Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

109 Joueurs sur Ideo (4358 inscrits) : 58 humains (2251), 24 elfes (1365), 27 orcs (742) | 7 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Le voyage des opposés

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Iris Selaginella
Kohrienne
Empire de Kohr

le Solior 3 Solianas du 1562ème cycle à 16h32

Depuis plusieurs semaines, un étrange groupe c'était formé au sein de la capitale kohrienne. Composé d'une naturiste d'origine elfe aimant se balader pied nus, d'un valet sans maitre au teint à faire pâlir un cadavre et à la jeune fille des rues parfaite artiste douée et ne sachant parler normalement, ce groupe avait décidé de prendre la direction de Delnam afin de se rendre à la faculté qui y siégeait.

Fréquentant quotidiennement Aïlinel ainsi que Philémon, Iris avait fait d'énorme progrès au niveau de sa prononciation ce qui la rendait un peu plus compréhensible et devenait chaque jour un peu plus douée dans la manipulation des différents instruments de musique, suivant avec assiduité les leçons de sa nouvelle tutrice.

Le départ de ce voyage sonnait comme le départ de sa nouvelle vie, n'ayant jamais quittée Dominia depuis son arrivée lorsqu'elle était enfante et encore membre d'une caravane nomade, du moins c'est ce dont elle se rappelait.
Un voyage que la jeune fille abordait avec une légère appréhension, elle allait devoir désormais avancer sans repères dans l'inconnu. Qu'allait devenir son petit taudis, elle avait pris le soin de prendre le peu d'affaire qu'elle possédait ou "empruntait" avec elle, en sachant que probablement son passé sera détruit d'un jour à l'autre. Les gens se diront que la petite souillonne a enfin trépassée.


Phil'. T'déjà parti d'dom' ?

Iris regarda aussi avec beaucoup d'affection la nis protectrice. Elle avait confiance en Ailinel mais se demandait comment serait la faculté.
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Solior 3 Solianas du 1562ème cycle à 18h51

*** Je suis sur le départ.

Les voyages, je n'aime pas. Je me souviens de ma jeunesse à Sardan... l'iode, les bolincheurs chargés ras la gueule et de retour dès l'aube, la vente en direct pour les lèves-tôt, sur les quais... la poiscaille qui tombait parfois des caisses et qu'on chipait, avec les potes, en évitant les coups de pied rageurs des pêcheurs...

C'était avant d'habiter à l'hôtel. Un hôtel de passe, déjà, en ce temps-là... avant de déménager pour Dominia, lorsque le boxon avait brûlé, entraînant dans son infernal brasier une bonne demi-douzaine de pensionnaires et de clients. Ah, nostalgie !

Ne vous méprenez pas : bien que criminel, l'incendie n'était pas intentionnel. Je veux dire, ni Jack ni moi-même n'avons voulu cela ! Nous nous battions, la lampe à naphte est tombée de la table, s'est brisée en roulant sous le lit... Eh, quoi ? Qu'auriez-vous fait, à notre place ? Dame ! La même chose que nous ! Vous auriez fui, pour sauver votre couenne !

Cette fois, je suis clean. Je pars sans avoir ruiné la zone : rien n'a cramé, personne n'est mort, enfin... aucune "personne" n'est morte, plus exactement. Je suis le mouvement, sans enthousiasme, sans trop savoir où l'aventure va nous mener. C'est le grand jour, je le sais, je le sens ! Les bagages préparés de la veille, les vêtements tassés à mort, une poignée de bibelots inutiles pour caler le tout... Il est prêt !

Et puis, il y a cette... cette grosse bête, avec lui...
C'est pour porter ses deux femelles ?
Forcément..

A midi, Philémon a rejoint celles qu'il fréquente depuis plusieurs jours. Je l'ai suivi, à distance, bien en vue toutefois : qu'il n'aille pas se croire affranchi... ***


*** ***


*** Il est à moi ! A moi ! ***


*** ****************************** ***


*** Le valet, comme tous les jours depuis plus d'une semaine, a rejoint Iris et l'érudite - c'est ainsi qu'il voit Aïlinel, désormais - près de la fontaine, dans le parc qui jouxte le temple de Dalia. Il les salue poliment aussitôt qu'il paraît : ***


- Ma Demoiselle, Dame Erudite, je suis prêt.

