Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

121 Joueurs sur Ideo (4364 inscrits) : 68 humains (2253), 26 elfes (1369), 27 orcs (742) | 8 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

assassin book

(une tite missive si on veu rejoindre )
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Joriol 3 Filandor du 1554ème cycle à 19h49

(interdi au moin de 18 ans)
Naïrod s'était endormi en relisant les livres de compte et de rapport sur les anciennes activité de l'ombre de sa famille. Il dormait paisiblement les nez sur les pages d'un antique receuille... quand le songe se forma :
Kival, il fait nuit, la lune est cacher, seule la lumière des étoiles éclaire les rues endormies de la cités.
Un homme vêtus de noire marche en silence, discrètement, il ne veut pas êtres vue, et il ne le doit pas, ainsi lui a été donné sa mission, il avance vers les jardins de la ville, ils sont déserts seul quelque gardes fond de rare rondes, mais l'ombre le sait bien ses victimes, les ont déjas soudoyé pour qu'ils les laissent seules dans le parque obscure.
Il grimpe en silence dans un arbre et se cache dans sa ramure, et attend...
Des hommes approchent, l'ombre les comptes en silences, il sont six comme prévus, il distingue certain des visages, de hauts nobles, intouchable par l'inquisition et le conclave...
Mes frères nous nous réunissons, une fois encore pour célébré notre fois en le retour de notre sombre-seigneur et de sa légion, bientôt nous pourront libérer les seigneurs des morts enfermés sous la cité, bientôt nous feront renaitre le seigneur Zath.
Si on ne l'avait pas prévenue des soupçons qui pesaient sur ces six la jamais l'ombre n'en aurais crut ses oreilles.
La première partis de sa mission était remplis, il pouvait confirmer les crainte du conclave, à présent, il attendait le moment propice pour la deuxième partie, leur punition...
Il les laissa s'exprimer avouer leur sombre idolâtrie, puis vin le moment de leur soi-disant rituel, dans une grande coupe aussi large que leur mains a tout les six réunis ils versèrent leur sang... puis ils se mirent face à face entre eux six sous l'arbre, ils fermèrent les yeux et psalmodièrent...
S'est se que l'ombre attendait, il fit descendre à la surface du liquide une ficelle qu'il maintien et de son autre main versa généreusement le liquide d'une fiole qu'il avait gardé caché jusque là.
La substance coula rapidement et sans bruit se mélangea au sang.
L'ombre remonta la ficelle et regarda, les six burent.
Il regarda le groupe se séparer, et l'un deux lança :
Nous nous retrouverons dans deux semaines...
Quand ils furent suffisamment loin l'ombre sauta au sol.
Pauvres fous, ricin, arsenic, et jus de pestiféré... dans une semaine au plus vous serez tous mort, et sans aucune trace comme on l'a commandé. Justice est rendu, rentrons...
Sans bruit l'ombre quitta le parque, et rentra dans le quartier des forges la ou avait été installé sa base pour cette mission.
A l'intérieur il pris un livre caché et scellé, dans un mur et y inscrivit ses action du jour.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Joriol 10 Filandor du 1554ème cycle à 20h13

