Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

124 Joueurs sur Ideo (4397 inscrits) : 62 humains (2274), 35 elfes (1377), 27 orcs (746) | 1 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

La fin d'un Noviciat

Les contrées d'Ideo : Parcourez les contrées d'Ideo, découvrez et contez ce qu'il se passe aux quatres coins de ces domaines oubliés...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Nawen
Arténienne, Âme-Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Lüdik 29 Joriamel du 1563ème cycle à 18h47

Suite à son entretien avec Estreldar, Nawen avait envoyé quelques missives et avait profité de sa dernière soirée avec son fils avant un moment. Ce n'était pas leur première séparation, et ça ne serait pas la dernière, mais quand elle l'avait déposé au portail de l'Académie pour le laisser rejoindre l'Ecole de la Négation, elle avait un pincement au cœur. Heureusement, le reste de la journée l'avait bien occupée en recherche de fourniture.

La nuit allait tomber d'ici une bonne heure quand Nawen se présenta à la porte ouest d'Emédesia. Elle avait un gros paquetage sur le dos, de quoi camper chichement, pas mal de potions et surtout beaucoup de nourriture. Elle avait prévu une bonne randonnée dans le désert et s'était préparée en conséquence.

Le choix de l'heure pouvait être étonnant, mais elle préférait partir le soir, pour deux raisons. La première, il y avait moins de monde sur les routes et elle n'avait pas très envie d'être suivie. La seconde, la température était plus agréable et plus gérable à cette heure de la journée.

Dorénavant, il ne manquait plus que son compagnon de voyage.
Information détaillées
Estreldar
Novice de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Lüdik 29 Joriamel du 1563ème cycle à 20h30

Estreldar était à peu près aussi aventurier que danseur étoile, mais les quelques conseils de condisciples n'avaient été en pure perte. Alors que le Solior se couchait, sa silhouette rondouillarde apparut dans la brèche de la porte Ouest. Il plissait les yeux pour supporter la lumière rasante et n'était pas sans rappeler, par son visage contracté, une espèce de taupe qui aurait confondu une potion interdite avec sa nourriture ordinaire. Ses cheveux bruns, ondulés, lui tombaient sur le visage, il portait une tenue passe-partout beige foncée et portait un grand sac à dos de la même couleur.

Il s'interrompit à la porte, posa son sac un instant et but une longue gorgée d'eau avant de reprendre. Il finit par repérer Nawen et s'approcha d'elle. De près, son visage ne semblait pas vraiment affecté par le poids qu'il portait.


Nam'. Chuis prêt.
La vie est un songe.
Pour en savoir plus
Information détaillées
Nawen
Arténienne, Âme-Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Valkin 3 Fagilias du 1563ème cycle à 15h16

Nawen accueillit Estreldar avec un sourire.

Nam'. J'ai tout s'qui m'faut aussi, donc s'partit.

Joignant le le geste à la parole, l'humaine ouvrit la marche et quitta la ville par la porte ouest.

Chemin faisant, Nawen s'enquit auprès d'Estreldar de banalités, pour connaître un peu son état d'esprit.


J't'ai jamais d'mandé, mais t'as d'jà campé en plein désert plus jeune ?
Information détaillées
Estreldar
Novice de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Valkin 3 Fagilias du 1563ème cycle à 19h15

Estreldar suivait Nawen, un pas en arrière de l'humaine. La route de l'Ouest était très peu fréquentée, parce que le chemin était très long, avant d'arriver à Dalashinn. Estreldar avait toujours entendu des histoires peu encourageantes sur cette route et il avait un air assez circonspect, en plus de plisser des yeux à cause du Solior.

La vue, cependant, était assez saisissante. La route de l'Ouest suivait une grande vallée, coincée entre les immenses montagnes de l'Ouest et du Sud et les collines plus modestes qui s'étendaient au Nord-Ouest d'Emédésia. Au Sud comme à l'Ouest, les montagnes, bien que férocement abruptes, étaient couvertes d'une végétation éparse, dont les couleurs étaient bien plus plaisantes que le désert triste et brûlant dans lequel les arténiens vivaient. La route, large en partant d'Emédésia, partait dans une direction oblique, vers le Nord-Ouest, semblant se diriger droit dans les montagnes occidentales.