*** Les deux amies remarquent que le jeune homme est très ordinairement vêtu, comme s'il vaquait à ses occupations usuelles. Il a deux grandes valises avec lui, très encombrantes pour un seul homme. Sans doute est-ce pour cela qu'elles sont solidement accrochées aux flans...

d'un âne ! ***


- Il y a de la place pour votre bagagerie, bien sûr. Cet animal de bât peut porter son propre poids, m'a-t-on dit ! Oh, et le chat, là-bas...

*** Philémon désigne un point distant, à quelques rues de là : effectivement, un gros matou plus noir que du charbon trône sur son séant et le regarde, avec une intensité un peu flippante. ***


- ... c'est Monsieur Dante. Il va sans doute me suivre, euh... il est gentil, mais mieux vaut ne pas... il griffe, il mord, enfin pas moi, enfin si, mais... bref, n'ayez pas peur, il ne devrait pas s'approcher. Disons qu'il n'aime pas les gens.

*** Le laquais affiche un grand sourire désarmant à Iris lorsqu'il lui répond, la voix légèrement altérée par l'angoisse : ***


- Si j'ai déjà q-quitté Dominia ? Et b-bien, oui, et vous ? En fait, je suis né à Sardan... Je n'habite ici que depuis trois ou quatre ans...

*** Regardant aux alentours, puis fixant ses chaussures cirées de frais : ***


- Euh... c'est p-par où ?
Information détaillées
Aïlinel
Kohrienne, Naturaliste, Maîtresse de cérémonie , Agent contre la nécromancie
Empire de Kohr

le Dolink 4 Solianas du 1562ème cycle à 20h51

C'est par là ! assura la nis, prenant la tête de la petite troupe. Elle était équipée et habillée exactement comme au jour de leur rencontre. Les voyages faisaient partie de sa vie, et les villes étaient généralement plutôt des étapes pour elle...

La vie est une enseignante de surprises. C'est tout ce que pouvait se dire Aïlinel, qui, malgré son siècle largement passé, n'avait encore jamais eu l'occasion de voyager avec deux compagnons comme ceux qu'elle avait pour ce petit voyage.
Jamais eu l'occasion, et même jamais imaginé la possibilité...

D'une certaine manière, Iris n'était qu'une très jolie rencontre, poussée par le destin à accomplir de belles choses qui l'embelliront de même. Et la nis n'avait que le privilège et la joie de l'accompagner, de lui apporter certaines choses qu'elle savait, et de la voir grandir vers la personne qu'elle devait être. Mais associer Iris à Philémon avait tout de théâtral, dans le sens où on n'aurait pas imaginé que ça pouvait arriver en vrai.

En l’occurrence, s'il était extrêmement facile pour la nis de voir ce qu'elle pouvait apporter à la jeune fille, elle ne se situait plus très bien avec le valet mystérieux. Il semblait chercher quelque chose qu'elle ne pouvait pas accorder et sans doute même pas comprendre. Heureusement, pour le moment, il était un élève studieux en arts musicaux, un domaine où elle était comme un poisson dans l'eau. Et elle essayait de ne pas trop penser à la suite. Car, si leurs routes devaient se séparer car il était trop différent dans ses quêtes et sa manière de voir les choses, il était également trop gentil pour qu'il soit laissé à lui-même sans une bonne orientation. Le dilemme promettait d'être ardu...

Regarder Iris, en revanche, la faisait toujours sourire. Elle était forte et indépendante, et elle ne se faisait aucun soucis pour elle, dorénavant. Les craintes du premier jour étaient tout à fait évanouies. Intelligente, elle prenait tout ce qu'elle pouvait pour s'élever au dessus de celle qu'elle avait été. Néanmoins, loin d'être un handicap, les épreuves qu'elle laissait derrière elle lui avaient laissé en héritage énormément de potentiel et de maturité.


