Fermer
 
Encore 0 msg
 
 
     

IDEO : Les Domaines Oubliés

131 Joueurs sur Ideo (4383 inscrits) : 74 humains (2265), 32 elfes (1374), 25 orcs (744) | 17 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V3.1.0

Les élus

Un monde en devenir. Un monde à imaginer. Ouvert a tous.
Le Monde des Rêves : Les rêves sont un moyen d'échapper à la réalité quotidienne. On peut rencontrer d'autres rêveurs dans le monde des rêves, mais ces rencontres floues, si elles sont parfois enrichissantes n'ont jamais valeur de communication. Pas de diplomatie ni de serments ici car les rêves sont avant tout ... des rêves.

Page [1] [2] [3] ...[5] [6]


Actualiser Retour à la liste des sujets
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Mirion 14 Solianas du 1562ème cycle à 17h24


Par pudeur, Tabatha s'était baignée sans enlever sa robe.

Elle se rendait subitement compte, qu'elle était peut-être plus impudique qu'Enola, avec sa robe moulant son corps.

Pas longtemps alors... Je dois pêcher notre repas.

La jeune femme observa le visage d'Enola. Ses cheveux rejetés en arrière, dévoilait ses oreilles. Enola était une nis...

Tabatha revit l'elfe de son souvenir et soupira. Il serait temps de chercher à savoir plus tard.

Disons que je vais faire sécher ma chemise...

Carpe diem
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Joriol 15 Solianas du 1562ème cycle à 11h59

A son tour Irielle qui se sentant lasse et moite par leur marche, enleva sa robe, commença par la laver, puis à son tour se mit entièrement nu sous la cascade, relevant ses cheveux pour bien les nettoyer.

La fraicheur de l'eau lui plaisait. Elle resta un long moment ainsi jusqu’à ce qu'elle ait froid, et rejoignit Tabatha et Enola pour se sécher auprès d'elles. Elle avait étendu la robe.


C'est le meilleur moment de notre journée! mais tu as raison Tabatha, il ne faut pas trop trainer pour préparer un feu. Nous avons de la chance que tu saches pêcher les truites de cette façon et je commence à avoir très faim.

Irielle démêlait ses cheveux avec un petit bâton fourchu.

Vous voulez essayer?
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Joriol 15 Solianas du 1562ème cycle à 17h18

Hrp/désolée pas de connexion 4g pour moi. Niko étant en WiFi...



Enola se redressa et prit le baton des mains d'Irielle.


Laisse.moi faire, tu me rendras la pareille.

Et elle entreprit de la coiffer, mi avec ses doigts mi avec le bout de bois.
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Joriol 15 Solianas du 1562ème cycle à 19h16


Tabatha, allongée en chemise aux côtés d'Énola, hésitait sur la conduite à tenir.

Était-elle la seule a s'inquiéter de l'avenir ?
Il le semblait bien.
Bien sûr, elle avait été la première à se laver mais elle n'aurait pas pris le temps de se sécher. Elle avait faim mais surtout, elle ne cessait de se poser des questions. Et elle semblait être la seule a le faire. Énola et Irielle paraissaient parfaitement à l'aise. Comme si ce monde était le leur...

Irielle, elle aussi s'était lavée.
Et comme Enola, elle s'était mise nue.

Et comme Énola, elle était une nis…
Ses cheveux relevés devoilaient de jolies oreilles aux pointes délicates. Irielle et Énola étaient belles. Ne disait t-on pas que les elfes etaient tous très beaux ? Pour ces deux nis, c'était le cas.

Chaca était le seul mâle du groupe et Tabatha le regarda à la dérobée. L'homme était maintenant calmé et plutôt discret. La jeune femme se demanda comment il prenait la situation.
Pour la première fois, elle songeait qu'elles avaient été toutes trois, presque nues tout le temps. Et entièrement nues pour deux d'entre elles, maintenant.

Tabatha n'avait aucun souvenir d'amis ou de connaissances… Elle n'avait pas non plus, souvenance d'amour. Et si elle avait aimé, ou avait été aimée, c'était dramatique.

Une chose était sûre.
Ces deux nis l'attiraient. Elle ne savait pas pourquoi mais c'était un fait. Est-ce que c'était le cas avant ? L'image de cette nis dans un lit...

Tabatha resta à regarder les deux nis s'amuser à se coiffer puis se décala du corps d'Énola. Elle sentait presque sa chaleur et s'était plus qu'agréable.

Oui Irielle moi aussi j'ai faim… Je file pêcher… Il faudra du bois et un feu… J'espère ne pas revenir bredouille…

Tabatha se releva et rajusta sa chemise sur son corps.

Si Irielle et Énola se comportaient avec naturel, ce n'était pas son cas. Tabatha ne tenait pas à ce que son trouble ne la trahisse.
Elle savait qu'elle avait le feu aux joues…

Carpe diem
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Joriol 15 Solianas du 1562ème cycle à 23h39

Chaca s'était éloigné vers la forêt.

Lorsqu'il revint vers ses compagnons, il portait un fagot de bois qu'il déposa au pied des rochers.

Il leva les yeux vers ces dames, et devint d'un coup rouge comme une écrevisse avant de se détourner.

Il.avisa alors la cascade, et comprit le pourquoi du comment.

Sans hésiter, il ôta pantalon et bolero et se précipita sous la cascade, dévoilant un corps musculeux sous son apparente finesse.
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Valkin 16 Solianas du 1562ème cycle à 09h01

Irielle regarda Chaca, elle e rendit compte qu'elle était habituée à la nudité et cela la gênait nullement d'observer ses compagnons. Elle le trouvait pas mal, et le spectacle de l'homme sous la cascade était plaisant à regarder.

Après s'être coiffées mutuellement avec Enola, elle se releva et s'habilla. Elle regarda ensuite Tabatha s'éloigner pour pêcher remarquant le rouge sur ses joues. Irielle pensa que c’était certainement dû à leurs nudités.

Elle alla ensuite chercher du bois car celui ramené par Chaca ne suffirait pas. Elle en trouva facilement, elle trouva aussi des champignons qu'elle savait comestibles. Elle déchira alors le bas de sa robe. Un morceau pour attacher le fagot de bois et l'autre pour rassembler les champignons dans une sorte de sac.

Elle revint ensuite au campement pour préparer le feu avec ses compagnons.




Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Valkin 16 Solianas du 1562ème cycle à 12h29


C'était facile. Il suffisait de repérer une truite cachée sous une pierre ou dans des herbes. En marchant dans le ruisseau, on en faisait toujours fuir une. On ne la perdait pas de vue et on la laissait trouver une cachette. Ensuite, on approchait lentement le poisson par l'arrière et on glissait la main sous son ventre pour l'attraper. La truite semblait être paralysée et se laissait prendre…

Le cours d'eau abritait de nombreuses truites. Tabatha avait fait huit belles prises qui attendaient sur l'herbe.
Elle s'était éloignée et ne voyait plus ses compagnons. Le soleil ne tarderait plus a se coucher et elle devait retrouver les autres. La jeune femme avait passée une fine badine de noisetier dans les ouïes des poissons pour pouvoir les transporter vers le lieu du bivouac.