Nawen et Estreldar ne croisaient que quelques voyageurs, car le temps était assez désagréable, avec un vent irrégulier, qui soulevait des cônes de poussière. Estreldar profita d'une accalmie pour poursuivre la conversation.


Nan, jamais. On avait pas l'droit d'sortir d'la ville quand j'étais gosse; et puis les créatures des quatre c'est dangereux, hein, j'crois. Ranac, y m'a emm'né un peu, quand même, l'aut'jour.

Il haussa les épaules et regarda autour de lui.

Mais bon, s'pas moche, hein, et puis maintenant ça va.
La vie est un songe.
Pour en savoir plus
Information détaillées
Nawen
Arténienne, Âme-Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Solior 4 Fagilias du 1563ème cycle à 18h56

Malgré la poussière soulevée par le vent, Nawen ne trouvait pas le temps désagréable. De son côté, c'était la pluie qui la gênait le plus et c'était des conditions climatiques plus rares en Arténie.

Donc tu découvres les expéditions dans l'désert. S't'un peu pareil, plus jeune, j'sortais pas d'Emé non plus... La première fois où j'ai du m'aventurer loin d'la ville, s'tait pour aller à Folionna, et j'tais très mal préparée.

Elle désigna le gros sac de son compagnon de voyage.


Heureus'ment, toi, t'as l'air d'avoir mieux prévu l'coup qu'à mes débuts.

A son tour, elle jeta un œil sur le paysage qui les entourait. Nawen n'avait pas toujours aimé s'aventurer hors de la ville. Sans doute parce qu'elle a failli y passer les premières fois où elle avait quitté la relative sécurité des murs des villes. Encore que, au su de son passé, sécurité n'était pas le bon mot...

J'ai appris à aimer l'désert et les montagnes 'vec le temps, malgré les dangers.

Le vent reprit son souffle, empêchant l'humaine de continuer.

Elle ramena un morceau de tissus pour se couvrir le visage et elle reprit sa marche. Il faisait nuit quand ils atteignirent l'auberge qui se trouvaient à mi chemin entre Emédésia et Dalashinn. Là, ils firent une petite pause devant l'établissement.

Le vent était retombé, et la nuit était claire. Ils n'auraient pas besoin de s'arrêter pour le reste de la nuit. S'aidant des étoiles, l'humaine quitta la route et fila plein ouest. Ils voyagèrent toute la nuit. Le relief restait assez plat et le paysage ressemblait à une large vallée peuplée de collines assez basses. La végétation n'était pas très dense, mais la présence des montagnes et de son eau, rendait le paysage moins aride.

Au petit matin, ils avaient franchit la vallée quand Nawen posa son sac au pied d'une montagne. Il y avait un petit ruisseau non loin d'eux, un souvenir de l'hiver. et de la fonte des neiges en montagne. Les plantes étaient un peu plus nombreuses et les protégeraient du vent. Cerise sur le gâteau, aucune créature dangereuse dans les parages. Elle avait eu de la chance de dénicher un endroit comme celui ci aussi rapidement.


J'pense qu'on s'ra bien là. On s'installe et on s'repose. On commencera les cours ce soir si ça t'va.
Information détaillées
Estreldar
Novice de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Solior 4 Fagilias du 1563ème cycle à 21h34

Estreldar sourit légèrement aux remarques de Nawen et dut serrer plus fort les lanières de son sac pour affermir sa prise, face au vent. Il plissa les yeux pour supporter la poussière et parvint, cahin-caha, à suivre sa professeure du jour.

Le novice n'avait pas l'habitude de marcher la nuit, mais il n'avait pas l'habitude de poser des questions trop naïves non plus, et il suivit donc, bon gré mal gré, malgré sa vue assez moyenne, le chemin sur lequel on le menait. Régulièrement, il buvait à sa gourde, durant de courtes pauses.

