Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

116 Joueurs sur Ideo (4357 inscrits) : 61 humains (2250), 28 elfes (1365), 27 orcs (742) | 7 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

[Recherche] Brumes et Hautelames

Choisir, repenser ou faire évoluer notre Artisanat?
Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Joriol 16 Dilannel du 1562ème cycle à 09h32

*** Un matin de printemps, quartier de la grande Bibliothèque de Renawën.
La population n'est pas sereine, la chute de Camthalion est encore fraîche dans les esprits. ***


Revenir à la Sublime avait quelque chose de réconfortant.
Longtemps, j'avais vécu en ces lieux, abandonnant le cocon familial de Brumeciel pour autre chose de plus grand, plus prestigieux. Je n'étais à l'époque qu'une elfon, guidée par ses ambitions maladives à gravir les échelons de l'Hossë. Tout ça pour quoi?

Depuis plusieurs cycles déjà, j'étais convaincue que seul compterait l'ultime combat, la dernière bataille : celle qui déciderait de qui, entre les Vivants et les Morts pourrait continuer de se tenir sur ses deux membres en Ideo.
Camthalion ne représentait que les prémices de la Chute.

Tôt dans la matinée, j'avais pris la direction de la Grande Bibliothèque.
Mon équipement laissé à l'auberge que j'occupais temporairement, je m'étais contentée de mes deux dagues, discrètes et utiles en toutes circonstances, ainsi que de la précieuse lettre de la Mère de la Tempête.
Tout de noir vêtue, troquant mes étoffes habituellement sales pour un drapé plus adapté en ville, j'étais entrée dans le somptueux bâtiment où résidait le savoir écrit Elfique.
Arrivant à ce qui servait de borne d'accueil, je me présentais au nër qui y siégeait.


Aiya,
Altarielle
, fis-je d'un salut bref, je suis envoyée par la Mère de la Tempête pour effectuer des recherches pour le compte de la branche des Esthètes.
Nous nous intéressons à l'artisanat du clan des Hautelame et du clan des Brumes, avant et pendant le Fléau.


Pour économiser le temps d'une interminable négociation, je tirais d'une poche intérieur le pli remis par la Mère de la Tempête. J'en montrais ensuite le contenu au nër archiviste.

Tenez.

Lettre a dit :
Par la présente, j'autorise la Porteuse de Récit Heri Altarielle, Observatrice de la non-vie et Ordonnatrice de l'Orage, à accéder aux ouvrages qu'elle demande à étudier.

Ses recherches sont intimement liées à la survie d'Eldalië et à la sauvegarde de la Taurë et de tous nos Savoirs. Aidez-la si elle requiert une assistance, je me porte garante de sa personne.

Que les Six vous protègent.

Aerdrië Faenya
Chef du Clan de la Tempête
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 19 Dilannel du 1562ème cycle à 22h57

Le vieux moine, un peu chauve, un peu bedonnant, écouta avec un sourire bonhomme la mystérieuse elfe, qui avait fait presque peur au ner d'accueil non loin, et qui avait évité de se radiner pour ne pas l'approcher.

Aiya Heri !
Moi c'est Athulaë Siannodel


Il prit le billet, plissa les yeux et hocha la tête.

Alors comme ça, vous vous renseignez sur les vieilles techniques ?

Il y aurait plein de choses à dire sur tout cet artisanat, même si cela remonte vraiment à très très longtemps. Et puis, vous voulez des renseignements, c'est très bien, mais aussi, il faut me savoir pourquoi !
Je sais, cela doit certainement vous ennuyer, mais vraiment, après je risque des problèmes si on me pose des questions et que je ne sais pas répondre.

Vous savez à quel point les gens peuvent être tatillons des fois.

Bref !

Donc, c'est pourquoi faire, précisément ?
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Lüdik 20 Dilannel du 1562ème cycle à 09h27

Vieux moine archiviste, peut-être autant que l'Erudite, ou peut-être pas.
Bavard.
Avenant.
Ça changeait un peu.
Je lui adressais un sourire courtois, pointant du doigt l'un des phrases écrites par la Mère de la Tempête.


