Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

122 Joueurs sur Ideo (4354 inscrits) : 64 humains (2247), 29 elfes (1365), 29 orcs (742) | 1 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Au delà de l'oubli: D'un royaume à l'autre

RP Privé
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Mirion 4 Goliarmos du 1558ème cycle à 08h57



*** C'était arrivé un peu plus tôt que prévu. Certains étaient inconsolables et d'autres ne parvenaient pas à verser une larme. L'ambivalence des sentiments face à l'événement était profonde.

Dans le cœur et l'esprit des hommes et femmes qui avaient connus Arkain, Aldménir et Délémia jouaient leurs numéros de duettistes favoris, ils les plongeaient dans la tourmente.

Face au corps d'un homme qui avait fait partie de leurs vies, comment réagir ? Que dire ? Quel comportement adopter ? Certains se posaient la question, d'autres non. Cela dépendait de l'empire de sous qui ils se trouvaient.

Égaré dans leurs sombres pensées, perdus dans leurs tourments, aveuglés par leurs larmes, secoués par leurs sanglots, il regardait les flammes lécher le corps d'Arkain et bruler sa chair, le transformant peu à peu en cendres parmi les cendres.

Autour du bucher funéraire, les prêtres, ses coreligionnaires, élevaient leurs prières vers Azolth et le suppliaient de conduire son âme vers le Royaume pour qu'il puisse y servir le Gardien.

Mais ce n'est pas ce qui devait arriver. ***

Thème
Second Thème
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Mirion 4 Goliarmos du 1558ème cycle à 08h59



*** Je me souviens de ce jour avec détail. Il pleuvait. Le ciel sombre gorgée d'eau avait finit par se déchirer et semblait vouloir noyer la terre. A l'abri des feuilles denses d'un chêne, je regardais la lumière nocturne vaciller alors que la lune pleine et ronde jouait avec les nuages au grès du vent. Ce dernier portait une rumeur qui venait s'ajouter au grondement sourd de l'eau frappant la frondaison des arbres.

La forêt était un bien triste et macabre endroit cette nuit là et je doutais de pouvoir trouver facilement une dépouille sur laquelle me nourrir. Ne voulant pas prendre le risque de voler tant que le temps ne s'arrangeait pas, je prenais donc mon mal en patience en nettoyant mon ramage.

Soudain, je perçus un mouvement à la limite de mon champ de vision. Tournant mon regard, je vis la silhouette d'un homme chancelant sortir dans la clairière toute proche.

La lune vint révéler ses vêtements de la blancheur de ses rayons. Une gambaison de cuir vert pomme descendant jusqu'au genoux, une capuche de voyageur marron, des braies bleus et des bottes de marches sombres

Il avait tout l'air d'un soldat, peut-être d'un aventurier. En tout cas, j'avais immédiatement distingué le reflet du fourreau à sa ceinture. Ce dernier devait contenir une épée, sûrement une rapière au vue de la garde.

Mais son arme ne parut pas de lui être d'un grand secours car il finit par tomber, face contre terre, lentement, comme un arbre qui ploie avant de chuter. Quelques maléfices semblaient l'avoir saisit. Peut-être la mort ? Intéressé, je décidais de m'approcher. ***

Thème
Second Thème
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Joriol 5 Goliarmos du 1558ème cycle à 10h19

*** Après avoir vérifié que les fourrés alentour ne cachaient pas quelques prédateurs tapis dans l'ombre ou quelques concurrents à la dégustation de ma future charogne, je me posai près de cette dernière.

Je reculai machinalement d'un saut lorsque je vis l'homme bouger la main, lever le bras et le tendre comme s'il cherchait à se saisir de quelque chose. C'était un geste désespéré, sûrement inconscient. Dans les brumes de son esprit défaillant, il devait chercher un moyen de ne pas basculer dans l'abîme qui l'attendait. Mais c'était inutile. Il ne pouvait échapper à son sort, n'est-ce-pas ?

Son bras retomba lourdement sur le sol et j'entendis ses poumons se vider une dernière fois. Enfin, il était temps de s'approcher pour commencer à déguster sa chair. Ses yeux étaient la partie la plus tendre et la plus aisée à atteindre. Détacher le nerf qui retenait l’œil à son orbite n'allait pas être compliqué avec mon bec acéré, je m'approchai par petit saut prudent.

