Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

115 Joueurs sur Ideo (4371 inscrits) : 58 humains (2256), 27 elfes (1371), 30 orcs (744) | 2 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Alinaël

Se souvenait-elle encore de lui ?
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Sirian
Arténien
Confédération Arténienne

le Valkin 3 Dilannel du 1556ème cycle à 00h29

Un décor vide. Il n’y avait que Sirian. Disparu depuis 5 cycles, il avait très récemment refait surface avec le grimoire. Ceux qui l’avaient connu jadis ne pouvaient pas se tromper : Sirian était toujours aussi petit, aussi roux et aussi juvénile. Ses vêtements étaient ceux d’un vagabond plutôt propre. Son physique avait peu changé, à part des traits durcis par la trentaine, déjà.

Le voleur avait peu d’amis, ce qui était logique quand on empruntait ce genre de chemin. Pourtant, Alinaël avait intégré ce cercle fermé, car ils s’étaient rendu mutuellement service. Hélas, la nis a découvert tous les aspects du rouquin, y compris ceux qui étaient à l’opposé de ses propres valeurs.

Sirian ignorait si l’amitié d’Alinaël avait évolué. Est-ce qu’elle l’avait oublié, après tant de cycles d’absence ? Ou se souvenait-elle encore de lui ? Et si oui, de quels aspects ? De ses qualités ou de ses défauts ? Tant de question qui restaient en suspens dans l’esprit de Sirian. Il voulait à tout prix une réponse…

***

Dès lors, la scène se modifia. Un décor de sable, somme tout commun en Arténie, patrie commune des deux amis. Un rouquin, Sirian, apparut. Il avait l’apparence d’un vagabond, d’un voleur même. Il portait une épée de glace à la main. Tout indiquait chez lui des intentions hostiles, à part son visage, impassible et neutre.

Il attendait.

Chroniques d'un voleur : (24) Du proscrit au conscrit
Information détaillées
Alinaël
Consule,Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Lüdik 13 Dilannel du 1556ème cycle à 00h15

*** Au levant, sur une dune apparu une silhouette. Elle avançait doucement vers le rouquin.

Elle n'était pas bien grande mais progressivement le style le plus naturel d'havrebois semblait accompagner la silhouette.

Les détails se firent jour dans l'éclat du soleil ... une hache au relief tourmenté, un bouclier ébène avec un museau de troll sculpté dans le métal, des colifichets, un collier de dents ... Une peau de loup sur le dos la silhouette se dessinait de mieux en mieux même si un voile couvrait encore le visage de l'inconnue.

La tenue ne se prête guère au désert mais elle avance doucement ... et dans le bruit du vent il entend un sifflement .. en fait un sérénade elfique sifflée ...

Arrivée à 5 pas, elle se stoppe et arrête de siffler et dit juste Namasté avant d’ôter son voile ainsi que son casque. Les traits avaient changé, des peintures sur le visage et les cheveux rendaient la nis difficilement identifiable mais les yeux ne trompent pas ... et il la reconnue ***
Information détaillées
Sirian
Arténien
Confédération Arténienne

le Lüdik 13 Dilannel du 1556ème cycle à 01h34

Quand la silhouette apparut devant lui, il eut cette impulsion de voleur, celle qu’il avait toujours eut quand il était ainsi et qu’il croisait un individu inconnu. Il serrait fermement son épée et comptait s’en servir afin de soutirer des richesses à sa future victime. Certes, cette scène et cette idée peut paraître assez surréaliste, surtout dans un tel désert sans fin, mais dans un rêve, la raison doit savoir composer avec la fantaisie.

La fille qui s’approchait, qui avait à peu près la même taille que le rouquin, semblait venue tout droit des contrées d’HâvreBois. Seule sa carrure ne cadrait absolument pas avec les brutes que l’on pouvait retrouver sur ces terres, et pouvait indiquer que cette inconnue n’était probablement pas une orc. La musique aux traits elfiques indiqua au voleur qu’il avait en face de lui une nis.

Elle venait de se mettre 5 pas devant lui, et le gratifiait du bonjour commun en confédération arténienne. Cette fille était donc une mage du pays de Vahid. Voilà ce qui achevait un portrait bien peu commun. Le roublard ne souhaitait qu’une chose, et cela devint explicite quand il pointa son épée vers la nis. Pourtant, il ne dit pas les sommations d’usage, et vit la créature enlever son voile et son casque.

