des invités du culte. Arrivée devant la demeure, quelques détails pourraient attirer son attention.
Des massifs de roses odorantes étalaient leurs couleurs tout autour de la maison, même si en cette saison, la plupart répandaient leurs pétales au sol. A droite de la porte, une petite pile de linge propre attendait, vraisemblablement apportée par un servant du Temple de Shadaliel. Altarielle remarqua également des coupelles remplies de fruits, de denrées alimentaires variées, qui ressemblaient à des offrandes, et destinées à la personne qui résidait ici.

La voix était forte et claire quand elle répondit à l'Observatrice.


Apkbaq.
Nyir zyirraq vgr fgkkar rlb za raliz xa vglr dbia.


La porte n'était pas fermée.
A l'intérieur, Altarielle arriverait dans une vaste pièce, seulement éclairée par la lumière blafarde passant par les larges ouvertures. Le sol était couvert de jonc tressé. La décoration était minimaliste, presque inexistante, si ce n'était des arcs ouvragés accrochés aux murs, ainsi que des bâtons de prières gravés de signes étranges. Des étagères présentaient les objets nécessaires à la vie quotidienne.

Au centre de la pièce, une elfe vêtue de blanc, à la chevelure de même couleur, était assise sur ses talons, en seiza, face à une petite table sur laquelle trônait une théière de terre cuite.
Et deux tasses.

L'odeur du thé était subtile, légèrement florale alors qu'elle devait être agrémentée de pétales de fleur d'oranger. Le regard droit, tournant le dos à l'elfe, Caladhiel reprit d'une voix mélodieuse, sans la regarder.


Loiy toiljw nietoyjx loy mxsjy yix am tjueuj cossonj im ciuie nj am toxuj.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Solior 28 Tilomias du 1562ème cycle à 09h27

A ma question, une voix forte, sans âge, m'invita à entrer.
Balayant du regard les offrandes qui jonchaient le sol, je poussais sans attendre la porte de bois.

Arrivée dans la pièce, mon regard se balada sur les murs, repérant quelques ouvrages d'ébénistes aux inscription illisibles. Enfin, mes yeux se plantèrent sur la nis assise dans cet espace épuré, lissé. Il semblait émaner d'elle un je ne sais quoi indescriptible. Mélange de savoir ancestral et de sérénité véhiculant autant de confiance que de crainte.
Un frisson me parcouru au nouveau son de sa voix, comme un signal d'alerte visant à ne pas relâcher ma vigilance.
D'un geste soigneux, j'ôtais mes bottes, offrant mes pieds nus et sales au bois du plancher.

Obéissant à l'invitation - qui n'en était pas vraiment une - je déposais ensuite le tube contenant mon arc replié ainsi que les deux fourreaux dans lesquels mes dagues étaient rangés sur le meuble près de l'entrée.
D'un pas feutré, je m'avançais vers mon hôte puis m'assis dans une position semblable à la sienne. L'odeur du thé m'envahi.
S'agit-il d'une drogue shadalielieth du même type que celle que l’Écorché m'avait fait boire pour accompagner la transe ?
Écartant cette question, je fixais désormais le dos de la nis immaculée.


Tpva z'hqqodmcou.
N'od mvcmvca yvo tpva lpddhcaaou vckhxozodq xh ihcapd mo zh todvo ?
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Joriol 3 Calinior du 1562ème cycle à 23h09

Altarielle ne pourrait pas discerner d'odeur de drogue ou de substances étranges.

Uc sqmn fo cpacpim fxxoscx.

Caladhiel se tenait droite, même si elle tourna brièvement le visage sur le côté droit, laissant l'elfe observer son profil, et cet œil presque entièrement noir. Le regard de Caladhiel paraissait fixe, sans chercher à observer Altarielle installée derrière elle.

Esgtjsgw-ydum ju fhun ? L'gmf ut gxlgoogtf vunoatpg, ogm qgunoogm mdtf lugnoongm gf utniugvgtf munlhungm, matm eammgs eas jgm unfaegm jg fdssunqalfndt du jg qgsvgtfafndt.