Aiya heru Siannodel.
Comme vous avez pu le lire, mes recherches la survie d'Eldalïe, de la Taurë et de nos Savoirs. Vous souhaitez naturellement en savoir plus? L'Erudite disait que parfois, mieux valait-il ignorer plutôt que de s'encombrer d'informations non désirées, mais soit.


Je tirais de l'intérieur de mes étoffes un liste inscrite sur un papier de bonne facture.

La Chute de Camthalion, Cité Hautelame, précipite nos recherches pour luttes contre la Non-Vie. Ce Fléau, jamais véritablement éradiqué, s'en prend aujourd'hui directement à la Taurë et aux créatures, Quendi inclus, qui y vivent. Nous avons constaté que notre équipement, armes comme armures, manquent cruellement d’efficacité lorsqu'il s'agit de lutter contre les Deux-Fois Nés.

Dans ce but, nous souhaitons réunir des informations concernant l'artisanat des lames et protections du Clan Hautelame avant et pendant le Fléau; l'artisanat des arcs et flèches du Clan des Brumes avant et pendant le Fléau.
Nos questions, vouées à évoluer et se spécifier au fil de nos recherches, sont pour l'heure les suivantes :
*Y-a-t-il eut des développements en matière d'artisanat, ouvragés ou non, spécifiques à la lutte contre la Non Vie?
*Y-a-t-il des artisans encore en activité pouvant témoigner de cette époque?
*Des écrits décrivant les prouesses martiales de l'époque peuvent-ils nous renseigner sur le type d'équipement ainsi que leur efficacité contre le Fléau?


Curiosité satisfaite?

Considérant l'ampleur de la tâche, votre aide pour aller droit au but serait fortement appréciée.
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Mirion 22 Dilannel du 1562ème cycle à 23h22

Le moine bibliothécaire, antédiluvien, écouta l'elfe qui lui exposait un peu mieux l'objet de sa venue. Toutefois, une fois qu'elle eut finie, il passa un temps certain à psalmodier à voix basse, tout en réflechissant ardemment, des "Oui bien sur"..."cela sera difficile à trouver"..."Hmmmmmm".

J'ignore si on va pouvoir répondre à toutes vos questions, même si les requêtes sur l'artisanat Hautelame sont assez fréquentes. Sans doute le prestige de la double-lame sur le quendê commun.

Le problème que rencontre votre requête est du caractère de transmission généralement oral qui caractérise l'artisanat, tant Hautelame que Chantelame.
Quand vous parlez d'artisanat ouvragé, qu'est ce que vous entendez exactement ?
Le caractère esthétique par exemple ?
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Joriol 23 Dilannel du 1562ème cycle à 10h38

Le moine sembla se focaliser sur les Hautelames.
Dommage.
Depuis quelques cycles, l'utilisation des autrefois prestigieuses doubles-lames était devenu bien plus complexe. Un phénomène difficilement explicable mais qui avait conduit à l'affaiblissement global des utilisateurs de ce type d'armes.
Un pan de notre Patrimoine qui s'effritait, lui aussi.


Je précise, heru, ne pas vouloir me focaliser sur les Hautelames.
A vrai dire, ce qui les concerne est presque secondaire dans ma démarche. Les double-lames telles que nous les connaissons ne sont plus un moyen viable de lutter contre la Non-Vie. Malheureusement.


Recentrer le sujet.
Se focaliser sur la compétition, sur les Brumes.


Mon postulat de base consiste à explorer les arcs et flèches du clan des Brumes, ceux ci ayant, de mon expérience personnelle, une bien meilleure efficacité dans les affrontements avec les abominations Deux-Fois-Nées.
Lorsque je parle d'artisanat ouvragé, je fais référence à des objets matériels, palpables.


Peut-être m'étais-je trompée en allant à la Grande Bibliothèque.
Les archivistes n'étaient généralement pas d'une grande d'aide. Les artisans seraient peut-être plus pragmatiques, directs et efficaces dans l'aide qu'ils m'apporteraient...


