Fermer Boite à message : ombre du haut
 
Boite à message : ombre de droite
Boite à message : bas
Boite à message : vide Boite à message : image
Encore 0 msg
 
 
Confirmation : ombre droite
Confirmation : ombre de bas
     
89 Joueurs sur Ideo (4547 inscrits) : 50 humains (2362), 27 elfes (1421), 12 orcs (764) | 2 joueurs connectés | Liste des joueurs | IDEO V 3.6.5-1

X. Diplomatie

A. Les hiérarchies

  1. Les guildes
    Il existe dans Ideo, 5 royaumes qu'on ne va pas détailler ici (cf Univers, Chap. 2). La plupart des personnes appartiennent à un royaume, mais certaines, pour des raisons diverses, préfèrent rester neutres (du moins officiellement).
    Parmis ces neutres, certains peuvent décider de se regrouper au sein d'une guilde. Les guildes ne sont pas considérées comme des royaumes du fait qu'elle n'ont en général, aucun poids politique, économique et démographique en comparaison aux royaume.
    Les guildes, contrairement aux royaumes, ne sont pas permanentes, elles peuvent apparaître et disparaître au fil du temps. N'importe quel neutre peut adhérer à une guilde, mais il est impossible d'en faire officiellement partie si on appartient déjà à un royaume.
    Chaque guilde possède une hiérarchie, un sigle (2 ou 3 lettres inscrites sur les drapeaux) et une monnaie officielle (pour le cas ou la guilde possèderait une ville).
    Note : pour créer une guilde, il faut demander à un MJ en présentant vos objectifs et motivation et ce dernier jugera si votre guilde est viable ou non. Inutile de demander à créer une guilde pour avoir une guilde. Il faut de vraies motivations, des membres et surtout que votre guilde soit justifiée (on ne crée pas de guilde pour rassembler 3 copains ensemble).
  2. Le système hiérarchique
    Chaque royaume et guilde d'Ideo possède une hiérarchie, qui regroupe tous les titres (ou grades) du royaume. Les hiérarchies sont toutes pyramidales, c'est-à-dire que chaque titre de la hiérarchie ne possède qu'un et un seul parent et un nombre quelconque de titres fils.
    Note : il peut y avoir plusieurs personnes à la tête de la hiérarchie
    Comme on peut s'en douter, chaque personne portant un titre, a autorité sur les personnes de titre inférieur (sur sa branche) et obéit aux personnes de titre supérieur. Il peut arriver qu'officieusement, certaines personnes puissent tout même avoir autorité sur une branche différente de la hiérarchie. Tout ceci est spécifique à l'organisation interne du royaume.
    Chaque gradé peut nommer quelqu'un à un grade inférieur (s'il n'est pas déjà gradé), dégrader ou promouvoir un subordonné ou encore le destituer (supprimer son grade). Il est également possible d'ajouter de nouveaux grades et de modifier les grades existants, mais nous vous recommandons de prévenir les MJ si vous procédez à une création de nouveau grade, car vous ne pourrez pas modifier le salaire du grade que vous créez, le personnage ne touchera donc aucun argent.
    Ce système permet donc d'avoir des hiérarchies totalement dynamiques qui évoluent avec le temps, en fonction des besoins.
    Exemple : Imaginons, qu'un événement soudain survient : une armée de dragon s'installe près du royaume. Ce dernier dépêche quelqu'un de confiance qu'il nomme "Responsable des études draconiques" (titre créé pour l'occasion) et qu'il charge de regrouper des personne pour étudier ces créatures. Pour cela, le responsable crée un titre subordonné "Etudiant en science draconique" et se charge de rassembler les volontaires. Les postulants peuvent être temporairement nommé "Apprenti en science draconique", et en parallèle, le royaume crée un détachement militaire spécialisé dans le repoussement de dragon, chargé de proteger le royaume en cas d'attaque. Enfin bref, vous avez compris le système. ;o)
    Note : pour quitter un poste, vous devez demander à votre supérieur de vous destituer. Si aucun supérieur n'est disponible, contactez un MJ.
Haut de la page

B. Les relations diplomatiques

Qui dit plusieurs royaumes, dit relations diplomatiques. Comme dans tout système politique, il y a les relations officielles et officieuses. Afin d'éviter toute erreur malencontreuse, les conduites à tenir envers les différents royaumes sont indiquées sur la page d'accueil, et tenus à jour par les MJ des royaumes. Les autres royaumes n'ont bien évidemment pas accès à ces informations.
Cependant, il est très important de suivre le livre magique de votre camp afin de vous tenir au courant des derniers événements et des changements diplomatiques qui pourraient s'en suivre.
Note sur les espions : l'espionnage RP est autorisé (infiltration de villes ennemis, soudoiement d'information...) ; l'espionnage HRP par contre, est STRICTEMENT INTERDIT, nous savons qu'il est très facile de se créer un compte chez l'ennemi ou de faire appel à un ami en HRP pour obtenir des informations adverses, mais ce n'est pas pour ça qu'il faut en profiter. Sachez que si un tel comportement est découvert, les sanctions seront immédiates et sans appel. Ce serait stupide de tenter le diable, surtout que franchement, entre nous, ça gâche plus le jeu qu'autre chose.
Haut de la page

