Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

120 Joueurs sur Ideo (4364 inscrits) : 67 humains (2253), 25 elfes (1369), 28 orcs (742) | 6 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Taverne Hantée

Ne frappez pas, il n'y a pas de portes [RP LIBRE]
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1] [2] [3]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Sek'os
Kamarad'
Union de Hâvrebois

le Valkin 3 Goliarmos du 1560ème cycle à 12h33

Contrarié d'avoir paniqué devant un danger inexistant, le petit ork pénétra à pas prudent dans la taverne en se massant le bout du nez.

Les représentants des autres espèces avait changés d’accoutrements optant pour des tenues plus légères, plus informel, plus intime.
Une vibration, une déchirure furtive traversa le subconscient de l'ork.
Un murmure, une suggestion? Toujours est il que le vent sembla lui murmurer une phrase.
Tout sous le ciel.... puis plus rien.

Une perturbation onirique , rien de plus et l’orc repris ces esprits pour détailler les nouvelles tenues de chacun.
Lui même avait été recouvert d'un pantalon de type kohrien ou keldarien, qui le rendrait bien plus présentable auprès des autres buveurs.

Le koskhunien alla quérir de nouvelles bouteilles et de nouveaux verres pour ce faire pardonner l'agitation qu'il avait causé.


Je sé pas c'ke c'aih k'c't'endroa, mhè c'aih phaurh haitrang.


J'disé. Les z''ulmatéos c'aih une rac' étrang'. C'aih vou k'haites le moins bien pourvu par les dieux ôh point d'vu dl'a forc', d'lintelligenc' et dl'a longévithai. Pourtant, z'avez bati d'sacré royaum. Vous possédhai une grande partie d'idéo.
Aihtaunan.

Pourfend'heur d'gob's ,massak'heur d'harpies, tuheur de Drak's.
Héros de Gor'Kaggar, Inkarnation de Khelnor.
Information détaillées
Aloered Falaamas
Quendë, Garde d'Orodreth
Peuple Elfe

le Solior 4 Goliarmos du 1560ème cycle à 13h17

***
Le rêve avait réagit d'une façon bien étrange, Aloered en était pourtant habitué c'était la première fois qu'un songe l'empêchait de faire ce qu'il voulait. D'une façon ou d'une autre il lui était impossible de faire revenir son armure sur ces épaules et le draps qui lui servait de remplacement devenait encombrant.

Il regarda la jeune humaine elle aussi dans un accoutrement quelque peu osé, mais cela ne semblait pas la déranger outre mesure. L'elfe prit la décision de laisser tomber son haut le laissant sans aucune protection, l'envie de prendre encore une gorgée était trop forte et ses maudit draps le gênait. ***


Nous ressentons tous le froid, les elfes ne sont pas des êtres insensibles.

*** Il bue un gorgée du breuvage apporté par l'orc pour réchauffer sont corps, ce sentiment agréable lui fit oubliée sa nudité.
***

Le livre d'ideo
http://www.ideo-lejeu.com/popups/chroniques.php5?id=17808
Information détaillées
Lizbeth Masgard
Aspirante diplomate, Novice de Délémia
Empire de Kohr

le Malina 7 Goliarmos du 1560ème cycle à 17h48

*** Lizbeth eut un regard aimable et attendrit pour le petit orc, visiblement habillé dans une mode keldarite. Qu'importait, la jeune femme était bien habillée d'une étrange façon, quoique plus séduisante qu'à l'accoutumé. Comprenant difficilement que Sek'os parlait des humains, la jeune fille s'attarda tout d'abord à la phrase prononcée par Aloered. Elle le toisa un instant, de la moquerie dans le regard. ***


Les elfes ne seraient pas des êtres insensibles ? Qui l'aurait crut...


*** Elle ria à sa propre remarque, avant d'essuyer son humour par une gorgée de... quel était cette substance ? Bah, qu'importait, la situation était devenue soudainement rocambolesque, autant pousser le vice jusqu'à son paroxysme. Après une gorgée de ce qui semblait être de l'alcool à forte température, l'humaine aux joues empourprées par les multiples vapeurs émanant de son verre posa ses deux avant-bras sur la table. ***


Nous serions les moins pourvus d'intelligence, de longévité et de force n'est-il pas ? Drôle de façon d'interpréter la vie que nous menons... et je ne saurais pas exactement le nier. Après tout...