Concernant cette tradition de transmission orale, peut-être pourriez vous, comme je l'évoquais justement, m'orienter vers des artisans encore en activité ayant vécu suffisamment longtemps pour témoigner de cette époque?
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 13h13

La nis réorienta alors sa recherche sur les Arcs des Brumes.

Et bien, je ne vous apprends probablement pas l'existence de l'Arc des Brumes, qui est connu pour sa bénédiction assez particulière.

Merci Captain Obvious.

Mais cela m'évoque une autre chose...

Il existe un arc particulièrement redoutable, que l'on appelle Aica Alaco. Plus prosaïquement "Furieuse Tempête". C'était un arc conçu par le frère du Quendëtar Fêanor. Il est actuellement au Palais Royal, mais cela est désormais bien plus une relique d'un temps ancien. Si ses traits sont mortels, il n'a jamais été pensé pour la lutte contre les morts-vivants, mais l'enchantement était tellement abouti qu'il est dit, selon la légende, qu'il tua 1 géant d'une seule flèche.

J'imagine que l'existence d'un tel enchantement, si il est unique, pourrait être approché par un artisan... Toutefois, je ne suis pas au fait d'un nom d'artisan qui pourrait vous aider.

Il vous faudrait aller dans la cité des Brumes directement.


Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 14h29

Yrjy Ykyjn...murmurais-je pour moi même. Une piste intéressante...

J'écrivis le nom dans mes notes personnelles.
Ce moine était moins borné que ceux à qui j'avais eut affaire ces dix derniers cycles. Peut-être que les Valar n'étaient pas tous parti après tout.


Un arc qui serait capable de propulser des traits létaux. J'en ai déjà vu certains de ce type.
Autrefois, lorsque l’Archerie existait encore, nous étions principalement équipé d'arc dit "d'acuité", enchantés pour rendre nos traits extrêmement véloces au point de pouvoir terrasser un yrch d'un seul coup.
Lors de notre expédition dans les marais pour affaiblir Krarock, j'en possédais un. Son efficacité n'avait pas d'équivalent.
Même les horribles arbalètes kohriennes n'atteignaient pas une telle précision et létalité.


Interruption.

Puis tout changea.

Passé révolu.
Rupture des techniques anciennes.
Comment l'expliquer ?


Nos arcs ont perdu leur efficacité.
Malgré mes connaissances dans le sujet, la consultation d'artisans à Brumeciel, nous n'avons trouvé aucune réelle explication. Les enchantements des Valars avaient perdu de leur force, réduisant les archers d'Eldalïe, élite parmi les élites Idéannes, à de simples guetteurs dont les flèches ont perdu de leur superbe.


Soupir.
La tristesse était palpable dans mon regard.


Les artisans de Brumeciel mirent alors au point l'Arc des Brumes, jouant sur des enchantements capables d'altérer le mouvement de nos cibles.
Une maigre consolation nous laissant désarmés face aux terribles créatures Deux-Fois-Nées.


Lèvres pincées, mâchoire serrée, j'évacuais ces douloureux sentiments nostalgiques d'une époque où Eldalïe resplendissait encore.

Excusez cet écart.
Vous comprenez par ces mots combien cette recherche est importante à mes yeux.
Je n'accepterais plus que des Quendi soient envoyés à la Mort sans équipement digne de ce qui faisait autrefois la gloire de notre Hossë.


M'inclinant face au moine, je rangeais mes notes.

Hanta heru Siannodel.
Je vais me rendre à Brumeciel pour me renseigner sur la Furieuse Tempête.
Si vous apprenez quoi que ce soit d'ici là, n'hésitez pas à me contacter.

Rxpeedgb nde Klnlv kdpnndv exv Sdxq axp vdebdgb simzlbbvd.

Sans avoir eut à m'aventurer dans les méandres de la Grande Bibliothèque, je tournais les talons.
Brumeciel, cité chère à mon cœur... Peut-être y trouverais-je plus de réponses?
Information détaillées
Athulaë Siannodel
Quendë, Initié des Secrets
Peuple Elfe

le Dolink 26 Dilannel du 1562ème cycle à 15h40

Si vous souhaitez aboutir à des résultats probants, cela sera une longue quête. On ne peut aboutir à la Beauté et la Perfection sans s'y investir pleinement. L'art des enchantements est complexe, et nécessite, en plus de la volonté, une Foi inaltérable, en soi et en sa cause.