Le chemin avait donc commencé. Voyager avec un âne et un chat était surprenant, mais elle ne s'étonnait plus de ce genre de choses avec Philémon. Elle espérait toutefois que l'âne serait plus prévisible que son maître et que lui aussi n'allait pas leur réserver quelques surprises !

*** ***
Information détaillées
Iris Selaginella
Kohrienne
Empire de Kohr

le Malina 6 Solianas du 1562ème cycle à 21h58

Okidoki Lili.

La réponse d'Iris à Aïlinel était accompagnée d'un sourire radieux et à pleine dent. La nis était toujours aussi bienveillante avec la jeune fille et son comparse de fortune. Le lien entre la jeune fille et l'elfe n'avait cessé de croitre et de se développer, ce que la désormais ancienne souillonne n'aurait jamais cru possible. Tutrice, amie, mère de substitution... Le lien entre les deux semblait complexe et en même temps simple. Iris était prête à suivre Aïlinel a travers tout Ideo mais elle devait apprendre.

La faculté semblait importante aux yeux de sa mentor, mais comment allait être reçue une petite fille des rues sachant à peine parler ? La méfiance régnait quand à la vie en internat au sein de cette académie mais d'un autre côté elle ne voulait pas décevoir la Dallia elfique.

La vie de Philémon semblait plus complexe qu'il n'y paraissait. Sa présence auprès de la fillette avait aussi un côté rassurant, même si son comportement était parfois considéré comme bizarre. Mais dans ce monde comment peut-on définir ce qui est bizarre ou étrange, la moindre marginalité catégorise les êtres en exclus d'une société politiquement correcte et apte à suivre les directives des élites.

Dans le regard du jeune homme, la gavroche, comme il aimait le dire, pouvait y lire une multitude d'émotions et de sentiments. Un être indéchiffrable et imprévisible à l’œil un peu fou comme certains maniaques de la rue. Dans un sens, Iris forçait un peu Philémon à les suivre parce qu'elle voulait l'aider à éviter de tomber dans la folie. Elle se rappelle encore les visions de ces êtres qui ont sombré dans la folie et ont finis par se trancher la gorge. Certains étaient pourtant de très grands penseurs ou artistes mais n'étaient aux yeux du monde que des marginaux.


À sarredent ? Ô fond, j'te c'nnais pas trô. T'dois advoir d'la famlie l'bas ?


Iris voulait en savoir plus sur lui avant d'en apprendre un peu plus sur sa tutrice.

Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Joriol 8 Solianas du 1562ème cycle à 08h54

*** Philémon se masse la nuque, pensif : de la famille ?
Certes !

Il a sans doute une bonne dizaine de demi-frères et un nombre conséquent de cousins qui n'ont jamais vu la lumière du jour, tués dès la naissance, embaumés ou incinérés discrètement dans les fourneaux de l'hôtel de passe et reposant désormais dans les catacombes privées de l'établissement, situées en-dessous des caves, dans un dédale de tunnels étroits aux murs formés d'os et de crânes superposés...

Normalement, toutes les naissances importunes des pensionnaires du boxon avaient pour destin commun de finir ainsi, dans la terre et le mortier des murs, dans des urnes entreposées un peu partout pour les plus chanceux (ou les plus récents : l'incinération étant quelque chose de relativement moderne, à Sardan).

Le valet, enfant, avait plusieurs fois parcouru les catacombes : soit par punition, auquel cas on le laissait errer deux ou trois jours sans nourriture, eau ni lumière, en rêvant qu'il finirait bien dans l'estomac collectif d'une bande de rats féroces... soit pour son éducation, lorsque Bono avait tenté de l'initier aux divers panthéons d'Ideo et aux bénéfices qu'il pourrait retirer d'une vie fervente...