(hrp tjrs interdit au -18 ans)
Un nouveau songe se formait.
Le maitre Sombrelame était assit il regardait le couché de soleil sur sur le port d'Angelune en tirant longuement sur sa pipe.
Il n'était pas courant qu'il vienne dans cette ville, et encore moins qu'il doive s'occuper lui même d'un contrat.
Autant joindre l'utile à l'agréable, allons y la nuit tombe elle me cachera.
Il remonta tranquillement vers le temple de la citée.
La nuit était bien installé quand il arriva enfin, il lui fallait y entré.
Il mit alors sur le bas de son visage un masque en tissu noir et une capuche sur sa tête.
Les portes étaient closes et leur ouverture trop bruyante il le savait, il fit alors le tour pour atteindre l’échafaudage mis en place pour la rénovation du toit du temple.
Un garde sa s'était pas prévu, et en plus il fait le piqué, il ne patrouille pas...
Tel une ombre, il se glisse derrière le garde, sans un bruit il le saisi un bras sur le coup et une main sur la bouche, puis serra, serra encore jusqu'à ce qu'il tombe inconscient... il le cachât alors dans un des buissons qui bordaient le temple.
Le Sombrelame retourna vers l'échafaudage et se mit a y monter, les planchent craquaient à peine, il atteint rapidement le toit, il n'avait pas été refermé la saison étant estivale.
A l'aide d'une simple corde il descendit sans bruit jusque dans la nef.
Voila une bonne chose de faite... trouvons le presbytère à présent...Murmura-t-il.
Il n'avait pas besoin de chercher il connaissait parfaitement les lieux, il avança jusqu'à la cellule, non la chambre, au vue des objet luxueux qu'il y vit, du chapelain du lieu ; il y vit quelque chose de plus horrible alors. Se pour quoi on l'avait fais mandé, un enfant d'un dizaine d'année était prostré dans un coin de la pièce, entièrement nue, le visage ensanglanté et a l'opposé le chapelain endormis sur le côtés.
Il mit un doigt sur la bouche en direction de l'enfant, qui ne bougea ni ne dit mots.
Il avança vers l'autre ivre de rage silencieuse et de dégout, et pris sous sa tunique un tube en verre et une fiole d'acide.
Il remplit le tube en aspirant le contenu et l'y bloqua en remplaçant ses lèvres par un doigt, il mis le tube délicatement dans l’oriel de sa victime, et au moment ou celle-ci esquissait un geste inconscient du bras comme pour chasser un moustique, l'assassin relâcha le terrible liquide.
Le bras retomba, la victime eu quelques convulsions, puis tomba dans le sommeil éternel.
Il se retourna vers l'enfant qui le regardait à la fois effrayé et heureux.
-Petit tu va courir chez l'inquisiteur K....
-Non... monsieur, il...il est... pire que le chapelain...
-Tu va y allé et le faire venir au temple, tu lui fera prendre une torche et passer par la grand place devant le temple ne t’inquiète pas, comme celui-ci...
il montra le corps, il ne te fera plus de mal ni a personne d’ailleurs...
L'enfant accepta, s'habilla et parti chancelant vers la sortie et vers la demeure de l'inquisiteur.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Solior 12 Filandor du 1554ème cycle à 19h31

Le maître assassin quitta la pièce sans autre salut pour sa victime... sans bruit il retourna dans la nef, il fallait se presser il ne savait pas combien de temps l'enfant mettrait à revenir avec son deuxième client.
Il couru en silence vers la porte menant au clocher...
Et m... s'est fermé !!
Il ne pouvait pas se permettre de défoncer la porte, il pris alors dans son attirail, un simple crochet...
Et commença calmement a forcer la serrure...
Une serrure de base enfin un peu de chance, merci au très Sévère...
Un simple clik sourd et la porte était ouverte...
Il monta les marche quatre à quatre, et enfin arriva en haut juste sous la cloche.
Il devait monter à la fenêtre celle donnant sur la place du temple, prenant un peu d’élans il se lança et se hissa tel un chat...
Qu'elle ne fut pas sa surprise d'arriver sur une petite plateforme de près de deux mettre de large, il pris alors son sac et un sorti plusieurs morceau de bois, de métal et une fine mais solide corde.
Il commença à assembler le tout avec précaution, c'était la partie du plans qui le dérangeait le plus, monter une arbalète prend du temps même quand on en a l'habitude, il espérait, ne pas en raté sa cible.
Quelque minute après l'arme était monté, longue comme un bras tendu, large comme quatre main et d'une légèreté incroyable, c' était une arme de mort parfaite pour ce travail temps que la cible ne porte pas d'armure trop épaisse.
Le maître Sombrelame fut tiré de sa contemplation par la lumière d'une torche remuante et s'approchant sur la place.
Il pris alors ses carreaux, ce n'étaient pas n'importe lesquels ceux-ci avait été consacrés pour traversé même son arcanes de châtiment.
L'assassin était en place le trait engagé, la flamme était à porter mais il ne tira pas...
Elle n'est pas à la bonne hauteur c'est le petit qui la tien, cette êtres est vraiment impardonnable...Seigneur accorde moi un œil perçant, et une flèche sur.
La flamme était suffisamment proche pour qu'il puisse voire les deux êtres et lire sur les lèvre du plus grand.
Tu vois petit imbécile, tu es encore en vie, il n'y a donc pas d'assassin ici, les serpents ne sont qu'une légende. Tu m'a fais perdre mon temps...
Il leva alors la main vers l'enfant pour le corriger, l'assassin visa alors l'objet avec lequel cet êtres qui se faisait passer pour un inquisiteur avait péché contre le très haut sur cet enfant et décocha sont trait.
Celui-ci trouva sa cible qui hurla de douleur...En fixant le clocher mais ne pouvant voir son agresseur :
-Impossible !!! Seigneur...
Un deuxième trait vint se fiché dans son œil.
Nome moi juste le Serpent !
L'assassin tira un dernier trait vers l’embarcadère du temple, relier à une corde, qu'il fixa dans le clocher pour la tendre il savait que quelqu'un d'autre ferais de même avec l'autre extrémité.
Puis s'en servant de tyrolienne, quitta les lieux.
Il pris alors une barque discrète qui devait le ramener en Kival pour faire son rapport en haut lieu, il profita du temps du voyage pour coucher par écris dans un carnet usé les événement de la nuit.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Solior 19 Filandor du 1554ème cycle à 17h16