Ntmfaoogw-ydum jdtl gt qalg jg vdn.


Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Valkin 4 Calinior du 1562ème cycle à 10h33

L'odeur n'était pas aussi envoûtante que celle des Jardins de l’Écorché. En un sens, c'était rassurant.
La nis tourna la tête de quatre vingt dix degrés, dévoila un œil presque entièrement noir. L'espace d'un instant, je jetais un regard furtif vers mes armes. Son hôte avait-elle été corrompue elle aussi ?
Fallait-il voir dans cette métamorphose une trace de nécromancie ?
Résistant à mes propres craintes, je restais droite comme un piquet, complètement immobile.


Osfsivzlpa.
Az osa yrzfhiula asiv hraaz zivrzplaahiv wrl fla xpsdrtvzsia httpstgrzla rh tla yrpa, zf alphzv xrztglp dl y'k pleralp.


Appréciant les saveurs florales qui s'échappaient de la théière, j'entrepris de servir le thé dans les deux tasses posées face à nous.
Les gestes étaient minutieux, pas à la hauteur de ceux d'une grande dame de cour mais traduisant la précision et la rigueur de mon éducation. Le liquide réchauffa la terre cuite, laissant un vague nuage de vapeur surplomber chaque tasse.
Je pris des deux mains l'une d'elle puis m'inclinais d'une dizaine de degrés.


Wogzo.

La nis paraissait aimer prendre son temps.
Avait-elle beaucoup de visites ?
Peut-être, à en croire les offrandes posées devant sa bicoque. Ou peut-être était-elle trop crainte pour que quiconque n'ose franchir le pas de sa porte.
J'étai toutefois venue avec un objectif clair en t^te, consciente des avertissement qui me furent donnés mais également de la gravité de la situation dans laquelle Eldalïe se trouvait.


Jclbz-lapj kape Xcgrqchvau ?

Mes lèvres se trempèrent dans le liquide.
Une chaleur épicée parcouru ma gorge.
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Solior 5 Calinior du 1562ème cycle à 23h09

Une fois face à Caladhiel, Altarielle pourrait constater que ses deux yeux étaient similaires, presque entièrement nois. Toutefois, à la façon dont son visage et son corps bougeait, l'Observatrice comprendrait vite que la nis âgée était aveugle. Ce qui ne l'empêchait pas toutefois de pouvoir saisir sa tasse entre ses mains avec élégance et précision, et à s'incliner face à Altarielle, comme si ce handicap n'en était pas vraiment un.

Cela expliquait probablement en partie pourquoi Caladhiel prenait son temps en toute chose.


K'lm nwbilwzpm bng lqdng mc y l cxwvzndeg, dlmg cng ecpg lrxpzmg gxwz gxmz flwg fng qncmuplmqng, gxmz xwz hpmbp cnpq fngzmw f'lqdn.

Il n'y avait aucun déshonneur à voir ses fabrications détruites dans le fracas des guerres, au moins remplissaient-elles leur office.

Dbs. Z'ps rb, pb lfsu yfl twbqfl, obfxobfl bsgxpkl yfl bsrbsufqfukl. Qfl rslskfbwl duk bshpxfqfuk vpwxbs.

Caladhiel ne ressentait pas de tristesse face à cet événement, même si pour beaucoup, cela était une tragédie.

Z'Fdwehb t'Fztqzhru q cqhxzh, pfzq tfaqhb qeehafe rq rg jujfgb ur rg qrbef...
Gurd gurd wfgdhugd xqdbhug hjwefgqxzf, jqhd gubef cuepf fdb tfafgrf cqhxzfddf.


Un frisson, ancien, parcourut Caladhiel.

Z'tm bcwqi elu ymoa plufwc oc Yoimti, mo s t qc pcot olukfceba.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Dolink 6 Calinior du 1562ème cycle à 09h32

Etait-ce un détail dans ces geste, une absence de lueur dans ses pupilles ou un simple préssentiment qui me fit comprendre que mon hôte était aveugle ? Je ne saurais le dire.
Quoiqu'il en soit, son comportement s'éclaircit à partir de cette information. Relâchant la pression, mes muscles se détendirent.