Ni les punitions de sa mère, ni les brimades des clients de passage, ni l'édification religieuse de Bono-La-Science n'avaient, in fine, fonctionné. Bien au contraire, elles n'avaient fait qu'empirer les tendances qu'elles étaient censées contrarier : Philémon, d'origine émotif, peu adroit et plutôt agnostique, en était sorti profondément angoissé, maladroit à l'extrême et définitivement athée !

Et c'est là, dans l'obscurité poisse et le silence tombal des catacombes, qu'il avait commencé à se raconter des histoires, à s'inventer des personnages, à vivre d'autres vies...

Le laquais se reprend. Il faut bien qu'il réponde à Iris : ***


- Oui, euh... j'ai des demi-frères et des cousins...

*** Cherchant ses mots ***


... mais je les connais très peu. Nous ne formons pas vraiment une... famille.
Sinon, Mère habite à Dominia. Nous avons des rapports assez distants, elle est très prise par son travail.


*** Composant quelque peu avec la vérité : ***


- Elle m'a souhaité bon vent, pour ce voyage.

*** Une façon polie de dire "dégage", en somme. ***


Information détaillées
Aïlinel
Kohrienne, Naturaliste, Maîtresse de cérémonie , Agent contre la nécromancie
Empire de Kohr

le Solior 10 Solianas du 1562ème cycle à 09h36

Au fur et à mesure, Delnam se rapprochait des voyageurs. Iris et Philémon finirent par prendre de l'avance, laissant la voyageuse et guide en arrière... La situation pouvait paraître originale mais Aïlinel ne donnait pas toute son énergie à la marche : elle copiait aussi des parchemins pour faciliter la vie de l'étrange valet . De plus, elle se serait bien gardée de ne pas les laisser tout à fait libres : la communication entre les deux avait quelque chose de très positif, les faisant évoluer tous les deux bien que d'une manière différente. Le dialogue avec Iris semblait décoincer Philémon, et dans le sens contraire, la jeune fille prenait de l'assurance en élocution.

Après tout, la route était toute droite et bien balisée jusqu'à la cité. Une dernière chose rendait la nis songeuse et jouait beaucoup dans le fait qu'elle n'était pas très pressée d'arriver. Le voyage en lui-même était un moyen idéal d'échanges et de progrès, mais que faire une fois arrivé à la Faculté, si elle devait repartir ? Elle espérait en tous cas qu'ils prendraient plaisir à découvrir l'emblèmatique institution du savoir...

*** ***
Information détaillées
Iris Selaginella
Kohrienne
Empire de Kohr

le Dolink 11 Solianas du 1562ème cycle à 09h22

Des frères, des soeurs, des cousins, une famille... Iris n'avait aucun souvenir de personne avec qui elle pourrait partager un lien du sang. Ni même le souvenir d'un père ou d'une mère. Certes elle se souvient vaguement de personne qu'elle a côtoyée, qui l'ont peut-être même éduquée mais les souvenirs sont si lointain et si floue désormais. Pourtant elle ne regrettait pas d'être cette orpheline des rues solitaire, créer des attaches n'était pas son point fort et devoir conserver une relation obligatoirement en raison d'un lien du sang la gênait dans l'idée. Elle préférait largement ce lien étrange et spécial qui existait entre Aïlinel, Philémon et elle.

Son regard se tourna ensuite justement vers l'elfe qui couvrait les arrières avec sa bienfaisance habituelle. Qui était-elle ? Les elfes ont-ils la même conception de la famille ? Ils sont plutôt rares dans les bas quartiers de la capitale.


Etoa Lili ? Oué t''famlie ?


Information détaillées
Aïlinel
Kohrienne, Naturaliste, Maîtresse de cérémonie , Agent contre la nécromancie
Empire de Kohr

le Lüdik 12 Solianas du 1562ème cycle à 15h18

Au fil de sa conversation avec Philémon, la jeune fille ralentit finalement la cadence pour se rapprocher de la nis avec une question. Aïlinel elle-même marchait dorénavant plus vite : les petites pauses pour écrire les parchemins de Philémon étaient finies.