*** Elle se redressa, leva ses deux bras en avant, comme pour démontrer le peu de muscles que la jeune femme possédait. ***


Ce n'est pas moi qui irait démontrer le contraire !

*** Elle reposa ses avant-bras à leur place initiale ; son sourire s'élargit, plus carnassier, mesquin... à l'image d'une Déesse qu'elle ne représentait peut-être que trop bien. ***


Mais heureusement, et contrairement à vous deux, les humains sont plus malins et plein de ressources.
Information détaillées
Aloered Falaamas
Quendë, Garde d'Orodreth
Peuple Elfe

le Malina 7 Goliarmos du 1560ème cycle à 19h18

Aloered regarda la jeune femme avant de plonger ses lèvres dans son verre.
elle semblait être d'humeur à provoquer, il lui fallait rendre la politesse.


Vous ne devriez pas confondre votre maîtrise de la fourberie par de la malice.


Le jeune garde quitta la table et s'avança vers la cheminé encore éteinte.
Le froid lui glaçait le sang un bon feu allait remédier à ce problème.


Je vous accordes le fait que vous soyez plein de ressources d'une certaine manière, disons que vous êtes imprévisibles et savez vous adapter à beaucoup de situation ce qui peu faire votre charme.


il fracassa la chaise la plus proche pour s'en servir de combustible, empoigna une torche et la jeta dans le bois.

Les orcs compte trop sur la force brute et nous autres premier peuple aimons être patient ce qui peux parfois nous coûte cher

Le livre d'ideo
http://www.ideo-lejeu.com/popups/chroniques.php5?id=17808
Information détaillées
Sek'os
Kamarad'
Union de Hâvrebois

le Mirion 8 Goliarmos du 1560ème cycle à 12h36

*** L'orc s'appuya contre son dossier du banc et allongea ses bras le long de l'appui. ***

La discussion prenait un tour intellectuel, et une légère agressivité sous tendait certains propos.

Tant mieux Sek'os se considérait comme un orateur hors pair.
Il s'efforça de masquer son accent, car l'humaine semblait dégager des signes de concentration quand il prenait la parole.


Un grand shaman ork à dit un jour que toutes les trois espèces dominantes d'idéo sont issue d'un même ancêtre lointain.
Il s'est buter, certains n'avait pas apprécié d'être assimilé à des Nashkis.

Néanmoins,
*** marquant une pause pour faire apprécier à son auditoire l’usage de ce mot de transition propice et raffiné, ***
néanmoins avant de mourir le vieux shaman expliquait que nos ressemblances,
*** dévisageant les deux autres buveurs ***
, sont biens plus importantes que nos différences.

J'ai jamais trop compris.

Le koskhunien avait beaucoup de mal à croire à ces propos, la peau d'Allan et Aloered étaient si blanche si fine, leurs nez si délicat , une telle laideur était presque inconvenante.
Pourfend'heur d'gob's ,massak'heur d'harpies, tuheur de Drak's.
Héros de Gor'Kaggar, Inkarnation de Khelnor.
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Lüdik 24 Joriamel du 1562ème cycle à 05h13

*** Philémon pénètre dans la taverne.

Une caractéristique fascinante des songes est qu'ils ont beau proposer d'emblée un contexte complètement foutraque, improbable ou loufoque, jamais le rêveur ne le ressent ainsi : pour lui, tout est normal, tout coule de source. Il ne se pose aucune question, même implicite : en fait, son rapport banal au cadre est une part essentielle, voire existentielle, de son étrangeté. Cette dernière, si criante au réveil, n'existe pas pour l'endormi : le voyageur onirique n'a aucun recul, car lui et son rêve ne font qu'un.

Par conséquent, Philémon évolue comme si ce moment, cet endroit, ce début d'histoire fondaient son existence, son univers, son « ordinaire ». S'il s'avance comme s'il avait toujours été là, c'est parce qu'il a toujours été là, dans le seul espace-temps qu'il ait jamais connu...

Cet éternel instant.

Notre jeune homme, pour autant, n'a pas changé : il s'agit bien du Philémon poissard, pétochard et fêlé du capuchon qui, de jour, arpente les rues de Dominia et de nuit, en visite les puits artésiens. Il entre donc prudemment, affichant l'air ahuri et ce regard craintif qui l'ont rendu si populaire, chez les chasseurs de têtes à claques.