Le soleil allait se lever dans quelques heures. Encore une nuit où Salah n’avait pas trouvé le sommeil. Allongé sur le toit de l’auberge, il avait une vue imprenable de Gardebois. Son esprit se perdait, comme son regard, derrière les murailles, par delà les terres du Royaume, plus loin que les déserts de sable, les montagnes…où son oncle et lui avaient vécu un temps cachés. Damar…


Kival dormait. Quelques uns pourtant étaient encore au travail. En hauteur, une silhouette immobile se protégeait du vent. Sa cape enroulée sur les épaules, la capuche couvrant sa tête, il patientait.
En contrebas s’offrait le quartier marchand, éteint à cette heure de la nuit. Trois hommes empruntèrent la rue pavée. Ils se dirigeaient vers le riche quartier résidentiel. Damar connaissait par cœur leur route, leur passage près du porche où deux femmes les attendaient, ainsi que la belle demeure du premier homme.
La silhouette disparue de son perchoir, alors que les individus continuaient leur chemin.

Les deux gros bras s’arrêtèrent à la porte, alors que le troisième, accompagné de ses catins s’enferma dans l’habitation.


Attendez moi dans la chambres je vous rejoins. Dit-il la bave aux lèvres, coulant presque sur son double menton.

Des bougies furent allumées, et le gras alla se saisir d’une pièce de viande séchée. Soudain, un courant d’air le fit frémir. Se retournant, il vit une des fenêtres entre ouverte. Les bougies dansaient, alors que l’homme s’était arrêté de mâcher.


Tu aurais du accepter, Folk. Dit une voix grave et glaciale, émise d’un coin sombre.

L’homme lâcha son repas en se retournant une nouvelle fois, sans même pouvoir émettre un son de sa bouche encore pleine. Il était trop tard, une dague plantée en travers de la gorge. Le corps tomba lourdement sur le plancher, manquant d'entrainer une des bougies sous l’onde de choc.
Damar essuya sa lame sur les vêtements du cadavre, puis quitta la bâtisse par la même fenêtre empruntée bien avant.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Lüdik 21 Filandor du 1554ème cycle à 00h09


Le soleil était à son zenith. La place bondée de monde subissait un flot de passants incessant. Comme tous les jours depuis un moment, Damar venait s’assoir sur le même banc, en mangeant quelque chose. Il ne restait pas longtemps, mais regardait dans la même direction. Les portes du temple.
Nombre d’ithoriens venaient, faisant quelque fois la queue avant de pouvoir entrer. Les jours se ressemblaient, et Damar voyait la même chose, c’est pourquoi il repartait comme il était venue, se fondant dans la foule.
Mais ce jour la, il vit ce qu’il attendait. Un enfant jouait près de la porte. Vêtu pauvrement, comme ceux des quartiers populaires. Il lançait en l’air une petite balle, pour la rattraper à chaque fois, et retenter le geste en gagnant de la hauteur.
Il était enfin arrivé.