Sur place, la jeune femme vit un gros tas de bois. Irielle était occupée à préparer des champignons et Tabatha ne voyait pas les autres. Elle s'approcha de la nis blonde. Irielle avait de l'or dans le regard. Tabatha n'avait jamais vu des yeux comme les siens.

Je mange comme un ogre mais je vais devoir réfréner ma fringale. Deux truites chacun, j'espère que ça suffira avec ces champignons… Il va falloir que je trouve une pierre tranchante ou je ne sais quoi pour préparer ces truites…

Tabatha dégagea la badine des ouïes des poissons et soupira.

Je ne sais même pas qui m'a appris a pêcher à la main. C'est ça le pire ici… Ne pas se souvenir… En tout cas, je suis heureuse de ne pas être seule. Enola à l'air de prendre les choses du bon côté. Chaca semble aller mieux… Et parfois, je me dis que je suis la seule à me faire du souci. Dis-moi Irielle… Tu as l'air de ne pas t'inquiéter de notre sort. Je me trompe ?



Carpe diem
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Solior 17 Solianas du 1562ème cycle à 10h29

Enola se rhabilla prestement.

Non pas que rester nue la dérangeait, mais le pourpre qui avait envahi le visage de Chaca et de Tabatha lui avait indiqué leur gène.

Elle s' approcha du tas de bois, et disposa un certain nombre de branches en pyramide.

Puis elle incanta jusqu'à ce qu'une flamme naisse dans la paume de sa main.
Elle la modela dans son esprit jusqu'à ce qu'elle se dresse bien droite, puis la dirigea vers la base de la pyramide.

Celle ci commença par fumer un peu, puis s' embrase d'un coup.

Tapant dans ses mains, elle se recula en riant.


Voilà......ne reste plus qu'a les faire cuire.....

Elle regarda d'un air moqueur Chaca qui enfilait son pantalon.

Ne cache pas le haut, ce serait dommage.
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Solior 17 Solianas du 1562ème cycle à 17h58

Irielle regarda Tabatha avec un hochement de tête.

C'est vrai, je ne suis pas inquiète. Tu sais pour moi chaque chose qui m'arrive est dû au destin et il y a une raison à tout même si je ne la connais pas.

Elle resta un bref instant pensive, regardant Enola faire le feu et taquiner Chaca pour qu'il reste torse nu.

Par contre je suis assez perplexe sur ce que je sais de moi, si c'est vrai ou si c'est faux. Je préfère finalement vivre au jour le jour et profiter de chaque instant. Regarde, nous nous en sortons pas si mal ensemble, nous avons ce qu'il faut pour passer une belle soirée.

Irielle se leva et prépara un lit pour eux, balayant le sol avec une branche pour empêcher les insectes de les gêner, recouvrant ensuite l'endroit de feuilles.

Voilà, nous aurons chaud, nous sommes propres et nous n'aurons pas faim. Demain nous verrons bien ce que nous trouverons, mais je suis également heureuse de ne pas être seule et de vous avoir tous les trois.

Et vous? vous êtes inquiets?
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Dolink 18 Solianas du 1562ème cycle à 10h16

L'homme resta un long moment près des cailloux sur lesquels les femmes avaient séché, s'affairant sur l'un d'eux.

Puis il rejoint ses compagnons près du feu.

Si elles sont intéressées, elles pourront voir gravés sur le caillou a l'aide d'une pierre leurs trois visages stylisés avec une légèreté incroyable.
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Lüdik 19 Solianas du 1562ème cycle à 12h37


Enola avait réussi sa flambée et Tabatha, tout en conversant avec Irielle, avait longuement bataillé pour vider ses prises.
A l’aide d’une pierre qu’elle avait réussi à rendre plus ou moins tranchante, elle avait réussi à préparer les truites. Certainement de la pierre de silex. Une chance qu’elle soit tombée sur cette manne.

Tabatha avait longuement regardé ce qu’avait fait Chaca. Cet homme était un artiste. Elle se reconnaissait parfaitement et ses compagnes étaient tout aussi réussies. Peut-être que le seul mâle du groupe avait d’autres dons.

La jeune femme l’espérait. Dans leur situation, l’art n’était pas vraiment utile. Pourtant, l’œuvre de Chaca l’avait fait sourire.
Il leur faudrait vite trouver quelques idées pour améliorer leur sort. La jeune femme songeait à des choses simples. Ils avaient le feu. Pour les pièges et la nasse, elle avait les tiges de noisetier. Mais c’était tout. Il fallait absolument qu’ils se procurent un couteau. C’était vital. Tabatha n’osant pas envisager de trouver des outils ou des armes. La nuit serait fraîche mais elle n’était pas frileuse. Il leur faudrait des vêtements. Le petit groupe était seul et ils devaient trouver de quoi survivre. Et cela, rapidement.

Ce monde ne pouvait pas être déserté de ses populations. C’était impensable. Resterait à trouver ces gens. Ensuite, il leur faudrait échanger vêtements, armes et le minimum vital pour vivre, contre du travail. Ce devait être possible.

Ils avaient mangé les poissons et la nuit était tombée. Irielle avait préparé un lit de feuilles et il ne leur restait qu’à se reposer. Malgré cette étrange journée riche en émotions et malgré leur longue marche, Tabatha n’était pas fatiguée. Elle savait que le sommeil tarderait à venir. Les autres ne semblaient pas plus pressés qu’elle à aller se coucher.

Je serai beaucoup plus inquiète si j’étais seule. Tu as raison Irielle, nous devons garder le moral. Nous avons pu manger et nous mangerons demain. J’ai eu l’idée d’un piège… Un encadrement de petits rondins de bois mort, assemblé avec cette plante grimpante. Un carré de la longueur d’un bras environ. Dessus, des badines de noisetier entrecroisées et retenues entre elle et sur le cadre, avec le lierre. Des pierres aux quatre coins pour donner du poids à l’ensemble. Il me faudra une grande longueur de lierre. Et un bâton de la taille… Long comme mon pied…

Tabatha tendit son pied nu vers le feu de camp et le bougea lentement en l’air.
Puis, elle tendit à Chaca, un long morceau de bois dont le bout était noirci par le feu

Tu pourrais me dessiner une nasse à poissons avec ce bâton ? Et le renoircir quand la cendre manquera. Ou comme tu as gravé nos portraits… C’est toi l’artiste. Demain matin bien sûr. Donc je disais… Une bonne longueur de lierre avec une extrémité attachée au bâton qui soutient l’encadrement du piège. On choisit l’endroit et on place le piège. Et on va se cacher non loin. J’ai gardé les têtes et les entrailles des poissons comme appâts. On attend… Quand notre proie est sous le piège... On tire sur le lierre et… On pourra manger ! Enfin je l’espère…

Tabatha avait regardé tour à tour ses compagnons de route en souriant.