Sa voix filait tel l'eau dans une rigole, grignotant délicatement la terre encore meuble jusqu'à s'animer dans un mince filet transparent.
Ces mots abondaient dans mon sens. Un avis presque surprenant et rafraîchissant comparé à celui dans lequel se complaisant certains quendi.
Sa dernière remarque me fit prendre conscience de son âge avancé, très avancé. Peut-être bien plus que celui du Quendëtar ou de la Vieille.

Après une nouvelle gorgée, je reposais la tasse sur la petit table de bois.


Hpgjjd xpd ef ypgyugkd id zutkd agej jugt ruqukpgd.
E'Dkpigtd, Rdkg Rdkgqpgjge, yd hfkefgt jupzdqt idj jfokgagodj xp'Deifepd foodhtf dq odj tdyhj juyckdj. S'fg tupsupkj kdiuptpg xp'pqd tdeed pghuxpd kdafjjd jpkafod, uhpgkfqt dqtkd e'Uyckd dt ed tpypetd id ef TdyhpUtd hupk j'v hkpghfkdk.
Odhdqifqt...ef hdktd id Ofytrfeguq hkupzd xpd od q'pgtfgt hfj jpaagjfqt.


Pause.
Nouvelle gorgée.
Il y avait un je ne sais quoi d'apaissant à discuter avec les grands anciens d'Eldalïe. Comme si le Temps n'ayant plus d'effet sur eux, leurs paroles en venaient à transcender cette cinquième dimension.


Mx scgs txyc xy oxs qgxck evci loovbeqgi bvy hxtvgi, q'cy hx oxck ucg exibxppivyp - mx q'xsecgix - hx slctxnlihxi ql Tgx xy Plcicv.
Lc ovcis hxs sgcgoqxs hxiygxis, yvcs ltvys hcgqlgsscg yvpix lipgslylp. Yvpix exceqx, cl ql hgffcgixyox hx oxs tvgsgys, cl eicgfcgicg sx ixyfxibxi xp xypxiixi qxs sxoixps hc elsscg. Lcmvcih'zcg, yvcs yvcs ixpivctvys hcgslibcgs flox cl cy Xyyxbg ucg qcg l sc cgtvqcxi, sx exifxopgvyyxi.


Mon ton ne trahissant aucune forme d'hésitiation.
Déterminé.


Ga bgaxah bqis hzqibgz ga ogs tlgiv, eg sqifxlhxls xccqzhgz ix Gtrxtig gh sgs rilwgasgizs tgs xzngs cqiz oqnuxhhzg tg Wtilxi.
Hzqc rg nqzhs qah eqaofils tg sqt rg tx Hxiziq tqzs rgs rgzalilzgs uxhxlttgs. Rgs Blgs yil xizxlgah ci iQhzg ilcxzmailgs cxz ia nglttgiz isxmg rg aqhzg sxbqlz gh rg aqs oqncilhgaogs. i rilwxih rg sxbqlz oqnngah xcxlsgz tgs Gsczlhs oqzzqncis, qwwzqas tgiz iag Nqzh uzilbg.
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Malina 15 Calinior du 1562ème cycle à 13h24

Caladhiel but quelques gorgées de sa tasse.

Cvyxw zllzfqtfggwdwcy gwxzfy zbuwck, b'kcw lzkwvc vk b'kc zkyxw. Nwxyzfcwg novgwg gvcy bkfywxdfckfwg kz zxxfuwx, jk'fdmvxyw tw nowdfc wdmxkcykf.

Nvddw uvkg tw lzfywg xwdzxjkwx, twg zxyfgzczyg vcy kfykf vkqtfkfg, nzx jkwt wgy t'fcykfxkVy bw bkfnvkuxfx tvxgjk'ft c's z mzg b'fdmxkfuk ? T'zkyzxnfw, tw xwmtf, gvcy bwg xkfmvcgwg xkfnvclvxyzcywg. T'wcyxw-gvf xzggkxw. Dzfg nw c'wgy azdzfg jk'kc nvkxy-ywxdw, dkVdw gwtvc twg nzxznykfxfgyfjkwg bw cvyxw mwkmtw.