L’homme encapuchonné quitta alors son banc, pour se rendre dans les bas fonds.
Il marchait calmement, dans les ruelles sales qu’il connait si bien. Quelques hommes discutaient, adossés à un mur. L’un d’eux avait capté le regard de Damar. Il le rejoindra plus tard, accoudé à un muret.


Tu as fait bon voyage ? S’enquit l’assassin.
Il arrive ce soir. Quatre hommes l’accompagnent. Lui répondit l’informateur, l’air fatigué et tendu.
Décrit le moi.
Il est facile à reconnaitre, c'est le plus vieux et mince des cinq. Il a une canne, et…je n’ai pas bien vu d’où j’étais… Hésita l’homme qui risqua un regard inquiet vers son interlocuteur.
Bien. Le reste est la. Dit alors l’encapuchonné en désignant le buisson à ses pieds. Puis il repartit se perdre dans les rues.

Ce soir, la cible reviendrait d’un long voyage d’affaire, une lettre dans ses bagages. Elle devrait attendre le lendemain pour être délivrée, au vue de l’heure tardive. Mais au prochain levé du soleil, le parchemin devra avoir disparue.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Malina 22 Filandor du 1554ème cycle à 00h15


Les toitures offraient souvent des vues imprenables. Du haut de certaines, on pouvait même voir pardessus l’enceinte du palais royale. Les jardins, les différents bâtiments, certains imposants, d’autres plus excentrés, servants d’appartements pour le personnel. Cela faisait un mois que Damar avait rendez-vous la, pendant plusieurs heures, à identifier les gardes, leur tour de garde, leur nombre, leur itinéraire et même leurs petites habitudes. Un mois qu’il avait reçu son nouveau contrat.
Le diplomate ithorien revenait enfin, ce soir, d’un long voyage en terre artenienne. Il ramenait avec lui un document qui ne devait pas parvenir en haut lieu. Il devait mourir ce soir.

Sous sa capuche, l’assassin vérifiaient une nouvelle fois son itinéraire. Il n’aurait pas beaucoup de temps, et surtout, le droit à aucun faux pas. Ses longues années d’expérience lui garantissait une certaine assurance. Mais la mission était très risquée.
Posées à ses cotés, quelques barreaux de fer, pouvant être dissimulé sous manches. Il vérifia une dernière fois ses lames. Un couteau de lancé à chaque cheville. Une dague à la ceinture, dissimulée sous sa tunique. Une épée courte dans son dos, sous sa cape courte.
Il passa une main sur sa barbe grisonnante. Il serait bientôt la.

Des bruits de sabots l’obligèrent à se plaquer d’avantage sur le revêtement, tapis dans l’ombre. Cinq cavaliers se présentèrent à la porte. L’informateur avait dit vrai. Il était la, à leur tête, le vieux à la canne. Le seul à tenir les reines d’une seule main. Les autres étaient sa garde rapprochée. Mais ils ne pauseraient pas de problème, car ils n’étaient chargés de sa protection que pour le voyage.
Maintenant, c’est seul que l’émissaire rejoindrait ses quartiers.

Le patrouilleur venait de passer. Damar avait quelques minutes.
Il descendit furtivement, pour traverser la rue sans un bruit et venir se coller dans l’ombre du mur d’enceinte. Il souffla sur la pierre, puis passa ses doigts sur sa surface. Les trous n’étaient pas rebouchés. Il se saisit alors des barreaux, pour les insérer dans les canaux préalablement percés, entre les jointures. L’échelle rudimentaire lui permit d’atteindre le chemin de ronde. Le garde allait bientôt revenir.
Damar se laissa pendre, puis tomber dans les buissons en contrebas. La réception fût aléatoire, mais aucun son n’était sorti de sa bouche.