Sa tête n'était pas bien mise, j'allais devoir trouver un moyen de la faire tourner. Je restais pensif, mon regard sombre fixant l'homme sous divers angles. Un instant, je perçus un miroitement dans le creux de ses vêtements. Ce dernier m'attirait. Sautillant de temps à autre autour de lui, je me perdais dans mes réflexions lorsque soudain, j'entendis un râle provenant de sa gorge.

Bondissant en arrière, je le vis se relever lentement sur ses jambes et regarder autour de lui d'un air hagard, les épaules voutées et la silhouette chancelante. Ses yeux émeraudes balayaient les environs forestières, pluvieuses et sombres comme si ces derniers contemplaient un rêve. ***


- Ou suis-je ?

*** Parvint-il à dire d'une voix brisée et sèche.

Bondissant, je prenais mon envol et m'élevait vers l'arbre le plus proche pour m'y poser, hors de sa portée. Puis, je restais, le dardant de mon regard, observant ce qu'il allait désormais faire.

Il porta tout d'abord sa main à son front et secoua légèrement la tête. Il fit quelques pas en arrière pour se glisser à l'abri du feuillage d'un arbre. Puis il se retint au tronc d'une main, y posa son dos et parut chercher son souffle. ***


- Qu'est ce que je fais ici ?

*** Jura-t-il en grimaçant. De nouveau, il balaya les environs du regard et se tint dans l'ombre. Puis, paraissant prendre une décision, il sortit un mouchoir qu'il attacha à une branche. Ensuite, il tira un couteau de poche. Il révéla sa lame et commença à découper les branches les plus basses et les plus sèches des arbres alentour pour les réunir en un tas. Puis, il vint s'accroupir près d'elle et confectionner des panneaux de feuillages à même de le protéger du vent et de la pluie.

Il commença à récupérer quelques pierres cachées sous le feuillage qui jonchaient le sol, il récupéra une partie de ce dernier pour son propre usage. Revenant dans son abri, il s'agenouilla et fit un petit tas de ce qu'il avait récupéré, l'entourant de pierre. Puis, après avoir cherché, il prit un bout de bois assez fin et solide puis il le fit tourner autour d'un tas de feuillages.

Cela lui prit un long moment où il pesta et jura, mais enfin une fumée noire s'éleva puis une flamme naquit et s'embrasa violemment. L'homme se jeta en arrière et resta sur le séant à observer l'étrange spectacle qui s'offrait à lui.

Le feu se mit à s'élever d'une trentaine de centimètres avant de se figer, cristallisé. Des cendres et braises se formèrent au niveau du foyer, l'herbe fut totalement brûlée jusqu'à la terre dans un rayon de cinquante centimètres. Aucune fumée ne semblait produite par ce feu, mais la chaleur et la lumière qu'il émettait était bien réelle. C'est alors que des lucioles incandescentes sortirent des flammes figées pour commencer à tournoyer lentement autour du feu. ***

Thème
Second Thème
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Solior 7 Goliarmos du 1558ème cycle à 10h50

*** L'homme dont les traits étaient désormais révélés par le feu continua à regarder ce dernier avec stupéfaction pendant quelques longues secondes. Puis, il reprit vie et redressa son dos, bascula sur ses genoux et avança une main timide vers l'une des lucioles. Cette dernière se posa sans panique. Elle était aussi grosse que le pousse.

L'individu referma alors ses doigts sans écraser la créature dans sa main. Il ferma ses paupières puis inspira et expira profondément. Un sourire discret gagna ses lèvres et quand il rouvrit la paume, la luciole semblait s'être volatilisée. Il cligna des paupières précipitamment et regarda sa main sous toute les coutures. Puis il fixa le feu d'un regard en coin en fronçant les sourcils, comme s'il craignait de le fixer en face.

Enfin, il lâcha un soupir par le nez et se redressa. Revenant à son mouchoir, il détacha l'objet détrempé et l'essora au dessus de sa bouche ouverte pour en récupérer l'eau. Il put ainsi boire. Ensuite, il remit le mouchoir et s'installa au couvert de son abri, près du feu pour se réchauffer. Il ne paraissait pas prêt à s'endormir. La nuit pouvait être longue quand on était seul et perdue dans la forêt. Moi, j'avais trouvé quelque chose pour m'occuper. ***

Thème
Second Thème
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Malina 10 Goliarmos du 1558ème cycle à 07h12

*** La nuit se poursuivait. Elle semblait s'étendre, s'attarder, se languir paisiblement sur le canapé confortable du temps. La pluie finit par cesser, mais elle ne laissait pas derrière elle qu'une activité nocturne bruyante comme on pouvait la connaitre dans d'autres forêts. Celle-ci restait plongée dans le silence.