Nous ne pourrons piéger que des petites proies. Des oiseaux, perdrix, faisans et autres. Des écureuils ou des rongeurs… J'espère que nous en attraperons. Je n’ai pas d’autres idées de toute façon. Il faut juste prendre le temps de construire ce piège. Et de réaliser la nasse… Il est préférable de rester sur place encore demain. Le ruisseau pullule de truites et nous serons sûrs de manger. Ensuite, nous reprendrons notre route au Sud. C’est je crois le mieux à faire non ? Nous trouverons forcément quelqu’un ! Je n’arrive pas à croire que nous soyons les seuls ici…

Tabatha songeuse mordillait sa brindille de bois. Puis, elle regarda Irielle et Enola.

Il faudra encore raccourcir nos chemises les filles. Nous devrons confectionner des sortes de sacs pour transporter tout ce que nous trouverons de comestible en chemin. Champignons, racines, baies, ou fruits et légumes sauvages.

La jeune femme regarda ses cuisses nues et se demanda quelle longueur d’étoffe elle pourrait encore déchirer.

Le feu de camp flambait et les lueurs des flammes se reflétaient sur les visages de ses compagnons.

Ma jument me manque… Ambre aurait eu son utilité tôt ou tard. Mais je sais qu’elle me retrouvera…

Tabatha se releva lentement et jeta sa brindille dans le feu.

Je suis vraiment heureuse de ne pas être seule… Je vais me coucher. Bonne nuit…



Carpe diem
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Lüdik 19 Solianas du 1562ème cycle à 20h05

Chaca avait observé Tabatha et écouté sa demande.

Plutôt que de dessiner une nasse, il valait mieux qu'il la fasse.
Il alla cueillir d'autres branches de noisetier qu'il taille avec un silex coupant.
Il y en avait plein près de leur campement.

Il s'assied en tailleur, et entreprend de faire plusieurs cercles avec des branchez de noisetiers, qu'il lie avec des branches coupées en quatre.

Puis il tresse les branches entre elles, de façon à former comme un panier en laissant un trou au fond.
Puis il recommence l'opération sans laisser de trou au fond, et il assemble ensemble.les deux paniers.

Une fois fini, il tend la nasse à Tabatha avant qu'elle ne s'endorme.

Cela te va comme ça ?
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Lüdik 19 Solianas du 1562ème cycle à 21h02

Enola était admirative devant l'esprit d'entreprise de la Traqueuse.

Avec elle dans leurs rangs, ils n'avaient pas trop de soucis à se faire.

Lorsqu'elle réclama du tissu pour faire des sacs, la nis n'hésita pas.

Elle ota sa robe, prit une mesure approximative et la déchira avec les dents juste sous sa poitrine .
Tant qu'elle ne lèverait pas les bras, elle resterait couverte.

Puis elle découpa encore une large bande qu'elle se noua autour des reins, cachant juste ses fesses, et elle tendit le reste de tissu à Tabatha en riant.


Tiens, on aura de quoi faire quelques sacs.
En attendant, si on veut dormir, on a intérêt à se tenir chaud mutuellement.


Elle s' allongea tout contre Tabatha, et la prit dans ses bras.

Voilà, comme cela on devrait avoir chaud.....tu sais que tu as de beaux yeux ?
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Malina 20 Solianas du 1562ème cycle à 08h02

Il a observé Enola tandis qu'elle ajustait ses vêtements.

Pas de pudeur apparente.

Visiblement, elle a l'habitude de se montrer nue.

Et visiblement, il a l'habitude de voir des femmes nues.

Sinon, il serait bien embarrassé.

Se tournant vers Irielle.

Et bien, il ne me reste plus qu'a te proposer mes bras pour te tenir chaud.
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Malina 20 Solianas du 1562ème cycle à 12h14


Tabatha, avait regardé Chaca se lever d’un mouvement leste et quitter le campement sans un mot. L’envie d’aller s’allonger pour la nuit la quitta. Elle était brusquement curieuse. Où était parti l’homme qui se prenait pour un orc ?

La jeune femme regardait Chaca travailler à la lueur du grand feu. Il travaillait vite et bien. La nasse avait pris forme puis avait été achevé rapidement. Tabatha n’en doutait plus. Chaca était un artiste. Il était très doué de ses mains et serait très utile au groupe. La voix de son compagnon la tira de ses réflexions.

Euh… C’est parfait Chaca. Reste à savoir si ta nasse attrapera du poisson. Je sais où passent les truites et j'irai la poser au ruisseau à l'aube. Demain matin, nous serons fixés…

Tabatha avait regardé Enola arracher ce qui restait de sa chemise et lui tendre le morceau d’étoffe en riant.

Merci Enola… Je ferai de même demain et ça devrait suffire…

Tabatha avait ri mais son rire s’était vite éteint quand Enola s’était allongée contre elle et l’avait entourée de ses bras.

Les tiens sont plus sombres… Ça te donne un regard plus profond. Moi, j’ai des yeux de chatte…

Irielle et Enola semblaient parfaitement à l’aise avec la nudité. Tabatha n’était pas pudique et aimait être nue. Il lui était arrivé de se dorer au soleil toute nue, et elle dormait dans le plus simple appareil. Cependant, il n’en allait pas de même quand elle n’était pas seule. La jeune femme était trop timide, pour s’exposer aux regards des autres. Elle n’avait pas ce naturel, qu’Irielle et Enola semblait avoir. Un naturel était-il typique des elfes ?

En était-il de même pour le comportement ? Enola l’avait serrée contre elle sans rien lui demander. Etait-ce un geste naturel ou autre chose ? Tabatha quant à elle, luttait contre un début de panique. Sentir le corps chaud d’Enola contre elle la troublait bien trop, pour qu’elle se sente à l’aise. Son envie d’oser parler à Enola ne franchit pas ses lèvres. La jeune femme avait peur de se méprendre sur les intentions de la nis aux yeux verts. De plus, Irielle et Chaca dormiraient à leurs côtés…

La jeune femme, perdue dans des pensées troublantes n’osait bouger un muscle. Elle se voyait entre les bras des uns et des autres. Étrangement, elle était incapable de choisir qui d’Irielle, d’Enola ou de Chaca, lui plairait le plus. Encore que les nis l’attiraient plus que l’homme. Avait-elle toujours ressenti cet intérêt envers les femmes ? Ou les nis ?