Il y a du monde. C'est assez flippant. Notre pied nickelé sinue prestement entre les tables, prenant bien soin d'éviter tout contact visuel avec qui que ce soit, feignant d'autant mieux l'empressement fébrile qu'il est fébrile. Au contact du zinc, il reprend son souffle, tente de se calmer – il y a un PUTAIN D'ORC dans la salle – et, d'un geste si prudent qu'il en est niais, tente d'attirer l'attention du barman. Ce dernier n'a pourtant pas une gueule de porte-bonheur : ***




*** Le gars, aussi aimable qu'un nid de frelons secoué, postillonne au visage du jeune homme : ***


- Qu'est-ce qu'il me veut, le cave ?

- Euh... si j'osais, serait-il possible d'envisager... dans l'hypothèse où j'aurais soif... alors, de vous suggérer de b-bien vouloir... m'autoriser à...

- Il veut picoler ?

- V-v-v-v
Voilà.


*** Le sale type sort une bouteille de nulle part et l'agite sous le nez du rêveur, qui se tasse aussitôt : ***


- Il veut picoler, sachant ce que ça lui fait ?

- Aheuuu... ce que ça me fait ? Du bien ?

- Non. Il faut tout lui expliquer, hein ?
Très bien. On va reprendre depuis le début. Qu'est-ce qu'il pense de sa vie ?


- Qu'est-ce q-que je p-pense... de ma vie ?

- Il répète encore une fois ma question, je lui sors les tripes illico.

- Oui ouioui m-ma vie, arrhh... D'accord. Elle est p-pourrie, ma vie. Toute pourrie !

- Pourquoi ?

- Parce que je suis... une merde ?

- Exact.


*** L'effroyable taulier pose ses deux mains à plat sur le comptoir et se penche en avant. Le ton devient dur, cassant, incisif lorsqu'il éructe : ***


- Qu'est-ce qui peut changer la nature d'un homme ?

*** Philémon n'en sait foutre rien, alors il reste cois. L'autre poursuit : ***


- Rien, béjaune ! Rien ne peut changer la nature d'un homme. Pour changer de nature, il faut changer d'homme.
Et pourtant...


*** Ecarquillant les yeux, s'approchant davantage du rêveur et le poussant du doigt : ***


- Lui. Il peut.

*** Agitant sa gnôle de plus belle : ***


- Avec ça !!

*** Ses postillons volent dru lorsqu'il s'exclame : ***


- Il est distingué, mon Philou ! Repéré ! Il a le Livre et pour son malheur, les dieux l'ont remarqué. Et ont décidé de s'amuser.
Désormais...


*** Expiration : ***


- Quand il boira, il changera : l'espace d'une seconde, d'une heure ou davantage, il deviendra quelqu'un d'autre.

*** Inspiration : ***


- Il sera fier, arrogant, désaxée, suicidaire, narcissique, dominant, méchante, insouciant, pervers, poète, génial ! Et plus encore ! Un verre de trop, et son identité volera en éclats. Sans jamais pouvoir l'anticiper, il sera fourbe ou flamboyant, homme ou femme, salaud ou lumineuse ! Les cadres de son existence, quels qu'ils soient, vont se dissoudre ! Il sera en danger, plus encore que d'habitude, car sa singularité même le rendra pluriel ; Janus aux mille visages, il vivra mille vies, là ou chacun n'en connaît qu'une. Tour à tour altruiste, sadique, sainte, tortionnaire, avisé, crétin, putain mondaine, nis romantique ou gnutag fou, le chaos sera son empire. Il sera tous les êtres, homme-orchestre au milieu des simples solistes. Et le plus beau, dans tout ça...

*** Le barman commence à fatiguer, il doit faire une pause. L'endormi en profite pour en placer une : ***


- J'aurai une belle vie ?

*** D'un revers de la main, le tenancier balaie l'idée : ***


- Sûrement pas. Ma parole, il se croit le héros de la fable qui s'écrit ? Il en est le dindon, pardi ! Tout le monde en rira ! Tout le monde, sauf lui.
Et le plus beau dans tout ça, disais-je... c'est qu'il fera n'importe quoi mais que jamais, au grand jamais, il ne s'en souviendra.


*** Écartant les bras : ***


- Je le salue, l'homme stochastique ! Le suprême anarchiste !

*** Versant enfin l'alcool fort dans deux verres : ***


- Ça s'arrose. A la sienne !
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Joriol 27 Joriamel du 1562ème cycle à 14h19

*** Le rouquin claque un verre sous le nez du jeune homme et grogne, l'expression mauvaise : ***


- Y veut pas trinquer ? J'en vaux pas la peine ?