L'homme était figé, telle une statue, près du feu. Il regardait le ciel à travers la frondaison des arbres et suivait avec une attention étrange, le passage de la lune dans le firmament nocturne. Cette dernière glissait lentement, silencieusement, au milieu d'un champ d'étoiles aux lueurs esseulées et glacées.

Le vent tomba et une brume monta du sol pour envahir les lieux, lui donnant un aspect mystérieux et angoissant. Pendant quelques minutes, le temps parut suspendu et rien ne bougea. Seul la ronde des lucioles autour du feu paraissait égrener le temps.

Quand l'homme sortit de sa torpeur pour se redresser. Le mouvement et le bruit qu'il exécuta dans le silence le plus total parut avoir la puissance d'un coup de tonnerre. L'individu se figea et regarda autour de lui. Mais le silence était déjà retombé. Malheureusement, la moindre feuille sèche, écrasée sous ses pieds, émettait un bruit qui semblait s'élever haut et loin d'ici. Il allait lui être impossible d'être discret.

Malgré cela, l'homme paraissait avoir prit une décision et poursuivit dans son idée. Il s'approcha d'un arbre et il en blessa le tronc avec son couteau. Puis, il brisa une branche pour en faire bruler l'une des extrémités. Il déchira ensuite un morceau du bas de son manteau et le badigeonna de la sève qui coulait de l'arbre. Ensuite, il enroula le morceau de tissu à l'extrémité brûlée du bâton. Enfin, une fois cela fait, il ralluma la torche qu'il venait de se confectionner.

Ainsi éclairé, il jeta un dernier regard au feu de camp, il laissa un instant ses yeux émeraudes se perdre dans la contemplation des lucioles puis, comme s'il craignait de retomber dans la torpeur qui semblait être tombé sur le lieu, il s'enfonça dans la forêt qui l'entourait sans savoir ce qui allait en être au-devant de lui. Je le suivais de quelques battements d'ailes. ***

Thème
Second Thème
Information détaillées
Arkain
Main d'Azolth, Préfet Impérial, Intendant de Blancastel
Empire de Kohr

le Joriol 12 Goliarmos du 1558ème cycle à 11h57

*** L'atmosphère des lieux paraissaient le plonger dans une profonde concentration. Ses yeux allaient sans cesse vers les alentours. Il lui arrivait de s'arrêter soudainement pour écouter. Régulièrement, il prenait soin de marquer son passage d'une branche cassé ou d'un symbole sur l'écorce d'un arbre. Sinon, il demeurait régulier dans sa marche et tentait de garder un cap.

Au bout d'un temps indéfinissable, l'obscurité de la forêt se fit moins oppressante. La brume parut s'évanouir et les arbres s'espacer, remplacé par des fourrés d'arbustes plus denses. Ces derniers étaient difficiles à franchir et l'homme dût parfois en contourner les plus denses. Les ronces étaient les plus dangereuses et les plus nombreuses à apparaître sur son chemin.

Alors qu'il semblait que l'homme sortait du coeur de la forêt, cette dernière paraissait vouloir le retenir dans une dernière étreinte épineuse. Bientôt, il fut entouré d'un labyrinthe de ronces acérées et il dût se résoudre à utiliser son épée pour se tailler un chemin.

Au sortir d'un massif de ronces, il bascula dans une sorte de petite douve creusée dans la terre noueuse de la forêt. Il se retint aux racines affleurantes des arbres pour éviter de choir puis regarda autour de lui. Ce qu'il vit alors le plongea un instant dans l'immobilisme le plus total.

Devant lui, à sa gauche, se trouvait un homme assit sur l'une des pentes de la fosse. Il était habillé d'une armure de fer et portait un tabard. Assis, les genoux à demi-repliés, le dos rond, il enserrait son épée à deux, lames vers le sol dans ses bras. La lame lui passait entre le coup et l'épaule, sa garde venait se loger derrière sa nuque.




Il avait des cheveux noirs bien peignés et un visage fin. Le grain de sa peau était encore juvénile. Son regard bleu-nuit semblait perdus dans d'intense reflexion. Il n'avait nullement réagit à l'arrivée du voyageur qui venait de sortir des ronces. Il était là, assis et pourtant, il semblait terriblement distant, terriblement lointain, comme un mirage sur le point de s'évanouir.

Autour d'eux, la forêt était plongée dans une obscurité bleutée, comme durant les minutes qui approchaient l'aube. ***
.

Thème
Second Thème

Page [1]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page