Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

122 Joueurs sur Ideo (4354 inscrits) : 64 humains (2247), 29 elfes (1365), 29 orcs (742) | 1 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Rêve de Chasse...

Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Lamelune

le Mirion 14 Goliarmos du 1550ème cycle à 23h20

*** Un rêve, un rêve étrange... ***



Les elfes avançaient à travers la forêt. Silencieux, furtif, comme jamais ils ne l'avaient été. Leur proie était là, non loin. Ils le savaient au plus profond d'eux même. Cette traque n'avait que trop duré, et c'est dans le sang qu'elle s'achèverait tout comme elle avait commencé. Là où tout avait commencé, là où tout finirait.

Ces elfes étaient vêtus de peux de bêtes. Les bêtes qu'ils avaient tué autant pour leur viande que pour leurs peaux. Des elfes qui étaient revenus à l'état sauvage tout au long de leur périple. Un chasse qui avait duré des années, années au cours desquelles ces elfes avaient réappris à respirer la nature au sein de leurs coeurs. Il étaient redevenus aussi féroces que les loups. Habillés des peaux des prédateurs qu'ils avaient rencontrés, armés d'armes rudimentaires taillées dans les os de leurs victimes, portant des sacs contenant les outils que seul un artisanat primitif et utile saurait refaire, ces elfes avaient oublié la civilisation qui les avait vu naître pour devenir des chasseurs, des guerriers fonctionnant à l'instinct.

L'histoire avait véritablement commencé plusieurs cycles auparavant, quand les habitants de leur village avaient recueilli un guerrier étranger en leur sein. L'homme était blessé et les elfes avaient choisi de le soigner. Cela avait été leur seule erreur, la générosité. Tous les hommes étaient au loin, qui aux champs, qui à la cueillette ou à la chasse. N'étaient présents au village que les femmes, les enfants et les anciens. Quand les hommes étaient revenus de leur labeur, cela avait été pour retrouver le hameau en flammes, les corps mutilés de leurs familles aux quatre coins de ce qui jadis avait été un havre de paix. Le sang avait coulé et nourri la terre. Parmi tous les corps, celui d'un humain pendu au vieux chêne tranchait. D'autres guerriers étaient venu et avaient réclamé leur proie. Les elfes refusant de livrer celui qu'ils soignaient, les étrangers avaient commencé le massacre. Et ce peuple simple ne s'était pas défendu...

Ils avaient enterré leurs morts. Les larmes avaient coulé. Mais, à la nuit venue, ils s'étaient tous retrouvés sur ce qui restait de la place de leur village. Aucune concertation entre eux, juste l'appel de la vengeance qui les avait sortis des restes calcinés de leurs chaumières, les armes à la main. Certains portaient d'antiques haches de bûcherons, quelques uns avaient des couteaux, et même un tenait un arc à la main. La plupart étaient sans armes, mais tous avaient sur le dos un sac empli de provisions et dans le regard la flamme de la colère.

Pendant des années les elfes avaient traqué et tué ceux qui s cet acte ignoble. Un par un, les retrouvant en posant des questions dans les villes traversées. Et la plupart de ceux qui cherchaient la vengeance avaient trouvé la mort maintenant. L'inexpérience du combat avait été fatale à la plupart lorsqu'ils s'étaient retrouvés face à ces mercenaires bien entraînés. Mais ceux qui avaient survécu avaient appris. Ils étaient devenus forts autant que sauvages.

Et c'est cette nuit que cette histoire allait se terminer. Ils le savaient, il ne restait plus que lui. C'était celui qui était le chef, celui qui avait donné l'ordre, celui qui serait le dernier à tomber. Ils l'avaient traqué depuis des lunes, le suivant à la trace, se laissant percevoir de temps en temps pour que l'angoisse étreigne son coeur. Et il avait peur. L'odeur de la transpiration et de la peur agressait les narines des traqueurs... Leur proie était là, devant eux. Lui ne pouvait percevoir ces ombres, localiser leur position, mais il savait qu'ils étaient là.

D'un seul coup, une lueur de fierté passant dans son regard, l'homme arrête sa course au milieu d'une clairière et dégaine son arme. Il savait maintenant qu'il allait mourir et que personne parmi ses poursuivants ne lui accorderait grâce. Il venait de prendre la décision de mourir en guerrier, lui qui avait été seigneur de guerre... De longues minutes s'écoulèrent, quand soudain les ombres sortirent du couvert de la forêt. Ils étaient neuf survivants. Neuf guerriers magnifiques qui contemplèrent leur proie avec le regard glacial de celui qui sait que sa victime n'attend que la lame du couteau. Neuf guerriers qui bandèrent leurs arc en même temps. Un instant à peine s'était écoulé, instant qui avait suffit à l'humain pour charger l'un d'entre eux. Il n'atteint jamais sa cible. Il était mort, transpercé de nombreuses flèches, la plupart de ses organes vitaux avaient été atteints. Un moment de quiétude où les elfes contemplèrent le corps de leur victime avant de s'en retourner dans l'ombre. Les sauvages avaient accompli leur destin ici bas...

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page