Il scruta la nis qui se tenait devant lui. Son visage était très vaguement familier, mais il avait déjà vu ces yeux quelque part. Une réminiscence d’un passé lointain lui revint soudain : la caravane marchande arténienne, une gentille nis, un nom familier :


A… Alinaël ? Est-ce bien toi ?

Le rouquin lâcha son épée, il n’était pas question d’agresser une amie. Pourtant, elle venait de le voir dans ses activités. Si elle avait des doutes, ils étaient maintenant dissipés : cet individu était un voleur.

Pourtant, les gens changent. Après tout, la nis avait adopté les coutumes d’un klan d’HâvreBois. La différence avec la frêle nis marchande d’autrefois était assez effarante et c’était à peine si le rouquin l’avait reconnu. Alors, ce dernier ne pouvait-il pas avoir changé également ?

Chroniques d'un voleur : (24) Du proscrit au conscrit
Information détaillées
Alinaël
Consule,Griffe de la Vitalité
Confédération Arténienne

le Malina 14 Dilannel du 1556ème cycle à 21h59

*** Elle lui sourit largement, heureuse de revoir cette tête rousse. ***


Et oui ... c'est bien moi. Que voilà des lustres.

Faut-il voyager dans ces contrées fantasmagoriques pour avoir une chance de se croiser?


*** Elle avait regarder à droite et à gauche puis observant sa tenue elle semble prendre conscience qu'elle n'est pas très adapté au désert. Elle s'étonne de son étourderie sans rien changer pour autant. ***


Il n'aurait manqué qu'un bon rythme de tambour pour accompagner cette approche, non?

*** Elle rit alors ***
Information détaillées
Sirian
Arténien
Confédération Arténienne

le Malina 14 Dilannel du 1556ème cycle à 22h29

Que l’accoutrement de la nis dénature complètement avec les lieux environnants l’étonnait moins que de la voir métamorphosé à ce point. Mais au moins, c’était bien elle, et Sirian était heureux de constater qu’Alinaël ne l’avait pas oublié et qu’elle restait toujours son amie.

Cela fait au moins cinq cycles, depuis que j’ai disparu des porteurs de livres… Désolé pour cette absence inopinée, il s’en est passé des choses… J’ai tellement à te raconter mais je ne crois pas qu’un simple rêve soit propice pour cela. Je suis tellement soulagé de te savoir saine et sauve ! J’ai tellement hâte de te revoir en vrai, mais je n’en pouvais plus de cette attente, c’est pourquoi j’ai fait ce rêve…

D’ailleurs, si la nis le souhaitait, elle pouvait le modifier à sa guise. Après tout, elle était en quelque sorte propriétaire de ce rêve également. Si elle voulait un décor plus proche de son actuelle position, il suffisait de le souhaiter. D’ailleurs, si la musique lui manquait, une simple pensée et des rythmes elfes, orcs ou humains pouvaient accompagner ce songe.

Certes, se voir serait mieux… Mais j’imagine que tu dois être éloignée de nos terres sablées, à en croire ta tenue. Ah, il est loin le temps où tu étais une fragile caravanière !

Sirian rigola, un de ces rires enfantins qui le caractérisait tant. Roublard. Espiègle. Taquin. Sincère.

Enfin, il serait dommage de ne pas profiter de ce rêve, maintenant que nous sommes réunis, même si c’est virtuel, bien sûr.

Malgré le sourire de la nis, l’esprit du rouquin restait incertain. Il était certes rassuré car elle était restée son amie, et ce malgré les apparences néfastes que le voleur s’était donné. Toutefois, il avait envie de lui dire qu’il avait changé, qu’il n’était plus le même depuis ces cinq derniers cycles, qu’il ne volait plus… Mais était-ce bien nécessaire ? Cette volonté de vouloir se confesser était-elle sincère ou voulait-il se donner une meilleure image de ce qu’il était réellement ?

Il ne savait pas.


Un rythme de tambour ? Je te croyais plus flute traversière, enfin des instruments plus elfiques. Mais pourquoi pas ! C’est aussi ton rêve, finalement.

Je suis si content que tu aies répondu à mon appel. Tu es une des rares personnes de confiance qui soit resté après tous ces cycles, si ce n’est la seule…

Chroniques d'un voleur : (24) Du proscrit au conscrit

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page