A présent, direction l’écurie, avant que sa cible ne disparaisse dans ses appartements.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Valkin 25 Filandor du 1554ème cycle à 18h37

Le maître Sombrelame avait enfin été relevé rien a signaler autour du roi, il pouvait allais s'occuper d'une petite mission à l’intérieur même du palais, et en même temps aller voire si son invité perforateur était enfin arrivé.
Il pris la direction des écuries en passant par les arrières chambres, et les corridors de serviteur.
Quand il passa la porte il tomba sur quatre homme encapuchonnés portant la marque du serpent.
Ho maître vous arrivés quelque secondes trop tard pour vous en occupé vous même, regardez nous l'avons assis, la-bas la canne sur les genoux, vous pensez qu'il viendra aujourd'hui ?
Le maître regarda l’œuvre assise... un bruissement provint de la cour.
Du beau travail, je le crois même déjà arrivé. Allez à vos arbalètes et a vos place en silences...
Ils s’exécutèrent sans bruit.
Quand enfin l'homme arriva dans l'écurie, le Sombrelame fixait le corps.
Bonjour, cela fais un moment que nous t'attendons...pas de bêttise.il fit un signe, et les assassin armés d'arbalètes sortir sur leur poutres en le tenant en joue,Bien maintenant tu va me dire, pourquoi tu devait supprimer celui-ci, ton nom aussi accessoirement.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Valkin 25 Filandor du 1554ème cycle à 22h24


« Manquait plus que ça » Avait pensé l’intrus, caché derrière l’un des murs de la coure. L’écurie était à 200 mètres, et on l’attendait de pieds fermes. Il aurait du fuir…s’il n’était pas convaincu que ces hommes ne l’avait pas découvert depuis plus longtemps. Il était impossible que la situation soit une coïncidence. Il n’était pas pensable que ces hommes ne soient pas eux même des traqueurs.
Sans beaucoup d’options, Damar devait continuer, ou quitter la ville à jamais. Mais il savait à présent, que si la mission serait difficilement remplie, le temps pouvait jouer pour lui.

L’homme encapuchonné marcha alors vers l’écurie d’un pas sûr, pour s’arrêter à hauteur de la porte. Sa silhouette se découpait dans l’ouverture, alors que la lune éclairait son dos. Nul traits n’étaient discernables, juste une ombre, debout et immobile.

Son interlocuteur avait été très chaleureux. Les cavaliers étaient maintenant armés d’arbalètes, aux quatre coins de l’écurie, le doit sur la détente. La cible elle, était assise au fond de la pièce. Une imprudence, ou une réelle assurance de la part de ses protecteurs.
Damar esquissa un demi-sourire, qui ne pouvait sans doute se voir, dans l’ombre de son tissu, tout en écartant doucement les bras, comme pour étreindre un ami.


Quel accueil. Emit la voix grave et neutre.

Il laissa le silence reprendre ses droits, pausant son regard sur le Sombrelame.


T’as l’air de savoir déjà trop de choses l’ami… Fit-il d’un air plus froid.
Mais je vais te répondre, après que tes hommes aient baissé leur pointe. Car nous sommes polis. Termina-t-il d’un ton de nouveau aimable.

Après tout, que pouvait-il bien tenter, maintenant qu’il était la. Chacun d’eux possédaient des informations capitales, qui une fois mort, s’évanouiraient avec.
Et puis, il ne fallait pas trop faire peur au vieux et son cœur fragile…


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Lüdik 28 Filandor du 1554ème cycle à 16h54