Tabatha sombra dans le sommeil sans même sans rendre compte…


Carpe diem
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Malina 20 Solianas du 1562ème cycle à 16h46

Irielle, avait regardé ses compagnons œuvrer pour leur survie. Elle enleva sa robe et partie s'habiller de végétation. C'était naturel pour elle de se vêtir de la sorte, et en même temps très lointain....

Elle prépara une tenue végétale pour Enola et Tabatha, ainsi qu'une autre pour chaca.

Chacun s'était affairés pour le bien du groupe, et les filles s'étaient lovés l'une contre l'autre pour la nuit.

Elle en était là à se demander comment faire quand Chaca lui proposa ses bras. Elle lui répondit spontanément.

C'est une bonne idée et nous aurons tous les deux plus chaud.


Elle lui sourit, et s’installa auprès d'Enola et Tabatha, se nichant dans les bras de Chaca. Sa chaleur corporelle lui fit du bien, elle ferma les yeux pour s'endormir.

Merci Chaca, bonne nuit.

Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Malina 20 Solianas du 1562ème cycle à 17h40

Bonne nuit Irielle, je vais essayer de ne pas trop bouger.

Chaca se força à fermer les yeux, focalisant son esprit sur les heures passées.

Comment en était il arrivé là ?

Les trois plus belles femmes autour de lui, l'une d'elles lovée dans ses bras.

Ne s'agirait pas de déraper.

Faire une autre nasse. Puis un piège pour le petit gibier.

Qu'est ce qu'elle sent bon...

Peut être même deux pièges....

Que sa peau est douce....

Et même deux nasse....

Tiens compter les étoiles, il y en a plein au dessus d'eux.

Marrant ça.... Elles n'ont pas tout à fait la même disposition que d'habitude....Comme si....ça y est, elle dort....faudra que je la dessine....

Un miroir.....les étoiles, comme s'il les voyait dans un miroir....

Hummmm....Ce parfum....Ne pas bouger....
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Mirion 21 Solianas du 1562ème cycle à 08h32

Lorsqu'Enola émerge de son profond sommeil, elle réalise qu'elle a dormi son corps emmêlé avec celui de Tabatha.

Une jambe entre celles de la jeune femme, sa main sur sa fesse, l'autre sur son sein, et sa bouche contre sa joue.

Tabatha n'est pas en reste, une main contre son bas ventre et l'autre sur son sein.

Elle sourit, le nez dans ses cheveux, et pose ses lèvres sur les siennes.


Bien dormi ?
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Mirion 21 Solianas du 1562ème cycle à 10h29


Une aube pâle s’était levée, éveillant Tabatha. Face à elle, elle vit Irielle qui dormait contre Chaca. La jeune femme retint un mouvement brusque en sentant un corps contre le sien. Enola était lovée contre elle. Les mains de la nis étaient sur elle. Puis, elle réalisa qu’elle-même avait les mains sur des endroits intimes de sa voisine. Tabatha se décala lentement pour se mettre sur le dos. Il était temps de se lever.
Le baiser d’Enola éveilla totalement Tabatha qui se redressa doucement pour ne pas embrasser la nis à son tour.

Oui… J’ai dormi comme un loir…

Tabatha passa une main sur ses yeux. Puis, se ravisant, elle déposa un baiser sur les lèvres d’Enola.

Bonjour Enola…

Tabatha remarqua qu’Irielle avait abandonné ses loques blanches et s’était couvert le corps d’une sorte de tenue végétale. A côté de la couche, en amas de végétation était posé sur l’herbe. Peut-être qu’Irielle avait confectionné d’autre tenues ?

Tabatha raviva les braises du feu et quitta le bivouac.
La veille, Chaca avait réussi à confectionner une nasse plus qu’acceptable.

La jeune femme savait pertinemment qu’elle regretterait cet endroit. Les truites sauvages abondaient et l’eau était claire et fraîche. Les carottes sauvages étaient rares mais il y en avait. Tout comme des champignons de saisons. Myrtilles et groseilles, se laissaient cueillir facilement et Irielle, très à l’aise en pleine nature, avait même trouvé un pommier. Oui, cet endroit lui manquerait.

Tabatha trouva un endroit où l’eau courait entre deux roches et y déposa la nasse. Puis elle quitta le ruisseau et laissa ce qui restait de sa chemise dans l’herbe, pour entrer nue dans l’eau. Il lui faudrait un moment pour attraper de quoi leur remplir l’estomac, avant de prendre la route. Ensuite, elle se laverait dans le ruisseau, déchirerait sa chemise façon Enola et la laverait. L’étoffe n’était plus vraiment blanche, mais ce n’était pas un souci. Par contre, Tabatha détestait porter des vêtements sales. Si l’on pouvait encore comparer ses loques à une robe. De toute façon, elle demanderait à Irielle si elle pouvait lui faire une tenue végétale…

La nasse de Chaca emprisonnait deux belles truites. Si elle avait été posée plus tôt, la pêche aurait été certainement bien meilleure. Chaca avait de quoi être fier de son travail. Les autres seraient ravis d’avoir des truites au petit déjeuner.

Revenue au bivouac, Tabatha vit que Chaca avait relancé le feu. Quelqu’un avait préparé carottes sauvages et champignons qui attendaient d’être consommés. Irielle et Enola se lavaient sous la cascade.

Une fois les filles revenues, Tabatha se dirigea vers Irielle et lui colla un baiser sur les lèvres en lui souhaitant le bonjour. Puis elle salua Chaca de la même manière. La jeune femme avait réalisé que peut-être, ce qu’elle pensait comme un geste intime, était un acte naturel de simple politesse.
La jeune femme avala une bouchée de poisson grillé et se lécha les doigts un à un.

Je crois qu’il est temps de repartir… J’espère que nous retrouverons un endroit aussi accueillant.


HRP/ Bon, je crois que j’ai pas mal bossé là. Allez… Faut se bouger ! Faut se bouger ☺


Les deux nis, l’homme et la jeune femme, avaient marché vers le Sud, ne s’arrêtant que pour cueillir ou déterrer, ce que dame nature leur offrait. Aucun d’eux n’était fatigué et tous, gardaient le moral. Les filles allaient dans les tenues végétales confectionnées par Irielle. Cette vêture paraissait fragile mais en fait, tenait bien en place. Un cache poitrine et un pagne de feuilles tressées. A peine de quoi cacher le nécessaire mais c’était mieux que rien. Le seul souci était que le végétal démangeait. Tabatha espérait qu’elle s’habituerait vite à cette sensation désagréable.