- Ah sisisi, c'est... l'émotion, je ne m'y attendais pas...
A la vôtre ?


*** Paniqué, Philémon goûte au breuvage. Le tord-boyau est si violent qu'il lui déchausse les dents ! Les yeux exorbités, le rêveur retourne la bouteille pour en lire l'étiquette : cette dernière est comme brûlée, digérée par les rares gouttes qui l'ont douchée. Seul trône encore un nombre : 12...
12 degrés ? Seulement ? ***


- C'est le pH, râle le taulier. Ou l'indice d'octane. Partant pour son p'tit frère ?

- Ah oui, carrément ! C'est vraiment bon ! Sourit le rêveur, qui commence effectivement à y prendre goût...

*** Et hop ! Chacun s'en envoie un deuxième godet. Philémon, à raison persuadé qu'il n'y survivra pas, déglutit lentement le poison... et meurt.

Encore.

En une fraction de seconde, le pauvre garçon passe de vie à trépas. Il se bloque, comme pétrifié. Son cœur s'arrête, son sang se fige, son œil s'éteint. Il n'est plus qu'un poisson mort, un tas de viande dont l'esprit dérive au loin, ectoplasme erratique et désorienté....

Pour le moment.

Dans les limbes, on s'agite ! La nature a horreur du vide et chez les âmes damnées, le corps énucléé du larbin agit comme un aimant ! Par brassées, elles convergent dans le maelström, tournoient comme des folles, se bousculent, s'écharpent et se déchirent ! Enfin, la plus vorace impose sa loi et prend possession de son dû...

Le profond mystère, qu'une poignée de personnes – sa mère, deux putes et feu Bono – ont toujours pris pour de la folie, s'est encore produit : Philémon a succombé, littéralement, à son addiction. Dès lors, il n'a pas filé droit dans un pilier, non...

Il est resté. Disponible. Parce qu'il est corvéable à merci.
Son rôle, c'est d'être un pantin.
De se faire posséder
.
Même en rêve.

La mort elle-même ne peut rien y changer.

Son hôte du jour est un fameux poète, bagarreur et gouailleur notoire, aussi porté sur la bibine que son corps d'emprunt provisoire. Le bonhomme s'installe, prend ses aises, frissonne, ouvre les yeux. Pour les gens présents, Philémon s'est à peine raidi, avant de se reprendre...

En vérité, il n'est plus là. ***


- Ca va ? Demande le taulier, soudain méfiant.

- Ta gueule.

*** D'un geste vif, le rêveur empoigne la boutanche et la vide d'une traite, au goulot. Il rote comme un brontosaure, se mouche dans sa manche, s'accoude dos au zinc, grommelle à l'adresse du rouquin : ***


- Remets-en une, ma couille
Je m'avoue pas vaincu...


*** Puis rime, en parcourant la salle du regard : ***


Mais qui sont ces andouilles ?
C'est quoi ce trou perdu ?
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Valkin 28 Joriamel du 1562ème cycle à 16h40

*** Avisant Lizbeth, le voyageur onirique esquisse un sourire amer avant de murmurer : ***


Une elfe...

*** Puis de déclamer, non sans délicatesse : ***


Qu'il soit fait de matière
Ou du plus bel Ether
L'idée pourra déplaire
L'amour est éphémère

Ainsi va l'univers
Et tout bon littéraire
Nul besoin d'un expert
Connaît l'argumentaire

Les plaisirs de la chair
Carburent à l'ordinaire
Le temps n'en a que faire
Il passe en courant d'air

Pour tous ceux qu'on enterre
Le constat lapidaire
N'est pas aussi sévère
Que pour toi et tes pairs

Vous qui semblez si fiers
D'accumuler les ères
Comme des trophées de guerre
Je vous l'écris en clair

Le temps crée et digère
Ou il n'est rien, ma chère
Si demain est hier
L'amour n'est que chimère
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Solior 29 Joriamel du 1562ème cycle à 02h16

*** Une voix piaillarde de souris cancéreuse en phase terminale stridule soudain dans son cou : ***


- C'est une humaine, crétin !

*** Philémon - enfin, son corps - sursaute comme s'il avait une guêpe dans l'oreille et d'un geste réflexe, envoie bouler La Teigne au milieu des tables : ***


- Et toi t'es qui, peigne-cul ? J'ai dévà vu d...