Un silence, écoutant Altarielle.

Bpmt tpmqonedv lpgf mgd ohwd tmtfdzenyjd ld fqogrdh jd fpmht ldt fqptdt.
Am'mPedt-bpmt zhmPed mo lpggdh zpmh fdjo ?



[pardon pour le retard]
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Malina 15 Calinior du 1562ème cycle à 14h58

La question de la nis résonna plusieurs secondes dans la petite cabane.
Qu'étais-je prête à donner...
Après un temps, ma voix s'éleva de nouveau.


Ihk ehce-mk xdhBzk hq rbjjkd xbhd qffbwxacd wbj rkgbcd kjgkde Karqahk.
Gbcfc a'qhzdk gkdeqjz rk gbzdk ihkezcbj. Hjk qhzdk gkdecbj.

Aq dhcxbjek thz rhcmhq rbjjhck xqd wke Qfzke xqeehce. Zbhz.
Zbhz rk wq gck hq wbj sbjjkhd.
Zbhz rk wq whcwbcdk hq wke rhcecde.
Fbwwk Vqdrckjjk, m'qc gbhhc wq abpqhzhc.
Fbwwk Qdfshcdk, m'qc xqphc rk wbj eqjv.
Fbwwk Bwndk, m'qc bttkdz wbj fœhd.
Qhmbhdr'shc, m'cvjbdk fk ih'ca wk dkezkdq hq eqfdctckd xbhd eqhgkvqdrkd fk ih'ca dkezk r'Karqahk. Jhcqjwbcje, f'kez ahq hjk hazcwk bttdqjrk ihk mk ehce xdhBzk hq qffbwxacd.


Sans ciller, j'avalais une nouvelle gorgée de thé.

Xifnr if yhig, iHrjg-yhig peiHrj if ejpejnoej wjg fesjg ?

Tentative audacieuse, terrain dangereux.
L’heure était au mouvement, à la réaction. Nous devions relever la tête, affronter le danger quitte à flirter avec les limites.
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Joriol 17 Calinior du 1562ème cycle à 23h36

Il y eut l'ébauche d'un rire.

Adumyt jnnbopkt... V'tqu fbopkmdjiatpu...
Htpqtg-cjaq iat v'tqu do ktbpmambt vejqt ia'Tdkodmaj cjaq bamvdoytbo ? Ja iat cjaq hjabbtg jnnbmb ?

Cjq hobjdtq hdombomtpu oaz hbaJubtq ktq Codob.


Visiblement Caladhiel semblait ne pas se ranger dans cette catégorie.
La tasse fut reposée sur la tablette.


Er qwye qwynzt ypz bmcz yb nb dbyazym lz qwe xdwrs, lz qwe zpibizczpae, rn obya vyz qwye ewkzt yb nb dbyazym lz Nzyme zsrizpxze.
Rn obya vyz qwye ewkzt gnzrpz za zparyrmz lbpe xzaaz ayzxdz, xbm qwye c'brlzmzt yb n'bxxwcgnrm.
Bnwme ebpe lwyaz, gbmqrzplmwpe-pwye yb n'zsyrxyarwp lz xz vyz qwye ewydbrazt.


Les yeux noirs de Caladhiel ne quittaient pas Altarielle.

Bmer b'zesmbr jzr iu pudjr yu fzhsu jmerrus yur zsqerpur vzhiizbpr, jzs iz Iepcmsbhu. Vmer hsuk ymbo ez xeuixeur ihueur ze rey-meurp y'hoh, hi w z ebu oizhshehsu zvuo yu bmdqsueg fseMbur. Jshuk up jsehiuvuk.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Dolink 20 Calinior du 1562ème cycle à 12h19

Face au rire, je restais stoïque.
Nulle raison de réagir, tout ceci n'était que pure rhétorique.
Le ton qu'adoptait la nis traduisait son manque de considération pour les croyants aveuglés par leurs certitudes. Ainsi, nous nous placions sur la même ligne...