Maintenant, les chemises transformées en baluchons, servaient à porter leurs réserves de nourriture. Réserves encore maigres pour le moment au grand désespoir de Tabatha. La jeune femme avait trouvé d’autres pierres de silex, plus ou moins tranchante qu’elle avait emballées dans un morceau de sa robe et laissées dans la nasse qui servait de panier. Elle avait également enroulé autour de la taille, une grande quantité de lierre grimpant. Chaca lui, portait le piège et la nasse, ficelés sur son dos avec ce même lierre.

Une première journée de marche dans un paysage forestier étouffant les avait fatigués mais plusieurs fois, ils avaient trouvé de l’eau.

Il restait à essayer de fabriquer le piège. Tout le monde s’y était mis et le soir tombait quand ils en avaient terminé de leurs travaux manuels. Avec un peu de chance, leurs pièges leur permettraient de se nourrir.

La nuit avait été calme et au matin, Tabatha avait eu l’heureuse surprise de découvrir un gros faisan prit au piège. Le volatile se débattait vigoureusement, signe qu’il venait d’être piégé peu de temps auparavant.

Une deuxième journée de marche leur donna de quoi remplir les baluchons de tissus improvisés. Enola était partie en avant et était tombée sur un champ de champignons comestibles. Irielle avait ramassé des glands et des racines qu’elle savait consommables. Le problème de l’eau restait préoccupant. Ils finirent par tomber sur une minuscule source qui filtrait entre deux roches et le petit groupe décida de passa la nuit sur place. Le mince filet d’eau suffirait à étancher leurs soifs.

La vaste forêt n’était plus. Le paysage restait très boisé et très sauvage mais le petit groupe avançait en plaine depuis un bon moment. Il leur faudrait bientôt trouver un endroit pour la nuit. Ils pourraient manger ce soir mais Tabatha devait poser son piège. Prendre un gibier au piège prenait beaucoup trop de temps en journée. Tabatha comptait sur les soirées et les débuts de matinées. La nuit, les chances étaient moindres. La nasse les aiderait à condition qu’ils finissent par trouver un cours d’eau. C’était l’eau le problème. Il leur fallait trouver de l’eau coûte que coûte. Pas pour le poisson. Pour se désaltérer…

Tabatha, un long bâton de noisetier en main, avançait en tête du groupe. Depuis l’aube, ils marchaient à un rythme soutenu. A travers les frondaisons, un léger bruit enflait depuis un moment. La jeune femme espéra ne pas se tromper sur l’origine de ce bruit et bifurqua sur sa droite.
C’était bien çà… Une rivière !
Tabatha se laissa aller çà rire. C’était plus un torrent qu’une rivière. Et qui disait torrent, disait truites.

Le groupe s’installa et le moral des uns et des autres remonta d’un cran. La nasse dans l’eau, Tabatha enleva les deux parties de la tenue végétale qui lui servaient de vêtement, et s’avança dans l’eau. Apres un instant, elle trouva un endroit assez profond pour avoir de l’eau jusqu’au ventre. Tout en s’aspergeant d’eau froide, la jeune femme regardait les autres.

Je crois que la question ne se pose pas ! Nous suivrons ce torrent le plus longtemps possible…

Ils suivaient le torrent depuis l’aube et ne le quitterait que par obligation. Ce genre de cours d’eau n’allait jamais bien loin et disparaissait parfois brutalement.

Tabatha ralentit son allure en voyant une trouée dans le vaste bois qu’ils venaient de traverser. Une clairière…

Après s’être avancée encore, ce qu’elle découvrit la fit s’accroupir puis progresser ainsi jusqu’aux troncs d’un bouquet de bouleaux. La jeune femme se retourna vers les autres et leur fit signe de se baisser.

C’était plus une cabane qu’une maison mais c’était une habitation. Tabatha ne pouvait estimer sa largeur mais la bâtisse était longue d’une vingtaine de pas. Une cabane certainement plus longue que large, construite en rondins. En façade, la jeune femme distinguait deux fenêtres et une petite porte.

Que fait-on ? Peut-être que nous ne devrions pas nous précipiter tous ensembles vers cette cabane…


Carpe diem
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Mirion 21 Solianas du 1562ème cycle à 14h51

Décidemment, ces humains sont bizarres.

Ils rougissent pour rien, et embrassent tout le monde sur la bouche.

Drôle de coutume.

Ne voulant pas commettre d'impair, Enola avait repris quelques distances avec le groupe, du moins la nuit.

Elle avait d'ailleurs passé ses dernières nuits à essayer d'éveiller sa mémoire défaillante.

Cela lui avait valu une peur bleu d'anéantir ses compagnons lorsqu'un brasier s' était échappé de ses mains alors qu'elle palsmodiait des runes qui lui passaient par la tête.

Heureusement, cela fit plus de bruit que de dégâts.

Cependant, elle se rendit compte qu'elle maîtrisait plutôt bien un certain type de magie.

Elle avait même réussi à se rendre invisible.

Ses compagnons l'avaient cherchée toute la matinée alors qu'ele était juste à côté d'eux.

Et justement, cette magie là a lait bien être utile.

Elle prit le bras de Tabatha.


Il faut que les deux plus forts y aillent.
Et il n'y a pas d'hésitation a avoir, Chaca et toi êtes certainement les plus....combatifs....
Je vais vous rendre invisibles.....enfin, je vais essayer.


Avec soin, elle se remémora les runes et visualisa le corps de Tabatha devenant flou, puis disparaissant.

Elle médita un bon moment, puis recommença l'operation en pensant cette fois a Chaca.

Épuisée, elle se laissa tomber à terre, croisant ses bras autour de ses genoux.


Voila....pffouittt.....je ne pensais pas cela aussi éprouvant. ....
Irielle va monter la garde en vous attendant.
Soyez prudents.....


Hrp/je ne mentionne que les sorts qu'Enola maitrise réellement.
Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Mirion 21 Solianas du 1562ème cycle à 16h22

Irielle avait observé ses amis, et les baisers de Tabatha au réveil, étaient vraiment étrange pour Irielle de la part d'une humaine. A force elle s'y habituait.
Elle avait dormi tous les soirs contre Chaca, il était devenu son petit chauffage de nuit. Mais tout se passait de façon amicale, Irielle pensait plus à leur survie qu'au badinage amoureux.
Ses rêves était pourtant très sensuels, elle voyait souvent le corps d'un orc musclé, avec des attributs fait pour le fantasme. Elle ressentait également pour cet orc un amour infini.... Existait-il?

Pendant leur voyage, elle s'était affairée à construire un arc et des flèches. les plumes du faisan avaient été bien utiles. Elle s'était rendu compte qu'elle était vraiment très habile avec un arc tout comme dans ses souvenirs.