Ma famille... Au royaume elfique, là où je suis né, nous n'avons pas vraiment la même conception de la famille. Nous sommes tous une grande famille, en quelque sorte, et nous apprenons à la trouver parmi les elfes que nous apprécions le plus, quand nous quittons nos parents. Avant de partir du Royaume, ma famille, c'était surtout le Temple de Lorikiel, où j'officiais.

Bref, contrairement aux humains, nous accordons plus d'importance aux liens spontanés du coeur, qu'aux liens uniquement héréditaires... Évidemment, personne n'aurait l'idée de rester un centécycle ou deux sans rendre visite à ses parents, n'est-ce pas ? Pour ma part, cela fait seulement 38 cycles que je suis venu les voir, donc ça ne fait pas très longtemps.


Aïlinel n'aurait jamais posé la même question à Iris : dans la situation où elle avait été si jeune, soit sa famille était indigne, soit il y avait eu un drame qu'il valait mieux ne pas réveiller... Elle tourna donc la chose d'une autre manière :

Et toi Iris ? Est-ce que tu te sens prête pour te trouver la famille de coeur qui t'accompagnera dans la vie ?
*** ***
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Malina 13 Solianas du 1562ème cycle à 11h03

*** Plongé dans ses pensées suite aux question d'Iris sur sa famille, Philémon ne prête momentanément guère attention au dialogue qui s'instaure entre la Gavroche et l'érudite. Il allait reprendre le fil lorsque La Teigne, son piom, interrompt ses pensées : ***


- Hey, grand con : t'as du courrier !

- Plaît-il ? C'est à moi que vous parlez ?

- Tu vois un autre type qui correspond à la description, dans le quartier ? Évidemment, que c'est à toi ! Je te le passe, ou j'en fais mon papier-cul du jour ?

- Euh, oui, allez-y... donnez-le moi...


*** Le petit démon froisse la lettre en une boule serrée qu'il lance à la tête du valet avant de disparaître subitement, comme seuls ceux de son espèce savent le faire. Le garçon se baisse, ramasse et déplie le courrier avant de le lire posément...

A mesure qu'il avance, ses yeux s'agrandissent de surprise. Il relit la missive, la retourne - comme si quelque note supplémentaire, ou quelque explication, pouvaient se cacher à son verso - et se masse la nuque, semblant à la fois excité et embarrassé. Finalement, il se tourne vers ses deux compagnes de voyage : ***


- Mes Dames ? Je viens de trouver un emploi de valet... auprès de la Chambellan de Dominia !
Information détaillées
Iris Selaginella
Kohrienne
Empire de Kohr

le Solior 17 Solianas du 1562ème cycle à 15h54

Lorsque l'elfe évoqua la possibilité à la jeune fille de retrouver une famille, cette dernière parût surprise. La philosophie elfique semblait lui correspondre un peu plus même si elle avait bannie toutes sortes de lien sauf envers les autres membres du trio voyageur.

Alors qu'elle s’apprêtait à répondre, Philémon vint annoncer une nouvelle plutôt perturbante. Le squelette ambulant et véritable bout en train du groupe devait partir pour reprendre sa vie de servitude, un choix incompréhensible pour l'ancienne fillette des rues qui avait tant espérée avoir réussie à changer la perception de Philémon.
Comme quoi s'attacher aux gens finit par la faire souffrir. Que ce soit la mort ou les embauches d'emplois, on ne pouvait retenir éternellement les êtres aimés près de nous.


Pas douée pour les longs discours, le cœur légèrement emplie d'une rage suite à ce départ. Elle adressa à peine un coup d’œil à son valet.

Bôn rut.

Pourquoi continuer en permanence à vivre en esclave alors qu'Aïlinel avait expliquée la signification des fameuses chroniques de Kohr. Philémon était peut-être un être à part mais il gâchait son potentiel.

Elle continua sa route laissant sur place le jeune homme, Delnam approchait déjà et Iris n'avait plus trop envie de parler.

Lili ?

Dit-elle à la représentation elfique de Dallia, avec un regard signifiant que fais-tu ? Allait-elle, elle aussi, lui briser un jour le cœur ?

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page