*** Rideau.
Le valet, comme si de rien n'était, reprend possession de son bien charnel.
Dandremont, le poète revêche, s'en est allé...

Le jeune homme regarde autour de lui en levant un sourcil intrigué : il fait face à la salle... ne lui tournait-il pas le dos, à l'instant ? Se serait-il, en quelque sorte, téléporté sur lui-même, mais à l'envers ? ***


*** Regardant le piom s'approcher prudemment, il lui demande : ***


- Euh... dites... ne me serais-je pas, en quelque sorte, téléporté sur moi-même, mais à l'envers ?

*** La réponse du vil petit être ne le rassure guère : ***


- T'es trop con, mais à un point... les copains voudront jamais me croire. Tu ferais mieux de te réveiller fissa, avant de prendre le risque d'être identifié...

- Ident... mais où suis-je ?

- Dans le rêve de quelqu'un d'autre, abruti ! Même moi, je l'ai compris !

- Un rêve ? Plait-il ? Non !! Mais...


*** Affolé, le garçon lance des regards éperdus aux alentours, passant d'un client à l'autre, s'attardant sur le taulier...
Comme pour chercher une aide qui ne vient pas. ***
Information détaillées
Philémon
Kohrien
Empire de Kohr

le Valkin 5 Fagilias du 1562ème cycle à 02h51

*** Silence.

En fait, personne n'a vraiment prêté attention au nouveau venu...

Le valet s'ébroue mentalement, souffle un bon coup, tente de se raisonner, d'analyser la situation : les gens, dans la salle, sont étonnamment passifs. Détendus. Calmes. Non, c'est plus inquiétant que ça... Ils sont immobiles. Comme figés dans l'ambre.

Pétrifiés.

L'ensemble est extraordinairement troublant. Si ce n'était le taulier, toujours actif dans son dos, occupé à nettoyer ses verres et à tourner ses bouteilles en présentoir, étiquettes en façade, Philémon pourrait croire qu'il regarde un tableau de l'intérieur. Tout se passe comme s'il explorait, seul être véritablement vivant de la scène, une pièce de théâtre onirique qui s'est interrompue, en pleine représentation, parce que son auteur - ou son auteure - l'a abandonnée. Laissé tomber.

De fait, si le rêveur est vif, les autres sont comme morts. Le tavernier, lui, n'est sans doute que sa propre création, ce qui explique son apparente vitalité. Mais qu'est-il, sinon le produit fantasmé de son dernier client ? Pour en avoir le cœur net, le jeune homme se tourne vers lui, se concentre... ***


- Quoi ? Dit Poil-de-carotte, avant de se volatiliser dans un "Pop !" de bouchon festif !

*** Philémon sursaute, puis sourit : pour une fois qu'il comprend ce qui se passe...
Un décor, voilà ce qu'il voit. Un décor peuplé des voyageurs oniriques qui l'ont créé et partagé, un temps, avant de partir pour d'autres horizons virtuels. Qui donc a rêvé de cet endroit en premier ? Qui en est l'inventeur ? Est-il possible de le deviner ? Voyons voir...

Le garçon commence à se déplacer de table en table, s'attardant sur des détails : le mobilier, les boissons proposées, les éléments de décoration intérieurs, l'architecture globale, l'atmosphère... tout cela lui est relativement familier : en fait, la taverne embrumée pourrait très bien trôner dans n'importe quelle ville de l'Empire. Une impression globale ne saurait constituer une preuve, mais si le domestique devait trancher, telle serait sa conclusion : c'est un compatriote qui a fondé cette auberge. Qu'elle demeure intacte alors même que ce dernier est parti trahit, en quelque sorte, toute l'intensité, toute la puissance du rêve initial. Sans doute le fruit d'un esprit fort, profond et créatif.

Rassuré, heureux d'avoir mis des mots sur un beau mystère, Philémon se dit qu'il aurait bien voulu rencontrer le maître ou la maîtresse des lieux. Pas le barman, pas l'un des fantômes qui signent le passage d'anciens visiteurs, pas un touriste tel que lui, mais le dieu ou la déesse caché(e), l'original(e).
Malheureusement, il arrive trop tard...

Une autre fois, peut-être ?

"Pop !"

Il disparaît, laissant traîner un léger sourire énigmatique derrière lui, comme le chat du Cheshire. ***

Page [1] [2] [3]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page