Je vais me positionner dans cet arbre, comme ça je serais en hauteur et je pourrai couvrir votre avancée et votre retraite si le choses se passent mal.
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Mirion 21 Solianas du 1562ème cycle à 16h42

A force d'être le seul mâle au milieu de ces femelles, Chaca avait appris sans le vouloir a se controler.

Même lorsqu'elles se baladaient nues, rien ne laissait transparaitre la moindre émotion chez le soit disant orc.

Irielle l'avait même definitivement pris comme couette ambulante, il ne s' en plaignait pas même si cela restait purement amical.

Chemin faisant il avait trouvé un beau gourdin dont il avait chaque soir durci la tête au feu de camp, et il avait tressé une liane a la base pour servir de poignée afin qu'il le tienne bien en main.

Lorsqu'Enola le rendit invisible, il ne put s' empêcher d'aller coller une petite tape sur les fesses d'Irielle, puis il se dirigea vers la cabane le plus discretemebt possible.

j'ouvre la marche Tabatha. Je reste sur la ligne Enola -porte de la cabane. Je t'attends a deux mètres de la porte.
Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Joriol 22 Solianas du 1562ème cycle à 11h53


Quand Irielle s’était fabriquée un arc et des flèches, Tabatha s’était étonnée de ne pas y avoir songé. Elle avait même failli demander à la blonde de la laisser s’exercer avec sa nouvelle arme. L’arc lui était familier sans qu’elle sache pourquoi.

L’idée de s’armer avait poussés Irielle et Chaca à se fabriquer des armes rudimentaires. L’arc pour l’une et une sorte de massue pour l’autre. Tabatha, quant à elle, avait choisi de se fabriquer un bâton de marche pour s’aider sur la route. Mais ce n’était pas qu’un simple bâton. Elle le comprenait seulement maintenant.
Le choix et la confection de ce bâton lui avait pris une matinée. La longueur, le diamètre, le poids et l’équilibre… Tabatha se souvenait avoir taillé du noisetier car il lui avait été impossible de trouver du chêne.

Enola avait raison. Elle était une combattante…
Des images de combats à mains nues, au bâton, à l’épée… Des dagues lancées…De l’archerie. Des cours avec des hommes. Des professeurs ? Des leçons d’équitation avec sa mère. Etait-elle d’extraction noble ? Ou issue de la bourgeoisie ? Cette éducation n’était pas donnée à n’importe qui…

Quand Enola les rendit invisibles Chaca et elle, Tabatha comprit que si elle savait se battre, elle était également capable de magie. La magie d’invisibilité, elle connaissait. Elle se sentait tout autant capable, de soigner et de guérir… C’était confus mais les mots Altération et Protection se matérialisèrent dans son esprit. Etait-elle une mage combattante ?

Tabatha observa Irielle grimper avec aisance et légèreté dans l’arbre qu’elle avait choisi pour les protéger durant le court trajet jusqu'à la cabane. Puis.elle marcha dans le sillage de Chaca.
Si la jeune femme savait que Chaca était devant elle, elle le discernait à peine…

Sans un mot, Tabatha dépassa son compagnon et s’immobilisa face à l’entrée de la cabane. Un panneau de bois clair était fixé sur la porte en rondins.
Une inscription était gravée dans le bois jaune.

Relais de chasse

La même inscription était répétée dans une autre langue que la jeune fille femme s’étonna de comprendre et dans une troisième que Tabatha déchiffra avec peine. D’autres mots inconnus devaient répéter la même chose…

J’entre et tu me suis…

Tabatha n’avait fait que murmurer mais savait que Chaca était tout près d’elle et l’avait parfaitement entendue.

Tire sur la bobinette et la chevillette cherra…

La jeune femme avait soufflé ces mots sans savoir ce que signifiait cette expression. L’image de sa mère auprès d’une enfant brune alitée…

Les doigts de Tabatha se crispèrent sur le loquet de bois…
Chaca était derrière elle et sa présence rassura la jeune femme. Elle se rendit subitement compte qu’elle tenait son bâton à deux mains et d’une certaine manière. Une combattante…

La cabane était inhabitée…

Une longue pièce d’un seul tenant. Des tonneaux et quelques coffres. Une vaste cheminée. Quelques marmites et une broche à gibier. Une tablée et des bancs. Des couteaux de chasse et des couverts sur la table. Mur Ouest, un grand râtelier garnis d’armes. Sans analyser comment elle le savait, Tabatha qualifia ces armes comme simples mais efficaces et robustes. Quelques dagues, des épées et une arbalète. Au pied du râtelier, quelques arcs et un tonnelet empli de flèches et de carreaux. La jeune songea qu’il n’y avait uniquement que des armes légères. Terme que Tabatha ne comprenait pas vraiment. Il devait donc certainement exister des armes lourdes…

Tabatha cessa son observation du lieu en portant son regard sur le mur en rondin le plus éloigné. Une fresque peinte couvrait toute la surface du mur. Des chariots, des roulottes et des chevaux dans une prairie. De nombreux personnages étaient représentés sur ce grand tableau.

Tabatha s’était avancée vers l’immense gravure peinte.
Des hommes et des femmes, en nombre, vêtus de cuirs et armés. Toutes et tous étaient armés. Des piques, des arbalètes, des dagues. Certains étaient équipés de longs filets qui trainaient à leurs côtés. Ils occupaient la prairie disséminés en petits groupes. Arrivée à quelques pas du tableau, Tabatha remarqua d’autres personnes bien moins nombreuses…

Délémia…

Chaque groupe en armes, semblait cerner d’autres gens. Des hommes en pantalons et boléros noirs et des femmes uniquement vêtues d’une longue chemise blanche. La découverte de certaines scènes, provoqua des sentiments contradictoires chez Tabatha.
Une brusque flambée de colère sourde livrait bataille à une peur glaciale.

En observant plus attentivement le tableau, on remarquait des scènes terribles. Des hommes en boléro était attachés et battus. D’autres nus, étaient fouettés. Dans chaque groupe, de nombreuses femmes dénudées étaient livrées aux hommes bardés de cuir. Certaines étaient ligotées, d’autres seulement maintenues par des poignes barbares. Mais toutes étaient violentées. Des femmes violées dans toutes les positions imaginables. Certaines subissaient les assauts de deux hommes, d’autre agenouillées étaient entourées de leurs tortionnaires. Toutes ses victimes étaient représentées ensanglantées et en pleurs… Une fresque écœurante et digne d’un tortionnaire malade.

Maintenant on sait qui chasse quoi…

Chaca était tout contre elle et Tabatha discernait ses traits. Son compagnon avait le visage fermé et semblait tout aussi écœuré qu’elle l’était.

Nous devons prendre ces armes et fouiller cette cabane de fond en comble. Ensuite, il nous faudra fichez le camp au plus vite….Je sors prévenir les filles…


Carpe diem
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Joriol 22 Solianas du 1562ème cycle à 15h15

Il a observé sans mot dire.