Bien, enfin quelqu’un de raisonnable, allons, approche, si la patrouille du mur te vois se serait gênant...les quartes ombres abaissèrent leurs arbalètes.Il est vrais que je t'ai demandé ton nom sans me présenter, dans notre petit monde, on me nome le Serpent, moi et mon petit groupe, nous somme chargé de la sécurité de ces murs, que tu a habillement percés, vis a vis des gens de notre espèce...
Il se retourna enfin vers son interlocuteur, le fixant ses yeux rouges, il ne portait pas son masque.
Il s’assied à côtés de l'homme à la cane, lui passa une main autour des épaules...
Prend place et raconte nous, pourquoi tu devais t'occuper de lui ? Puisque comme tu le vois c'est déjas fais ca ne coutera pas grand chose.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Lüdik 28 Filandor du 1554ème cycle à 20h31


A la surprise de Damar, l’attitude du « Serpent » devenait plus amicale. C’était un bon point. Il fallait éviter de mettre sous pression les quatre perchés.
Il fit quelques pas vers le Sombrelame, qui tenait le vieillard assis. Damar plissa les yeux. L’homme était-il déjà mort ?


Si on te nomme le Serpent, moi on me nomme Pas.

Il laissa la phrase en suspens, sans afficher le moindre signe d’humour, tout en prenant appuis sur une des barrières de l’écurie.
Affichant un air à la fois décontracté et sérieux, l’homme désigna la cible d’un mouvement de tête.


Je dois juste récupérer sa main droite, et son sac. Lâcha-t-il froidement.
Comme je le vois, ça ne coutera pas grand-chose…

Puis son visage se détendit de nouveau, dans l’attente de réaction de l’assassin keldarien.

Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Solior 3 Volganor du 1554ème cycle à 19h30

Bien mon chère Pas, mais pour qui dois-tu récupérer cela ? Un quelconque groupuscule, un simple "particulier" ou peut êtres, es-tu avec ceux de la croix brulée ?
Le Serpent lui lança la besace du mort. Il fit alors signe a l'un de ses hommes.
Commence à rependre l'huile...puis sort les bêtes... bien la nuit avance et je suis pressé à présent...
Dans un seul geste, le maître Sombrelame, dégaina, trancha la main demandé et rengaine la lame. Puis il ramassa le morceau de chair.
L'avant bras du corps semblait à présent congelé.
Bien alors maintenant, la main et ta sortie contre l'information...
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Dolink 4 Volganor du 1554ème cycle à 12h28


La sacoche du vieux fût envoyée promptement, alors que le keldarien poussait son interrogatoire.
Damar vérifia le contenue…l’enveloppe cachetée était la. Il réprima à peine un sourire de satisfaction. En réalité, « Pas » n’avait nul besoin de la main, mais l’occasion de ressortir sans histoire était trop belle.


Un puissant marchand du sud m’a payé pour récupérer ce bien. Pour preuve de ma mission punitive, je dois également remettre la main du voleur. Sa mort était une option en ma faveur, pour éviter trop de remue ménage. Mentit impeccablement Damar, qui évoqua en réalité une affaire précédente.

L’homme encapuchonné rangea la besace dans ses propres biens, tout en gardant la rambarde sous le coude. Il devait s’attendre à se voir jeter le morceau de viande, ou à tout autre chose. Il ne pouvait savoir ce que valait ici la parole d’un assassin.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Joriol 8 Volganor du 1554ème cycle à 14h18

Un voleur ? Lui,Taken le maître serpent secoua la tête il était déçut, Sa se passait plutôt bien, et il faut que tu commence à me cacher des choses, depuis 5 années que nous le surveillons, il n'a jamais rien volé, il a vendu des informations à l'Empire à prix d'or, se qui lui a valut sa punition... Enfin cela m'oblige a t'offrir l'hospitalité pour un moment...Un claquement de doigt et l'huile rependu devant l'entrée fut incendié, de même que le corps.
Bien tu as trois choix à présent soit tu reste ici et tu brûle, soit tu tente de sortir, mais sache que le paladin noire t'attend dehors ou soit tu me suit gentiment...
Le maître assassin se tenait sur le pas de son entré, enfin de sa sortie.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Joriol 8 Volganor du 1554ème cycle à 18h22


L’enfoiré n’avait rien avalé. Puis les flammes barrèrent l’entrée. Damar laissa le keldarien terminer son énoncé. Puis il pausa son regard sombre sur le flambeur.