C. Les permissions d'accès des villes

En plus de ces relations officieuses (dont les autres royaumes n'ont pas officiellement connaissance). Il existe un système de permissions pour chaque ville. N'importe qui, peut à tout moment, prendre connaissance des personnes autorisées ou non dans une ville, via les cartes de villes, mais il s'agit d'une information que nous vous invitons à ne pas utiliser en RP, cela n'ayant aucun sens (les registres des villes ne sont pas partagés avec toutes les autres contrées).
  1. Les maires et la prise de ville
    Ces restrictions sont toutes, gérées par les maires des villes (une personne peut être maire de plusieurs villes). Eux seuls ont le pouvoir de décider qui peut faire telle ou telle chose en ville (il est entendu que les maires obéissent tout de même à leur supérieur). Le royaume officiel d'une ville est celui du maire. Les maires ne peuvent avoir accès à l'interface qu'après intervention d'un MJ, même si le choix de leur donner cette responsabilité incombe au joueur qui a, en RP, responsabilité sur la ville.
    Tout le monde sait que les conflits font partie intégrante de la nature humain (sisi :P). Et qui dit conflit à grande échelle, dit sièges et prises de villes. Oui, il est possible dans de très rares occasions de prendre des villes sur IDEO, mais vous devrez vous en donner les moyens et cela ne se fait pas sans surveillance MJ pour arbitrer objectivement la situation. En cas de siède ou d'invasion, les MJ surveillent de près le déroulement de l'attaque, et s'ils jugent que la ville a été prise par l'ennemi, il nomment un nouveau maire (du royaume assaillant) à la tête de la ville. Cette dernière passera donc automatiquement dans le camp adverses.
    Cela dit, prendre une ville demande un effort militaire conséquent et reste une chose très rare... mais pas impossible. ;o)
  2. Les permissions d'accès générales
    Le premier pouvoir du maire, est de définir les permissions d'accès générales à la ville. Ainsi, pour chaque royaume ou guilde, il peut choisir s'ils auront accès à la ville ou non.
    Note : les neutres sont, de base, rejetés au sein des villes.
    Ne pas avoir accès à une ville ne veut pas dire qu'on ne pourra pas y rentrer. Non, quelqu'un qui n'a pas d'autorisation d'accès pourra entrer en ville, mais ne pourra pas accéder à un bâtiment fonctionnel (cf Manuel, Chap. 9-B), mais il pourra toujours entrer dans un bâtiment défensif ou ressuciter via un portail de résurrection (ce qui n'est, cela dit, entre nous, pas une très bonne idée). De plus, si une personne n'est pas acceptée en ville, elle se fera tout simplement attaquée par les gardes de la ville. Autrement dit : mieux vaut éviter d'attaquer une ville seul.
    Attention, les permissions d'accès peuvent différer en fonction des villes. Ce n'est pas parce que vous avez accès à une ville d'un royaume que vous pourrez entrer dans toutes les villes.
    Les personnes non-autorisées en ville, ont la mention "(banni)" à côté de leur personnage sur le plateau si vous passez la souris sur eux.
    Haut de la page
  3. Les bannissements et dérogations
    Les permissions d'accès sont pratiques pour intedire simplement l'accès à un royaume ou une guilde, mais des fois, il peut être utile de pouvoir interdire une personne en particulier. Pour cela, il existe un système de bannissement.
    Si une personne n'est pas acceptée dans une ville à cause de problèmes antérieurs ou tout simplement parce que le maire ne l'aime pas (vive les dictatures ^^), ce dernier à la possibilité de le bannir de la ville. Etre bannit d'une ville aura les mêmes conséquence que si son royaume était interdit, à savoir l'impossibilité d'accéder aux bâtiments fonctionnels, être chassé par les gardes, et avoir la mention "(banni)" afin d'être facilement identifiable.
    Autant dire qu'il vaut mieux se tenir tranquille en ville, au risque d'être banni. Et, croyez-moi, il est difficile de survivre quand on est bannis de la plupart des villes.
    A l'inverse, il peut arriver que certaines personnes, interdites en villes à cause de leur royaume, doivent avoir une autorisation spéciales pour entrer en ville (l'exemple le plus courant étant des diplomates venant négocier un cessez-le feu entre 2 villes ou royaumes en guerre). Pour cela, le maire à la possibilité d'établir des dérogations. Une personne avec une dérogation, pourra circuler, et accéder à n'importe quel bâtiment, comme si de rien n'était et dispose à côté de son personnage sur la carte de la mention "(autorisation exceptionnelle)".
  4. Les restrictions monnétaires
    Le dernier point technique sur lequel peut agir le maire, sont les restrictions monnétaires. Le maire peut ainsi décider quelles monnaies sont acceptable dans sa ville. Si une monnaie est acceptée en ville, vous pourrez payer les commerçant avec cette monnaie, sinon vous devrez prendre une autre monnaie ou allez la changer... si possible.
    De la même manière, le maire peut décider quelles monnaies sont changeables en banque, contre la monnaie officielle du royaume.
    Note : les pépites d'or sont toujours changeables.
    Pour en savoir plus sur les monnaies : Manuel, Chap. 7-A.
Haut de la page