D'abord les armes. Que des armes légères, inoffensives contre des hommes en armure.

A part peut etre l'arbalète. ?..

Puis il regarda la fresque, et ses traits se durcirent.

Elle lui rappelait quelque chose......une lecture qu'il avait du faire. ?...

Une civilisation décadente qui s'adonnait a la chasse aux esclaves......

Et de ce qu'il pouvait se rappeler, ces chasses etaient faites de manière a ne laisser aucune chance aux esclaves.

Tabatha !!!! Attends.....ne te surcharges pas.....a part l'arbalète, ces armes sont inutiles.....il n'y aura pas de corps a corps......ils nous tireront comme des lapins......j'ai lu quelque chose la dessus......dans le livre......il y avait une fresque toute pareille.......

Si on reste dans leur schéma, on a aucune chance.......

Il ne faut pas fuir......mais aller les attaquer chez eux.......quand la chasse n'est pas encore lancée. .....c'est notre seule chance....

Cherchons eventuellement des....des potions de vie......je....je sais que cela existes.....

Et allons prévenir les autres.....il va falloir se maintenir tous sous invisibilité....


L'émotion perce dans sa voix.

Il revoit des images d'un village orc dévasté par des humains sans pitié. ?..
Il revoit un puits dans lequel il se jette.......




Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Joriol 22 Solianas du 1562ème cycle à 19h07

Tabatha et Chaca étaient venus les prévenir. Irielle accusa la nouvelle, elle ne s'attendait pas à cela mais elle garda son sang froid.

Elle arriva devant la maison et se rendit compte qu'elle comprenait tout ce qui était écrit.


Je comprends toutes les langues sur le panneau.... Cela pourra peut être nous être utile.

Elle rentra dans la maison à son tour et regarda les fresques, comprenant ainsi leur situation et les intentions de leurs chasseurs.

Nous avons de la chance, dans notre malheur, de découvrir cet endroit et de savoir ce qu'il peut nous arriver.

Irielle pouvait paraître fragile, mais l'archère et magicienne d'Hâvrebois, se réveillait totalement.

Je suis d'accord, la fuite n'est pas une solution, il faut les traquer et les tuer en nous fondant dans la nature.

Je sais que je suis une très bonne archère, et que je me débrouille bien dans la magie de protection et que je peux également nous booster dans la nature.

Je suis certaine que tous ensemble nous pouvons leur faire très mal.


Irielle se dirigea vers les arcs, et les flèches. Ces derniers seraient plus performant que celui qu'elle avait fabriqué.

Elle commença ensuite à fouiller le reste de la pièce.

Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Joriol 22 Solianas du 1562ème cycle à 22h58

Enola avait suivi Irielle.

La découverte de la fresque la fit blémir.

Mais tout de suite sa formation de légionnaire prit le dessus.


Je comprends aussi les langues utilisées.

Et je suis d'accord avec vous deux.

La meilleure défense reste l'attaque.

Je crois que je suis....mage de combat.....les termes de destruction, d'altération et de vitalité me sont venus en regardant cette fresque.

Je dois manier des sorts offensifs......je vois des flammes....des éclairs......
Et je crois que je connais d'autres sorts.......

Chaca, prend tout de même une épée, tu as l'air très adroit, peut être que son art te reviendra en l'ayant en main.

Nous devons les piéger dans la forêt. Nous devons en faire notre alliée.


Elle se retourne vers Irielle.

Dis, il n'y a pas quelque chose qui te choque ?
Sur la fresque.....il y a des humains, des elfes.....mais pas d'orcs.
Et Chaca qui nous a dit qu'il était orc. .....et il est arrivé en pantalon et boléro noir, sous forme humaine......
Depuis le début, je sens comme une magie autour de lui......de l'altération........j'ai des runes qui me reviennent.......des runes du sixième cercle........j'ai été a l'école de l'altération. ......je m'en souviens.......il y avait un sort qui dissipait la magie.....et une potion qui avait le même effet......
J'ai envie........il faudrait que je le lance sur Chaca, si je m'en souviens bien......je suis sure qu'il est sous l'emprise d'un sort.......tu peux m'aider ?

Ce que je veux, j'ose.
Information détaillées
Tabatha Defrancie
Kohrienne, Traqueuse Impérial
Empire de Kohr

le Valkin 23 Solianas du 1562ème cycle à 11h53


Tabatha était sortie de la cabane sous couvert de la magie d’Enola et avait filé prévenir les deux nis.
Puis, elles étaient revenues vers le relais de chasse. Le nom donné à la cabane faisait bouillir de rage la jeune femme.

Le petit groupe avait fouillé la cabane. Chacun avait agi vite et avec méthode. Coffres et tonneaux, râtelier d’armes et étagères avaient été visités. La rafle n’avait pas pris longtemps et ils avaient quitté le repaire des ordures qui l’utilisaient à des fins monstrueuses. Certainement d’odieux esclavagistes auxquels ils devaient échapper.

La jeune femme, suivie des autres, avait couru vers les frondaisons proches, puis avait cherché le couvert des bois.

Tabatha, le dos contre le large tronc d’un chêne, regardait le butin qu’ils avaient amassé sur le sol.
Elle avait trouvé une outre et des gourdes en cuir. Elle s’était également emparée de deux couteaux de chasse. Un véritable trésor. L’eau ne serait plus un souci et les couteaux seraient très utiles.
La jeune femme avait raflé l’arbalète, deux arcs et des carquois qu’elle avait emplis de flèches et de carreaux. Elle avait récupéré un ceinturon de cuir et un fourreau pour épée, et décroché deux dagues, et une épée courte du râtelier d’armes puis, elle était sortie de la cabane.

Tabatha regarda tour à tour ses compagnons et eut un petit sourire triste.

Jusqu’ici nous n’avions qu’à nous préoccuper de survivre dans la nature… Les choses vont se compliquer je crois. J’espère que ce monde n’est pas uniquement peuplé d’ordures comme les gens de cet horrible tableau…

Tabatha attrapa un coutelas de chasse et le fit sauter dans sa main.

Vous avez tous réagi avec calme. Vous sembliez savoir quoi faire. Moi j’avoue être un peu perdue. Je crois savoir ce qu’est une traqueuse impériale. Je sais que je n’aimais pas faire régner l’ordre mais je donnais la chasse à des criminels dangereux. J’ai des souvenirs flous de combats… Magie de protection et d'altération... Et de vagues souvenirs de Négation. Je suis sûre d'avoir ces pouvoirs. Mais je ne sais pas comment m'y prendre pour utiliser ces magies. Par contre, je n’ai aucune connaissance de stratégie militaire ou de batailles… Chaca semble savoir comment s’y prendre. C’est assez étrange pour quelqu’un que je pensais artiste, mais c’est tant mieux. Irielle… Tu sembles toi aussi connaitre les combats. Tu es très à l’aise dans la nature… Je sais me servir d’un arc mais toi, tu dois être une archère bien meilleure.