Me traites-tu de menteur…ou même d’imbécile ?
Je ne suis pas sensé connaitre moi-même la vérité, j’obéis au contrat d’un riche libre de me mentir. Mais si tu considère la vente d'information à l'ennemi comme n'étant pas du vol...soit.


Alors que la réflexion sonnante laissait entrevoir sa colère, son air s'éclaira de nouveau, tel un homme à la personnalité changeante. Pourtant, aucun signe d’anxiété n’était perceptible.

J’ai toujours apprécié un peu de chaleur pendant ces longues nuits froides. Peut-être vais-je rester cuire avec vos montures. Dit-il tranquillement, alors que celles-ci commençaient à s’agiter.

Il tendit le bras par-dessus la rambarde, pour flatter la cuisse d’une des bêtes.
L’écurie n’allait pas mettre longtemps à s’embraser, ce qui obligeait également les assassins keldariens à en sortir sans trainer.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Dolink 29 Logalios du 1555ème cycle à 12h26

De monture il ne restait plus que celle du vieux...
Tuer pour tuer, simplement pour de l'argent, sans chercher le pourquoi quel dommage, quel gaspillage de talent...
Taken semblait déçut recruter Pas lui aurait économisé de former complètement quelqu'un.
Maïtre les flammes vont alerter la garde, si ce n'est pas déjà le cas...
Oui, je sais et les croix de cendres... Allons. He bien, sur ce, chère Pas, bonne nuits, et bonne chance...

Les garde-assassins passèrent la porte, le Serpent se retourna...
N'oublie pas quand un serpent a senti sa proie, il ne perd jamais son odeur... Il referma le passage et le verrouillât.
Les ombres et le Serpent quittèrent les lieux sans êtres vue...
Maître, vous croyez qu'il va s'en sortir ?
Pour seule réponse, l'ombre eu un sourire.

Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation
Information détaillées
Salah
Keldarien,Capitaine
Royaume de Keldar

le Lüdik 30 Logalios du 1555ème cycle à 00h51


Ces hommes semblaient être une organisation à part entière au sein du Royaume. Damar lui, n’était qu’un assassin solitaire, vivant de contrats aussi divers que ses commanditaires. La raison de ses ordres ne le regardait pas. Il n’était qu’un exécuteur. Et ce « talent » justement, il avait eu le temps de l’aiguiser durant de longues années.
Deux fois que ce Serpent parlait des "Croix de Cendres".
La garde oui, serait certainement alerté…de même que la seule aide qu’il pouvait espérer recevoir de l’autre coté des murs d’enceinte.
Un prédateur peut devenir proie,
"et le serpent craint généralement ce qui vient du ciel", chuchota Damar, en voyant la grande porte se refermer derrière le petit groupe.

L’assassin s’attacha un bout de tissu sur le nez, puis analysa rapidement les options qu’il lui restait pour sortir.
Le feu allait se répandre très vite et dévorer le bâtiment en bois…à commencer par la porte d’entrée, même verrouillée. Grandement fragilisée, elle constituait la première possibilité.
La deuxième, c’était l’une des ouvertures, soit des box, soit du toit.

Une fois à l’extérieur, il faudrait esquiver rapidement ceux qui l’attendaient. A pieds, Damar avait peu de chance. Il flatta de nouveau la monture du vieillard.
Puis,
Pas gagna le fond de la salle, fouillant dans les outils d’entretiens. Il renversa un seau d’eau usé sur un tapis de scelle ainsi que sur ses propres vêtements, et se saisit d’un tissu qu’il imbiba également.
Il enjamba souplement la barricade, pour enrouler celui-ci sur les yeux de la brave bête.


T’en as parcouru du chemin, mais c’est pas ici qu’il s’arrête. Souffla l’homme aux oreilles de l’animal pour le rassurer. Tu me sors de la, et tu vivras.

L’air devenait irrespirable. Damar repassa la rambarde et jeta le tapis mouillé parterre, sur les flammes, devant la porte en feu.
Puis il ouvrit enfin le portique, tenant le cheval par les reines. Il monta prestement, et lui susurra quelques derniers mots, une main lui caressant l’encolure.
Soudain l’assassin éperonna avec virulence, une gifle sur l’arrière train accompagné d’un ordre ferme.


