Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

113 Joueurs sur Ideo (4404 inscrits) : 63 humains (2276), 26 elfes (1381), 24 orcs (747) | 2 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Il s'appelle Alhaar

Et il rêve de vous...
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Alhaar
Chapelain, Inquisiteur, Arpète
Royaume de Keldar

le Joriol 9 Calinior du 1557ème cycle à 23h24

*** Il ferme les yeux quelque part non loin d'une route. Le pendentif autour de son cou. Son corps est emmitouflé dans une légère couverture par dessus laquelle il a posé sa cape. Les nuits deviennent fraîches. Sa respiration s'espace peu à peu. Le sommeil le prend. ***


Alhaar est là devant chacun, tel qu'il se voit. Peu de différences avec l'homme qu'il est en chair et en os. Ses cheveux châtains sont parsemés de mèches blondes et brunes, certaines presque noires. Ils sont plutôt courts mais en bataille. Ses yeux miroitent de plusieurs couleurs au milieu desquelles un bleu clair domine. Accroché à son visage un sourire assuré, charmant, joyeux affirmant à tous qu'il sait ce qu'il fait là. Ses dents sont blanches et parfaitement ordonnées soulignant idéalement l'étirement de ses lèvres entrouvertes.

Son pantalon est rouge, sa chemise blanche est largement ouverte, révélant une bonne partie de son torse bien travaillé. Aux pieds, une paire de bottes de cuir. Il ne porte rien d'autre. L'ensemble rehausse la silhouette apollinienne du jeune homme qui se dessine parfaitement sous la ligne des vêtements.

Il a quelque chose à dire. A dire au monde entier. Le sourire plus éclatant que jamais il écarte les bras très largement comme pour embrasser le monde. Puis silencieusement il les rapproche, tendus devant lui, comme s'il présentait une parole à une assemblée. Une profonde inspiration. L'espièglerie se dessine sur son visage. Il lève dans un même mouvement les deux bras au-dessus de lui. Un geste large initiant quelque chose.


*** Et la scène se met en branle.

Le monde se dessine. Une succession de terres toutes différentes se succédant les unes aux autres harmonieusement. Des plaines riches et vastes, des déserts brillants sous le soleil, des landes, fleuves et rivières se jetant les uns dans les autres pour dessiner des cours complexes et conduire à des terres luxuriantes. Des landes, des collines, des falaises, les montagnes, la mer. Une mer incroyable, grise et bleu renvoyant par l'or et l'argent les rayons d'un soleil qui poursuit sa course d'est en ouest. Lever, coucher et zénith sont tous trois aussi saisissant les uns que les autres. L'eau reflète le blanc, l'or puis l'orangé pour finir par sombrer dans une nuit étoilée. Les ombres se sont étendues pour couvrir un monde qui poursuit sa course. Rien n'est effrayant, tout est beau.

Survient soudain une lumière absolue qui englobe ce monde sans pour autant l'effacer. Des créatures commencent à marcher sur le monde. Dans la forêt des elfes s'éveillent, magnifiques, lestes, plein de grâce. Dans les terres riches du nord marche des hommes et des femmes, modifiant le monde à leur convenance. Au sud dans les montagnes les orcs affirment leur puissance.

La lumière migre soudain, se confondant avec l'aurore. Le monde revient à la mer. La vision coure vers les côtes, remonte le lit du fleuve, pointe vers l'est où s'installe cet éclat lumineux puissant, incontestable, absolu.

Elle est seule. Puis d'elle émane un couple. La femme est superbe, l'homme magnifique. Elle se trouve à sa gauche, il se trouve à sa droite. Ils regardent le spectateur, avenants. Toujours de face, leurs mains se rencontrent et s'élèvent au-dessus de leurs têtes, entre eux. Les bras opposés s'écartent légèrement de leurs corps, les mains extérieures se tournent paume vers le haut. Dans la main de la femme une douce lumière blanche apparaît. Dans celle de l'homme elle est noire et miroite. Entre leurs mains levées l'or apparait, une fraction de la lumière qui les a vu naître.

Les trois lumières forment un triangle parfait, équilibré. Puis de l'or viennent les armes qui habillent le couple petit à petit. Le couple se fait face désormais. La main sombre de l'homme tend vers le bas, celle blanche de la femme repose au-dessus deux. La lumière dorée se tient toujours entre leurs paumes qui reposent désormais entre leurs deux corps.

Un rayon part des émanations nacrées de la femme pour traverser l'or et frapper la noire lueur de l'homme. Ils s'écartent, entre eux une épée est apparue, tenue par la lame au point de pression des deux paumes. L'homme et la femme reprennent un instant leur position première, l'épée désormais tenue entre eux.
Un éclat, la lame est désormais fichée dans le sol. Homme et femme se saisissent de concert de l'épée. Les éclats dans leurs mains ne sont plus. Ils la lèvent.

Le monde tourne.
L'homme et la femme se tiennent dos aux rêveurs et portent l'épée vers les terres du nord désormais dans les ténèbres, là où se tient le delta du fleuve. Puis ils la lèvent au-dessus d'eux. L'épée se dédouble restant dans la main de chacun. Eux-mêmes se multiplient pour former un cercle de douze personnes. Six femmes, toutes différentes, six hommes, aucunement pareil.

Les douze rabaissent leurs épées, les tenant devant eux comme pour un salut militaire. Ils regardent ceux qui rêvent. Sur leurs visages avenants se lit la détermination. Ils s'écartent d'un pas en deux rangées, trois hommes et trois femmes dans chacune d'entre elles. Au milieu de la haie qu'ils forment, mise en perspective vers l'est, brûle l'absolue lumière aurorale.

Les douze se tournent vers le spectateur libérant la vue sur celui qui les suit. Ils donnent l'impression qu'ils vont s'élancer à la rencontre du monde. Les bras se tendent, les épées restent droites, pivotent soudain et retombent au fourreau. La main extérieure sur la poitrine les douze invitent de l'autre le monde à les rejoindre.

La scène change une nouvelle fois.
Les douze marchent désormais vers le monde, les armes et les armures sont plus légères mais toujours présentes, mais c'est avec ouverture qu'ils avancent. ***


Peu à peu ils se mêlent les uns les autres et la scène disparait pour revenir à Alhaar, les bras pliés, écartés vers l'extérieur, paumes des mains vers le haut comme en position d'attente et en même temps d'ouverture.

Le jeune homme lâche un discret clin d'oeil amusé avant de disparaître, le sourire aux lèvres.

Car il viendra vers vous...

La Justice est belle ! Pourquoi ne pas l'aimer ?

Et dans le détail, elle se révèlera ! (Thème d'Alhaar)

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page