Les mots qui suivirent vinrent finalement signifier sa coopération.
Tant mieux.
Après avoir terminé mon thé, je me relevais puis saluais l'artisan d'un hochement de tête.


Rdyt.
Xz uzj-vzyuh, zx mx lmxdadzday.
Xgyb-gvzu jyu dtuhazlhdvtu pzxth zx mx qxtdzday jy iazdmygya lyu nazVtyu ?
Jduivuyb-gvzu j'vzhdmu xjzdpzxhu ?


Jetant un coup d’œil vers mon équipement, il était évident que je ne disposais pas du matériel approprié.
Information détaillées
Caladhiel
Quendë
Peuple Elfe

le Malina 22 Calinior du 1562ème cycle à 22h13

Caladhiel hocha la tête aux propos d'Altarielle. Elle allait devoir aussi, pendant ce temps, réflechir à ce qui l'attendait.

Qfbg hefbqceck blc gysc bi d'cthbsescbe.

Di yufgc cl cddc-rbFrc l'cgh vig msoosysdc. Vesck Nidrilscd vfbe dc vebsdbsqcrclh wbc qfbg iddck oisec, ch vcbh-bFhec wb'Cddc qfbg nbsmcei vfbe yufsgse d'iejec dc vdbg ivhc bi qfhec fjzcyhso.

D'iehsgilih cdoswbc lc vcbh bFhec lfjdc wbc gs sd cgh iyyfrvds iqcy di jbslbsmsyhsfl mcg Qidie.


L'elfe se leva, et s'inclina pour Altarielle, la laissant partir en quête.
Information détaillées
Altarielle
Quendë, Observatrice de la non-vie, Esthète de la Tempête
Peuple Elfe

le Mirion 23 Calinior du 1562ème cycle à 12h11

Prier Galmaniel. Les leçons de Levanti se montreraient d’une certaine utilité.
Accordant un nouveau salut à l’Artisan, je quittais finalement la petite cabane.
En sortant, une scie usagée mais aux dents acérées était en effet posée contre le mur de la cabane. Elle n’était pas trop encombrante et suffirait pour prélever le bois nécessaire. Je pris ensuite la direction du sud-ouest, en quête de la clairière de frênes.


*** Environs d’Orodreth, clairière de frênes. ***

Il ne me fallu pas plus d’une dizaine de minutes de marche pour atteindre le lieu décrit par la nis aux pupilles noires.
Une douce lumière baignait tapissait les buissons et l’herbe mi-haute qui poussait sur le sol. La scie posée à côté de moi, je m’assis, ralentissant ma respiration, me laissant absorber par les lieux.
Petit à petit, le son de mes inspirations s’évanouit, cédant sa place à un vent chargé d’une douce odeur de feuilles malaxées. Une brume légère apparu, se faufilant au travers des brins d’herbes pour finalement m’entourer, me ceinturer. Elle paraissait joueuse et en rien menaçante. Mes yeux se fermèrent.
Mes lèvres bougèrent sans que ma voix ne résonne. Les mots filaient depuis mon esprits, mimés sans être prononcés. Profonds. En quête d’un guide, d’un conseil.

Un vent humide me traversa alors.
Surprenant, inattendu.
Je le sentis tourbillonner devant moi jusqu’à s’évaporer vers l’est. J’ouvris alors les yeux.

A ma grande surprise, la nuit était tombée.
Vers l’est cependant, une brume à la lueur argentée enveloppait un beau frêne aux branches vigoureuses.
Ainsi avait-il été choisi.
Dans la pénombre, j’empoignais la scie puis entamait mon office, récitant de vieilles prières issues de mes enseignements de Gardienne. Les dents métalliques tranchèrent la chaire de l’arbre. Mais nul sang ou sève ne s’en échappa. Il n’y eut pas non plus de plainte.
Au bout d’un moment, l’épaisse branche tomba à terre.


Lvgqv, fis-je en un murmure.

Ne me restait plus qu’à rejoindre l’Artisan…à moins que les Valar en aient décidé autrement.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page