Tabatha soupira et fixa Enola en souriant. Ce que venait de dire la nis au sujet de Chaca lui était incompréhensible.

Toi Enola, tu es mage combattant… Tu dois être une adversaire redoutable. Parfait... Vous me dites tous les trois que la meilleure défense c’est l’attaque… Une chose est sûre. Je vous fais entièrement confiance.

Tabatha ajusta son pagne de feuilles sur ses cuisses. Elle n’avait pas trouvé de vêtements et le regrettait. Elle aurait aimé des bottes, des pantalons et une armure de cuir. Leurs vêtures végétales avait au moins un avantage. Elles étaient de véritables camouflages.

Je vais vous laisser gérer cette histoire de magie en ce qui concerne notre artiste combattant… Ensuite nous aviserons. Il faut quitter cet endroit. Je ne sais pas si continuer vers le Sud est une bonne idée. Il nous faudra décider de la direction à prendre… Nous devons tuer ces ordures si nous les rencontrons ! Pas question de devenir leurs esclaves !

Tabatha se releva d’un mouvement souple et attrapa son ceinturon. Puis elle s’empara d’un arc, d’un carquois et de ses dagues.

Il nous reste du temps avant le crépuscule. Nous aurons le temps de chasser en cherchant un endroit plus sûr. Je vais remplir les gourdes au torrent, pendant que vous essayez de résoudre le problème avec Chaca…


Carpe diem
Information détaillées
Chaca
Lieutenant de la Légion, Légionnaire Impérial
Empire de Kohr

le Valkin 23 Solianas du 1562ème cycle à 12h12

Chaca observait tour à tour Enola et Irielle.

Il avait l'air sur la défensive.

Il attrapa une épée, et commença à la manier avec une grande dexterité.

Puis il regarda de nouveau les deux nis.

Je t'ai entendue Enola.

Je ne comprends pas tout, parce que visiblement je ne fais pas dans la magie.
Je sais dessiner....faire des outils....visiblement me battre.....

Je suis un orc.....pourtant, je n'en ai pas l'apparence....

J'ai des souvenirs de combats....de nombreux combats.....

Alors si c'est un sort qui m'a volé ma nature d'orc, et si tu connais un contre sort.....

Je te fais confiance.....A Irielle aussi.....

Un Orc qui marche va plus loin qu'un Humain assis...sauf quand il est mort.
Information détaillées
Irielle Kaeanydd
Sphèr’ du Cerkl’
Union de Hâvrebois

le Valkin 23 Solianas du 1562ème cycle à 15h47

Irielle, avait choisit une des deux dagues et un carquois en plus de son arc cela pourrait être utile.

Elle réfléchit aux paroles d'Enola... L'altération elle connaissait aussi.


Je sais que je connais l'altération en plus de la vitalité et de la protection, mais ce n'est pas mon domaine de prédilection. Avant de vivre en Hâvrebois parmi les Orc, j'étais très forte en magie, mais j'ai dû tout réapprendre après ma conversion.

Par contre Enola je peux t'aider, à deux nous aurons plus de chance de réussir. Chaca, tu peux nous faire confiance. Je prierai les six pour nous aider à te rendre, ta nature d'orc, à leur image. Ils m'aideront, je leur ferais une offrande. Et je préfère les orcs, alors je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour t'aider.

Tabatha, je suis à l'aise dans beaucoup d'endroit, mais la nature en plus de notre magie est un réel atout.

S'il faut élaborer des plans d'attaque je suis certaine que tous ensemble nous saurons comment nous y prendre. Combattre fait parti de mon quotidien ça c'est un vrai souvenir!


Irielle eut un pincement au coeur, il n'y avait pas d'orc ici et cela la rendait triste
.
Je suis désemparée, je vis parmi les Orcs et il n'y en a aucuns ici... Je me demande pourquoi. Pourquoi utiliser la magie pour qu'il n'y en ai pas....

Beaucoup de question se bousculait dans sa tête. Et à cet instant Irielle pouvait paraître fragile, elle n'était plus parmi les siens...
Information détaillées
Enola
Kohrienne, Capitaine de la Légion
Empire de Kohr

le Valkin 23 Solianas du 1562ème cycle à 22h33

Merci Irielle, je vais avoir besoin de ton énergie et de tes prières, et Chaca aussi.

Chaca, étends toi sur le dos, bras en croix et jambes écartées.
On va te les attacher à des pieux plantés dans le sol, pour éviter tout débordements.

Je vais te tracer des runes sur le visage et le torse.

Irielle et moi les incanterons après en continu, jusqu'à ce que la magie t'entourant se dissipe.


Elle plante ensuite quatre pieux autour de Chaca, auxquels elle lui lie pieds et mains.

Elle ramasse de la terre qu'elle délaie dans de l'eau pour former une sorte de pâte assez liquide.

Elle écrase le bout d'une branche pour faire un pinceau avec les fibres du bois, et elle trace avec la boue liquide les runes sur le corps de l'artiste.

Ceci fait, elle s' agenouille entre les jambes de l'humain, et fait signe à Irielle de venir à son côté.

Une fois toutes les deux installées, elle commence doucement à incanter en vieil elfique les runes du sort de dissipation de la magie.

Irielle se joint à elle, et les deux elfes palsmodient sans relâche, ne quittant pas Chaca du regard.

Tout d'abord, rien ne se passe.

Elles continuent d'incanter, puis un frémissement parcourt le corps de Chaca, tandis qu'une lueur blanchâtre semble l'entourer.

Les deux nis continuent leur incantation, puis Enola seule pendant qu'Irielle prie les dieux.

La lumière blanchâtre viré soudain au vert, tandis que le corps de Chaca se courbe violemment, arrachant même un piquet de terre avant de retomber lourdement inerte.

Le halo vert est de plus en plus fort, éblouissant les participants à la cérémonie.

On ne distingue plus le corps de l'homme.
Les deux nis sont comme repoussées par une force invisible à près de deux mètres de l'humain.

Elles continuent cependant leurs incantations, jusqu'à un flash brutal qui les aveugle, tandis que Chaca hurle sa douleur.

Toute lumière a disparu. Reste sur le sol un corps nu, d'un beau vert pâle.

Le corps d'un orc immense.

Épuisée, Enola prend la main d'Irielle.


Nous avons réussi. ....Irielle, je te présente Chaca, orc de son état.


Ce que je veux, j'ose.

Page [1] [2] [3] ...[5] [6]


Actualiser Retour à la liste des forums Remonter en haut de page