L'archiviste inclina la tête à son tour, alors que la nis décidait de prendre congé.

Gktzzdeu qdz Cskfdz abkz jktlds.
Information détaillées
Altarielle
Observatrice de la non-vie, Ordonnatrice de l'Orage
Peuple Elfe

le Lüdik 27 Dilannel du 1562ème cycle à 14h50

*** Une journée passa à Ranewën. Malgré l'urgence qu'elle ne cessait d'exprimer ici et là, l’Arpenteuse resta une journée de plus à voguer dans la Sublime.
Fallait-il y voir du vague à l’âme ?
La disparition de Camthalion, où elle avait pu servir comme garde à la disparition du corps des Archers d’Eldalïe, était une meurtris sûre de plus. Qu’adviendrait-il de Renawën dans les cycles à venir ?
La prestigieuse cité elfique résisterait-elle au Fléau ou finirait-elle, elle aussi, pas s’écrouler sous le poids des abominations ?
Peut-être était-ce là pour l'ombre l'occasion de profiter d'instants précieux, de vivre chaque secondes pour les ancrer dans sa mémoire et permettre, quoiqu'il se passe, à la Sublime de subsister tant que la Vie lui serait accordée par les Valar. ***


Ruelles de Ranewën.
Pouvait-on vraiment parler de ruelles ? La Cité Sublime se développait comme les racine d’un arbre plusieurs fois millénaire, tressant ses avenues et passages dans un mélange de végétation luxuriante, de cabanes et d’édifices en pierre taillées par les meilleurs artisans qu’Eldalïe eut connu.
A la différence des villes humaines, ronflantes et ostentatoires par leur taille et leur rugosité, tout ici n’était que douceur et harmonie. Chaque construction avait fait l'objet d’une attention toute particulière : qu'il s'agisse des motifs ornementaux ou des fondations des bâtiments : invisibles, comme si la construction avait émergé naturellement du sol sacré de la Taurë.

Flâner dans le quartier des artisans m’évoquais ces cycles passés à l’Hossë. Retours de patrouilles, de missions. Autrefois, abandonnant le domicile familial de Brumeciel, j'avais pensé y investir une cabane. Les multiples déplacements liés à mon rang m’en avaient dissuadé. La vie sauvage était donc devenue mon quotidien, participant à la rupture avec une société que je peinais désormais à comprendre.
Trop sereins, pas assez alertes.
Ces Quendi pensaient que nos Cités sur vivraient à tout, même au Fléau. Ils avaient tord.
Nous n’étions plus en sécurité.

C'est en soupirant que je quittais les derniers étals de forgerons, me dirigeant vers les Temples.
Ah… Les Temples.
Il y eut d'abord celui de la Sentinelle, la Rouge. Longtemps vénérée, idéalisée. J’en avais pourtant perçu les failles. Suivre Ses codes ne m'avait pas permis de lutter contre la Non-Vie. Passivité. Nous avions failli.
Je m’étais détournée de son culte en voyant ce qu'il advint lors des réformes. Un fanatisme latent s’était développé. Une menace de scission qui aurait pu déstabiliser Eldalïe. Les Nécromants s’en chargèrent avant, presque fort heureusement. En guise de symbole, j'avais alors abandonné cette double lame léguée par Heri Nastarva pour embrasser l'héritage familial : les Brumes.
L’Ombre m'avait tendu les bras, symbolisée par l’Erudite dont la posture vint combler le vide laissé par le Commandant Feänor.

Le Temple de l’Ombre Nocturne s’éleva alors que le crépuscule commençait à envelopper la Capitale.
Le mystère des Esprits.
Après ce que nous avions vécu, Shadaliel avait été un réconfort, un échappatoire. La Lunaire s’était imposée comme un moyen de lutter face aux abominations. Sauver les Esprits corrompus, se préserver des folies pouvant nous atteindre.
Était-ce grâce à elle que l'intrusion du Seigneur de la Mort avait pu être contenue ?
Le doute était permis.
Le mutisme des Valar à mon égard était-il un signe de leur départ, un simple jeu ou un véritable test ?