Il eut un frisson en quittant la route, après l'auberge, au col. Alors que Nawen le menait sur un chemin poursuivant vers l'Ouest, peu usité et à peine visible dans la pénombre, Estreldar jeta un œil à la route, qui serpentait vers le Nord, vers Dalashinn, en décrivant des lacets. Au dessus de lui, à l'Ouest, les montagnes n'étaient qu'une immense ombre, occupant la moitié du ciel et masquant les étoiles.

Le col n'en était pourtant pas un, car les deux branches suivies par la route se rassemblaient pour monter en une vallée unique, remontant doucement vers l'Ouest. Le fond était étrangement peu pentu et étrangement vide, avec des galets épars, comme si des inondations désastreuses avaient fait un ménage récent. Alors que le Solior se levait, Estreldar regardait avec une expression neutre, mais pas vraiment bienveillante, l'immense silhouette vers laquelle la vallée montait doucement. Nawen aurait difficilement pu choisir un endroit plus spectaculaire et le novice se sentait obligé de parler doucement, comme écrasé par la masse de roches.

Il posa son barda et but une gorgée d'eau.


J'savais pas qu'c'était si grand, en fait.

Et il eut une espèce de sourire naïf.

D'ac, j'vais au ruisseau deux s'condes et j'monte le barda. J'ai ach'té du jambon à Emé, mais y va pas s'garder plus d'une semaine. On partage, si vous voulez. J'reviens.

Il s'éloigna vers le petit ruisseau, entouré d'une mer de gravier de plusieurs dizaines de mettre de large, ce qui suggérait que ce n'était pas une bonne idée de se promener dans le coin quand la neige fondait. Quelques pissenlits prenaient maladroitement racine dans le sol inégal. Estreldar s'assit un instant et s'aspergea d'eau, qui coula, brunâtre, de son visage. Puis, après avoir vérifié que Nawen n'était pas en vue, il retira sa tunique et mis les pieds dans le ruisseau, en sous-vêtements, pour se laver autant que possible de la poussière. L'eau était glacée, bien qu'il fasse chaud.

Une fois un peu plus propre et rhabillé, des gouttes d'eau tombant des boucles de ses cheveux les plus longues, il revint au camp et entreprit, maladroitement, avec quelques jurons créatifs, de monter une tente au moins aussi créative par son obliquité. Après un repas rapide ou les cernes d'Estreldar semblaient s'assombrir alors que le jour se levait, il s'endormit rapidement et n'émergea que le soir venu. En sortant de sa tente, il baillait, mais semblait en meilleure forme et de meilleure humeur.


Nam'. Bien dormi ?
La vie est un songe.
Pour en savoir plus
Information détaillées
Nawen
Arténienne, Âme-Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Dolink 5 Fagilias du 1563ème cycle à 16h23

Nawen laissa Estreldar à ses ablutions. Le temps qu'il se lave, elle le mit à profit pour s'installer un peu. Elle n'avait pas prévu une tente pour elle, mais une toile dans les tons ocres accrochée à un cadre monté avec trois branches plantées dans le sol. De grosses pierres trouvées dans la zone permettait de bien tendre la toile. Elle s'assura que la structure tenait bien, puis glissa ses affaire dessous. Elle en était à finaliser une paillasse rudimentaire quand Estreldar revint de sa séance de nettoyage.

Ils dinèrent-petit déjeunèrent, et elle laissa le novice se débrouiller avec sa tente avant d'aller se reposer. Nawen ne dormirait que d'un œil. Le désert ne pardonnait pas toujours un manque de vigilance.

Le soir venu.


Ca été, et toi ? D'attaque pour ta première séance ?
Information détaillées
Estreldar
Novice de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Dolink 5 Fagilias du 1563ème cycle à 17h28

Estreldar remonta ses manches en dévisageant Nawen avec un air sérieux.

Ouais ouais, curieusement, ça m'dérange pas, les cailloux. Désolé si j'ronfle, hein.

Il renifla.

On peut y aller.
La vie est un songe.
Pour en savoir plus

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page