CHARGEMENT EN COURS, VEUILLEZ PATIENTER
 
Boite à message : bas
Boite à message : vide Boite à message : image
Encore 0 msg
 
 
Confirmation : ombre de bas
     
94 Joueurs sur Ideo (4558 inscrits) : 54 humains 2368), 29 elfes 1424), 11 orcs 766) | 4 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V 3.6.5-1

Dalriel

De loin, la capitale du Saint Royaume ressemble à un imposant bloc couleur or. Bâtie de main de Maître, la cité comporte deux portes : au sud, la porte des Justes, et à l'ouest, la porte des lions. De puissants bastions s'élèvent aux dessus des portes de la ville.

Construit sur le même modèle, solidifiés par un puissant glacis, ces bastions, hauts d'environ une trentaine de mètres sont défendus par un corps d' hallebardiers, composé par quelque cinquante hommes, tous vétérans de la Grande Guerre.

Dans chaque bastion, des vivres et des armes sont constamment amassés, assurant ainsi à la ville une sécurité relative. Dix mètres plus bas, dominant la plaine d'une vingtaine de mètres, se trouvent les remparts. Large de trois mètres cinquante, ils sont interrompus tout les cent cinquante mètres par de puissantes tours de gardes, chacune pouvant accueillir catapultes, balistes et trébuchets dans l'éventualité d'un siège.
Chaque tour contient dix boisseaux de flèches, soit environ dix milles flèches.La ville est défendue en permanence par près de vingt milles gardes, prêt à sacrifier leurs vies pour la sauvegarde de l'Avatar.

Outre l'aspect défensif, la ville est un chef d'oeuvre architectural : bien que bâtie à la hâte, la cité est une ode à Keldar dans toute son architecture : Les rues sont gracieusement courbées, entrecoupées entre elles par des venelles et quelques jardins publics. Ça et là, quelques arbres sont plantés : ce sont pour la plupart des pins, ou bien encore, des séquoias, ajoutant encore plus au caractère altier de la capitale.
Sur décret du conseil de la cité, les rues furent pavés de manière circulaire, avec une roche de couleur ocre : de ce fait, à midi, quand le soleil est à son zénith, les rues ressemblent à des torrents d'or en fusion, aveuglant les yeux profanes, se reflétant sur les rares canaux où résurgent la rivière souterraine, alimentant la ville en eau potable.

Au fur et à mesure que l'on approche du coeur de la ville, le terrain s'élève peu à peu, laissant place à la place du Temple. Plutôt grand, il est bâti avec des pierres de teinte grise. Quelques vitraux déchirent le flanc de la nef, éclairant faiblement les fidèles en prière, simples pions dans l'immensité du Temple, contemplant l'imposante statue du Juste. Au pied de la sculpture, un petit escalier mène à la crypte. C'est l'un des lieux les plus importants du temple: c'est là que reposent les douze élus. Imposant de manière générale, le Temple semble néanmoins incongru au milieu de la ville nouvelle, comme un vaisseau ayant traversé les siècles sans subir les affres du temps, immuable symbole de la foi. L'oeil avisé remarquera les nouveaux ajouts fait par les Keldariens au Temple séculaire : une aile à été rajouté, abritant les cellules des prieurs, les scriptoriums et les salles de prières annexes.

Derrière le Temple, une volée de marche permet l'accès à une seconde enceinte, haute d'une quinzaine de mètres. A l'entrée, des gardes royaux, caparaçonnés dans de lourdes armures de plates, la hallebarde à la main montent la garde, épée au flanc.
Connu aussi sous le nom de cité supérieure, seuls quelques élus ont accès à ce sanctuaire. Bien peu peuvent se targuer d'avoir pu un jour parcourir les dédales du palais, d'avoir pu observer de près ses formes anguleuses, ses fenêtres ogivales, ses lourdes portes en bois massif. Le tout est bâti dans la même pierre que le Temple, lui conférant ainsi un mysticisme certain. Surplombant le palais d'une cinquantaine de mètres, une flèche s'élance vers les cieux, portant en son bout l'emblème de la Justice...

Aux abords du palais se trouve l'orphelinat. Il abrite les pupilles du Royaume, c'est à dire, les enfants ayant perdus leurs parents lors de la Grande Guerre. De forme allongé aux murs ocres à l'extérieur et grisâtres à l'intérieur, il est composé de trois niveaux :
Le premier, aussi connu sous le nom de grand hall sert à de multiples tâches : réfectoire, salle d'audience. L'ambiance austère est soulignée par les lueurs sombrement bleutés provenant des vitraux ogivaux.
Le deuxième niveau abrite les salles de cours où les prêtres enseignent le Dogme aux jeunes orphelins. C'est là aussi que se trouve la petite bibliothèque dont usent les paladins de temps à autres.
Le troisième niveau comprends les dortoirs. Ceux ci sont mixtes, exceptés les paladins, qui disposent de cellules privés, à l'extrémité de la salle
Ses trois niveaux sont reliés par un escalier extérieur en colimaçon. La cage est ajourée en quelques endroits, permettant ainsi à la lumière de dissiper les ténèbres.
Au dessus, accessible par un petit escalier se trouve une rotonde. De là, quelques favorisés peuvent observer les astres, par les nuits sans lune et sans nuages... L'infini...


Ainsi est Dalriel la Lumineuse. Ville éternelle, ville immuable, ville Sainte...


Retour