Certains disaient que chaque action avait une raison, influencée par les Valar ou des forces nous dépassant. J’en avais toujours douté. Pourtant, comment pouvais-je expliquer cette lueur dans les ténèbres ? Comment expliquer cette chaleur alors que l’Abomination m'avait plongée dans un océan glacial de désespoir ?
Était-ce le fait de mon propre subconscient luttant pour la survie de mon être?
Où bien autre chose ?
Zvezda saurait peut-être.

La soirée s'acheva par un repas simple à l’auberge, profitant de cette Vie pour laquelle nous luttons tous, irrémédiablement.
Quelle ironie.


*** Le lendemain, l’Arpenteuse se mit en route vers Orodreth.
L’invitation du Garde Royal de Shadaliel tombait à point nommé. Les recherches à Brumeciel iraient de concert avec cette entrevue plus que nécessaire.

Deux jours passèrent.
La marche vers celle qui fut autrefois à l’ouest se déroula sans encombre. Aucune rencontre ne vint la perturber, aucune trace de corruption non plus. Calanor, le faucon de l’Arpenteuse, profita de ce retour en forêt dense comme un épisode revitalisant avant la reprise des investigations à l’étranger de sa maîtresse.

C’est en milieu de journée, peu après le déjeuner, qu’Altarielle aperçu les tours de garde d’Orodreth.
Son premier réflexe fut de demander une natte à l’auberge, y déposant une partie de son équipement.
Ensuite, elle fila tout de noir vêtu vers la Bibliothèque de Brumeciel. ***


Parcourir les sentiers de la Taurë était un plaisir toujours agréable à retrouver.
Orodreth n’avait que peu changé depuis mon dernier passage. Certes elle n’avait plus grand chose à voir avec celle de mes souvenirs d’elfon, lorsque Père et Mère y vivaient encore, mais la Nature évoluer : nos Cités aussi.
Brumeciel avait toujours été pour moi un lieu de recueil. S’y retrouver me plongeait dans un plaisir certain. Les caractéristiques des Quendi y vivant depuis des cycles variaient légèrement de ceux que l’on pouvait croiser à Camthalion voir, plus faiblement, à Renawën. Des traits hérités du clan des Brumes malgré une mixité plus marquée et acceptée.

Arrivée face au bâtiment, moins imposant mais tout aussi somptueux, de la bibliothèque, j’y entrais en me remémorant une époque lointaine où j’avais pu y étudier. Les prêtres nous y faisaient la lecture, sous ses grandes voûtes de bois qui s’enlacer pour former une structure parfaite.
Je me présentais à l’accueil, sortant d’ors et déjà la note que m’avait remise la Mère de la Tempête.


Aiya, Altarielle, je suis envoyée par la Mère de la Tempête pour effectuer des recherches pour le compte de la branche des Esthètes.

Comme précédemment, je montrais le pli prouvant mon identité et la raison de ma venue.

Heru Athulaë Siannodel, moine archiviste de la Grande Bibliothèque de Ranewên m’a conseillé de venir vous voir.
Je suis en effet à la recherche de schémas, récits ou noms d’artisans en lien avec les arcs et flèches réalisés par le clan des Brumes avant et pendant la terrible guerre contre le Fléau.


Pause.
Ouvrant mon carnet, je repris les informations récoltées à Ranewën.


Heru Athulaë Siannodel m’a notamment parlé d’un arc conçu par le frère du Quendëtar Fêanor, l’Aica Alaco, dont les enchantements s’approchaient de nos arcs d’acuité avant la perte de leur redoutables propriétés.
MJ 47
Information détaillées
MJ 47
Généraliste

le Joriol 30 Dilannel du 1562ème cycle à 23h12

[Je pense à ce RP, mais j'ai besoin de plus d'éléments BG à te mettre sous la dent pour poursuivre ce scénario de façon satisfaisante, je préviendrai quand ce sera le cas.
Mes excuses pour l'attente.]

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page