La porte se déchira avec fracas, explosant ses débris dans la coure. La monture et son cavalier encapuchonné battaient à présent les pavés dans une cavalcade effrénée.


Guerrier des temps modernes T.S
Clopinette
Information détaillées
Naïrod de sombrelame
Chapelain,Chevalier,Consacrant
Royaume de Keldar

le Valkin 13 Rastel du 1555ème cycle à 16h54

De nouveau les songes assaillirent Naïrod.
Lentement la brume du rêve perçait.
Un homme était à genou devant un bucher, sur lequel était couché une jeune femme vêtue d'une simple robe blanche et aux yeux bandés, il semblait souffrir, accablé d'une grande tristesse, pourtant aucune larme ne coulait de ses yeux aux iris rouges, ses deux poings était serraient sur les mèches de cheveux écarlates qu'il s'était arrachés.
Il observait les flamme dévorées le bois et la dépouille de la jeune femme puis il hurla :
Erana !! Je jure sur tes cendre que je ferais la peau à ce fils de chienne qui t'as fais cela.
Il se leva d'un bon, faisant sursauter l'assistance présente ; qui se ressaisit alors pour lui bloquer la route.
-Non ! Maître Arald, vous ne pouvez vous en prendre à du Cairne, il a une compagnie complète de mercenaire sous ses ordre payé a prix d'or pour sa sécurité, et il est dans les hautes estimes du royaume.
-Aurais tu oublier notre rôle, frapper le mal quand il prend une place qu'on ne peut le trainer devant sa justice aux yeux de tous... Cette infâme a tuée Erana, mon Erana, tous sa pour ne pas payer son dut... je tuerais jusqu'au dernier de ses mercenaires et lui je l'écharperais vif... et toi aussi ! Si tu ne fais silence et ne m'apporte pas mon matériel !!!

De la manche d'Arald avait jaillit une dague qu'il avait placé sous la gorge de celui qui lui avait parlé.
Résigné celui-ci lui fit apporter ce que son maître voulait.
Une armure de cuire noire, renforcé de manière intelligente sur les points vitaux par des plaques de métal, une outre remplis non pas d'eau mais de sang de bouc, trois paires de dagues, deux épées courtes au lames courbes et quatre arbalètes de point au arbriers permettant d'encocher deux carreaux un au dessus et un au dessous et une grande cape noire dissimulant le tout.
Arald pris la route seul, il n'aurait toléré aucune compagnie en cette nuit sans lune.
Dans les collines au sud de se qui était alors Blancastel, il trouva rapidement le camp, à son odeur de feu et plus intolérable de ripaille, un petit bois bordait le camp des mercenaire de du Cairne.
Il avança aux portes, elles étaient ouvertes deux hommes y montait la garde ainsi que deux autre dans des miradors, il avait les mains au dessus des épaules.
Les deux premier hommes virent à sa hauteur, ceux des miradors étaient également avancer, deux lames jaillir des bottes d'Arald et se plantaient dans les cous des hommes à pied, puis attrapant d'un geste les arbalètes de son dos et tirant, les deux hommes des miradors s'y écroulèrent sans cris.
Deux autres qui sortaient d'une tente subirent le même sort.
Il rengaina et descendit de cheval.
Bizarrement le camp semblait vide, les tantes ,qu'il ouvrait, étaient vides sauf quelques une dont les occupants seraient promptement égorgés, ainsi que deux patrouille qui furent rapidement supprimé a l’arbalète.
Il arriva au puits du camp.
Ils ont dut partir en mission, et la première chose qu'on fais en revenant c'est de boire...
Il déversa l'outre de sang dans l'eau.
Puis monta la colline jusqu'à la tante de commandement.
Naïrod de Sombrelame
Chevalier Chapelain
Pour keldar, je ne craindrerai ni douleur, ni mort, ni même la damnation

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page